Retour sur la visite de Haydarpaşa

Retour sur la première excursion de l’OUI pour la saison 2012-2013.
 Voir également le travail de synthèse sur Haydarpaşa réalisé par Charlotte Horny : visible ici.

 

Haydarpaşa, du pôle de transport au pôle touristique: genèse d’une mutation.

L’OUI se réjouit d’avoir mené à bien la première excursion du programme 2012-13 sur les gares et territoires de la mobilité.

 

La saison s’ouvre avec la visite de la gare historique de Haydarpaşa dont la fonction ferroviaire est en passe d’être remise en cause au bénéfice des stations du futur Marmaray, le mégaprojet de transport qui reliera les extrémités de la métropole en passant sous le Bosphore.

Mais qu’adviendra-t-il de cette gare historique de la ligne Istanbul-Bagdad ? C’est afin d’en savoir plus que nous avons suivi Charlotte Horny au long du territoire du projet de reconversion depuis la gare de Haydarpaşa jusqu’à la gare routière de Harem.

Le trajet en bateau nous a permis de voir le port commercial d’Haydarpaşa, le deuxième d’Istanbul et qui est sujet à une relocalisation. Nous avons également pu voir les édifices qui parcourent le territoire : les silos classés au patrimoine, l’université de Marmara, la caserne militaire de Selimiye…

Nous avons eu la chance d’être accueillis par Ayşen Dönmez, membre de la direction de la gare et responsable de l’association de sauvegarde d’Haydarpaşa, qui a retracé l’historique des projets et nous a expliqué la lutte qu’elle mène depuis plusieurs années pour conserver la fonction ferroviaire et publique d’un édifice menacé d’être privatisé et converti en complexe touristique. Elle est revenu sur les épisodes politiques et judiciaires : depuis l’établissement de limites de hauteurs pour mettre un terme au projet de ‘nouveau Manhattan’ qui prévoyait des tours de 60 étages, jusqu’aux mobilisations régulières qui ont lieu jusqu’à aujourd’hui, en passant par les combats en faveur de la conservation patrimoniale du site.

Nous avons pu ensuite observer l’architecture de cette gare construite dans le style de l’Allemagne impériale qui avait mené la construction des lignes de chemin de fer de la ligne jusqu’à Bagdad. Nous somme revenus aussi sur la dimension symbolique immortalisée dans de nombreux films de Yeşilçam : Haydarpaşa était cette interface entre la vie rurale et le début de la vie urbaine.

Nous avons ensuite parcouru le site du projet dont Charlotte Horny a pu nous expliqué les tenants et les aboutissants.

Nous sommes passés à proximité de bâtiments situés sur le site et susceptibles d’être affectés ou impliqués dans les transformations à venir. L’un des membres de l’association de sauvegarde de Haydarpaşa, Onur Çeçen, nous a ainsi présenté l’historique du site de l’Université de Marmara, qui abritait initialement l’école de médecine.

 

Nous avons également pu voir le site du projet de tunnel routier sous le Bosphore. Puis nous avons longé le port commercial, qui serait converti en port de croisière, avant de finir la visite à la station d’autobus de Harem qui va également faire l’objet d’une relocalisation.

Ainsi, derrière le nom Haydarpaşa se trament des transformations majeures dans le système de transport de la métropole stambouliote, qui entrainent des mutations territoriales. Ce que l’on peut retenir de cette visite, ce serait l’importance de ce lieu dans les trajectoires quotidiennes, sa dimension symbolique dans l’imaginaire des usagers, quotidiens ou occasionnels. S’affirme donc d’autant plus la nécessité d’intégrer à la réflexion sur le développement des réseaux de transport, un regard sur l’urbanité. Le rapport de ces lieux de mobilités à la ville et aux citoyens constitue un enjeu central dans cette saison d’excursion sur les gares et territoires de la mobilité. Il conviendra de le filer dans les prochaines visites.

 

Jérémie Molho

N.B. Si vous souhaitez en savoir plus sur le projet d’Haydarpaşa, un compte-rendu détaillé du contenu de la visite a été réalisé par Charlotte Horny : visible ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *