Excursion urbaine du 25 novembre 2009 : Ayamama

Compte-rendu de l’excursion urbaine du 25 novembre 2009 :

Rédigé par Luisa Piart, Didem Danış et Yoann Morvan


Ayamama, retour sur un bassin-versant

après l’inondation de septembre 2009

 

Cette excursion urbaine inaugure un cycle qui a pour objet l’analyse des modes d’urbanisations à Istanbul au prisme de son système hydrologique (les principales rivières se jetant dans la mer de Marmara et le Bosphore). En articulation avec un séminaire portant sur ce thème à l’IFEA, l’idée est de s’interroger sur le développement urbain durable à Istanbul. Lors de l’épisode pluvieux extraordinaire du 8 septembre 2009, le bassin-versant de l’Ayamama a été le théâtre d’inondations violentes qui ont fait 24 morts. Depuis le milieu des années 1990, le cours d’eau de l’Ayamama est sujet à des aménagements et des modifications lourdes. Son bassin-versant est en effet une zone d’urbanisation et d’industrialisation stratégique (notamment avec la zone industrielle spéciale d’İkitelli). Cette excursion urbaine nous mène donc sur un terrain au cœur d’enjeux fonciers et immobiliers puissants qui porte aujourd’hui la mémoire physique d’événements douloureux. Le cas de l’Ayamama permet en outre d’appréhender la problématique de la gouvernance urbaine puisque le cours d’eau traverse six arrondissements, ce qui en complique la gestion commune. Le cheminement s’effectue d’aval en amont de façon à mieux percevoir l’ampleur des eaux qui viennent se déverser dans l’Ayamama. A chacune de nos étapes, nous reconnaissons les photographies des coupures de presse prises au moment des inondations ; nous en observons les témoignages : des débris accrochés dans les arbres ou des traces indiquant la hauteur des eaux dans certains tunnels ou bâtiments ; mais aussi les conséquences : les mesures prises par différentes institutions municipales en réponse à la catastrophe.

Le premier arrêt de cette excursion est à l’embouchure de l’Ayamama, dans l’arrondissement de Bakırköy, sur la route qui longe la mer de Marmara (Sahil Yolu) entre Ataköy et Yeşilköy. Un panneau de l’İSKİ (l’administration de l’eau et des canalisations d’Istanbul) de 2007 indique des travaux d’amélioration en cours. L’Ayamama ne se jette pas directement dans la mer de Marmara : son embouchure est canalisée sur environ 350 mètres avant de rejoindre la mer. Les terrains environnants correspondent à la zone d’épandage de la rivière. Sur la rive droite, on voit les terrains militaires de l’école d’aviation (Hava Harp Okulu) et sur la rive gauche, le complexe résidentiel fermé de Ataköy Konakları construit par un partenariat public-privé avec la coopération de TOKİ et Delta Group, suite à une modification du plan d’urbanisme d’Istanbul en mai 2008. Ce lotissement de standing (les prix des appartements allant de 400’000 à 1 million d’euros) est constitué de 950 logements en 58 immeubles. Ataköy Konakları est un exemple de constructions qui contribuent à l’imperméabilisation du sol, fragilisent le biotope de la rivière et le rendent plus vulnérable aux inondations.

 

Nous traversons l’Ayamama, contournons les terrains militaires, la station d’épuration inaugurée en 2008, et longeons l’aéroport Atatürk pour nous rendre à unchantier de l’ISKI où nous avons rendez-vous. Une nouvelle autoroute vient d’être ouverte il y a quelques jours pour rejoindre l’aéroport, elle est plus large mais aussi bien plus proche du lit de la rivière que la précédente1. A cet endroit-là, sur la rive gauche de l’Ayamama, on voit encore quelques bostan près du cours d’eau : ces potagers qui profitent de la fertilité des berges nous rappelle que jusqu’à la fin des années 1980, le cours de l’Ayamama était encore largement vierge de construction.2 Le chantier fait partie du projet d’amélioration (ıslah çalışmaları) de l’Ayamama commencé en 2008 par l’İSKİ et l’İBB (İstanbul Büyükşehir Belediyesi, la municipalité du grand Istanbul)3. Il consiste d’abord à canaliser les eaux usées pour les séparer des eaux de la rivière, les usines dans la vallée de l’Ayamama ayant pour habitude de rejeter leurs eaux usées directement dans le cours de la rivière. L’autre but des travaux est d’aménager l’Ayamama pour rendre le Dünya Ticaret Merkezi (à 900 mètres en amont du chantier) accessible en bateau ou taxi marin (deniz taksi) par la mer de Marmara. Cela implique de rendre la rivière accessible à l’eau de mer et d’installer une écluse, donc d’augmenter l’artificialisation de la rivière. Si ce projet a commencé en 2008, les travaux ont repris plus activement depuis les inondations de septembre. Ils sont planifiés en prévision d’une population de deux millions d’habitants en 2050 sur le bassin-versant de l’Ayamama.

ayamama-2

Chantier de l’ISKI, vue vers l’aval : à gauche Ataköy Konakları, le pont qui enjambe l’Ayamama en arrière-plan est celui du train de banlieue construit dans les années. Et ci-dessous, vue vers l’amont :

debayamama1

Nous repartons pour suivre l’autoroute appelée ‘Basin Express Yolu’ entre l’E5 et le TEM, entre les échangeurs de Sefaköy et d’İkitelli. Le tracé de cette autoroute ouverte dans les années 1990 est parallèle à l’Ayamama et marque la frontière entre les arrondissements de Küçükçekmece (sur sa rive droite) et de Bahçelievler, puis Bağcılar (sur sa rive gauche). Si les dégâts matériels provoqués par l’inondation ont été importants de Başakşehir à Ataköy, c’est sur cette partie du cours d’eau de 8,5 km que l’inondation a fait toutes ses victimes le 8 septembre. En traversant l’E5, nous apercevons un pont de style ottoman au milieu de l’échangeur de Sefaköy : l’Ayamama est enterré à cet endroit-là. Jusqu’à l’échangeur d’İkitelli, le cours de la rivière est complètement artificialisé (dans le sens où la rivière s’écoule entre des parois de béton). Nous nous arrêtons dans la pépinière de Çobançeşme qui date de 1957 et dépend de la direction de l’environnement et des forêts d’Istanbul. Elle est divisée en deux par l’autoroute E5 et longe les pistes de l’aéroport Atatürk qui sont en cours de travaux. A la suite des inondations, plusieurs lojman (logements pour employés) qui avaient été envahis par les eaux, ont été détruits par la municipalité, comme c’est le cas d’autres bâtiments.

 

ayamama4

Çobançeşme, vue vers l’amont : à gauche les lojman détruits de la pépinière.

Nous continuons notre périple en passant devant Kuyumcukent, puis l’usine d’Altınyıldız, une des premières à s’installer dans cette vallée qui concentre aujourd’hui de nombreuses usines textile ainsi que des entreprises de logistique. Nous passons devant l’hôtel Marriott devant lequel sont décédées les sept ouvrières textiles dans le minibus qui les amenaient sur leur lieu de travail. A cet endroit-là, l’Ayamama passe sous un pont similaire à celui de l’échangeur de Sefaköy, qui n’est plus en usage et a été très abîmé par les inondations. Nous nous arrêtons devant le Centre 212 qui a ouvert récemment. Ce centre commercial sur la rive gauche de l’Ayamama, est tout spécialement voué à la vente de produits outlet tout comme de nombreuses usines voisines qui ont ouvert leur propre magasin de ce type. La plupart des usines ont retiré les affiches voyantes des murs extérieurs de leurs usines depuis septembre et on peut voir des pancartes de terrains à vendre à plusieurs endroits. Notre dernier arrêt le long de l’Ayamama se termine à l’endroit où se trouvait le parking pour camions, juste en amont de l’échangeur d’İkitelli. Le parking a été détruit après les inondations. A cet endroit-là, le calibrage de la rivière se resserre brutalement pour passer dans un tunnel sous l’échangeur. Ce goulot d’étranglement a coûté la vie à 12 personnes en septembre. En amont, s’étendent la zone industrielle d’İkitelli rive droite et les zones militaires d’Esenler et Atışalanı rive gauche.

presayamama9

Un article de presse montrant l’Ayamama lors de sa crue exceptionnelle

 

1 Ces travaux s’inscrivent dans le cadre d’aménagements plus importants de l’aéroport Atatürk, voir l’article de Star : ‘Havaalanına kargo köyü’ (27.11.2009)http://www.stargazete.com/ekonomi/havaalanina-kargo-koyu-haber-228205.htm

2 Pour plus d’informations sur cette zone jusqu’aux années 1980, le lecteur intéressé peut consulter avec profit cette nouvelle référence: Selçuk Erez (2009), Ayamama’dan Zuhurutbaba’ya : Bakirköy. Heyamola Yayınları-İstanbul 2010, 119p.

3 Plus de détails sur ces travaux sur le site de l’ISKI: http://www.iski.gov.tr/web/haberDetay.aspx?HID=1000825

4 Cette ligne reliant Küçükçekmece à Yedikule a été ouverte en 1871 (Erez, 2009, p.46)

5Article dans Referans : ‘Ayamama’da ilk balyoz Cargo Türk’e’ (30.10.2009) http://www.referansgazetesi.com/haber.aspx?HBR_KOD=131814

6 Article dans Haber7 : ‘Yenibosna – Güneşli yolu indirimin merkezi oldu’ (08.08.2008) http://www.haber7.com/haber/20080808/Yenibosna-Gunesli-yolu-indirimin-merkezi-oldu.php



Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/10/2014

    […] particulièrement intenses, cette année, sont accusées d’en être la cause principale,l’imperméabilisation des sols et la mauvaise gestion des cours d’eau liées à une urbanisation galopante doivent aussi être questionnées. [2] Le marché ciblé par […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *