Excursion urbaine du 16 décembre 2009 : Cendere

Compte-rendu de l’excursion urbaine du 16 décembre 2009 :

Rédigé par Yoann Morvan avec l’aide d’Alp Ferman

 

Cendere, ou les méfaits d’une

industrialisation peu scrupuleuse

 

Actualité oblige, nous modifions notre programme initial pour nous rendre sur les lieux d’une récente inondation. Le cours d’eau appréhendé par cette excursion urbaine se nomme Cendere. Il prend sa source aux alentours de Kemer avant de se jetter dans la Corne d’Or, via Kağıthane. Au cours de ce trajet, Cendere est intensément utilisé par toute une série d’industries.

Nous effectuons un premier arrêt sur une colline au-dessus de Kağıthane. De là, nous voyons ce qui était, il y a peu, un terrain forestier et qui est dorénavant défriché du fait de la construction d’une route, dont l’une des destinations est le nouveau stade de Galatasaray. Cela n’est pas sans conséquences sur le risque d’inondation puisque cela favorise un ruissellement accéléré, en particulier en cas de fortes précipitations. Sur les flancs de cette colline, il reste quelques “gecekondu” que les nouvelles d’infrastructures n’ont pas réussi à chasser. En descendant vers la vallée, nous pouvons alors aisément observer les traces de l’inondation passée. La présence de la route au fond de la vallée en constitue un catalyseur indéniable.

De surcroit, la répétition des crues du Cendere ravine de plus en plus les abords de son lit. Or les piles du pont du périphérique y sont fondées, ce qui a de quoi nous inquiéter quant à la durabilité de la solidité de cet ouvrage d’art :

cenderepiedponttem1

Cette route déssert les nombreuses industries installées le long de Cendere. Nous l’empruntons pour remonter vers l’amont en direction de Kemer, en effectuant quelques arrêts au bord de la rivière. L’état du cours d’eau et ses conséquences sur la santé humaine sont loin de nous rassurer : des mousses suspectes flottent, preuves de rejets toxiques par les industries adjacentes, tandis que l’eau est toujours prélevée dans les environs pour la mise en bouteilles.

cendereevaplast1

Exemples d’industries colonisant la vallée du Cendere : ci-dessus, sur la gauche une usine de plasturgie ; et ci-dessous, une entreprise désireuse de surveiller attentivement ses alentours…

 

camerausine1

Nous terminons notre parcours par un dernier arrêt à l’entrée de Kemer, secteur urbain qui s’est spécialisé dans la commercialisation de complexes résidentiels fermés (« gated communities« ). Nous montons sur le magnifique aqueduc datant de l’époque ottomane ce qui nous permet d’observer les environs. Kemer apparait alors comme une bulle urbaine, vraisemblablement peu consciente de la présence d’industries polluantes en aval.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/03/2017

    […] [5] L’OUI a réalisé en 2009 un cycle d’excursions urbaines sur la « nature refoulée et urbanisation ». L’excursion urbaine du 16 décembre 2009 intitulée « Cendere, ou les méfaits d’une industrialisation peu scrupuleuse » apporte des informations sur les risques d’inondation et l’état du fleuve avant l’arrivée des projets immobiliers : http://oui.hypotheses.org/210 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *