İstanbul platformu vakfı: une nouvelle initiative pour Istanbul

Au mois de février dernier a eu lieu la première rencontre d’une toute nouvelle association : Istanbul Platformu. Créée à l’initiative de cadres supérieurs et d’intellectuels turcs, son objectif est de mobiliser les citoyens d’Istanbul pour qu’ils prennent en main leur ville et cessent de subir passivement les politiques municipales.

Un « Appel aux citoyens stambouliotes » a été lancé, dans lequel il est proclamé :

  • que sont stambouliotes non seulement ceux qui sont nés dans cette ville, mais aussi tous ceux qui y vivent et qui l’ont adoptée ;
  • qu’il faut créer un consensus sur tous les thèmes touchant à la ville et agir pour stopper tout processus qui menacerait l’environnement et la santé des habitants, et provoquerait l’enlaidissement et la dégradation du site ;
  • qu’il est indispensable d’empêcher les élus d’agir en toute impunité.

Le premier moyen d’action que se donne cette association est la création d’un vakıf de la « Plateforme d’Istanbul » (Istanbul Platformu Vakfı), servant de base juridique. Cet organisme ouvert à tous, veut être le lieu de rassemblement de tous ceux qui ont décidé de se réapproprier leur ville.

Les projets concrets de l’association sont les suivants :

  • La mise en place de comités de suivi des candidats aux élections municipales et de leurs propositions pour créer une force de contrôle émanant de la société civile ;
  • Le refus de laisser construire des habitations ou des routes dans les zones où existent des réserves d’eau, et l’amélioration des installations déjà existantes;
  • La préservation des bois et forêts environnants qui sont le dernier poumon de l’agglomération ;
  • La préservation de l’ancienne ville intra muros et l’arrêt des démolitions et des projets qui endommagent le tissu urbain de la péninsule historique : par exemple, le projet Besah qui prévoit la construction d’une autoroute Beşiktaş-Samatya ;
  • La destruction totale du « Park Otel »;
  • Le suivi de l’affaire du Gökkafes, futur centre d’affaires situé dans le Parc nº 2, sur la zone centrale de Maçka, qui se poursuit grâce à la loi édictée par le Ministère du Tourisme proclamant cette région « zone touristique »;
  • L’opposition systématique à la construction de tout nouveau pont sur le Bosphore. Les deux premiers ponts ayant déjà permis la destruction d’énormes surfaces de verdure et l’implantation sur ces terrains d’habitations illégales avec la bénédiction des autorités municipales à des fins électorales;
  • L’assainissement et l’aménagement des espaces autour de Küçüksu et du ruisseau de Göksu.

Pour mener à bien ces actions et toucher largement l’opinion publique, l’association entend utiliser les médias (presse écrite, télévision, radio) et créera des comités chargés de chaque question spécifique qui travailleront avec l’appui de  professionnels et techniciens bénévoles (avocats, architectes, urbanistes, ingénieurs, etc.).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *