Villes satellites d’hier et d’aujourd’hui: formes urbaines et pressions environnementales

Compte-rendu de la visite sur les franges de l’agglomération d’Istanbul (16 avril 2014)

Rédaction : les étudiants du Master 2 ACT – Université Rennes 2

Y ont participé : Elvan Arik (doctorant IMU-ITUS Lyon, chercheur associé IFEA), Benoît Montabone (Enseignant-chercheur en Géographie, Membre de l’UMR ESO, Université Rennes 2), Hélène Bailleul (Enseignante-chercheure en Aménagement de l’espace et urbanisme, Membre de l’UMR ESO, Université Rennes 2), Agnès Lemoine (professeure associée), les étudiants de la promotion 2013-2014 du Master 2 ACT, Université Rennes 2

Etape 1 : Bahçeşehir

Le projet de cette ville satellite a débuté en 1985. Il se situait alors en dehors des frontières administratives de la municipalité d’Istanbul dans une zone agricole.

Le projet se déroule en trois phases :

La première étape se déroule entre 1985 et 1993, 15 000 logements sortent de terre sur une superficie de 470 ha. Il s’agit essentiellement de petits immeubles collectifs (photo 1) de haut standing ainsi que de villas individuelles. Le projet est financé par la banque Emlâk Bankası, qui connaît diverses difficultés et finira par faire faillite en 2001 à la suite d’un scandale de corruption.

La deuxième étape se déroule entre 2001 et 2008. Suite à la faillite de la banque Emlâk, le foncier restant est redistribué et 885 logements supplémentaires sont érigés et financés en grande partie par l’Administration du logement de la Municipalité d’Istanbul (KİPTAŞ) puis par l’agence gouvernementale TOKI à partir de 2005. Des acteurs privés sont également associés, la cible visée par les promoteurs est la classe moyenne supérieure. Le PIB par habitant de la ville est d’ailleurs six fois supérieur à la moyenne nationale.

Jusqu’en 2008, Bahçeşehir disposait du statut de mairie de second rang déconnectée de la municipalité d’Istanbul. Elle bénéficiait d’une autonomie certaine en matière d’urbanisme avec une soumission relative au préfet d’alors. Cette absence de régulation et de planification à l’échelle métropolitaine est ainsi à l’origine d’un étalement urbain important.

Depuis 2008, une troisième étape de développement n’a fait qu’intensifier ce processus avec la suppression de la mairie de second rang et l’intégration de Bahçeşehir dans l’arrondissement de Başakşehir créé ex-nihilo. Cet arrondissement, laboratoire de la nouvelle idéologie urbaine de l’AKP, développe une approche de l’urbanisme basée sur le capitalisme et le conservatisme morale. Il est désormais de plus en plus difficile de distinguer physiquement l’unité de la ville-satellite originelle tant les dynamiques immobilières alentours sont fortes.

Néanmoins, s’il fallait isoler une dynamique urbaine persistante actuellement et caractéristique des premiers temps du développement urbain de la ville-satellite, il faudrait citer la construction encore importante en direction du Nord (le long de la voie ferrée) de villas individuelles emmurées et sécurisées. Ces « gated communities » (photo 2) restent ainsi l’une des figures dominantes d’un paysage à proprement urbain qui grignote petit à petit les espaces alentours encore vierges.

Gated Communities le long de l'ancienne voie ferrée

Gated communities le long de l’ancienne voie ferrée au Nord de Bahcesehir

Etape 3 : Kayaşehir

Concernant la seconde étape, se reporter au compte-rendu sur Bio-Istanbul

Débuté en 2008, Kayasehir est considéré comme le plus grand projet de ville satellite en Turquie. Il doit accueillir à termes environ 1,5 million d’habitants réparti dans plus de 65 000 logements. Actuellement, ce sont déjà 20 000 logements qui ont été construits et qui accueillent presque 60 000 personnes. Toutes ces unités résidentielles ont été construites par TOKI, l’Administration Nationale du Logement collectif propriétaire de 70% du foncier de la ville nouvelle. Les prochaines étapes devraient quant à elles être développées par des groupes privés.

Sans titre7

Les logements actuels prennent la forme de grandes tours d’appartements, toutes bâties sur le même modèle architecturale (photo 3). Il s’agit de logements dits « sociaux » avec accès à la propriété.

Le caractère social de ces logements collectifs doit cependant être remis en cause car les populations les plus modestes initialement destinées à s’y installer  peuvent rarement accéder à ces nouveaux logements, leurs ressources étant insuffisantes.  Les occupants actuels doivent également, faire face

à des imprévus financiers, en atteste les factures énergétiques trop lourdes dans les budgets familiaux. Ajoutons que les habitants ont du mal à faire valoir leurs droits puisqu’ils n’obtiennent leurs titres d’accession à la propriété qu’une fois leurs prêts acquittés.

Par ailleurs, la prise en compte de l’environnement reste inégale et contestable comme en témoigne la « coulée verte » prévue à l’intérieur du quartier qui se rapproche plus d’un canal bétonné que d’un corridor écologique (photo 4).

Aux pieds des tours de logement, trame verte ou bétonisation d’une ancienne rivière?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *