Septembre-octobre 2003

Revue de presse établie à partir de la presse turque.

Principales sources :

  • Zaman : Z.
  • Cumhuriyet : C
  • Özgür Bakış : Ö-B
  • Yeni Gündem : Y.G.
  • Sabah : S
  • Sabah-İstanbul : S-İ
  • İstanbul-Hürriyet : İ-H
  • Türkiye : Tü
  • Finansal Forum : FF

Transports

  • Dans le cadre du vaste programme de remise aux normes des équipements publics en prévention d’un prochain tremblement de terre, les principaux viaducs et ponts d’Istanbul verront leurs supports renforcés d’ici la fin de l’année 2003. Du 2 au 22 octobre, le trafic sur l’autoroute O-2 a été fortement perturbé pour permettre la surélévation de 10 cm du viaduc Mahmutbey, qui franchit cette autoroute. Les 22 ponts et viaducs qui franchissent le TEM et l’E-5, les deux périphériques d’Istanbul, subiront le même traitement avant la fin 2003. 02/10/03, R., p.4. D.5
  • 30/10 : Le « Pont du Bosphore », premier pont sur le Bosphore, a fêté son trentième anniversaire. Près d’1,5 millions de véhicules ont traversé ce pont, qui a rapporté à l’État plus d’1 milliard de dollars. Le projet de construction de ce pont a été soumis à l’Assemblée nationale en 1957, sous le 4ème gouvernement d’Adnan Menderes. En 1968, la construction du pont est confiée à une entreprise anglaise. Le chantier est inauguré en janvier 1970, en présence de Suleyman Demirel, Premier Ministre de l’époque, et la firme anglaise s’engage à terminer les travaux en 34 mois. Le pont entre finalement en service le 30 octobre 1973, avec 10 mois de retard sur la date prévue. Il fait 1074 mètres de long – auxquels il faut ajouter 22 km de périphérique – et 165 mètres de haut. Son armature est en acier. Durant les 4 premières années, le pont était ouvert aux piétons. Cependant, en raison du grand nombre de suicides et pour des raisons de sécurité, il a été ensuite fermé aux piétons. Le premier marathon « Eurasie » est organisé en 1979. 34 coureurs participent à cette première édition d’un événement sportif qui a désormais acquis une notoriété internationale. 28/10/03, E. p.4. D.1D.
  • 28/10 : La Municipalité du grand Istanbul a lancé un vaste projet intitulé « Rendre les places au peuple ». Ce projet prévoit de vider les grandes places d’Istanbul de tous leurs éléments superflus. La première étape du projet consiste à déplacer les arrêts d’autobus hors des places concernées. Les premiers arrêts déplacés ont été ceux de la place d’Eminönü, nœud du trafic des autobus où se trouvaient des dizaines d’arrêts, repoussés 200 m plus loin. Les usagers, qui n’étaient pas au courant de l’opération, ont dû courir dans la boue pour attraper leurs autobus. La même opération est prévue sur les places de Taksim, Mecidiyeköy, Kadıköy et Üsküdar… 29/10/03, C., p.9. D.1.

Urbanisme et construction

  • 02/09 : Le Sporcular Parkı (Parc des sportifs), projet de la Mairie de Beşiktaş, a ouvert ses portes, en présence de l’Équipe nationale de football, et de plusieurs médaillés olympiques (lutte, karaté…). Le Maire de Beşiktaş Yusuf Namoğlu, ancien arbitre de football international et président de la ligue des arbitres de football, s’est déclaré « heureux de pouvoir léguer ce parc aux futures générations ». Le parc, situé dans le quartier de 4.Levent, s’étend sur 10 hectares. L’équipe nationale de football troisième à la dernière Coupe du monde est représentée sur un mur en relief, et les bustes des récents champions olympiques, et bien sûr de l’athlète Süreyya Ayhan, arrivée seconde du 400m aux derniers championnats du monde (celle-ci est venue inaugurer sa propre statue le 15 septembre) ont été disposés à divers endroits du parc. 03/09/03, R., p.5. D. Beşiktaş.
  • Les équipes de la Direction des constructions autour du Bosphore de la Mairie d’Istanbul se sont heurtées à la résistance des habitants d’un gecekondu, aidés par leurs voisins, à Poyrazköy (arrondissement de Beykoz), tentant d’empêcher la destruction des logements. L’opération a nécessité l’intervention des gendarmes, qui ont procédé à 3 arrestations. 5 personnes dont 3 policiers ont été blessées au cours de l’émeute. 10/09/03, C., p.3. D.10.
  • 13/09 : Les premières pluies d’automne ont été particulièrement dévastatrices. La majorité des chantiers lancés par la mairie du Grand Istanbul (IBB) étant toujours en cours, les arrondissements d’Eminönü et Zeytinburnu en particulier ont été littéralement inondés. Le niveau de l’eau aux alentours de la Gare de Sirkeci a dépassé un mètre. De nombreux véhicules ont dû être abandonnés par leurs propriétaires dans les tunnels et souterrains de ces arrondissements. La rentrée des classes, qui avait lieu la même semaine, a causé de gigantesques embouteillages. 14/09/03, R., p.3. D.3.
  • Près de 400 chantiers lancés par IBB sont toujours en cours : 10 participent de l’établissement du réseau ferré, 30 sont des nouveaux points de jonction en construction, 50 des chantiers de construction de routes, plus de 100 sont des travaux de réfection de routes, et plus de 100 également sont des travaux d’infrastructures tels que la rénovation des canalisations. 15/09/03, R., p.5. D.1.
  • Les débats se poursuivent à l’Assemblée nationale autour de l’article 2B, relatif aux zones déforestées. En attendant, les habitants des zones concernées spéculent sur les bénéfices que le nouvel article peut leur apporter. Dans l’arrondissement de Beykoz, composé à 86% de forêts, 200 000 personnes ont acheté des terrains ou des maisons dans les zones protégées interdites à la construction. À l’heure actuelle, les agences immobilières et les entreprises en bâtiment ont gelé toutes leurs activités en attendant la promulgation du nouvel article 2B. Ils espèrent un triplement de la valeur des terrains concernés. 19/09/03, R. p.4. D.3.
  • Le Dr. Hayati Tüfekçioğlu, du département de sociologie de l’Université d’Istanbul, a mené une recherche tendant à montrer que l’évolution des noms de rue est un miroir fidèle des changements sociaux. Sa recherche a porté sur les rues de trois quartiers d’Istanbul, représentant trois moments importants de l’histoire récente d’Istanbul : Cihangir pour la période pré-républicaine, Fındıkzade (arrondissement de Fatih) pour la période républicaine, et Pendik, dont l’essor urbain date des années 1980. H. Tüfekçioğlu explique qu’à Fındıkzade les noms de rue ont été choisis conformément à l’idéologie de la turcité durant les années 1950 : Vatan Caddesi (Avenue de la Patrie), Millet Caddesi (Avenue de la Nation), Türkçü Sokak (Rue des turquistes), Kızılelma Caddesi (Avenue de la Pomme rouge), Ziya Gökalp Caddesi, etc.. À Cihangir, quartier cosmopolite qui n’a pas eu besoin d’un tel « coup de pouce » administratif pour s’occidentaliser, les noms de rue sont restés inchangés jusqu’aux années 1960. Ils expriment les particularités du quartier ou de ses habitants, voire même sont matière à plaisanteries : Merkepanırtan Sokak, Çiftevav Sokak, Ateşpare Sokak, Aslanyatağı Sokak (Rue du lit du lion), Pürtelaş Sokak (Rue du pur souci), Kasatura Sokak (Rue de la baïonnette) , etc.. Durant les années 1980, après l’arrivée de migrants d’Anatolie, certains noms de rue ont été modifiés à la demande des habitants, tels que Sormagir Sokak (Rue ‘entre sans demander’), qui devient Başkurt Sokak. À Pendik, H. Tüfekçioğlu parle d’une « réaction contre l’idéologie officielle ». Les noms de rue évoquent les lieux d’origine des habitants (Adana, Aydın, Bursa, Çayeli…) ou renvoient à la nature : Bahar (printemps), Çimen (pelouse), Çiçek (fleur), Buğday (froment), etc. Par ailleurs, H. Tüfekçioğlu explique que 1927 est l’année durant laquelle le plus grand nombre de noms de rues ont été modifiés à Istanbul : 7500 au total. Enfin, selon son décompte, 7500 des 50 000 rues que compte Istanbul ne sont pas répertoriées. 17/09/03, R., p.4.
  • L’architecture du nouveau consulat américain, situé sur les hauteurs d’Istiniye (arrondissement de Sarıyer), a été fortement critiquée dans un rapport sur l’image des États-Unis dans le monde musulman, commandé par la Maison Blanche. Ce rapport, intitulé « Changer les mentalités, gagner la paix », a été rédigé par un comité de 13 professeurs, écrivains et diplomates, présidé par Edward P. Derejian, ancien ambassadeur des États-Unis en Syrie et en Israël, et porte-parole de la Maison Blanche. Dans ce rapport, publié le 1er octobre 2003, le consulat américain d’Istanbul est décrit comme une véritable « forteresse », dont l’architecture imposante et effrayante ne peut que nuire à l’image des États-Unis. 02/10/03, H., p.28.
  • Derrière le lycée Galatasaray, dans le quartier des antiquaires de Çukurcuma, un vaste projet de restauration est en cours de réalisation : la Cezayir Sokak (Rue de l’Algérie) va être transformée en Fransız Sokağı (Rue Française). Le projet prévoit des galeries d’art, des salles de concert et d’exposition, des magasins vendant des produits français, un total de 22 cafés, pâtisseries et restaurants, une école internationale de cuisine, une entreprise de tourisme organisant des tours en France et en Turquie, un bureau de représentation des universités françaises, et l’organisation hebdomadaire d’un dimanche français. À l’origine du projet, le propriétaire de l’entreprise de publicité et de production Afıtaş, Mehmet Taşdiken. Alors qu’il se demandait comment valoriser cette rue, dans laquelle se trouvent les bureaux de son entreprise, cet homme d’affaires a eu l’idée de faire appel, d’abord à ses amis pour qu’ils rachètent les immeubles de la rue, puis aux pouvoirs publics, pour qu’ils apportent un soutien financier dans la restauration. Le projet remporte un large succès : la Mairie de Paris financera l’éclairage de la rue et la Municipalité d’Istanbul s’occupera de la fleurir et financera une partie de la restauration des bâtiments, par l’intermédiaire de la firme Iston, qui dépend de la Mairie d’Istanbul. Suite au rachat des immeubles, la spéculation immobilière s’est accéléré et une trentaine de locataires habitant la rue, pour beaucoup des Roumains et des Kurdes, sont déjà partis. Face à ce phénomène, souvent observé dans les quartiers gentrifiés, M. Taşdiken explique qu’il veillera à ce que la rue ne soit pas entièrement vidée de ses anciens habitants. Il propose notamment de financer l’ouverture d’un magasin de fleurs, qui sera géré par une famille roumaine qui habite la rue depuis de nombreuses années. 03/10/03, Beyoğlu Gazetesi, D.Beyoğlu.
  • Suite aux plaintes répétées des résidents des quartiers chics d’Etiler et Levent (arrondissement de Beşiktaş), le Ministère du Tourisme, responsable de l’attribution des licences pour les bars et les restaurants, a décidé d’ouvrir une enquête. Les plaintes concernent la pollution sonore et la ‘terreur’ organisée de la mafia des parkings. Les quartiers d’Etiler et Levent, situés au nord-ouest de la ville, sur les hauteurs de la rive européenne, entre le premier et le second ponts sur le Bosphore, constituent aujourd’hui le principal centre de divertissement de luxe de la ville. Les lieux de divertissement et les restaurants chics sont concentrés autour du centre commercial Akmerkez (Etiler), construit en 1995. Les premiers bars et clubs de l’avenue Nispetiye ont ouvert dès le début des années 1980, alors que cette avenue était encore peu résidentielle. Néanmoins, Etiler et Levent sont des ‘zones résidentielles’ planifiées. Les logements, principalement des maisons sur deux étages rappelant les zones suburbaines américaines, ont été construits dans les années 60 par la Banque Emlak (institution publique, responsable également de la construction des grands ensembles d’Ataköy dans l’arrondissement de Bakırköy, ou plus récemment de la ‘ville satellite’ de Bahçeşehir dans la périphérie sud de l’agglomération urbaine), et portent l’étiquette ‘Toplu Konut’ (logement collectif), bien qu’ils soient destinés en réalité aux classes supérieures. Selon le Plan d’aménagement urbain de l’époque (Şehir nâzim planı) seuls les rez-de-chaussée des bâtisses de certaines rues pouvaient être utilisés à des fins commerciales. L’enquête du Ministère du tourisme révèle qu’un grand nombre de commerces, de restaurants et de bars auraient fourni de faux documents pour obtenir l’autorisation, ou auraient court-circuité la procédure administrative en passant directement par la Mairie d’arrondissement. Le Ministère du tourisme a établi une liste de 37 commerces, parmi lesquels se trouvent le prestigieux club Şamdan, véritable temple de la vie nocturne ouvert en 1975, ou le célèbre restaurant de Kebab Tike, auxquels les autorisations ont été retirées. Les propriétaires de Tike ont porté l’affaire en justice mais n’ont pu obtenir gain de cause. Le restaurant est actuellement fermé, sous scellé municipal. L’affaire est cependant toujours en cours, en attendant la modification du Plan d’aménagement urbain de ces deux quartiers, qui devrait être soumis à l’Assemblée nationale en mars 2004. Enfin, derrière les plaintes des résidents se cachent également des enjeux fonciers et immobiliers. En effet, le départ des bars et des restaurants devrait provoquer une hausse des prix des terrains et des loyers des zones concernées. Le loyer mensuel d’une maison actuellement entourée de bars pourrait passer, une fois ces bars fermés, de 1000 à 2000 voire 3000 $. 11/10/03, R. p.3. D.36.
  • La construction d’un grand Musée d’art moderne est prévue à Istanbul depuis longtemps. Dernièrement, le projet d’un architecte, Murat Tabanlıoğlu, a attiré l’attention de la Fondation Guggenheim. Ce projet prévoit la construction d’un vaste complexe, le Galataport, dans les entrepôts désaffectés de Karaköy-Fındıklı, à l’embouchure du Bosphore, où se tient actuellement la plus grande partie de la Biennale. Ce complexe de 100 000 mètres carrés comprendrait à la fois un musée s’étendant sur une surface de 10 000 mètres carrés, un centre commercial, des lieux de divertissement et des hôtels. 14/10/03, R., p.21. D.Beyoğlu.
  • Le Ministère des Finances propose un plan d’urgence permettant de transformer les principales zones de gecekondu des grandes villes en logements « modernes ». Les habitants de ces logements de fortune, se trouvant pour une grande partie d’entre eux sur des terrains appartenant au trésor ou à des fondations (vakıf), pourraient ainsi se voir proposer des aides au logement leur permettant d’attendre l’achat des terrains, qui verraient alors leur prix s’élever, par le secteur privé. Une fois les logements construits, ces derniers recevraient un appartement et pourraient ainsi revenir habiter, cette fois légalement, sur le terrain qu’ils occupaient auparavant. Le projet est d’ores et déjà critiqué, en particulier par le Maire d’Ankara, qui revendique la paternité de ce projet (vallée de Dikmen), et souhaite que ces politiques de relogement relèvent de la compétence des municipalités des grandes villes. 20/10/03, R. p.12. D.10. Mais le projet est surtout critiqué par de nombreux intellectuels, qui soulignent son caractère ultra-libéral : il s’agit, pour le Pr. C. Geray, de vendre les terrains publics à bas prix le plus rapidement possible à des investisseurs étrangers du secteur du tourisme pour remplir en un temps record les caisses de l’État sans se soucier du devenir de ces terrains, qui sont pour la plupart des sites classés (SIT). 2/10/03, C., p.2
  • L’université d’Istanbul a décidé d’entamer une procédure judiciaire visant à annuler la décision du Ministère des Finances de récupérer, pour d’autres usages, le magnifique « centre socioculturel » de l’Université d’Istanbul (en réalité un restaurant), situé à Baltalimanı, sur les rives du Bosphore. Ces 4 bâtiments ont été cédés à l’Université d’Istanbul en 1933 par Atatürk. On soupçonne cette opération d’être destinée à déstabiliser le médiatique recteur Alemdaroğlu. 18/10/03, R. p.5. D.43.

Environnement et patrimoine

  • Les Palais nationaux, dont la gestion relève de l’Assemblée nationale, ont annoncé de très importantes pertes. Dans le Palais de Dolmabahçe en particulier, entre 50 et 60 000 objets répertoriés ont disparu. 02/09/03, R., p.3. D.9.
  • 2 des 14 écoles se trouvant sur la liste des établissements scolaires mis en vente à Istanbul pour renflouer les caisses du Ministère de l’éducation seront finalement retirées de cette liste. En effet, l’école primaire İbrahim Ökten (construite en 1902 sur ordre de Zühtü Paşa) et le Lycée Kemal Atatürk (bâtiment construit en 1906 par la France) sont classés en tant que « biens culturels devant être protégés », et ne peuvent donc pas être mis en vente. 04/09/03, R., p.3. D.9.
  • Istanbul déverse chaque jour 2 millions de mètres cubes d’eaux usées. Une grande partie de ces eaux est emmenée loin d’Istanbul et rejetée dans une zone isolée de la Mer Noire. Le reste, qui était autrefois déversé dans la mer de Marmara, est déversé depuis les années 90 dans les cours d’eau de la région d’Istanbul. Istanbul compte 50 cours d’eau possédant un total de 168 affluents, dont la longueur cumulée atteint 600 km. Seul un tiers de ces eaux est traité avant d’être déversé dans les cours d’eau, dans les bassins de Tuzla, Ömerli et Ataköy. Une fois les eaux usées déversées dans les fleuves, le coût du nettoyage d’un kilomètre d’eau polluée peut atteindre 4 millions d’Euros. Pour l’heure, seuls 60 km ont été traités par la Compagnie des Eaux et Canalisations d’Istanbul (İSKİ). 9/09/03, R., p.3. D.3.
  • Les travaux de construction du circuit de Formule 1 de Kurtköy (arrondissement de Pendik) ont débuté le 10 septembre, en présence du Premier Ministre Tayyip Erdoğan et du Président de la Ligue F1 Bernie Ecclestone. Le premier ministre a déclaré que : «Ces dernières années sont les plus beaux temps de la Turquie. Désormais, nous sommes dans un état d’esprit où l’inquiétude : « Je me couche le soir mais que se passera-t-il demain ? » a laissé sa place à : « À quelle bonne nouvelle dois-je m’attendre ? » ». Les travaux devraient coûter 60 millions de dollars et se poursuivre jusqu’en mars 2005. Le projet prévoit que l’organisation des courses crée 50 000 emplois et attire à chaque course 175 000 spectateurs, dont on sait qu’ils dépensent chacun 230 $ en moyenne. L’emplacement choisi est fortement critiqué par les associations de protection de l’environnement. En effet, Kurtköy est situé à proximité du barrage d’Ömerli, sur la rive asiatique, qui fournit 35% de l’eau potable d’Istanbul. 13 chambres professionnelles, syndicats et associations de la société civile (STK) ont mis en place une plate-forme chargée de rédiger un rapport visant à stopper les travaux. En effet, selon les textes régissant les zones comprenant des réserves d’eau, la construction d’un site touristique est interdite. Le Président de la Chambre de commerce d’Istanbul Mehmet Yıldırım, qui soutient le projet, affirme qu’il ne s’agit pas d’un site touristique mais d’un investissement industriel. Pourtant, la construction d’un grand hôtel de luxe, d’un terrain de golf et d’une université sont prévues. Par ailleurs, le projet viole le fameux article 2B de la Loi sur les forêts, de même que le Plan d’aménagement urbain (Alt Bölge Nazîm İmar Planı) de la zone métropolitaine d’Istanbul. La pollution sonore qu’occasionneront les courses sur un rayon de 5 kilomètres est par ailleurs dangereuse pour la faune sauvage des forêts alentours. Enfin, la forêt dans laquelle le circuit est construit comprend deux espèces de plantes qui ne poussent nulle part ailleurs, ce qui rend le projet non-conforme à la Convention de Berne et à l’accord sur la variété biologique signé par la Turquie. 11/09/03, R. p.20 ; 13/09/03 R., p.21. D.36.
  • L’état des eaux de la mer de Marmara, mer intérieure de 11 500 km² entourée des zones les plus peuplées et les plus industrialisées de Turquie, inquiète de plus en plus les associations de protection de l’environnement, dont la fondation de recherche sur les mers de Turquie (TÜDAV). Le taux d’oxygène par litre d’eau, mesuré à 20 mètres de profondeur, serait passée de 8 mg en 1970 à 4,5 mg à l’heure actuelle, sachant qu’il faut entre 4,5 et 5 mg d’oxygène par litre d’eau pour que les poissons puissent survivre. Dans les golfes d’Izmit et Bandırma, ce taux a été mesuré à 2 mg, à 3 mg sur les côtes d’Erdek et Gemlik, et 3,5 mg sur les rives de Kumkapı et Bostancı (quartiers d’Istanbul situés à l’embouchure du Bosphore dans la mer de Marmara). 17/09/03, R., p.3. D.3.
  • Le système informatique régissant le trafic maritime (GTYBS) dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles est entré en service le 31 octobre. Le système est régi par 2 centres de contrôle du trafic, l’un à Akbaş dans le Détroit des Dardanelles et l’autre à Istinye sur la Bosphore. Les techniciens de ces deux centres opèrent grâce aux relevés envoyés par 13 stations d’observation radar fonctionnant automatiquement, 5 dans le Détroit des Dardanelles et 8 sur le Bosphore. Les stations du Bosphore sont situées, du Nord au Sud, à Garipçe, Yom Burnu, Rumeli Kavağı, Beykoz, Kanlıca, Kandili, Üsküdar et Ahırkapı. En 2004, 3 nouvelles stations radar seront installées dans la mer de Marmara. 7/10/03, C., p.4.
  • Un tel système doit, sur la base des traités internationaux et du droit maritime, être géré par les autorités maritimes turques. Pourtant, depuis le 31 octobre, ce système est géré, non plus par le Conseil maritime, mais par une société anonyme, « Opérations de sécurité côtière et de sauvetage des navires ». Selon l’ancien directeur du Conseil maritime, cette situation est illégale et dangereuse. Le fait que cette société soit désormais responsable à la fois de la surveillance du trafic dans les détroits et du sauvetage des navires en cas d’accident ouvre, selon lui, la porte à toutes sortes de spéculations et de décalages (perte de souveraineté). 16/10/03, C., p.3.
  • Les pouvoirs locaux sont désormais concernés par les réformes de mise aux normes européennes. M. Pektaş, adjoint au secrétaire général de la Mairie d’Istanbul, a déclaré qu’Istanbul avait été choisie comme ville-pilote du programme de réformes. Dans un premier temps, tout le personnel de la Mairie du grand Istanbul suivra une courte formation sur la jurisprudence communautaire en matière de pouvoirs locaux. Les objectifs à remplir sont les suivants :
    • Toutes les mairies de plus de 10000 hab. doivent procéder au traitement biologique de leurs eaux usées (le taux de traitement des eaux usées à Istanbul est pour l’heure de 1%).
    • Les taxis n’ont le droit de prendre des clients qu’aux arrêts réservés.
    • L’architecture urbaine doit être entièrement revue (immeubles, transports, bureaux…) de manière à ce que la ville soit accessible aux personnes handicapées.
    • Le taux de recyclage des emballages doit être au minimum de 50%.
    • Les transports en commun ne peuvent pas prendre plus de voyageurs qu’ils n’ont de places assises.
    • Les constructions détériorant l’esthétique générale de la ville sont interdites.
    • Les ressortissants des pays de la Communauté européenne peuvent se porter candidats aux élections municipales 18/10/03, R., p.3.

Politique

  • 30/08 : Les jeunesses d’extrême gauche et d’extrême droite avaient entrepris de s’unir face à « l’impérialisme américain » dans une coalition, ‘Kızıl Elma’ (La pomme rouge). Cependant, le meeting organisé sur la place Tepebaşı (Beyoğlu) n’a réuni que quelques centaines de militants. Outre le Bureau d’Istanbul des Ülkü Ocakları (Foyers nationalistes) et Öncü Gençlik (Jeunesse avant-gardiste), qui avaient initié l’événement, des représentants de Atatürkçü Düşünce Derneği (Association de la pensée atatürkiste) étaient également présents. En revanche, les jeunesses du CHP n’ont pas participé au meeting. La manifestation s’est déroulée dans le calme. Les militants d’extrême gauche ont levé le point gauche vers le ciel et ceux d’extrême droite ont fait le signe du loup (bozkurt) de leur main droite, symbole des jeunesses du MHP. 31/08/03, R., p.7.
  • Suite à l’échec des négociations entamées avec le gouvernement le 15 août, Kamu-Sen, le principal syndicat du secteur public, ainsi que 10 syndicats liés à la confédération, ont décidé d’entreprendre une grève de la faim le 30 août. 5000 personnes dans 70 départements ont débuté la grève. À Istanbul, une tente a été installée devant la bouche de métro d’Aksaray où les grévistes se sont rassemblés. Kamu-Sen réclame les 460 millions (environ 300 Euros) d’augmentation promis par le gouvernement pour 2003, le gouvernement n’étant disposé pour le moment à ne donner que 100 Euros d’augmentation. Finalement, le piquet de grève a été levé le 7 septembre, après que le gouvernement a proposé une augmentation de 200 millions (130 Euros), et des augmentations de salaires de 10% pour le premier semestre et 8% pour le second semestre 2004 (le gouvernement proposait jusqu’alors 6+6%). 1/09, R., p13 ; 4/09, R., p13 ; 6/09, R., p13 ; 8/09, R., p13. D.46.
  • Le procureur de la Réublique du tribunal de sécurité d’État (DGM) a requis des peines allant de 2 à 24 ans de prison à l’encontre de 8 personnes dont le Maire d’Esenyurt (arrondissement de Büyükçekmece) Gürbüz Çapan et deux de ses frères, accusées de corruption et détournements de fonds dans le cadre de leurs fonctions municipales. 42 autres suspects ont été acquittés dans le cadre de ce procès en cours depuis plusieurs années. 06/09/03, C., p.3.
  • Un nouvel acte d’accusation a été rédigé concernant 142 suspects liés au dossier İGDAŞ (entreprise responsable de la distribution du gaz naturel à Istanbul). L’affaire concerne l’attribution frauduleuse de marchés publics dans différents dossiers, en particulier concernant les frais de publication des revues et ouvrages publiés par d’İGDAŞ, ainsi que le financement de projets et le développement d’activités spéculatives au bénéfice de mairies Fazilet, qui ne relevaient pas de ses attributions (construction de la municipalité d’Ümraniye, de l’usine de production du « pain du peuple » de Gaziosmanpaşa, l’achat de logements, l’emploi de conseillers pour la Mairie d’Istanbul). Des peines allant jusqu’à 33 ans de prison ont été réclamées à l’encontre des responsables d’IGDAŞ de la période concernée (1994-2001), en particulier Zeki Sayın et Veysel Eroğlu, alors membres du directoire d’İGDAŞ. 09/09/03, C., p.4. D.11. Ces accusés seront finalement acquittés le 1er décembre 2003.
  • La Direction d’Istanbul de la lutte antiterroriste, en collaboration avec les services de renseignement (MIT), a procédé à l’arrestation de 3 membres présumés du mouvement DHKP-C, soupçonnés de préparer des attentats-suicide à la bombe. 18/09/03, R., p.7. D.12C.
  • 5/10 : Un groupe d’une cinquantaine de personnes masquées et armées de pierres et de bâtons ont entonné des slogans réclamant la libération d’Abdullah Öcalan. Le groupe a marché entre Mecidiyeköy et Gayrettepe (arrondissement de Şişli) en causant de légers dégâts sur son passage, avant de se séparer. La police a procédé tout de même à 15 arrestations. 6/10/03, R. p.5. D.46.

Vie économique

  • Le quotidien Radikal a publié au cours du mois de septembre une série d’enquêtes réalisées par Reha Mağden, sur les « pirates » (Korsanlar) des produits culturels. Selon ces articles, les pirates reproduisent livres, films (VCD, DVD) et disques (CD) sans courir le moindre risque (« il suffit d’acheter un livre dans une librairie et de le photocopier ») et vendent leurs produits en toute impunité.
    • En Turquie, sur les 13 000 livres publiés chaque année, il est estimé que les 350-400 ouvrages les plus vendus sont diffusés sur le marché pirate, qui représente 53% des bénéfices du marché de l’édition en Turquie. Par exemple, le récent best-seller de Hasan Cemal, Kürtler (« Les Kurdes »), a été publié au total à 28000 exemplaires (14e édition), et l’on estime que 80000 exemplaires ont été vendus sur le marché pirate.
    • À Istanbul uniquement, plus de 3 millions de films (VCD ou DVD) sont mis en vente chaque mois par les 300 vendeurs recensés. En 2001, le marché pirate représente 70% du marché des VCD et 30% de celui de DVD.
    • le marché pirate représente 30% des ventes de CD ou cassettes de musique turque et 50% des ventes de CD ou cassettes de musique étrangère. 07/09/03, R., p.5.
    • Kadıköy est considéré comme étant la plaque tournante de la vente des produits piratés. Les groupes de pirates y mettent en vente des versions résumées et tronquées de grands classiques de littérature étrangère, comme cette version d’Ulysse de Joyce en 80 pages. Selon R. Mağden, la production de livres piratés de Kadıköy s’étendrait désormais à des quartiers populaires (varoş) tels que Alibeyköy ou Gaziosmanpaşa. Toujours selon Mağden, les pirates entretiendraient des « liens socioculturels », en tant qu’ils seraient pour la plupart « d’anciens activistes de gauche » et « d’origine kurde ». Par ailleurs, la production pirate de Kadıköy, et plus généralement d’Istanbul, alimenterait le marché anatolien (Konya, Kayseri, Samsun…), où les vendeurs certifient le « label d’édition » stambouliote (« Bu İstanbul baskısı abla… »). Concernant les CD, VCD et DVD, Kadıköy travaillerait en réseau avec Unkapanı (Eminönü). Le Maire de Kadıköy Selami Öztürk, quant à lui, explique que le contrôle du marché pirate n’est pas de son ressort. . contrairement à ce que disent les maisons d’éditions et les écrivains, qui l’accusent de laisser-faire. La seule police qualifiée pour ce travail est en effet la police du fisc turc (Istanbul Defterdarlığı), auprès de laquelle les syndicats d’écrivains doivent porter plainte. Le problème est que les moyens de cette institution sont très largement insuffisants…. 08/09/03, R., p.5.
    • La Chambre de Commerce d’Ankara (ATO) a quant à elle publié début octobre un rapport général sur l’état du marché pirate en Turquie. Selon ce rapport, l’économie entière de la Turquie est atteinte par ce fléau, qui touche tous les secteurs de l’économie : l’édition, bien sûr, mais aussi le rakı, les préservatifs, le Viagra, les meubles (contrefaçon)… ; les programmes informatiques piratés sont utilisés jusque dans les bureaux de l’administration d’État ; la majorité des sites internet sont pirates ; de nombreux docteurs et avocats exercent sans diplôme ; sans parler du piratage de l’électricité… Au total, selon S. Aygün, président de ATO, 66% de l’économie turque est illégale, 2/3 des transactions échappent au fisc, et 23,5% de l’électricité est consommée illégalement. 5/10/03, R., p.7. D.4.
  • 09/10 : Décès de l’homme d’affaires Nurullah Gezgin à l’âge de 76 ans. Outre ses activités d’industriel, principalement dans le secteur de l’emballage (le groupe Hilal, qu’il avait fondé en 1962, possède des usines à Bursa, Adana, Çayırova, et 2 usines à Istanbul, l’une à Sefaköy, fondée en 1969, l’autre à Gebze, ouverte en 1979), N. Gezgin a joué un rôle important dans le développement de l’industrie turque en tant que Président de la Chambre d’Industrie d’Istanbul (İSO), de 1973 à 1979, puis de 1981 à 1989, deux périodes particulièrement mouvementées de l’histoire politique turque. Un temps membre du CHP, Gezgin était connu comme « l’homme qui a réconcilié les industriels avec la Gauche ». Durant les années 80, période clé de l’ouverture de la Turquie à l’économie de marché, Gezgin était surnommé le « président des présidents », pur avoir su diriger l’İSO, qui comptait alors dans son directoire le président du TÜSİAD (Association des hommes d’affaires turcs) Ömer Dinçkök, le président de la TOBB (Union des chambres et des bourses de Turquie) Ali Coşkun, et le président de IKV (Fondation pour le développement économique) Jak Kahmi.
  • Le même jour, ISO remettait un prix d’honneur aux 1000 premières entreprises de Turquie. Tayyip Erdoğan, présent à la cérémonie, a dressé un parallèle entre industrie et éducation : « La Turquie est entrée dans une période de changement profond de son système éducatif. 40% des écoles liées au Ministère de l’Education ont une connexion Internet, et ce pourcentage atteindra 90% fin 2004. Il y a des investissements qui attendent depuis plus de 20 ans d’être réalisés. Nous avons commencé par les barrages. Dimanche prochain, nous procédons à l’ouverture de 50 nouveaux barrages. »10/10/03, R. p :13. D.45
  • Les deux groupes les plus puissants de Turquie, Koç Holding et Sabancı Holding, ont décidé de s’associer pour racheter Milli Piyango (la loterie nationale) et Türk Telekom, tous deux en cours de privatisation. 15/09/03, R., p.15.
  • Les privatisations touchent également la Municipalité du grand Istanbul. Une entreprise privée sera désormais responsable de l’organisation des événements se tenant dans la grande salle de concert CRR. 19/10/03, R., p.22. D.45.
  • Le Ministre des Finances, M. Unakıtan, a relancé le débat sur l’effacement des six zéros « de trop » que compte désormais la Livre turque par rapport au dollar ou à l’euro (cela reviendrait à ce qu’1 euro n’équivaille plus à 1,7 millions TL mais à 1,7 TL). M. Unakıtan a annoncé qu’il avait lancé une série de mesures en collaboration avec la Banque centrale, qui devraient permettre de réduire l’inflation à 12% fin 2004, ce qui rendrait possible l’effacement des zéros au 1er janvier 2005. 10/09/03, R., p.13.
  • Le ministère de l’intérieur a rendu obligatoire la possession d’un frigidaire et d’un générateur pour la vente ambulante de poulet, de köfte et de kokoreç pour satisfaire aux normes d’hygiène publique. Selon les chiffres publiés par la chambre de commerce d’Istanbul, il y aurait plus de 500 000 vendeurs ambulants à Istanbul dont plusieurs milliers vendent de la viande. La municipalité d’Istanbul et la police municipale considèrent que ce décret est inapplicable dans la mesure où ces vendeurs ambulants sont illégaux. En outre, le directeur de la Police explique qu’il est de toute façon impossible pour ces vendeurs ambulants de fixer un frigidaire et un générateur sur leurs petites charrettes. Il faut donc selon lui donner la priorité à l’amélioration de la situation économique de ces vendeurs avant de penser leur imposer des normes d’hygiène. En réponse, le ministère réclame la confiscation de ces véhicules-restaurants dès lors qu’ils sont illégaux. 06/09/03, R. p.3. D 4.
  • 12/09 : Sevgi Gönül, la fille de Vehbi Koç, fondateur du groupe Koç, est décédée, à peine deux mois après la mort de son mari. Née en 1938, elle avait fait ses études secondaires au prestigieux collège américain d’Üsküdar. Elle était ensuite devenue membre du Conseil de direction du groupe Koç à partir de 1964, et avait joué un rôle central dans la naissance de la Fondation Vehbi Koç en 1970, fondation à la tête de laquelle elle a continué par la suite tenir un rôle central. Son dernier projet, le Musée de Pera, à Tepebaşı, est en cours de construction. Rompant avec la politique familiale de neutralité politique, elle a été membre d’une commission municipale pour la Mairie ANAP de Beşiktaş. Elle écrivait en outre un éditorial hebdomadaire dans le quotidien Hürriyet depuis 3 ans. 13/09/03, R., p.12. D.45.
  • Dans le cadre de la libéralisation du commerce de l’alcool en Turquie faisant suite à la décision de privatiser le monopole d’État Tekel, la concurrence entre les grandes marques étrangères d’alcool blanc est acharnée. Les prix ont chuté de 40 à 60% en quelques mois. 18/09/03, R. p.16. D.45.
  • Les chiffres relatifs au taux de chômage annoncés par le porte-parole du gouvernement ont été contredits par l’Institut national de la statistique (DIE). Ces chiffres concernent le second trimestre 2003 : alors que le gouvernement annonçait 1 million de demandeurs d’emploi en moins, le DIE a évalué cette baisse à 426 000. Fin 2001, la Turquie comptait 2 millions de chômeurs déclarés, contre près de 3 millions début 2003 (taux maximum atteint ces dernières années). Malgré la forte baisse du chômage observée lors du premier semestre 2003, les chiffres du chômage en Turquie ont donc globalement augmenté entre 2001 et 2003. 22/09/03, C. p.17. D.36.
  • Les deux grandes associations patronales turques, le TÜSİAD, association du grand patronat laïc, et le MÜSİAD, association du petit patronat, plus proche des milieux islamisants, continuent leur chassé-croisé. Alors que le TÜSİAD s’était prononcé pour l’intervention de l’armée turque en Irak et le MÜSİAD contre lors du premier vote de l’Assemblée nationale au printemps dernier, le président du MÜSİAD Ali Bayramoğlu s’est prononcé cette fois-ci en faveur d’une intervention de l’armée turque, tandis que le TÜSİAD y est désormais opposé. 26/09/03, R. p.13. D.45.
  • Les chiffres du tourisme ont atteint un niveau record au mois d’août 2003, durant lequel 2 264 000 touristes étrangers ont passé des vacances en Turquie, dont 500 000 Allemands. Durant les 8 premiers mois de l’année 2003, au total plus de 9 millions de touristes étrangers ont visité la Turquie.
  • Alors que la Turquie attendait 2,5 millions de touristes chinois en 2002, en tant que « pays possédant le statut légal de destination touristique préférentielle » (le gouvernement chinois avait accordé ce statut à la Turquie en échange du passage du porte-avion Varyag dans les eaux du Bosphore), seuls 32 000 touristes chinois ont visité la Turquie. 08/10/03, R., p.4. D.19.
  • Selon l’ « Index de corruption » de l’ONG Transparency International (TI), la Turquie se situe en 2003 au 77ème rang mondial des pays les moins corrompus. Cela traduit une poussée de la corruption en Turquie cette année. En effet, la Turquie occupait en 2002 le 64ème rang. Les critères de classement reposent sur la fréquence des pots de vin versés lors de transactions commerciales ou fiscales, l’efficacité des politiques de lutte anti-corruption, ou encore l’intensité des liens personnels entre politiciens, représentants de la justice et hommes d’affaires. Le représentant de TI en Turquie juge que le recul de la Turquie dans le classement est dû principalement à la corruption politique et à la trop grande clémence de la justice vis à vis des responsables des banques turques touchées par les grands scandales financiers de ces dernières années. 8/10/03, R., p.13. D.11
  • Lorsque les travaux de construction de la « forteresse » américaine d’Istinye (le nouveau consulat américain, qui a dû déménager de Beyoğlu pour des raisons de sécurité) ont débuté en janvier 2001, le quartier de Kaplıcalar Mevkii, zone de gecekondu, s’est brusquement mis à l’heure américaine. Les rez-de-chaussée des immeubles ont été vidés pour permettre l’ouverture de boutiques (un père de 3 enfants a trouvé la mort sous des gravats en essayant de transformer sa maison en commerce), et ce quartier, qui ne possédait pas même d’épicerie, s’est vu doté d’un magnifique Dunkin’Donuts. Le prix des loyers a lui aussi flambé en moins d’un an. Cependant, l’ouverture cette année du Consulat n’a pas eu l’effet tant attendu. La majorité des commerces (à l’exception du Dunkin’Donuts…) ont dû fermer au bout de quelques mois. La bulle de spéculation immobilière n’a en revanche pas dégonflé. Les prix des loyers ont doublé depuis l’installation du Consulat. 27/10/03, R., p.4.. D. Sarıyer.

Populations et vie quotidienne

  • Istanbul est de loin la ville de Turquie où l’on compte le plus grand nombre de tentatives de suicide, ce chiffre atteignant 10 par jour en moyenne ces dernières années. Le taux de suicide a doublé en Turquie avec la crise économique de 2000-2001. On compte en moyenne 2 à 3000 morts par suicide par an en Turquie, dont la moitié concernent des jeunes de moins de 30 ans. 02/09/03, C.,p.10. D.12.
  • L’institut turc des normes ou standards (Türk Standartlar Enstitüsü) a établi une charte du chauffeur de taxi idéal : celui-ci devrait connaître une langue étrangère, être capable de guider les touristes dans la ville, être rasé de frais et s’adresser aux clients poliment. Dans les deux petits livrets publiés par le TSE, intitulés « Règles générales de la profession de taxi » et « le chauffeur de taxi », les qualités requises pour les chauffeurs de Taxi comprennent également des connaissances basiques en mathématiques, premiers secours, santé du travail, relations publiques et lecture des plans et cartes urbains. Une maîtrise correcte de la langue turque est également exigée. Enfin tous les chauffeurs de taxi devraient posséder un dictionnaire leur permettant de prononcer les quelques phrases nécessaires dans les langues étrangères les plus utilisées. 08/09/03, R. p.3. D.1
  • Selon les données du Ministère de la Santé récoltées en 2002, il y a désormais en Turquie un médecin pour 745 habitants en Turquie, contre 1 médecin pour 1028 habitants dix ans auparavant. Cela correspond à une augmentation conséquente du nombre de médecins (93 500 en 2002 contre 57 000 en 1992). Le nombre de lits d’hôpital a quant à lui atteint 25,5 /10 000 hab., ce qui est tout de même 2 fois moins qu’aux États-Unis et près de 4 fois moins qu’en Allemagne. La part du budget réservée à la santé, enfin, n’a cessé de régresser depuis 10 ans, passant de 4,5% en 1993 à 2,4% en 2002. 26/09/03, R., p.4.
  • Dans le quartier de Yenigün de l’arrondissement de Bağcılar, la police a procédé à l’arrestation de 113 Pakistanais illégaux réfugiés depuis une semaine dans un ancien atelier situé dans le sous sol d’un immeuble. 01/10/03, R. p.5 D.15
  • À Eminönü, 50 « étrangers sur le point de passer en Europe » ont été arrêtés, ainsi que 2 passeurs turcs. 25/09/03, C. p.3. D.15.
  • La Direction de la Sécurité générale a publié un rapport sur la délinquance juvénile. En 2002, 12483 mineurs âgés de moins de 10 ans ont été « emmenés » dans les commissariats de Turquie, et près de 2000 d’entre eux ont été fichés. Près de 900 enfants de moins de 10 ans vivent dans la rue. Concernant les 11-18 ans, 44000 ont été emmenés au commissariat en 2002. Près de 2000 enfants de ce groupe d’âge vivent dans la rue. 04/10/03, R., p.5. D.40.
  • L’étude sur l’« Immigration illégale en Turquie », commandée par l’Organisation d’étude sur les migrations internationales (IOM), a été menée par le Pr. Ahmet Içduygu de l’Université Koç auprès de 53 immigrés illégaux et 8 passeurs. Cette étude donne également un certain nombre de données quantitatives sur les trajectoires migratoires comprenant la Turquie. En 2000, 270 000 migrants sont entrés en Turquie, dont 94 500 par des voies illégales. On observe une brusque augmentation du nombre d’immigrés en situation illégale à partir de 2000 : 29 500 en 1998, 47 500 en 1999, puis 94 500 en 2000, et 92 300 en 2001. Les chiffres du nombre de passeurs arrêtés par la police ont suivi la même évolution : 98 en 1998, 187 en 1999, 850 en 2000 et 1155 en 2001. Pour la première fois en août 2002, cette activité a été reconnue comme une activité illégale par les tribunaux turcs, dans le cadre des réformes de mise aux normes du droit communautaire. L’étude du Pr. Içduygu distingue par ailleurs 3 groupes de migrants entrant en Turquie par des voies illégales :
    • le gros des migrants vient des pays d’Europe de l’Est. Ils viennent trouver du travail en Turquie (ex. des femmes moldaves travaillant comme nourrices). Ils entrent en grande majorité par des voies légales, mais se retrouvent en situation illégale une fois les 3 mois du visa de tourisme écoulés.
    • Les migrants en transit : il viennent en majorité du Moyen-Orient et en particulier d’Iran et d’Irak. Les migrants tentant de passer en Europe occidentale viennent en majorité d’Afrique. Ces migrants entrent en majorité par des voies illégales sur le territoire turc.
    • Le troisième groupe est celui des migrants demandant le statut de réfugié. Ils cherchent des emplois de manière illégale ou cherchent à passer illégalement dans un autre pays. 11/10/03, C., p.7. D.15.
  • Selon le recensement de 2000, 64,9% de la population de Turquie vit dans les villes. Selon les projections du Rapport 2002 sur le développement humain des Nations Unies, la population urbaine atteindra 71,8% en 2015. Ce rapport est plutôt rassurant, dans la mesure où il prévoit une stabilisation de la croissance démographique en Turquie d’ici une trentaine d’années. Les projections pour Istanbul sont également rassurantes, même si le chiffre de référence pour 2003 (9,6 millions d’hab. pour l’agglomération) est certainement très inférieur à la réalité.
En millions d’hab. : 2003 2030 2050
Turquie 70,9 95,7 101,1
Population urbaine 46,9 74,0 82,6
Istanbul 9,6 15,8 17,8
Ankara 3,4 4,9 5,3
Izmir 2,4 3,6 3,9

  15/10/03, R., p.3.

  • D’après l’enquête du syndicat du secteur public Kamu-Sen, le seuil de pauvreté pour un foyer de 4 personnes a augmenté de 1,1%, passant à partir du mois de septembre à 1,6 milliards TL, soit environ 1000 Euros. Le salaire minimum net (Asgari ücreti) est actuellement de 345 millions TL, soit environ 200 Euros par mois. 19/10/03, C., p.3 ; 26/10/03, C., p.13. D.36.
  • La question des droits de la femme se trouve désormais au centre du débat public. Le quotidien Radikal, en particulier, a multiplié ces derniers mois les reportages sur les associations, coopératives et groupes de femmes, au point de faire sa une avec l’ouverture d’un restaurant dans le quartier de Gazi par une coopérative de 13 femmes, aidées par le Centre social du quartier (l’une des 8 organisations dépendant de la Direction régionale des services sociaux d’Istanbul). 22/09/03, R., p.1/4. En outre, un grand symposium est organisé les 6-7 décembre à Şişli sur les « Violences infligées aux femmes en temps de guerre ». Dans un tel contexte, les déclarations faites au quotidien Milliyet (25/10) par le Haut conseiller du Ministère de la Justice, le Pr. Doğan Soyaslan, ont provoqué un véritable scandale. « Si j’étais une femme violée, je me marierais avec mon violeur. On s’habitue avec le temps» explique M. Soyaslan. Ce dernier a ajouté qu’il était plus important pour lui d’éviter le meurtre du violeur par le frère ou le père de la jeune fille. Les responsables des différentes associations de droits de la femmes ont réclamé la démission de M. Soyaslan, qualifiant ses propos de moyenâgeux. 26/10/03 C. p.12 ; 27/10/03 C. p.20. D.34.
  • Le débat sur le contrôle des migrations vers les grandes villes de Turquie est de nouveau d’actualité. La Municipalité du Grand Istanbul (IBB) a mis en place un « Centre de contrôle et de stabilisation de la population urbaine ». Selon une enquête réalisée l’année dernière par le Bureau de coordination de la recherche pour la planification de IBB, dans les 27 départements de Turquie les plus touchés par le phénomène, l’exode rural en direction des grandes villes devrait se chiffrer dans les prochaines années à 500 000 nouveaux arrivants par an. Selon le directeur de ce même bureau, Istanbul est arrivé à saturation, si bien que les derniers espaces de forêt sont en danger. « La ville s’étend désormais de Tekirdağ à Kocaeli ». Le « Centre de contrôle et de stabilisation de la population urbaine » entrera en fonction l’année prochaine. Sa fonction sera de récolter des données sur l’origine des migrants et les quartiers où ils s’installent à leur arrivée ; leurs professions, les raisons de leur venue et leurs projets ; les traditions qu’ils conservent ; leurs pratiques de consommation ; les modes d’entretien des réseaux reposant sur le lien de parenté avec les immigrés de seconde et troisième génération ; ou encore les différences observées dans les pratiques en fonction du niveau d’éducation. 02/10/03, R., p.3.
  • Dans le même temps, les maires des grandes villes sont, pour certains, favorables à une solution draconienne au problème, déjà envisagée dans les années 80 : le recours à un visa d’entrée dans les grandes villes. Le maire d’Ankara déclare être favorable à la fixation d’un tarif d’entrée dans sa ville pour les migrants. Le maire d’Izmir, en revanche, est plus prudent. Il considère qu’une telle solution serait paradoxale, alors que la Turquie frappe aux portes de l’Union européenne et réclame la libre circulation des citoyens en Europe. Le Maire d’Istanbul Ali Müfit Gürtüna, quant à lui, n’exclut pas cette solution dans la mesure où ce problème est pour lui une priorité majeure, a-t-il expliqué. H., 9/11, p.1. D.15.

Risques urbains

  • Des normes régissant les 180 stations de LPG (gaz-pétrole hautement inflammable utilisé par la majorité des taxis d’Istanbul), pour la plupart illégales, que compte Istanbul ont enfin été définies : les stations service ne pourront se fournir que chez un seul distributeur de LPG ; les pompistes recevront une formation spéciale pour servir le LPG ; les stations service ne pourront désormais se trouver sous un immeuble, ou à proximité d’un restaurant ou d’un lieu d’activité sociale. 2/09/03, R., p.5. D.26.
  • 3 hommes tentant de dévaliser un fonctionnaire qui venait de faire un retrait d’argent de 300 Euros dans le quartier de Şişli (avenue Halaskargazi) ont été pris sur le fait par les passants, qui ont entrepris de lyncher les délinquants. Des policiers se trouvant sur les lieux sont intervenus pour stopper le lynchage, mais les agresseurs ont ensuite tenté de s’échapper. 06/09/03, R., p.3. D.12C.
  • 2 opérations menées par le département des narcotiques de la Police d’Istanbul ont permis la saisie de 48 kilos d’héroïne destinés à l’exportation (l’une dans le quartier de Mahmutbey, arrondissement de Bağcılar, et l’autre dans l’arrondissement de Büyükçekmece). Au total, 6 personnes ont été arrêtées. 10/09/03, C., p.3
  • Malgré une augmentation de 30% du nombre d’incendies en 2003 en Turquie (1726 feux de forêts en 2003 contre 1198 en 2002), les dégâts causés par ces incendies sont moins importants qu’en 2002 (4905 hectares dévastés contre 7853 en 2002). Cette baisse est attribuée aux moyens technologiques supplémentaires dont disposent désormais les pompiers (hélicoptères et avions de type C130). Istanbul est la ville où le plus grand nombre d’incendies se sont déclarés (179). 11/09/03, R., p.3. D.12.
  • 12/09 : Un incendie s’est déclaré dans une usine de peinture à l’intérieur du Complexe industriel ultra-sécurisé de Gebze (GOSB, cf. electroui n°15, sortie Gebze). L’incendie a réduit en cendres les 5000 mètres carrés d’usine. 13/09/03, C., p.3.
  • 28/09 : Un incendie s’est déclaré au milieu de la nuit dans un immeuble du quartier de Fulya (Şişli). Les voitures garées dans cette rue très étroite ont empêché les pompiers d’accéder rapidement à l’immeuble en feu. Il n’y a eu heureusement aucune victime. Le directeur du Bureau des pompiers de la Mairie d’Istanbul a cependant déclaré que ces rues très étroites posaient un véritable problème de sécurité. 1370 rues sont concernées, en particulier dans les arrondissements de Beyoğlu, Eminönü, Beşiktaş et Sarıyer. Dans la moitié de ces rues, des bouches d’incendies ont été installées (Istanbul compte en tout 5000 bouches d’incendie). 29/09/03, R., p.3. D.12A.
  • 06/10 : Sur l’île de Burgazada (arrondissement Adalar), un incendie a dévasté 40 des 87 hectares de forêts de l’île. L’origine de l’incendie n’a pu être encore être déterminée avec certitude, et l’hypothèse d’un sabotage n’a pas été écartée. Selon des sources officielles, l’incendie a démarré dans la décharge (à dix endroits différents selon les habitants de l’île) et a réduit en quelques heures le quart de l’île en cendres. Le feu s’est propagé très vite à cause du vent du Sud, le Lodos, qui soufflait particulièrement fort ce jour-là. 7/10/03, R. p.3 et C. p.3. D.12A.
  • Un camion appartenant à la Mairie de Şişli s’est renversé sur un gecekondu du quartier de Kuştepe. L’accident a causé la mort d’un jeune homme de 19 ans à l’intérieure du logement, écrasé sous le poids du ciment déversé. 22/09/03, E., p.4. D.12A.
  • 28/09 : Journée pour l’interdiction des armes individuelles, organisée par la Fondation pour l’espoir (Umut Vakfı), fondée il y a dix ans. Les chiffres sont très inquiétants : le nombre d’armes individuelles s’est multiplié par 10 en 10 ans. 7 millions de Turcs possèdent une arme et 3000 personnes meurent par balles chaque année. 28/09/03, R., p.4. D.12.
  • 04/10 : Une bagarre déclenchée dans la queue des latrines du grand bazar s’est terminée en bain de sang. Les commerçants de la rue se sont mêlés au conflit, qui opposait deux hommes travaillant dans des magasins de tapis, armés de couteaux et de pistolets. La bagarre s’est soldée par la mort de 3 frères, Ahmet, Idris et Zekeriya Karataş, et l’hospitalisation de 4 autres hommes. 5/10/03, C., p.3. D.12.
  • 16/10 : Une autre bagarre a éclaté dans un bar de Tepebaşı (Taksim), le Kazablanka, se soldant par un décès et 5 blessés. 3 hommes se sont mis à tirer sur les clients et les serveurs alors que ces derniers tentaient de les expulser du bar. 17/10/03, R., p.5. D.12.
  • Le concept de « vandalisme » est désormais entré dans le vocabulaire de la presse turque. On peut rattacher cette notion à celle d’incivilité, qui était apparue comme le nouveau syndrome des banlieues en France il y a quelques années. Dans un article de Radikal intitulé « La facture du vandalisme », un petit paragraphe fait l’étymologie du terme, « apparu au moment de la révolution française dans la littérature politique en référence à la tribu barbare des Vandales, qui avait détruit de nombreuses œuvres d’art appartenant aux civilisations grecque et romaine ». L’article explique également que, selon le dictionnaire, vandalizm signifie « action consistant à causer des dégâts par plaisir » et précise que ce phénomène s’observe fréquemment dans les grandes villes. Selon la Mairie du Grand Istanbul, la facture annuelle des dégâts causés par les vandales s’élève à 12 trillions TL, soit environ 7 millions d’euros. Sont répertoriés dans la catégorie vandalisme tous les dommages causés ou les vols de « meubles publics » : les barbecues et les feux de camp allumés dans les pots de fleur et les poubelles de la municipalité ; la destruction des parcs de jeux pour enfants, la destruction des lampadaires de rue ; le vol des panneaux de signalisation pour les revendre ou leur utilisation comme cible de tir… En réaction à ce phénomène, la municipalité souhaite développer le sentiment d’appartenance à leur ville (kente aidiyet duygusu) des İstanbullu, qui doit permettre aux « réflexes de protection de la ville » (kenti koruma refleksi) de se développer. En outre, les matériaux de ces « meubles publics » seront remplacés afin de limiter les dégâts (des bancs en béton et non plus en bois, des pots de fleur en plastique pour éviter les feux de joie…). 14/10/03, R., p.5. D.12B.
  • 19/10 : Un chauffeur de camion a perdu le contrôle de son véhicule sur le périphérique TEM dans l’arrondissement de Silivri, percutant de plein fouet un minibus transportant 26 villageois. 17 personnes ont péri dans l’accident : « 14 mères, un père et deux enfants ». Les victimes venaient du village d’Akören (arrondissement de Silivri). Le chauffeur du camion a été arrêté et risque de 4 à 10 années de prison. 20/10/03, R., p.4 ; 21/10/03, R., p.4. D.12A.
  • Le très médiatique Maire CHP de Şişli Mustafa Sarıgül a été une nouvelle fois encensé dans la presse pour sa nouvelle initiative : « je soutiens la campagne pour des chauffeurs conscients » (Bilinçli Sürücü Kampanyasını Destekliyorum). Les quatre règles d’or de cette campagne, qui doit à terme être élargie à l’ensemble du pays, sont : « Je ne conduirai pas en état d’ivresse. Je ne brûlerai pas de feu rouge. Je ne dépasserai pas la limite de vitesse autorisée. Je ne changerai pas de file sans raison. » Les chauffeurs de taxi s’engageant à respecter ces règles durant six mois portent un autocollant sur leur pare-brise et recevront en cadeau des pneus et des crics et les chauffeurs de véhicules privés recevront des places de cinéma et de théâtre. 11/09/03, R.p.12. D. Şişli. Dans un entretien accordé au quotidien Cumhuriyet, M. Sarıgül explique qu’il s’agit de faire naître chez les chauffeurs des « réflexes d’autocontrôle ». Il insiste par ailleurs sur une démocratie locale reposant sur le mérite citoyen et non sur le piston. 23/10/03, C., p.4. D.11.
  • Le CHU spécialisé dans le traitement des maladies cardiovasculaires situé dans un bâtiment historique en bois à Süreyyapaşa a entièrement brûlé. L’origine de l’incendie n’a pu être déterminée. 29/10/03, C., p…

Culture, sport et médias

  • Un immeuble datant du début de 20ème siècle, le Belvü Apartmanı, situé dans la rue Nuru Ziya, où se trouvent également le Palais de France et l’IFEA, devrait être prochainement détruit, car il ne peut supporter les vibrations causées par le passage de la nouvelle ligne de métro en construction, devant reliée Aksaray à Taksim. Cet immeuble accueillait des ateliers de jeunes artistes, qui avaient réalisé de nombreuses fresques murales, qu’il était possible de voir une dernière fois jusqu’au 20 septembre. 2/09/03, R.p.21. D.Beyoğlu.
  • 15/09 : La Mairie de Kadıköy a installé un ballon captif s’élevant à 200 mètres de hauteur, offrant une vue imprenable sur la péninsule historique et la rive asiatique. L’ascension dure 25 minutes et coûte environ 10 Euros. 11/09/03, C. p.3. D. Kadıköy.
  • Le « Conseil de la jeunesse » s’est réuni pour la seconde année consécutive, à Erdek (département de Balikesir), à l’initiative de la Fondation des Volontaires Sociaux (Toplum Gönulleri Vakfı, TOG), présidée par Ibrahim Betil. 100 jeunes venus de 40 universités différentes forment ce conseil, dont l’objectif est de faire le point sur les différents projets menés par les membres de TOG. Un jeune de 21 ans a ainsi mis en place un stage gratuit de 5 semaines de préparation au concours d’entrée à l’université pour des jeunes démunis et des femmes au foyer de Doğubeyazit. D’autres projets ont permis de fournir du matériel supplémentaire à des institutions pour handicapés ou à des écoles primaires à travers le pays. 14/09/03, C., p.3 ; 21/09/03, R., p.3. D.18.
  • Le groupe Doğan Burda Rizzoli a publié en collaboration avec la Revue Atlas un atlas géographique et un atlas historique destiné à l’enseignement primaire et secondaire. Parmi les photos reproduites dans l’atlas historique, on dénote la présence, pour la première fois dans un manuel scolaire turc, des photos de Marx et de Lénine. 19/09/03, R. p.3.
  • Le luxueux centre commercial Akmerkez situé dans le quartier chic d’Etiler (arrondissement de Beşiktaş) a invité 80 artistes à décorer les magasins du centre commercial pour fêter le 10ème anniversaire de sa construction, durant le mois de septembre. 200 œuvres ont été réparties dans les vitrines et dans les allées, telle que l’installation de Gülsün Orhon, dont le texte affiché sur les escalators symbolisait l’écoulement du temps. La philosophie de cette exposition, qui reprend le concept des expositions de rue organisées à Nişantaşı, se fonde sur l’idée que l’art doit être accessible à tous. 19/09/03, C., p.14. D.25.
  • L’entreprise Biletix, qui possédait depuis plusieurs années le monopole de la vente des billets des événements culturels et sportifs en Turquie (Biletix est devenu en quelques années l’unique service de vente des billets de concerts, matchs, etc…, une commission étant ajoutée au prix du billet), a désormais un concurrent, Ticketturk. Cependant, Ticketturk propose en réalité un service légèrement différent. L’entreprise fait partie d’une réseau international de 6500 organisations, ce qui lui permet de vendre en Turquie des billets pour des matchs de football en Italie ou un concert à Londres. Depuis début octobre, 8 points de vente automatiques ont été installés à Istanbul dans des endroits stratégiques (un magasin de disques à Nişantaşı, un cinéma à Beyoğlu…) et 3 à Trabzon. La firme a également pour objectif de promouvoir à l’étranger des événements se tenant en Turquie, en particulier les futures courses de Formule 1. 30/09/03, R., p.20. D.36.
  • Des reporters des principaux quotidiens turcs (Milliyet, Vatan, Akşam, Hürriyet) tentant de s’introduire dans un hôpital de l’arrondissement de Kartal où une femme blessée à coups de couteau était hospitalisée ont été attaqués par les équipes de sécurité et les aides soignantes de l’hôpital, armés de couteaux et de scalpels. La majorité d’entre eux ont été blessés. Le médecin chef du service a qualifié le groupe de journalistes de « bande organisée » (çete).envahissant l’hôpital 1/10/03, R. p.5.
  • Une délégation de 36 journalistes « dont certains du journal Le Monde » sont venus constater à quel point la Turquie s’était construite une « identité moderne », se reflétant au travers des arts et de la culture. Le voyage, organisé par la firme ‘Evasion Voyage Planet Aventure’, avait pour objectif, aux dires de son responsable D. Guigaz, « de casser les préjugés des élites françaises, qui assimilent la Turquie aux pays musulmans du Maghreb tels que la Tunisie ou l’Algérie ». Le but est aussi d’ouvrir à la Turquie de nouvelles perspectives en termes de clientèle touristique. Le programme des visites ne comprenait pas seulement les sites touristiques « classiques » tels que Sultanahmet ou le Grand Bazar. Le groupe de journaliste a pu voir une autre facette d’Istanbul, celle de la mode et du divertissement : ils ont visité l’atelier du célèbre styliste Hakan Yıldırım, et se sont rendus dans des bars et clubs de taille impressionnante tels que Nu Teras, ou Reina. 03/10/03, R. p.2. D.19.
  • Le cinéma turc s’exporte désormais en Europe. L’entreprise Maxximum, créée en 2001, a pour but de vendre les droits des films turcs à succès à l’étranger. Au départ, l’Allemagne était le seul pays intéressé, mais l’Autriche, la Suisse et la Belgique, où la communauté turque est également importante, ont commencé de s’intéresser. Ainsi, le film « Deli Yürek » (2002) a été visionné par 200 000 personnes à l’étranger. 12 autres films turcs ont déjà été vendus à ces pays ces deux dernières années. « Asmalı Konak », le long métrage tiré de la série télévisée à succès, qui a battu tous les records d’entrées en Turquie, est sorti en Allemagne en octobre, et la fresque historique retraçant l’histoire de la civilisation hittite, sortira en Allemagne également en janvier 2004. 06/10/03, R., p.4. D.25.
  • 17/10 : Mort du peintre Avni Arbaş.
  • 19/10 : Près de 100 000 personnes ont participé à la 25ème édition du « seul marathon intercontinental au monde ». La majorité des participants, comme chaque année, étaient des promeneurs profitant de l’occasion pour traverser à pied le Pont du Bosphore. Le marathon se divise en effet en 2 groupes : celui des coureurs (500 compétiteurs du circuit international ont parcouru les 42 km et les coureurs amateurs un parcours de 15 km) et celui des 75000 promeneurs, Halk koşusu (« la course populaire »). Le marathon est désormais devenu un événement social (certains pique-niquent sur le pont), culturel (un concert gratuit était donné à la fin du parcours) et politique (des pancartes Non à la guerre en Irak ! ont été installées à différents endroits du parcours par le Parti communiste turc et le mouvement « Jeunesse libre »). 20/10/03, R., p.3. D.36.
  • L’Institut culturel français a exposé durant les mois d’octobre et novembre les photos de Muammer Yanmaz. L’exposition s’intitule « 40 stations » et représente 40 figures turques du monde des arts et de la recherche vivant à Paris depuis plus de 10 ans. Les 40 photos ont été prises dans 40 stations du métro parisien. Parmi les figures exposées, Stefanos Yerasimos, notre ancien directeur, ou encore Semih Vaner et Nilüfer Göle. L’artiste prévoit de continuer la série à Londres et à New York. 26/10/03, R., p.23. D.25.
  • Depuis 1993, un groupe d’enseignants et d’étudiants de l’Université Bilgi, dirigé par Ethem Özgüven, se consacre à la production de « publicités à caractère social ». Ce groupe est le seul à produire de telles publicités, dont l’objectif est de faire de la prévention contre les « tremblements de terre », « la déforestation », « la pollution urbaine et maritime », « la violence contre les femmes », d’encourager les jeunes à lire plus, ou encore de soutenir le mouvement « Non à la guerre ! ». La dernière publicité réalisée par le groupe traitait de la violence dans les stades et a été diffusée sur plusieurs grandes chaînes de télévision à l’occasion de la rencontre Turquie-Angleterre, grâce au financement du British Council. Selon E. Özgüven, ce secteur, qui s’est fortement développé aux États-Unis, au Canada, en France, en Allemagne et en Norvège, devrait réellement prendre de l’importance en Turquie durant les 5 prochaines années.09/11/03, N. Özcan, R. İki, p.13. D.45.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *