Compte rendu de la visite sur les franges de l’agglomération d’Istanbul (18 avril 2013)

Rédaction : Léa Denecker, Elvan Arik
Excursion urbaine organisée par Yoann Morvan.

Carte du trajet

Carte du trajet

Y participent : Elvan Arik (doctorant IMU-ITUS Lyon, chercheur associé IFEA) Corène Caubel (étudiante en dernière année à l’ENSP de Versailles), Léa Denecker (M2 IUP, stagiaire OUI). Nous avons eu le plaisir d’accueillir avec nous Nora Semmoud, directrice de l’EMAM (Tours) et membre du comité de pilotage de l’ANR Marges dont l’IFEA est membre.

Afin d’illustrer ce compte rendu, nous utilisons entre autres des dessins réalisés par Corène Caubel à l’excellent coup de crayon qui rendent compte d’une approche sensible du paysage urbain.

Départ à 10h de l’IFEA en camionnette : l’objectif était alors de rejoindre Arnavutköy, parangon de marge urbaine vive, en plusieurs étapes.

 

 

Étape 1 : Projet immobilier Viaport (Gaziosmanpaşa) et Cumhurriyet Mahallesi (Sultangazi)

« Si vous n’avez été à Venise, pas de souci, nous vous l’apportons ici ». Exemple de slogans publicitaires lus sur les brochures du groupe Bayraktar & Gürsoy, promoteur du projet

« Si vous n’avez jamais été à Venise, pas de souci, nous vous l’apportons ici ». Exemple de slogans publicitaires lus sur les brochures du groupe Bayraktar & Gürsoy, promoteur du projet

Nous débutons par un bref arrêt dans le quartier Cumhurriyet à Sultangazi, sur le terrain d’étude de Corène afin d’aller voir le projet de « Via Port Venezia » en cours de construction et situé de l’autre côté du TEM dans l’arrondissement de Gaziosmanpaşa. Sur des terrains publics appartenant à Kiptaş (société de construction de la Municipalité Métropolitaine d’Istanbul), ce projet multifonctionnel constitué entre autres de résidences de luxe – prix des logements à l’achat variant entre 250 000 et 1 millions de TL-, de bureaux et d’un centre commercial, reflète la dynamique actuelle de spéculation et de valorisation immobilière des périphéries d’Istanbul à grand coup de marketing urbain.

De l’autre côté du TEM, un quartier existant construit dans les années 1980/1990 contraste avec la (post-)modernité affichée par l’architecture de Viaport. Cumhuriyet Mahallesi est un quartier composite où l’on retrouve différentes logiques d’urbanisation. Le cœur du quartier est composé d’immeubles édifiés par des coopératives de construction, de petits immeubles type apartkondu, améliorés et consolidés avec le temps. On peut y observer des constructions neuves dans certaines dents creuses et des réhabilitations d’anciens immeubles. Ces éléments sont le reflet d’une dynamique immobilière menée par des petits entrepreneurs locaux qui renouvelle le paysage urbain et la population locale.

Exemple de dent-creuse au cœur du quartier (C.C)

Exemple de dent-creuse au cœur du quartier (C.C)

Les nouvelles constructions contrastent avec le bâti ancien

Les nouvelles constructions contrastent avec le bâti ancien (E.A)

 

 

Au Sud, le paysage urbain est dominé par des petits logements collectifs (4/5 étages) bâtis par des coopératives de construction au milieu des années 1980. Ces immeubles sont aujourd’hui menacés de destruction car un nouveau projet de rénovation urbaine est en cours sur ce périmètre.

Slogans de mobilisation visibles depuis la rue

Slogans de mobilisation visibles depuis la rue (E.A)

Nous avons pu mesurer la mobilisation locale des habitants avec des pancartes sur les fenêtres des habitations et dans les arbres ainsi que la présence d’une association (Cum-den) dédiée à la sauvegarde du quartier. Nous avons rencontré, près de l’école, un instituteur habitant le quartier depuis 25 ans et qui nous expliquait ne pas vouloir de ce projet : « Tout le monde se connaît ici, il y a beaucoup d’espaces verts, nous pouvons discuter au calme dans les jardins au pied des logements ». L’entreprise GEDAS, en lien avec l’administration nationale du logement collectif (TOKI), dispose également d’un projet de construction sur un terrain vacant plus à l’est du quartier. (Voir les maquettes du projet ici)

Il serait sans doute intéressant de mettre en parallèle ce regain d’intérêt pour cette « périphérie » d’Istanbul avec une analyse de l’évolution des prix du foncier, sans doute réévaluer à la hausse avec l’arrivée prochaine d’une ligne de métro à proximité et de l’attractivité des projets de standing tel que celui de Viaport. Nous avons eu l’impression partagée que le quartier Cumhuriyet se trouvait pris en étau par l’ensemble de ces dynamiques immobilières et donc par des logiques économiques et foncières de grande ampleur.

Étape 2 : Kayaşehir (Başakşehir)

Sur la route en quittant Sultangazi (C.C)

Sur la route en quittant Sultangazi (C.C)

Dans les groupements de TOKI, tout se ressemble, plus de repères, nous tournons en rond. Pas envie de dessiner l’ensemble des immeubles car ils sont tous les mêmes ». Notes de C.C

« Dans les groupements de TOKI, tout se ressemble, plus de repères, nous tournons en rond. Pas envie de dessiner l’ensemble des immeubles car ils sont tous les mêmes « . Notes de C.C

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons traversé en camionnette Kayaşehir dans l’arrondissement de Başakşehir, parcourant ainsi une grande étendue de secteurs nouvellement urbanisés avec des immeubles neufs édifiés par TOKI et des sociétés privées liées. La plupart de ces îlots d’immeubles sont entourés de clôtures, les arbres, les espaces publics sont rares voire presque inexistants. Les rues sont pratiquement vides, nous n’avons pratiquement croisé personne.

En revanche quelques kilomètres plus loin, dans le « centre » de ce secteur, une partie a priori un peu plus anciennement peuplée, nous apercevons un centre commercial. Nous faisons une halte. Les rues sont alors plus animées: des femmes et de jeunes enfants, il est midi c’est l’heure de l’école.

Les rues s’animent au moment de la sortie de l’école (E.A)

Les rues s’animent au moment de la sortie de l’école (E.A)

Le centre commercial assez petit et entièrement neuf possède encore beaucoup d’emplacements vides. On trouve essentiellement certaines grandes enseignes de restauration comme Burger-King et des boutiques de vêtements. Le style architectural se veut à la fois moderne et orientalisant (fontaine, palmiers, escalators en verre…). Une filiale de la chaîne Hilton y a également ouvert un hôtel devant lequel flottent entre autres les drapeaux de certains pays du Golfe (Arabie Saoudite, EAU…). A notre arrivée, nous avons croisé des femmes visiblement originaires de ces pays.

Étape 3 : Arnavutköy

Sur le chemin d’Arnavutkoy, nous traversons des espaces urbains qui contrastent fortement avec les grands ensembles TOKI: immeubles bas de moins de 2 étages, souvent des gecekondu légalisés et des apartkondu.

Exemple de type d’habitat observé

Exemple de type d’habitat observé (C.C)

Nous nous sommes tout d’abord arrêtés dans le cœur d’Arnavutköy pour voir la place centrale récemment aménagée avec notamment la construction d’une grande fontaine.

Diversité de l’habitat : à gauche une cité fermée, au centre des apartkondu éparpillés, en arrière-plan l’habitat plus dense du centre d’Arnavutköy (E.A)

Diversité de l’habitat : à gauche une cité fermée, au centre des apartkondu éparpillés, en arrière-plan l’habitat plus dense du centre d’Arnavutköy (E.A)

Nous sommes ensuite allés à la nouvelle mosquée édifiée aussi récemment en périphérie du noyau urbain d’Arnavutköy. Celle-ci est immense, disproportionnée et possède 6 minarets. Nous avons assisté à l’appel à la prière du début d’après-midi, seulement une petite dizaine de personnes effectue le déplacement pour prier.

 

Étape forcée : un univers impitoyable… pour l’environnement :

Contraste entre un paysage naturel...

Contraste entre un paysage naturel…

Contraste entre un paysage naturel et le flot de camions

…et le flot de camions (E.A)

Notre dernière étape devait nous conduire à Kemerburgaz mais en chemin, un embouteillage de camions nous empêche de poursuivre notre périple. Les imposants camions bennes forment un va-et-vient incessant et surprenant pour la route secondaire que nous empruntions alors. Des agents de sécurité privée sont présents sur les lieux pour réguler un impressionnant trafic. Celui-ci témoigne d’une activité intense dans ces franges métropolitaines sur lesquelles se prépare le 3ème périphérique autoroutier, dans la continuité du 3ème pont sur le Bosphore et l’implantation du 3ème aéroport à proximité des villages de Yeniköy et d’Akpınar dans l’arrondissement d’Eyüp. La construction de ces infrastructures marque fortement le paysage au détriment de la qualité environnementale des lieux.

Etape 4 : Kemerburgaz (Göktürk)

Résidence fermée à  Göktürk inspirée de l'architecture de Port-Grimaud en France (E.A)

Résidence fermée à Göktürk inspirée de l’architecture de Port-Grimaud en France (E.A)

Sur le retour, nous avons traversé Göktürk, entité urbaine essentiellement constituée de gated communities. L’espace public est marqué par la présence d’enseignes de luxes, tandis que les espaces privés  (résidences fermées pour riches usagers) sont entourés de murs, de caméras de surveillance, des vigiles surveillent les entrées. On peut noter quelques différences de standing dans le degré de sécurisation : des immeubles avec uniquement des vigiles et une barrière à l’entrée aux villas luxueuses entourées de murs de barbelés et avec des entrées sous haute surveillance.

Retour en suivant le corridor industriel le long du Cendere


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *