Le recensement du 22 octobre 2000

On ne reviendra pas ici sur les récurrentes polémiques, parfois virulentes (cf. Radikal, 20/10/2000, p.3), suscitées par la méthode employée, qui consiste à “ enfermer ” les citoyens de 8 heures du matin à 7 heure du soir. (soit à décréter une espèce de couvre-feu). On n’évoquera pas non plus les arrestations d’ “ illégaux ” occasionnées par ce recensement très policier, ni les situations familiales incroyables découvertes (une famille plus de 72 personnes, un “ chef de famille ” revendiquant 4 femmes épousées religieusement… ). Les premiers résultats du recensement général de la population turque ont été rendus publics assez rapidement. Pour le département d’Istanbul, la population dénombrée ne dépasserait pas les 10,2 millions contrairement aux hypothèses dominantes avancées jusque-là. Donc la population d’Istanbul se serait accrue entre 1997 et 2000 moins rapidement que celle de la Turquie en général puisque le chiffre de 72,5 millions est d’ores et déjà évoqué pour la population de l’ensemble de la Turquie.

Pour autant les conditions dans lesquelles s’est déroulé ce recensement continuent de susciter l’interrogation. Des immeubles entiers n’ont pas été recensés et nombre de citoyens turcs n’ont pas ouvert leur porte aux recenseurs (plus de 120 000 personnes mobilisées pour le seul département d’Istanbul et près d’un million pour toute la Turquie). En outre, nous connaissons de nombreuses personnes qui n’ont pas ouvert aux officiers du recensement (cf. FF, 9/10/2000, p.5).

Enfin la question de la “ population flottante ” -à la fois d’ici et de là-bas, selon…- s’est trouvée une nouvelle fois posée. De fait, si les chiffres sont aussi “ faibles ” à Istanbul c’est sans doute parce qu’une partie de la population instable d’Istanbul est allée se faire recenser dans son “ pays ” d’origine. Beaucoup de Stambouliotes en effet, conservent des liens étroits avec leur pays d’origine. Des maires de communes de province ont même organisé gratuitement, quelques jours avant le recensement, le retour en bus de leurs compatriotes “ installés ” à Istanbul, afin que ceux-ci soient comptabilisés dans la commune d’origine plutôt que dans la mégapole. Les ressources dévolues aux municipalités par la Banque des Municipalités et des Départements étant distribuées au prorata de la population des municipalités, l’enjeu du nombre est perçu comme vital. La population dénombrée à Istanbul ne correspond donc pas à la population effective.


Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *