Les conditions de construction en Gecekondu: quartier de Mustafa Kemal à Ümraniye

Bulletin nº 12

par Laurence Bonhomme

étudiante à l’école d’architecture de Nantes

Depuis 1950, en Turquie, des masses de population rurale émigrent vers les villes et les zones métropolitaines. La nature et l’amplitude de la migration campagne-ville révèlent des problèmes directement liés à l’exode rural, ayant des conséquences sur la forme des villes. Ce phénomène impressionnant implique une installation souvent rapide du migrant et nous démontre sa volonté de construire sans l’aide des intervenants compétents de la construction. La nécessité de s’héberger et la détermination à s’installer ont pour conséquence l’occupation d’un terrain de manière illégale (c’est-à-dire d’un terrain appartenant à un tiers) et la construction d’une habitation sans autorisation de construire. Ce qui, à l’origine, est une occupation illégale d’un terrain devient progressivement un quartier avec ses composants et ses lignes de force. Le terme « gecekondu » employé la première fois pour désigner l’apparition de maisons construites à la hâte englobe désormais un quartier entier. C’est ainsi qu’une catégorie de population s’est créée un environnement physique puis social, dont l’élément qui génère l’espace est la maison d’habitation.

Les constructions issues de la migration ont un enjeu économique: la nécessité de s’abriter rapidement à un moindre coût. Puis les stratégies de construction ont évolué: il s’agit maintenant d’immeubles de deux ou trois étages que des personnes plus aisées édifient. Notre étude porte sur des Karslı – habitants de la région de Kars – dans le quartier de Mustafa Kemal à Ümraniye. Toutes les personnes rencontrées ont migré vers Istanbul à cause de leurs difficultés économiques au village. Les familles sont propriétaires de leur logement et les personnes interviewées correspondent à la génération migrante. Nous avons procédé à des entretiens directifs. des relevés architecturaux (plan et disposition des meubles) et des relevés photographiques. Ainsi, notre étude a porté sur deux types d’habitation: l’un est issu de l’émigration, l’autre correspond à une stratégie constructive (familiale, économique).

Notre recherche s’est donc orientée vers la problématique suivante: entre maison traditionnelle et construction à plusieurs étages, la conception de l’habitat a-t-elle évolué ?

1- Conditions d’émigration et stratégies constructives

Comme indiqué précédemment, toutes les personnes rencontrées sont des Karslı. Leur départ est associé aux difficultés économiques sans que cela soit clairement exprimé lors des entretiens. Alors que toutes les familles interviewées mentionnent le manque d’argent et les conditions de vie difficiles, aucune ne fait référence au problème que pose l’héritage. En effet, l’importance du nombre d’enfants ne permet pas le partage équitable de l’exploitation agricole des parents. Ainsi, on retrouve la structure familiale suivante: un enfant reste au village au côté de ses parents, alors que les autres frères et sœurs migrent vers les grandes villes. Autre cas rencontré: aucun enfant ne veut prendre la succession de l’exploitation. Dans ce cas, les biens sont vendus et toute la famille (ici, famille élargie) migre. Il arrive aussi que, lorsqu’un étranger (personne extérieure au village) achète les terres, cela perturbe l’équilibre social du hameau. Ainsi, certains exploitants préfèrent quitter le village.

En ce qui concerne notre étude, le chef de famille est venu soit avec sa femme et ses enfants, soit seul pour trouver du travail. À leur arrivée, la plupart ont été hébergés par des personnes de leur entourage. Puis, dans le premier cas, la famille a loué l’habitat et acheté ensuite, alors que dans le second, la stratégie de construction est le regroupement familial. Ainsi, il s’avère nécessaire de construire rapidement et à moindre coût (économie sur main d’œuvre, matériaux et terrain) pour retrouver l’équilibre familial.

2 – La maison comme élément physique

2 – a La maison traditionnelle

Les maison traditionnelles du quartier de Mustafa Kemal sont en briques de terre cuite ou en parpaings de mauvaise qualité. Le sol est en béton. Le plafond est généralement en contre-plaqué fin sur des traverses en bois. La charpente est traditionnelle en bois et la couverture est en tuile de terre cuite. Les enduits intérieurs et extérieurs sont constitués de ciment et de chaux.

2 – b La construction à plusieurs étages

Les fondations sont. en général, coulées avec des longrines sur dés en béton armé. La technique de construction est une structure poteau-poutre. Un squelette en béton armé est d’abord effectué puis les murs de brique sont montés. L’enduit extérieur est constitué de chaux et de ciment. La toiture est soit traditionnelle, soit en toit terrasse. Pour ce deuxième cas, on observe souvent la construction de deux niveaux puis, sur le toit terrasse, l’amorce de poteaux et de ferraillage qui permettront de construire des étages supérieurs plus tard.

Les maisons étudiées possèdent pour la plupart sept pièces, dont nous détaillerons, à travers l’exemple, la multifonctionnalité d’un espace. Nous pouvons tout de même déterminer des constantes d’usage:

  • – un sofa ou vestibule, qui commande d’autres pièces. Cette pièce dessert un premier salon: oturma-odası ou « pièce ou l’on s’assoit » qui correspond au salon de la famille.
  • – l’oturma-odası qui dessert le misafir-odası ou « pièce des invités », qui correspond au salon ou l’on reçoit les invités.

Ensuite, les plans diffèrent:

nous retrouvons toujours une cuisine – mutfak, des toilettes – tuvalet, souvent une chambre – oda et quelque fois une salle d’eau – banyo, une annexe à la cuisine et une desserte.

3 – La maison: organisation sociale et spatiale:

En entrant dans une maison turque, l’usage est de se déchausser. Cela se fait devant la porte d’entrée – giriş et quelquefois dans un hall – hayat qui dans notre cas est bien souvent un ajout à la construction. Cet espace de transition rue-maison est aussi un espace ou l’on dépose des objets usagés encombrants.

Nous traversons ensuite un sofa qui commande les autres pièces ou bien nous accédons directement à un premier salon: l’oturma-odası. L’oturma-odası est l’espace central de la maison; c’est un lieu de vie multifonctionnel. C’est l’endroit ou l’on mange, dort, regarde la télévision, fait des activités (dentelle, tricot). On y prépare et on cuit les repas lorsque la cuisine n’est pas assez grande, on fait aussi le repassage, devant la télévision. L’oturma-odası est l’espace central de la maison et de la famille: tout le monde y est représenté et s’y retrouve à un moment de la journée. C’est l’espace de réception des « intimes »: famille, voisins qu’on reçoit en buvant un thé. Dans la maison turque, la pièce où nous sommes reçus détermine immédiatement les rapports que nous pourrons entretenir avec la famille.

Généralement, le sofa ou bien l’oturma-odası dessert le salon des invités – misafir-odası. Cette pièce possède toujours du mobilier, notamment buffet, vitrine, banquettes, table basse et éventuellement une table à manger. Le sofa ou bien l’oturma-odası desservent la pièce du lit – yatak-odası présente dans toutes les maisons visitées. Cette chambre comporte constamment un lit et un coffre – sandık qui renferme la dot ainsi que les présents offerts à la femme lors de son mariage. La pièce comprend souvent une armoire, des matelas et couvertures ainsi que des objets ménagers. Nous retrouvons ensuite la cuisine – mutfak qui sert pour la préparation et la cuisson des repas mais surtout pour la vaisselle. Les appareils ménagers sont en général un four et une gazinière pour la cuisson des aliments, une bouteille de gaz pour chauffer le thé et l’eau de la vaisselle, un réfrigérateur, un évier ainsi qu’une grande étagère qui contient de la vaisselle.

 4 – Deux exemples de famille

4 – a Maison traditionnelle

propriétaire: Mr Yardımcı, veuf

  • – une fille mariée, vit dans sa belle-famille
  • – un fils marié, vit ici avec sa femme et un enfant
  • – une fille, vit ici
  • – une fille, vit chez son oncle paternel

Mr. Yardımcı est venu à Istanbul en famille car nous a-t-il dit: « il ne restait plus personne au village ». Il est travailleur « libre » c’est-à-dire vendeur sur les marchés. Son fils travaille dans la confection et sa fille est comptable. La famille a été locataire de deux maisons avant l’achat de celle-ci, déjà construite. Les modifications apportées au plan sont la construction d’une pièce pour la cuisine et surtout l’ajout d’une chambre pour la famille de son fils. Mr Yardımcı aurait voulu démolir pour faire construire un immeuble mais il n’a qu’un fils donc qu’un seul salaire permanent.

4 – b Habitation à plusieurs étages

propriétaires: Mr et Mme Yolcu

  • – la mère de Mr Yolcu
  • – deux fils mariés, vivent ici avec leurs femmes et leurs enfants (2)
  1. niveau – 1: atelier de menuiserie
  2. niveau 0: atelier de menuiserie et location d’un appartement
  3. niveau 1: famille

Mr Yolcu est venu à Istanbul seul, sa femme l’a rejoint ensuite. Il est « usta » c’est-à-dire maître-maçon. Ses fils travaillent dans l’atelier de menuiserie. Les étages à construire leur sont destinés.

CONCLUSION Au stade de nos recherches, avons-nous observé une évolution dans la conception de l’habitat ? Il est, pour le moment difficile de tirer des conclusions. Notre recherche concerne un échantillon de constructions et la comparaison des deux exemples énoncés est à considérer comme une base de travail.

Au regard des plans, quelles différences peut-on remarquer ? Nous observons des espaces de distribution n’ayant pas la même fonctionnalité. Dans le premier exemple, il s’agit d’une pièce de vie, espace central qui distribue toutes les autres pièces. Cette pièce est la base même de l’habitat. C’est l’espace multifonctionnel où tous les usages sont représentés. Pour le second exemple, l’espace de distribution est un couloir dont la largeur permet l’ameublement. Ce système distributif permet davantage d’autonomie et favorise l’indépendance des espaces. Il est, à notre sens, important de souligner ces deux modes de fonctionnement de l’habitat qui par le choix qu’il en est fait est une donnée déterminante des projets de vie des propriétaires. D’autres particularités apparaissent telles que : la séparation des toilettes et de la salle de bain, l’agrandissement du volume accordé à la cuisine qui inclut désormais les appareils ménagers. Pour l’instant nous ne tirons pas de conclusion sur de tels faits : est-ce une évolution de l’habitat ou bien n’est-ce pas plutôt lié aux possibilités économiques des personnes rencontrées ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *