Compte-rendu excursion du 17/05/13: « A la recherche des Gaziantepli »

L’excursion du 17 mai 2013 qui réunissait Elvan Arık, doctorant en urbanisme à Lyon, Léa Denecker, étudiante en master à l’Institut d’Urbanisme de Paris et Pierre Raffard, doctorant en géographie à l’université Paris IV-Sorbonne, se proposait de visiter deux lieux censés être centraux dans l’organisation de la vie communautaire gaziantepli d’Istanbul : Ziya Gökalp mahallesi dans l’arrondissement de Başakşehir et Merkez mahallesi dans l’arrondissement de Güngören. Faisant l’objet d’un travail de thèse en géographie (P. Raffard), le groupe gaziantepli d’Istanbul, bien que modeste par ses effectifs1, présente néanmoins une structuration interne forte qui définit, à l’échelle d’Istanbul, plusieurs territoires urbains marqués par la référence gaziantepli et, à l’échelle de la Turquie, le fonctionnement d’un champ migratoire dans lequel l’entreprenariat commercial et agroalimentaire joue un rôle central. L’objectif de cette excursion était donc de comprendre la place qu’occupaient ces deux lieux dans la géographie gaziantepli d’Istanbul.

Tatlıcı à Şahintepe (Küçükçekmece). De l’entreprise agroalimentaire présente dans l’ensemble de la Turquie aux petits commerces de proximité comme ici, la référence gaziantepli est désormais systématiquement  attachée à certains plats et produits (baklava, kebap, etc.)

Tatlıcı à Şahintepe (Küçükçekmece). De l’entreprise agroalimentaire présente dans l’ensemble de la Turquie aux petits commerces de proximité comme ici, la référence gaziantepli est désormais systématiquement attachée à certains plats et produits (baklava, kebap, etc.). P.R

L’immigration gaziantepli vers Istanbul débute véritablement à partir du début des années 1980 selon les modalités communes à la troisième vague migratoire en Turquie : une émigration d’individus originaires du sud-est anatolien, et déjà urbains avant leur arrivée dans les grands centres urbains du pays (Özbay, 1997). Pour nombre d’entre eux, Istanbul est une nouvelle étape dans des trajectoires migratoires précédemment engagées, notamment vers les départements voisins (Adana, İçel, Hatay, Kahramanmaraş). Cette relative ancienneté de l’expérience citadine facilite l’inscription au sein d’un espace urbain dont les pratiques socio-spatiales sont déjà intériorisées ainsi que la volonté de le transformer pour se l’approprier plus profondément.

ZIYA GÖKALP MAHALLESI

Une analyse cartographique réalisée à partir du croisement de plusieurs bases de données relatives à la répartition des Gaziantepli à Istanbul nous laissait espérer trouver la trace de l’action d’un groupe gaziantepli dans la structuration urbaine du quartier de Ziya Gökalp. Ce quartier, portant le nom d’un célèbre poète turc, faisait partie de l’arrondissement de Küçükçekmece jusqu’en 2009, date à laquelle il fut rattaché à l’arrondissement de Başakşehir. Dans les années 1960-1970, ce territoire encore rural accueillait essentiellement des migrants grecs. A partir des années 1980, le mouvement de décentralisation des activités industrielles et commerciales du centre vers la périphérie (entre autre vers le secteur d’İkitelli2), attire des migrants turcs originaires de l’est de la Turquie et qui s’installent, pour partie, dans le quartier de Ziya Gökalp.

Aujourd’hui, ce quartier accueille environ 100 000 d’habitants. Pourtant, pied de nez à l’objectif assigné à notre excursion, nous n’y avons pas rencontré pas de Gaziantepli. Si cela s’explique sans doute par la superficie étendue du territoire institutionnel de Ziya Gökalp qui ne nous a pas permis d’en parcourir l’intégralité, un artisan du quartier spécialisé dans la repeinte de meubles, nous a précisé que la population du quartier était essentiellement originaire des départements de la Mer Noire, de l’Est (Muş, Van…) et comptait aussi une communauté azéri qui aurait fait de la mosquée voisine un de ces lieux de culte.

Contrastes des formes urbaines (P.R)

Contrastes des formes urbaines (P.R)

Permanence de certaines pratiques "rurales" en milieu urbain?

Forme(s) d’urbanité en danger face à la menace d’un modèle de modernité urbaine incarnée par les tours KIPTAS en arrière plan?

Face à l’absence de trace d’une quelconque présence gaziantepli dans le périmètre visité, notre curiosité s’est rapidement tournée vers les premiers signes de l’arrivée du futur métro M3 (Kirazlı ↔ Metrokent ↔ Olimpiyat) dont une des stations donnera juste en face de l’atelier de notre interlocuteur. Il y a fort à parier qu’à l’image du paysage urbain d’immeubles TOKİ dominant de l’arrondissement de Başakşehir, l’arrivée de cette ligne de métro renouvellera en profondeur la structure du quartier.

GÜNGÖREN MERKEZ, LA « KÜÇÜK GAZIANTEP » STAMBOULIOTE

La seconde étape de notre excursion urbaine fut la visite du quartier de Güngören Merkez, la principale centralité commerciale et alimentaire gaziantepli à Istanbul. Situées dans l’arrondissement de Güngören, dans la partie nord de Merkez mahallesi (cf. carte), ces quelques rues d’immeubles sans personnalité sont devenues le principal pôle d’approvisionnement pour les citadins souhaitant trouver des produits en provenance directe de Gaziantep.

Plan d'ensemble Güngören

Dans İkbal Sokağı, Aydınlar Sokağı et Tayfun Sokağı,  l’activité commerçante fonctionne dans un renvoi constant vers la référence régionale gaziantepli. Epiceries, restaurants, vendeurs de tatlı, agences de bus, associations de migrants, etc., sont tenus par des individus originaires de Gaziantep ou de la ville voisine de Nizip qui ont choisi de proposer un marché de niche reposant sur une offre commerciale géographiquement identifiable (cf. carte). Salça, aubergines et poivrons séchés, pistaches et fromage sıkma de Gaziantep, piment, turşu, et, selon la saison, des fruits et légumes frais (piments frais, poivrons, nèfles, olives, etc.) directement en provenance de Gaziantep et de sa région, donnent au quartier l’aspect d’une recréation déterritorialisée de la ville de départ.

Carte cadastrale Güngören

Carte cadastrale Güngören

Proche des principales concentrations résidentielles gaziantepli de la partie européenne (Merter, Haznedar, Bağcılar, Florya, Ataköy, Bahçelievler), Güngören Merkez n’est pourtant pas un simple lieu d’approvisionnement local. Au contraire, il constitue un centre fonctionnel pleinement intégré au réseau commercial et social qu’il contribue à créer avec les autres lieux gaziantepli d’Istanbul. A priori, Güngören Merkez pourrait s’apparenter à une enclave commerciale et, de par les produits proposés, identitaire, au sein de la métropole stambouliote. Il s’apparente davantage à un centre marchand en réseau, répondant certes à la demande d’une économie de niche, mais intégré à l’économie urbaine générale. Leur fréquentation ne peut en effet se comprendre indépendamment des autres lieux et commerces qui constituent l’offre commerciale et alimentaire gaziantepli à Istanbul. C’est la prise en compte de cette dimension réticulaire qui permet de saisir avec justesse l’empreinte spatiale de ces commerces, leur fonctionnement et, plus généralement, la manière dont les mangeurs les pratiquent et les perçoivent.

A Güngören Merkez, l’activité commerciale renvoie en permanence à la référence gaziantepli, mais permet dans le même temps des relations économiques entre le lieu de vie actuel et la région d’origine. Clichés : P. Raffard, mai 2013

A Güngören Merkez, l’activité commerciale renvoie en permanence à la référence gaziantepli, mais permet dans le même temps des relations économiques entre le lieu de vie actuel et la région d’origine.
Clichés : P. Raffard, mai 2013

Cliché P.R 2013

Cliché P.R 2013

Intérieur de l’épicerie Baharat Dünyası. A la vente de produits directement importés de Gaziantep (pistache, salça, turşu, etc.) répond une décorationqui renvoie aux géosymboles gaziantepli (au fond, photographies de pistachiers et d’une des célèbres mosaïques de Zeugma) Cliché : P. Raffard, mai 2013

Intérieur de l’épicerie Baharat Dünyası. A la vente de produits directement importés de Gaziantep (pistache, salça, turşu, etc.) répond une décorationqui renvoie aux géosymboles gaziantepli (au fond, photographies de pistachiers et d’une des célèbres mosaïques de Zeugma)
Cliché : P. Raffard, mai 2013

Local de l’association des Nizipli de Güngören Cliché : P. Raffard, mai 2013

Local de l’association des Nizipli de Güngören
Cliché : P. Raffard, mai 2013

Rédaction: P.R, E.A, L.D

1. En 2012, les effectifs gaziantepli représentent, selon l’office turc de la statistique, 76.124 individus, bien loin des groupes régionaux les plus représentés : Sivas (728.956), Kastamonu (546.989) ou Giresun (485.488) (TUÏK, 2013).
2. Pour plus d’informations, se reporter au mémoire d’Aziliz Pierre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *