Visite du 18 janvier 2011 : Ouverture du Musée de l’échange de populations à Çatalca

Compte-rendu de la visite du 18 janvier 2011 :

Rédaction commune

 

Extension du domaine de l’échange à Çatalca

 

Le musée de l’échange est situé dans le quartier de Kaleiçi, dans les murs de l’ancien village de Matrai. Cet ancien village, renommé Çatalca lorsqu’il devient une municipalité en 1923, a la particularité d’avoir été majoritairement peuplé par des Rum jusqu’à l’application du traité de Lausanne. La population rum a alors été échangée avec une population musulmane, exclusivement hellénophone, originaire de Nasliç et de Drama (au Nord de la Grèce). Inversement, les Rum de Çatalca ont été implantés à Nasliç, qui fut rebaptisé Nea Poli.

carte fournie sur le dépliant de présentation du musée

Le musée a été inauguré le 20 décembre 2010, en présence des membres de la fondation des échangés du traité de Lausanne (Lozan Mübadilleri Vakfı), de l’Agence Istanbul 2010, du Patriarche œcuménique Bartholomeos et de la mairie CHP de Çatalca. L’idée du projet est née en 2005-2006 d’un accord entre le LMV et la mairie. Il a ensuite reçu un soutien de l’Agence İstanbul 2010 qui a permis la concrétisation du projet et l’accélération des restaurations du bâtiment.  Ancienne taverne rumtransformée en succursale de la banque Ziraat après l’échange, il a aussi été un atelier de couture. Son dernier propriétaire a concédé un bail de 30 ans au musée.

bâtiment du musée, dont le mur Est est couvert par une carte des lieux de l’échange

Le musée est organisé par pôles régionaux illustrés de récits familiaux. Les différentes régions touchées par l’échange de population sont ainsi représentées par des objets personnels légués par des familles d’échangés. En début de visite, la tenue de noce léguée par la famille de l’ancien maire de Çatalca, puis une broderie de la région de Serres, ouvre une présentation ponctuelle mais récurrente de pièces brodées qui évoquent à la fois un savoir faire re-localisé et les conditions d’implantation de ces populations; la broderie ayant été leur première source de revenu (riche en savoir faire, pauvre en capital). Afin de recueillir le maximum d’objets, la fondation a lancé un appel aux dons via les réseaux associatifs et des forums internet. Les échangés (provenant de Grèce) vivant à Çatalca auraient aussi été sollicités. Ce n’est cependant que depuis l’ouverture que les dons commençent à arriver. Les objets exposés aujourd’hui proviennent principalement de familles de lettrés (photographe, enseignant, musicien) et exclusivement d’échangés musulmans. De même, beaucoup de visiteurs de ce musée se déplacent depuis les provinces turques touchées par l’échange (Samsun, Bursa, Safranbolu, Eskişehir,…). Mais la fondation espère qu’au fur et à mesure des nouvelles acquisitions, la collection soit complétée notamment par des dons de familles rum qui visitent aussi le musée. La mairie de Çatalca évoque quant à elle un dialogue avec Nea poli, qui n’a toutefois pas encore été concrétisé par un jumelage.

Un musée organisé par pôles régionaux illustrés de récits familiaux (exclusivement musulmans, pour l’instant,…)

Le portrait d’une famille et la mise en vitrine de ses effets personnels rappellent l’origine (sociale, culturelle, géographique) des échangés.  Exemple de la famille de Mehmet Remzi Yeruşan (Ci-dessus): sur le panneau, un récit familial et des clichés pris en 1923 à Serres (Serez) et en 1930 à Istanbul; en vitrine, une décoration militaire, un coffre, des broderies et des ustensiles de cuisines en ivoire qui donnent des éléments de distinction sociale et culturelle.

Mémoire de l’échange et récit national

Au rez-de-chaussée, un grand panneau présente Gazi Mustafa Kemal Atatürk. Le principe d’exposition ne varie pas; selon notre guide, la mère d’Atatürk serait en effet venue de Thessalonique au moment de l’échange. Par le rapprochement entre cette histoire tout de même spécifique (il semble peu probable qu’elle se soit déroulée sur le même mode que les autres familles) et les portraits des échangés, l’histoire de l’échange est inscrite dans un récit national.

Atatürk au musée de l’échange: les échangés du traité de Lausanne peuvent s’identifier à la figure tutélaire du héros national.

 

 

Extension du domaine de l’échange: une emprise accélérée sur l’espace urbain

A l’extérieur du musée, cinq panneaux mettent en avant une mémoire locale, en présentant l’histoire de Çatalca, des échangés et du bâtiment. L’espace de l’exposition s’ouvre ainsi sur le quartier environnant. L’extension du thème de l’échange, sur les murs extérieurs du musée (carte des lieux de l’échange de 5 mètres sur 3) et sur l’ancienne place Naim Aytekin, rebaptisée « place des échangés de Lausanne », manifeste la volonté de la mairie de développer un quartier-musée. Ce quartier muséifié deviendrait un point incontournable pour un tourisme de pèlerinage drainant aussi bien des échangés de Turquie que de Grèce (qui visiteront aussi, probablement, au cours de leur circuit le Patriarcat de Fener). Le soutien apporté par la mairie au projet initié par le LMV, n’est donc pas exempt de motivations politiques et économiques : l’histoire de la ville devient une ressource permettant de développer ses potentialités touristiques.

Cette dynamique s’accompagne d’une politique de rénovation, menée à l’échelle d’un périmètre restreint qui regroupe quelques 35 maisons en bois, toutes classées patrimoine historique. Les travaux, initiés avec la création du musée, se diffusent de manière centrifuge aux bâtiments adjacents et pourraient s’étendre jusqu’aux murailles byzantines. La municipalité espère ainsi que la création du musée suscitera un effet d’entrainement et saura attirer des financements. Il est cependant permis de douter que l’ensemble de la population locale en bénéficiera dans la même mesure et que l’accord autour de ce projet soit unanime.

Extension du domaine de l’échange? D’un côté de la place, la maison de la culture, de l’autre l’exposition qui déborde sur la rue.

 

La municipalité met en avant l’argument de l’appropriation du musée par la population, en citant l’exemple d’un fait divers où des clients du café installé au coin de la rue auraient pourchassé les voleurs de fleurs plantées en façade du musée. Or il apparaît, y compris dans cet exemple , que si la mise en valeur d’un quartier populaire et de mémoires locales à travers ce projet est sans doute soutenue par une partie des administrés, elle n’est pas pour autant l’objet d’un consensus général. L’exemple d’un graffiti relevé sur un mur des environs montre que la mise en écriture des mémoires et l’aménagement d’un espace public autour de cette nouvelle activité génère des réactions. Le récit d’un échangé de Çatalca (tel celui de Celal Özcan, paru en 2007 mais ignoré de la mairie) et la mise en mémoire d’un quartier et sa patrimonialisation annoncée ne reflètent pas les mêmes enjeux. De même, le musée est susceptible de cristalliser d’autres problématiques que celles directement liées à l’échange de population

Deux écritures hors récit municipal: un graffiti  « Müze Nedir? » et un Récit d’un échangé de Çatalca paru en 2007

Cette recomposition muséale du quartier intervient dans un tissu urbain caractérisé par un habitat populaire, roman,  parsemé de jardins et poulaillers, qui lui donne un aspect rural. L’ensemble dans lequel s’insère ce quartier est en pleine transformation.

 

Après restauration des maisons en bois, quel bâti semblera dégradé?

En contrebas du musée, la place dite Topuklu Meydan est encore l’objet d’une appropriation populaire, tandis que l’arbre et la fontaine sont désormais classés…

Située sur le TEM, à proximité immédiate de carrières, et sur la route du troisième aéroport (en projet à Silivri), la petite ville de Çatalca ne semble pas épargnée par la frénésie immobilière qui touche Istanbul.

Sur la route, le projet ville verte (Erguvan Kent), développé avec Kiptaş s’affiche en porteur d’avenir  (“Geleceğin Istanbul’unda buluşalım”)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *