Le fonds de documentation de la Conférence mondiale Habitat II, Istanbul 3-14 juin 1996

Les conférences Habitat

Logo de la conférence Habitat II

Logo de la conférence Habitat II

Depuis quarante ans, une série de conférences bidécennales réunit sous l’égide de l’ONU la communauté internationale pour traiter du phénomène de rapide urbanisation planétaire et adopter un plan mondial d’action. Portant le nom du programme des Nations Unies pour les établissements humains, « Habitat », le Sommet des villes s’est d’abord tenu à Vancouver en 1976 (Habitat I), ensuite en 1996 à Istanbul (Habitat II) et aura lieu prochainement en 2016 à Quito (Habitat III). C’est à chaque fois l’occasion pour l’ONU et ses États membres de faire une évaluation générale de la situation, de procéder à un bilan des mesures prises et de concevoir de futures décisions, ainsi que d’attirer l’attention des médias du monde entier sur les problématiques urbaines et leurs possibles solutions. Le Secrétaire-Général de la Conférence Habitat II était le Gambien Wally N’Dow et l’Égyptien Boutros Boutros-Ghali dirigeait l’ONU.

Anatomie conférenceLa Turquie et Istanbul accueillent Habitat II

demirel_ngow_ghali

Le président Süleyman Demirel entouré de Wally N’Dow et Boutros Boutros-Ghali.

Malgré une décennie 1990 marquée par une crise multiple1 (instabilité gouvernementale, conflit continu entre l’État et le PKK, collusion entre politique, police et mafia d’extrême-droite, pression de l’Armée sur la vie politique, vulnérabilité économique, financière, monétaire et fiscale), mais aussi par les processus d’intégration à l’Union européenne et d’émergence d’une société civile, accueillir la Conférence Habitat II participait pour la Turquie et Istanbul en particulier du désir d’une reconnaissance internationale. Profitant d’une part de la mondialisation et d’autre part de la chute du rideau de fer et de l’effondrement du bloc soviétique, la nouvelle donne géoéconomique et géopolitique des années 1990 est l’occasion pour les dirigeants turcs de redonner à Istanbul un caractère et un rayonnement international perdus.

Yiğit Gülöksüz, Directeur du TOKİ

Yiğit Gülöksüz, Directeur du TOKİ

Cette reconquête d’une position privilégiée sur les réseaux de flux (de préférence financiers) s’opère entre autres par une politique urbaine de visibilité mondiale dans le cadre de la métropolisation de l’espace turc dont Istanbul est le centre et le moteur. Ainsi, la tertiarisation de l’économie va de pair avec le développement des services aux entreprises et d’un marché de l’accueil d’événements internationaux : foires, expositions et autres activités de congrès. C’est ainsi que le gouvernement turc proposa le choix d’Istanbul comme ville hôte du Sommet des villes, choix entériné par la résolution 47/180 de l’Assemblée Générale des Nations Unies lors de sa 93ème session plénière le 22 décembre 1992.

Rececp Tayyip Erdoğan, maire de la grande mairie d'Istanbul plante un arbre.

Recep Tayyip Erdoğan, alors maire de la grande mairie d’Istanbul.

Finalement, Istanbul accueillit les délégations de 167 États membres de l’ONU et quelques 10 000 participants. À ce moment là, Süleyman Demirel, Président de la République turque (1993-2000), fut élu Président de la Conférence. Recep Tayyip Erdoğan était maire de la mairie métropolitaine d’Istanbul (1994-1998). Et l’architecte et figure éminente du coopérativisme municipal social-démocrate Yiğit Gülöksüz, Directeur général de TOKİ (1992-1997),2 fut le président du comité national turc à la Conférence.

panaroma conference valleyCarte Vallée de la Conférence

L’IFEA à Habitat II

Istanbul kitapı_1Pour l’IFEA, l’événement d’Habitat II a été un moment intense dans la carrière de l’Institut et tout particulièrement de son Observatoire Urbain, créé huit ans auparavant. D’après les rapports d’activité 1995-1996 et 1996-1997 de l’IFEA ainsi que les lettres d’information n°9, mai 1996, et n°10, mars 1997, de l’Observatoire Urbain d’Istanbul, nous découvrons que l’Institut fut lié à la tenue de la Conférence de différentes façons. Ainsi, Habitat II donna lieu tout d’abord à des interventions de M. Stéphane Yerasimos, directeur de l’IFEA (1994-1999). Nous pouvons citer par exemple les « Entretiens de Taksim », série de tables-rondes autour des principales préoccupations urbaines contemporaines et organisées sur invitation par la délégation française dans les locaux du Consulat général de France et de l’Institut Culturel près de la place Taksim et auxquelles ont été conviées des hauts fonctionnaires français, des PDGs de grandes entreprises privées et publiques ainsi que des personnalités politiques importantes telles que Pierre Mauroy, Martine Aubry et Michel Rocard. Les autres prestations de l’IFEA ont concerné un séminaire organisé par l’Unesco et un débat proposé la Fondation d’Histoire Économique et Sociale Turque.

Istanbul kitapı_2D’autre part, Edhem Eldem, Doçent à l’université de Boğaziçi et chercheur associé à l’IFEA entre 1989 et 2003 a été le responsable de la section classique ottomane de l’exposition sur les trois mille ans d’Istanbul commandée par la même Fondation dans le cadre de la Conférence Habitat II. L’exposition a ouvert ses portes le 31 mai 1996 et fut prolongée jusqu’à la fin du mois de septembre en raison du succès obtenu. Cette exposition avait en outre débouché sur deux ouvrages collectifs, soit un livre de l’exposition comprenant des textes de la plume des concepteurs de chaque section et un catalogue proprement dit.3 Des articles sont en plus parus à trois reprises dans la revue Istanbul.4

En parallèle des activités de l’IFEA en marge de la Conférence, l’OUI fut spécialement chargé de la collecte de la documentation produite et distribuée lors du Sommet. Titulaire d’un DESS d’urbanisme de l’IEP de Paris et coopérant service national affecté et domicilié à l’IFEA, rattaché à l’Observatoire entre décembre 1995 et avril 1997, Rémi Stoquart fut la cheville ouvrière de cette opération. Avec Laurence Ammour, sociologue urbaine et responsable de l’OUI entre 1993 et 1997, ils répertorièrent et classèrent au cours de l’été qui suivit les quelques 500 ouvrages, brochures et documents réunis pour constituer un fonds particulier comprenant des rapports nationaux, les bulletins des organismes internationaux et des ONG, les fascicules des « best practices » et les textes des conférences et forums tenus à Istanbul sur, parmi d’autres, la politique de la ville et la Déclaration finale de la Conférence (dite « Déclaration d’Istanbul »).

Habitat II fut par la suite le sujet d’une série de séminaires de la saison 1996-1997 de l’OUI planifiée par Laurence Ammour et pour lesquels Rémi Stoquart invita des personnalités ayant participé à des titres divers à la Conférence à venir présenter le bilan et les enseignements de celle-ci. Georges Cavallier, ingénieur général des Ponts et Chaussées et coordonnateur de la délégation française, exposa par exemple le 13 février 1997 les « Acquis et attentes d’Habitat II : le point de vue du coordonnateur des contributions française à la Conférence ».

Description physique du fonds de documentation

Venons-en au fonds lui-même. Au moment de son inventaire en mars-avril 2015, celui-ci était rangé dans la « Salle des stagiaires » de l’Observatoire Urbain d’Istanbul et la documentation était rassemblée depuis 1996 dans seize cartons blancs de type range-dossiers et un classeur vert. Le fonds de documentation Habitat II ne semble pas avoir vu passer beaucoup de chercheurs depuis dix-neuf ans. Malgré des cartons majoritairement en mauvaise condition, une forte concentration de poussière tenace et la structure métallique du classeur partiellement rouillée, les documents se trouvent être en bon état et prêts à remplir leur mission informative.

Malgré l’absence parmi les documents d’une note explicative rédigée par Laurence Ammour ou Rémi Stoquart à l’attention des utilisateurs sur l’existence et l’organisation du fonds de documentation Habitat II, nous remarquons cependant qu’une certaine classification règne. Après ouverture et une première évaluation, les contenus dans leur ensemble correspondent aux intitulés inscrits sur les cartons. Par soucis de clarté et de synthèse, nous regrouperons le fonds de documentation en six grandes catégories :

  1. le « Sommet » (3 cartons soit 286 documents) ;
  2. les « rapports nationaux » (4 cartons soit 75 documents) ;
  3. les « best practices » par villes et par pays (2 cartons soit 89 documents) ;5
  4. les « organisations internationales » (2 cartons soit 76 documents) ;
  5. les « ONGs », dont un fonds spécial Turquie (3 cartons soit 243 documents) ;
  6. la « presse » quotidienne, spécialisée et institutionnelle en turc, anglais et français (2 cartons et un classeur, soit 240 documents) ;

soit un total de 1009 documents.

Dans les trois range-dossiers du Sommet, nous retrouvons des notes et des rapports émis par le Secrétariat-Général de la Conférence. Les documents collectés, feuilles et feuillets en français et en anglais, quelques doubles et mêmes triples, concernent la préparation, l’organisation et le déroulement de la Conférence : commission préparatoire (troisième session), points à l’ordre du jour provisoire et fixe, réunions des comités de travail, sessions plénière et de haut-niveau, des exemplaires du « Journal Officiel » de la Conférence publié par les Nations Unies, des communiqués de l’Organisation à l’intention des organes d’information et enfin des déclarations et allocutions officielles des participants à la Conférence.

La deuxième catégorie rassemble les rapports nationaux de trente-sept pays, d’un État fédéré (la province canadienne de Québec) et de deux régions continentales (Amérique Latine / Caraïbes et Europe), rédigés et fournis par les pays eux-mêmes avant et pendant la conférence. Ces brochures et livrets sont regroupés par ordre alphabétique français. Les rapports nationaux, du plus élaboré au plus simple, contiennent des statistiques, des analyses des problématiques nationales, des propositions de solutions et des évaluations de politiques urbaines. Ils servent de matière première à l’élaboration du « Programme Habitat », le plan mondial d’action pour les deux décennies suivant la tenue de la Conférence.

Entre marketing urbain, brochures touristico-informatives, « policy paper » et inventaire de destructions et réclamation de justice post-conflit (Stolac, Bosnie-Herzégovine ; Lhasa, autorité en exil du Dalaï-lama), les documents du troisième groupe recueillent des « best practices » publiées par vingt-deux municipalités et des pays de différentes régions du monde.

Regroupant des publications produites par des institutions liées à l’ONU (à l’exception de USAid) à l’occasion de la Conférence, les livrets, fascicules et feuillets contenus dans les cartons de la quatrième catégorie articulent l’événement de la Conférence par rapport aux autres problématiques onusiennes (par exemple : droits humains, développement durable, changement climatique, etc), et à fortiori de la communauté internationale dans son ensemble. Nous y trouvons également une sélection bibliographique de publications originaires de l’ONU comme sources pour la Conférence, ainsi que deux fascicules fournis par TOKİ, alors administration/agence du logement collectif en charge de la co-organisation de la Conférence, donnant des informations en rapport au séjour individuel des participants au Sommet.

L’ONU est en principe une association d’États et de gouvernements, Habitat II fut pourtant l’une des premières conférences onusiennes pour laquelle les ONGs obtinrent une accréditation officielle. Elles s’y rendirent d’ailleurs en masse ; c’était là une merveilleuse occasion de se faire connaître internationalement. Même si les livrets, brochures, fascicules, feuillets et feuilles assemblées dans les trois cartons labellisés « ONGs » proviennent en grande majorité d’associations à but non lucratif, indépendantes financièrement et politiquement ainsi qu’agissant dans l’intérêt général, nous y trouvons également de la documentation d’organisations et d’organismes d’autres types. Ces trois cartons font un peu figure de fourre-tout. Bref, ceux-ci sont divisés entre les « ONGs » à caractère international, national et turc. Concernant les deux premiers groupes, leur composition est très (trop ?) hétéroclite, un fait révélateur de la difficulté à cerner le phénomène d’urbanisation planétaire. Le carton des « ONGs » turques quant à lui rassemble des publications en tout genre provenant de dernek (association, société) et autres vakıf (fondation), mais aussi d’associations professionnelles (constructeurs, TMMOB, etc.) et quelques brochures commerciales de TOKİ et Emlak Bankası ainsi que de syndicats.

Enfin, la sixième et dernière catégorie regroupe la documentation issue de la presse, au sens large. Alors que le classeur offre une sélection de coupures de la presse quotidienne turque (Cumhuriyet, Zaman, Yeni Yüzyıl, Hürriyet, Sabah, Türkiye, Milliyet et Turkish Daily News) découpées et collées sur des feuilles blanches individuelles et datées du 14 septembre 1995 au 30 mars 1996, plus trois coupures datées de 1997 et 2002 (pourquoi cette sélection ne couvre-t-elle pas la période de la Conférence : 3-14 juin 1996 ?), les feuillets, journaux, brochures et fascicules des deux cartons peuvent être qualifiés, malgré leur hétérogénéité d’origine et de contenu, de presse institutionnelle.

Reconditionnement du fonds après inventaire

Dans le but de pérenniser la conservation du fonds de documentation, son contenu a été reconditionné dans de nouveaux cartons d’archive. Au cours de cette opération, le principe d’intégrité du fonds a été respecté, à une exception près. Les nouveaux cartons fournis étant en majorité plus petits que les anciens, le contenu du carton « Best practices par pays » a dû être divisé en deux, au lieu d’un seul carton à l’origine.

Majoritairement dépourvu de tout système de classification interne à l’origine, les contenus de chaque carton ont été classés dans la mesure du possible selon un ordre alphabétique ou chronologique afin de permettre une meilleure orientation et navigation à l’utilisateur-trice. C’est le cas par exemple du classeur contenant les coupures de presse de quotidiens turcs et des cartons renfermant les documents du « Sommet », ceux aussi des « rapports nationaux », des « best practices » par villes et pays, des « Organisations internationales » et des « ONGs ». Si non classé, les contenus sont restés dans l’ordre dans lequel ils ont été trouvés. Voici, après inventaire, le schéma d’organisation du fonds de documentation OUI-Habitat II :

schema classement

Avis sur la valorisation du contenu

Grâce à son contenu hétéroclite, le fonds de documentation peut intéresser les chercheurs de différentes façons. Premièrement, les documents émis par les Nations Unies et liés à la préparation, l’organisation et déroulement du Sommet fournissent des informations précieuses. Même si la plupart sont aussi disponibles en ligne, certains semblent être unique. Il y a par exemple dans le carton 1.1.2. (Obs Urb 667 I-II/2,3) «Programme et communiqués de la Conférence » un épais document relié qui est une version work in progress (« Advance Unedited Draft ») du HABITAT AGENDA contenant les commentaires et annotations des parties en vue de la version finale. On peut y deviner les positions et préférences politiques des États. De la même façon, on trouve dans le carton 1.5.1 (Obs Urb 668 I-II) « ONGs internationales » le même travail mais concernant les ONGs : le « NGO Workin Group Composite Draft. Suggestions for the Habitat II Agenda ».

Deuxièmement, toujours en rapport avec le Sommet, les documents « Presse » livrent des renseignements d’une grande valeur en donnant le ton de l’événement et en révélant son ambiance. Il y a bien sûr toutes les coupures de presse des quotidiens turcs, mais aussi ce que j’appellerais les bulletins d’Habitat II. Ceux-ci sont respectivement :

  • « Compte à rebours pour Istanbul / Countdown to Istanbul » + « Les débats d’Habitat / Habitat Debate » par CNUEH / UNCHS, à trouver dans le carton 1.4.1 (Obs Urb 664 II) « Banque mondiale à Urban Management Programme » ;
  • « Bulletin des Négociations de la Terre – Compte-rendu quotidien de la seconde conférence de l’ONU sur les établissements humains » par l’Institut International du Développement Durable, dans le carton 1.5.1 (Obs Urb 668 I et II) « ONGs internationales » ;
  • « Istanbul Newsletter Habitat Days » par IBB – Mairie Métropolitaine d’Istanbul, dans le carton 1.6.2 (Obs Urb 669) « Presse institutionnelle ».

Troisièmement, la documentation liée aux participations française et turque à la Conférence est également d’une valeur importante. Les rapports nationaux, les programmes d’activités autour de la Conférence, etc. révèlent par exemple les intérêts et les attentes de ces deux pays pour le Sommet. Pour la Turquie, par exemple, en plus des brochures de TOKİ ou d’Emlak Bankası, nous trouvons dans le carton 1.5.3. (Obs Urb 668 IV) « ONGs turques » un rapport très intéressant de TMMOB Mimarlar Odası Istanbul Şubesi (bureau stambouliote de la Chambre turque des architectes) répertoriant entre autres leurs actions en justice de 1987 à 1996.

Finalement, la documentation prise dans son ensemble fournit des informations inestimable au/à la chercheur-e qui entreprendrait l’étude du rapport entre la tenue matérielle d’un événement (politique) international et la ville qui l’accueille. Dans ce sens, pour l’OUI en particulier et l’IFEA en général, il serait bien entendu opportun pour les vingt ans de la Conférence de publier un article sur la tenue d’Habitat II à Istanbul.

D’un point de vue général, le fonds de documentation se prête merveilleusement au jeu de l’analyse de discours. Sa valorisation est multiforme.

  1. Le terme de « crise multiple » emprunte directement à celui de « vielfach Krise » proposé par Pauline Bader, Florian Becker, Alex Demirović et Julia Dück dans « Die multiple Krise – Krisendynamiken im neoliberalen Kapitalismus », chapitre d’introduction de l’ouvrage collectif qu’ils ont dirigés : VielfachKrise im finanzdominierten Kapitalismus, Hamburg : VSA Verlag, 2011. D’après eux, la notion de crise multiple exprime « la situation historique de convergence de différents types de crises s’influençant de manière réciproque et connexe dans l’espace-temps du capitalisme financier néolibéral » (p. 13 ; ma propre traduction). Pour les auteurs, cette crise multiple s’articule selon quatre principes de crises : une crise de l’accumulation par le capitalisme financier ; une crise sociale-écologique du rapport société-nature et de la construction sociale de l’idée de nature (Gesellschaftliche Naturverhältnisse en allemand et social nature en anglais) ; une crise continue de la reproduction sociale ; et une crise de la représentation politique en démocratie. []
  2. Pérouse, Jean-François, « L’État sans le Public : quelques conjectures à propos de l’Administration du logement collectif (TOKİ), in Aymes, Marc, Gourisse, Benjamin, Massicard, Élise (dir. 2013) : L’art de l’État en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Paris : Édition Karthala, pp. 173-194. Cote bibliothèque IFEA : Tur Cont 230. []
  3. Eldem, Edhem, « Osmanlı Dönemi Istanbul’u », in Mine Soysal, Hazırlayan (ed., 1996): İstanbul, Dünya Kenti İstanbul Sergisi, İstanbul : Tarih Vakfı, pp. 27-36. Cote bibliothèque IFEA : Obs Urb 940. []
  4. Par exemple, « Deux mots d’Habitat II » (en turc), Istanbul, n°19, Octobre 1996, p. 53-55. []
  5. Deux cartons au moment de l’inventaire, trois après reconditionnement. []

Matthieu Floret

Chercheur vacataire à l’OUI

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. david gabriel dit :

    Bonjour,
    pour compléter, il serait intéressant d’ajouter les autres lieux où l’on trouve des documents d’archives concernant HABITAT II. Côté ONG, il y a à Paris quelques cartons concernant Habitat II à l’association Internationale de techniciens, experts et chercheurs (AITEC), 21 ter rue Voltaire, 75012 Paris.
    bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *