Bülent Üstün: La nouvelle bande dessinée turque

Bulletin 16:

par Laurent-Olivier MALLET
Chercheur à l’IFEA

Dans le quartier de Beyoğlu, à Istanbul, on peut trouver un café tout entier dévoué à la nouvelle bande dessinée turque. On y trouve, sur les murs, les personnages principaux de l’hebdomadaire qui a donné son nom à l’endroit, Leman. Au bar, ou assis dans les recoins du lieu, on y rencontre la plupart des dessinateurs de la revue, dont les locaux sont à l’étage supérieur, cherchant l’inspiration dans des conversations animées ou, plus discrètement, au fond d’un verre de bière.

Parmi eux, Bülent Üstün. Depuis 1996 il raconte les aventures d’un chat très particulier, nommé Şerafettin, qui est en passe de devenir le héros incontesté de Cihangir, un quartier tout proche de Beyoğlu et réputé pour ses mauvais garçons, ses transsexuels… et ses chats. Mais la réputation de Şerafettin a dépassé le théâtre de ses hauts-faits et s’étend désormais à toute la ville, ne contribuant pas vraiment à rehausser le prestige de son quartier.

Kötü kedi Şerafettin: le mauvais chat Şerafettin

Initialement parues dans L-Manyak, le mensuel de Leman, les aventures de Kötü Kedi Şerafettin (le mauvais chat Şerafettin) furent réunies en album, phénomène assez rare en Turquie. Mis à part les grands classiques de la bande dessinée pour enfants (Tintin, Astérix, Lucky Luke, etc…), la BD s’exprime en Turquie dans des hebdomadaires au contenu le plus souvent médiocre, Leman se situant très largement au-dessus du lot. La parution en album est donc une exception, et elle ne passa pas inaperçue. Cihangir, qui est dans cet album un personnage en soi, n’a pas été ingrat envers Bülent Üstün : il y a peu encore, on pouvait trouver l’album chez les épiciers, dans les boutiques les plus diverses et, bien sûr, chez le vétérinaire du coin. On trouve dans tout Cihangir, sur les palissades ou les murs abandonnés, des portraits de Şerafettin aux allures de Big Brother. Certains sont signés, d’autres pas, laissant penser que Bülent Üstün a fait des émules.

On peut s’interroger sur la nature du succès que rencontre Şerafettin en Turquie, pays fort d’une longue tradition de brillants caricaturistes mais qui ne se passionne guère pour la bande dessinée. À 25 ans et avec déjà 30 000 exemplaires de Kötü Kedi Şerafettin vendus aux quatre coins du pays, Bülent Üstün connaît un succès hors du commun. Mais, à l’image de Şerafettin, Bülent sait garder la tête froide : c’est la rue qui l’a fait, et d’instinct il a su se préserver des dangers de la renommée.

Şerafettin, un mauvais chat ? Il suffit de lire les premières pages pour se rendre compte qu’il n’est pas un enfant de chœur, pas à proprement parler un chat d’appartement. Violent, alcoolique invétéré, il a pour seule morale le thon en boîte Dardanel et le vin rouge, de préférence du Doluca (deux produits connus dans tout le pays) : notre antihéros n’hésite pas à assassiner le particulier pour lui voler ses commissions ou vider son frigo. La vie sexuelle de Şerafettin est également très mouvementée, d’autant plus qu’il ne se contente pas de jeter son dévolu sur la seule gente féline. Mais cette brute épaisse sait aussi se faire tendre lorsqu’il s’agit de sa bande, Riza la souris, Rifki la mouette ou encore Tacettin, le propre fils de Şerafettin, qui n’a rien à envier à son père : il débute sa carrière de «kötü kedi» en dévalisant un magasin du monopole de l’État sur, notamment, l’alcool.

Quand Şerafettin ne sème pas la terreur dans les rues de Cihangir, il observe son terrain d’action depuis les toits du quartier. Plus jeune, il rentrait chez lui, ou plutôt chez Tonguç.  L’heureux propriétaire de Şerafettin était un artiste un peu raté, un peu gauchiste, un peu alcoolique, qui est aussi accessoirement l’auteur d’un ouvrage intitulé «Az gelimilik sürecinde Türkiye», titre qui doit probablement titiller la mémoire des turcophones versés dans la littérature tendance post-68… mais qui ne passionne pas franchement Şerafettin. Pourquoi ce livre et pas un autre ? Interrogé, Bülent Üstün avance deux raisons : il est ennuyeux et surtout il est lourd, ce qui peut être utile pour l’envoyer à la tête de son interlocuteur afin de le convaincre de la justesse des arguments avancés.

C’est donc bardé d’une telle hérédité – dévoilée par Şerafettin à son fils un soir de soûlerie – que les nerfs de ce chat peu commun sont mis à l’épreuve dès les premières pages. Profitant de l’absence du propriétaire, un caricaturiste répondant au prénom de Bülent, Şerafettin débute sa légende en s’introduisant dans un appartement dans le but de violer sauvagement une ravissante chatte angora repérée du haut des toits («gel abine Ankaralım!»). En découvrant le cadavre de sa petite chatte, fou de rage, le caricaturiste se jure alors de tout faire pour réduire en poussière ce maudit chat. Les murs de Cihangir résonnent encore de cette terrible vendetta. Mais Şerafettin n’a pas que Bülent à ses trousses : ses méfaits lui valent d’avoir successivement à se battre contre des meutes de chiens, un épicier ahuri, la mafia et même la police, lorsqu’il tente avec sa bande de faire un casse à la célèbre Banque ottomane de la place Taksim.

Lorsqu’il a fait bombance, Şerafettin peut avoir un esprit romanesque, courant défendre la veuve et l’orphelin; ou plutôt une des prostituées du quartier qui rencontre quelques ennuis avec son «abi». Ce bouillant chat est même capable de tomber amoureux mais son attirance pour les manita (les «meufs») est telle qu’il finira par se retrouver face à son fils, Tacettin, produit d’une rencontre de passage dans les poubelles du quartier. Le cadre des aventures de Şerafettin ne dépasse guère les limites de Cihangir-Beyoğlu, sauf lorsque Tonguç décide d’emmener sa ménagerie en vacances à Bodrum dans sa 2 CV Peace & Love, occasionnant d’ailleurs un terrible accident de la circulation à Susurluk… Accident (réel) qui dévoila l’ampleur de la corruption au sommet de l’État.

Au fil des pages, les portraits que Bülent Üstün nous offre sont des plus divers : celui de la prostituée de Cihangir, du travesti, du «bakkal» (épicier) rendu fou par la vie dissolue du quartier, du policier idiot qui passe ses journées à se faire insulter par son supérieur, mais aussi le baba cool dont la montre s’est arrêtée quelque part entre Woodstock et le coup d’État de 1980, le militaire en retraite qui se refait 1974 (Chypre) dans les rues de Cihangir (à la mitrailleuse), l’imam qui sort son fusil lorsque les prières ne suffisent plus, et les mafieux. Du porte-flingue élémentaire au «baba» si proche du pouvoir (que l’on ne voit que de dos), en passant par le caïd du quartier, toute la gamme est déclinée. Toujours drôle et imaginatif, Bülent Üstün puise son inspiration dans la rue.
Adepte d’une ligne claire moderne, Bülent accorde une place de choix aux dessinateurs français dans son panthéon personnel : Wolinski, Vuillemin et surtout Edika (auquel il fait quelques clins d’œil) y côtoient des Turcs comme Kemal Aratan ou Solmaz et Baruter.

Une telle œuvre n’aurait pas été possible sans la libéralisation des mœurs et du dicible que la Turquie a connue ces dernières années ; et Bülent Üstün en use sans vergogne, frénétiquement, en adepte radical de l’adage selon lequel la liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Mais, et là doit résider la clef de son succès, les aventures de Şerafettin n’entrent pas dans cette catégorie dite de la BD pour adulte, où l’histoire n’est souvent que prétexte à briser l’interdit, qu’il relève du sexe ou de la politique. L’expression graphique de Bülent Üstün ne se prête d’ailleurs pas à produire des dessins pour camionneurs ou militants. Non, ses histoires plaisent parce qu’elles font rire, et font rire parce qu’elles parlent : de Cihangir, de ses habitants, de leurs manies, de leurs peurs, de la Turquie actuelle. Le langage est cru, grossier, mais c’est celui de cet Istanbul populaire dont Bülent Üstün a fait le terrain de jeu de son chat préféré. Le petit milieu très fermé des dessinateurs turcs n’apprécie guère Şerafettin, sa liberté de ton et de trait. Surtout, Bülent Üstün n’appartient pas à cette génération de dessinateurs qui firent leurs armes dans la célèbre revue du début des années1980, Gir-Gir. Irrévérencieux, provocateur, refusant l’image de l’artiste-intellectuel engagé, forcement engagé, Bülent préfère forger sa réalité en dessinant des Şerafettin dans les rues de Cihangir.

Avec Bülent Üstün, pas de héros ni de morale, mais pas non plus de personnages hors du temps et de l’espace ; nous sommes bien à Istanbul, Turquie, fin du vingtième siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *