Pour un nouveau plan d’Istanbul

Chronique du concours lancé par la municipalité d’Istanbul en 1933 illustré par la participation de l’urbaniste J.H Lambert

Marc Éginard. Responsable du développement et de la programmation. Établissement Public d’Aménagement ville nouvelle de Cergy-Pontoise.

(Tous mes remerciements pour son aide à Aron ANGEL, collaborateur de Henri PROST de 1936 à 1951)

En 1933, quatre urbanistes étrangers, trois Français et un Allemand, Alfred Agache, Henri Prost, Lemaresquier et Hermann Ehlgötz, sont invités par la municipalité d’Istanbul à participer au concours d’aménagement des parties incendiées de la ville.

Pour le nouvel État Turc, dirigé depuis déjà dix ans par Mustafa Kemal, tous les efforts consacrés jusqu’à ce jour tendaient à installer un régime fort destiné à sortir le pays du sous-développement ; laïcisation, occidentalisation et modernisation sont les fers de lance du nouveau pouvoir. A cette époque, Istanbul n’est plus le centre politico-administratif du pays. C’est Ankara « la moderne », qui pour des raisons stratégiques devient en 1925 la nouvelle capitale de la jeune République de Turquie. Sous la direction de l’urbaniste Allemand Hermann Jansen, de 1930 à 1938, Ankara sera l’objet d’un vaste programme d’aménagement ; développée, modernisée, elle deviendra un exemple pour les autres villes du pays. La ville d’Istanbul fera l’objet des mêmes préoccupations. Aussi dès 1933, la Municipalité d’Istanbul manifesta l’intention de poursuivre un important programme de travaux engagé depuis trois ans, mais qu’elle dut interrompre faute de moyens financiers. Ces travaux consistaient essentiellement en la réalisation de nombreux équipements publics modernes ; marchés publics, théâtres, établissements de bains, etc… Devant le blocage de la situation, un groupe composé de plusieurs personnalités turques prit contact avec des sociétés étrangères allemandes et françaises afin de conclure un marché pour permettre l’exécution de ce programme de travaux. Ce groupe était composé des personnes suivantes : Nuri Azziz (banquier, fondateur de la Banque Industrielle Ottomane), Yahya bey (architecte), Nadi bey (journaliste, Editeur du Cumhuriyet), Muhiddin bey (Gouverneur d’Istanbul), Docteur Rasid Feud (Sénateur), Docteur Sadik Ferid (Président de l’Association des Membres du Barreau Turc). Ces derniers se mirent notamment en relation avec Monsieur Ernest Gouin, Président de la société des Constructions des Batignolles pour négocier un marché représentant environ à l’époque 70 à 80 millions de francs. Proposition que les autorité françaises jugeaient quelque peu hasardeuse.

 » (…) le département a bien voulu me demander de le renseigner sur un programme de travaux que la Municipalité d’Istanbul aurait l’intention de faire exécuter et au sujet de Constructions des Batignolles. Les édifices dont il s’agit sont en projet depuis trois ans et il n’est pas douteux que la Municipalité de Stamboul n’ait le désir de réaliser prochainement son plan. Elle ne dispose d’aucun fonds en espèces et se trouve au contraire endettée. C’est pourquoi une société étrangère serait chargée de l’entreprise en finançant l’opération et en se contentant d’accepter en paiement des bons du Trésor à 10 ans, par exemple. C’est la combinaison qu’elle a d’ailleurs, déjà proposée à plusieures maisons allemandes, mais aucune d’elles n’y a donné suite. Quant au groupe turc dont le Département indique la composition, son Conseil d’Administration est formé de personnalités ne présentant pas de surface suffisante et les hommes qui en font partie, tel Younous bey, ne semble pas pouvoir être recommandés au point de vue financier.

Si la société de Constructions des Batignolles désirait étudier cette affaire, il y aurait intérêt de lui conseiller de se mettre directement en rapport avec la Municipalité en se passant du concours du groupe qui lui a fait des ouvertures.

J’y ajoute que, suivant les derniers renseignements recueillis, la Municipalité vient de décider de procéder cette année à l’établissement du plan de la ville et qu’elle aurait fait choix pour ce travail de trois architectes-urbanistes parmi lesquels se trouvent deux français (A.Agache, H.Prost) et un Allemand. Les documents indispensables auraient été fournis à ces spécialistes en vue de l’élaboration par chacun d’eux, d’un rapport qui serait soumis aux services techniques municipaux et c’est l’auteur du projet estimé le meilleur qui recevrait la mission de dresser le plan de la ville.

Il est vraisemblable, dans ces conditions, que les édifices publics dont la construction est prévue par le programme dont la société des Batignolles a eu connaissance ne seront entrepris qu’après l’achèvement du plan définitif en question. » Lettre du 3 mars 1933 de Monsieur Barbier, chargé d’affaires à de l’Ambassade de France à Ankara, adressé à Paul Bancour, Ministre des Affaires Etrangères.( Archives du Quai d’Orsay, Levant-Turquie 1930-1940).

Avant d’aller plus loin dans la présentation de cette chronique et afin de permettre au lecteur de prendre connaissance avec les principaux acteurs mêlés au déroulement de ce concours, nous avons jugé utile d’en dresser préalablement la liste. Celle-ci n’est pas exhaustive, car d’autres personnalités sont intervenues au cours des événements. Aussi, nous avons préféré pour ces derniers faire connaître leur identité au fur et à mesure des éléments que nous ont livrés les correspondances diplomatiques.

  • – A.Agache, vice-président de la Société Française des Urbanistes, réalise le plan d’aménagement de Rio de Janeiro
  • – H.Prost, Professeur à l’Institut d’Urbanisme de Paris, connu notamment pour ses nombreux travaux au Maroc et le plan de la Région Parisienne, ami de A.Gabriel ;
  • – Lemaresquier, Professeur à l’Académie des Beaux Arts ;
  • – J.H.Lambert, Conseiller technique auprès de gouvernements étrangers et de la municipalité latino-américaine, participe au plan d’aménagement de New York, de Chicago et de Paris ;
  • – H.Ehlgötz, membre de l’Académie d’Urbanisme, Professeur à l’Ecole Supérieure Technique de Berlin, réalise le plan d’Essen ;
  • – A.Gabriel, Directeur de l’Institut Français d’Archéologie ;
  • – Paul Vietti Violi, architecte, à l’époque en Turquie pour des constructions destinées à des manifestations sportives ;
  • – le Comte Charles de Chambrun, Ambassadeur de France en Turquie du 27 septembre 1928 au 27 juillet 1933 ;
  • – Frédéric Albert Kammerer, Ambassadeur de France en Turquie du 17 octobre 1933 au 19 avril 1936 ;
  • – Henri Franklin-Bouillon, homme politique Français, ami de A.Gabriel et de Mustafa Kemal ;
  • – Muhiddin Bey, Vali d’Istanbul ;
  • – Mustafa Kemal, Président de la République Turque ;
  • – Şemsi Paşa Taçdilen, directeur du service des Travaux Publics à la Municipalité d’Istanbul ;
  • – Galip Arif, ingénieur auprès du service des T.P à la Municipalité d’Istanbul, puis, directeur des services cartographiques, guide de J.H Lambert lors de son séjour à Istanbul;
  • – Kiazim Pasa, Président de l’Assemblée Nationale à Ankara
  • – Rouchen Esref, député d’Afion Karahisar .

En mars 1933, A.Gabriel se trouve à Paris, le concours ouvert par la Municipalité d’Istanbul a déjà provoqué l’arrivée en Turquie de deux Français ; A.Agache, Lemaresquier, ainsi que d’un Allemand, H.Ehlgötz, venus rendre visite au Vali d’Istanbul. H.Prost contacté par les autorités turques, mais dans l’impossibilité de se rendre à Istanbul, en raison du plan d’aménagement de la région parisienne alors sous sa responsabilité, proposera la candidature d’un jeune collaborateur pour le remplacer, J.H.Lambert. Alternative que les autorités turques accueillent avec réserves.

Dans sa lettre à A. Gabriel du 12 de mars 1933, J.H.Lambert cite les propos pressant de P.V.Violi qui lui conjure de « venir avant qu’il ne soit trop tard ». En relation d’affaires avec la Municipalité depuis quelque temps, P.V.Violi craint que le retard de J.H.Lambert, à cause du plan de la région parisienne qui le retient encore auprès d’H.Prost, ne change le cours des événements et que les autorités turques ne se décident pas à accepter sa candidature. En effet, la participation de JH Lambert n’est pas encore officielle et c’est Lemaresquier qui semblerait bénéficier au titre de ce concours d’appuis plus influents, notamment auprès de l’Ambassade de France à Ankara, bien que le Comte de Chambrun lors de son passage à Paris ait assuré à J.H.Lambert sur l’honneur avant son départ qu’il appuierait sa candidature auprès des autorités locales.

« (…) s’il est vrai qu’une personnalité comme celle de Prost soit sur les rangs, son beau caractère et son admirable technicité me feraient hésiter à n’accepter autre chose qu’un rôle de second plan et à ses côtés si tel est son désir  » (lettre de J.H Lambert à A.Gabriel le 12 mars 1933).

Quelques jours après avoir reçu cette lettre, A.Gabriel rencontra J.H Lambert à Paris. Ils préparent ensemble une lettre à Muhiddin Bey, Vali d’Istanbul, qui le 13 avril 1933, apparemment convaincu, prévient officiellement J.H.Lambert de sa participation au concours pour l’embellissement et l’aménagement des parties incendiées de la ville.

Mais peu de temps après, pour des raisons inexplicables, le 19 avril 1933 une lettre signée du Vali à J.H. Lambert semble montrer que rien n’est encore définitivement engagé :

« (…) Veuillez nous soumettre vos propositions afin que nous puissions soumettre le cas au gouvernement sans l’autorisation préalable duquel nous ne serions en droit de vous inviter.

L’un des quatre spécialistes en cause et venu pour son propre compte en notre ville et s’est retourné dans son pays après avoir fait les études qu’il a jugé nécessaires ».

Dans une lettre du 19 avril 1933 à J.H Lambert, A.Gabriel confirme que l’urbaniste Ehlgötz a démarré ses études sur la ville. Sa visite a lieu sans qu’il ne reçoive de convocation de la Municipalité (journal Akşam du 13 avril 1933). Dans ce même courrier A.Gabriel précise que la conférence de Ehlgötz à l’École des Ingénieurs d’Istanbul a produit le plus mauvais effet et que des événements nouveaux viennent de bouleverser la situation politique locale, événements qui pourraient remettre en cause le soutien de certaines personnalités à son égard.

« (…) Mon ami B. n’occupe plus la place qui lui donnait une grande autorité auprès de la ville ».

Nos recherches ne nous ont pas permis d’identifier le personnage qui se cache derrière cette initiale. Eu égard au contexte, il est possible que A.Gabriel face allusion à un personnage influent qui dut cesser ses activités à un moment où le Gouvernement Turc décida d’effectuer le rachat des sociétés étrangères concessionnaires de services publics. Ce qui expliquerait la tension politique à laquelle il fait référence. Situation qui d’autre part semble être également à l’origine du concours lancé par la Municipalité d’Istanbul. Les correspondances des autorités françaises à Ankara (Département des Affaires Politiques et Économiques) laissent supposer que le Gouvernement Turc en décidant de résorber la dette ottomane, avait également l’intention de reprendre le contrôle et la gestion de l’espace urbain resté dans les mains de plusieurs sociétés étrangères. À cela s’ajoute que la ville venait de subir un nouvel incendie, dévastateur comme cela fut souvent le cas au cours de l’histoire urbaine d’Istanbul en raison du nombre important de constructions en bois que constituait l’habitat traditionnel. Reconstruire un morceau de ville était donc le moyen de mieux contrôler l’espace, de moderniser les constructions, phénomène qui par le passé était l’occasion pour l’administration, à chaque fois qu’un incendie avait détruit une partie de la ville, de mettre en place un nouveau dispositif de réglementation urbaine ou de faire appliquer des règlements restés sans effet.

Cette situation politique évoquée par A.Gabriel remettait donc en cause la candidature de J.H.Lambert. L’administration et le pouvoir politique à Istanbul, voire même celui d’Ankara, pouvaient souhaiter que seul un urbaniste de grande notoriété était susceptible dans ce contexte de crédibiliser une autorité alors contestée tant sur sa capacité à assurer la gestion urbaine que sur l’idée même qu’elle se faisait d’une ville moderne. Malgré tout la candidature de J.H.Lambert restait encore possible grâce à l’action de P.V.Violi, lequel avait acquis depuis longtemps la confiance des autorités turques pour ses travaux d’architecture en Turquie. J.H.Lambert et P.V.Violi entretenaient d’ailleurs de bonnes relations, puisqu’ils collaboraient sur la réalisation de certains projets à Istanbul dans l’objet de les joindre à l’étude demandée par la Municipalité. En fait, le concours lancé par la Municipalité était à ce point important pour nos protagonistes qu’ils se préparaient à remporter une commande auprès de la ville d’Istanbul.:

« (…) L’excellent Violi m’a envoyé une esquisse d’hippodrome pour Stamboul. Je lui ai retourné un calque modifiant son esquisse dans le sens de ce que je crois être utile au projet que je ferai » (lettre du 5 avril 1933 à A.Gabriel).

Toujours dans son courrier du 19 avril 1933, outre ces changements politiques récents, A.Gabriel craint fort que les difficultés rencontrées par la municipalité pour régler les honoraires des candidats n’entraînent l’annulation pure et simple du concours :

« (…) une difficulté très grave qui risque d’annuler tous les projets d’invitation. En effet, aucun candidat ne voulait être payé en monnaie locale, A. Agache quant à lui aurait demandé une somme élevée. Le gouvernement central a refusé catégoriquement de fournir les devises étrangères nécessaires au paiement des architectes consultés. La Municipalité comprend qu’un étranger n’acceptera pas de venir à Stamboul si ses honoraires ne lui sont pas payés, au moins en partie, dans la monnaie de son pays, l’exportation de toute valeur étant rigoureusement interdite. On en arriverait donc à la suppression pure et simple des invitations. Je ne puis que vous répéter à nouveau que je considère cette affaire comme un épisode intéressant en lui-même, mais qui ne me parait pas comporter avant longtemps de conséquences pratiques de réalisation effective. Toutefois, ni A.Agache, ni H.Prost n’accepteraient d’être payés en livres turques ». (A.Gabriel à J.H.Lambert le 19 avril 1933)

Aussi, pour dénouer la situation, A.Gabriel propose à J.H.Lambert d’accepter d’être payé en monnaie locale, et lui soumet en secret une aimable combinaison pour sortir du territoire avec des devises. Fidèle aux conseils de A.Gabriel, J.H.Lambert adresse le 1 mai 1933 une lettre au Vali rédigée selon les termes conseillés par le Directeur de l’Institut. 18 mai 1933 réponse favorable du Vali Muhiddin. Le 28 avril 1933, J.H.Lambert indique à A.Gabriel qu’il pense se rendre à Istanbul sitôt libéré des travaux du plan de la Région Parisienne, pour lesquels H.Prost le fit revenir d’Amérique alors qu’il était engagé là bas sur le plan de New York :

« (…) Ce contretemps ne peut que retarder ma venue à Istanbul que de quelques semaines, peut être deux mois. je serais au désespoir si cette conjoncture stupide me faisait rater Istanbul, pour lequel je suis prêt à de gros sacrifices et à quoi j’attache un grand prix.

Sans ce plan il y a beau temps que je serais à Istanbul et j’enrage de tous ces retards (11 mois que l’on m’a traîné ainsi de délai en délai, me faisant refouler beaucoup d’affaires). Mais je pose la question de confiance d’ici la fin du mois, ne voulant pas perdre l’occasion que vous et Paul Violi avez su me préparer » (J.H.Lambert à A.Gabriel le 18 mai 1933).

Le 24 mai 1933, visiblement libéré, J.H.Lambert fixe la date de son arrivée et prévient par courrier du 12 juin 1933 le Vali d’Istanbul de son arrivée une première fois le 18 juin, date qu’il repousse au Mercredi 21 juin au matin par l’Orient Express. Un peu plus tard J.H.Lambert fera part de son intention à A.Gabriel de revenir en novembre accompagné de H. Prost après la décision du Jury.

« (…) J’espère que ce léger retard n’indispose pas le Vali et qu’au contraire il aura facilité les choses entre les pouvoirs publics et les concurrents, ayant permis à A. Agache de vider tout son sac et de repartir même. Pourvu que nous puissions avoir Prost et moi la même documentation et les mêmes chances car il va se démener pour emporter une commande » (lettre à A. Gabriel le 12 juin 1933).

Le journal Akşam qui suit de près cette affaire évoque dans son numéro du 13 juin 1933 une réalité que l’on devine dans les correspondances de J.H.Lambert :

« (…) Monsieur Lambert devrait venir le 18 juin et Monsieur Prost un peu plus tard, pour faire le plan d’aménagement de la ville. D’après une lettre de Prost à la Municipalité, il semble que celui-ci ne peut se rendre à Istanbul avant six mois au moins, en raison du budget accepté par le Parlement Français pour d’importants travaux et que ce budget lui impose certaines fonctions. Ainsi, ce n’est qu’après le retour du Vali Muhiddin que l’on saura exactement si on va insister sur la participation de Monsieur Prost au concours. »

Le maintien de ce concours et la participation de certain candidat ne pouvait en réalité se faire sans une décision du chef de l’État. Aussi le Vali d’Istanbul dut-il pour cette raison se rendre à Ankara auprès d’Ataturk.

Début juin 1933, A.Agache est de retour à Istanbul. Son arrivée ne provoque nullement, ni la sympathie de P.V.Violi, ni celle de J.H.Lambert :

« (…) En ouvrant le journal hier j’y ai trouvé cette figure patibulaire bien connue ! Je te l’envoie pour que tu la communiques à notre ami Lambert à son arrivée !(…) » (lettre de P.V.Violi à A.Gabriel le 6 Juin 1933).

Le plus surprenant c’est que la coupure du journal jointe aux correspondances, nous livre le portait d’un A.Agache maquillé comme un clown de cirque.

« (…) Notre sympathique concurrent a dû arriver avec sa fanfare exotique et une ardeur non dissimulée, si l’on en juge les bruits et les échos parus dans les journaux, à tout conquérir ; les cœurs, la ville, la Corne d’Or, le Bosphore et les affaires. Pourvu qu’on laisse quelque chose pour ses deux autres modestes concurrents !
Enfin que l’on donne à chacun sa chance égale et que chacun la joue avec ses atouts particuliers.(lettre de J.H.Lambert à A.Gabriel le 8 Juin 1933).

« (…) l’autre [A.Agache] (écrivait-il à A.Gabriel le 5 avril 1933) il est capable de se démener dangereusement pour les autres, d’être trop gourmand ou trop flatteur, on ne sait jamais ».

A.Agache béneficiait-il d’appuis très influents ? Les correspondances diplomatiques ne disent rien à ce sujet. Habile ou tout simplement convaincant, A.Agache bénéficiait sans aucun doute à l’égard de personnalités politiques turques d’une réelle crédibilité. Circonstances qui expliqueraient pourquoi J.H.Lambert et P.V.Violi ont cherché au dernier moment un soutien politique d’envergure.

« (…) Un ami d’un cousin m’a remis des lettres d’introduction auprès de Mr. Kiazim Pasa Président de la Grande Assemblée Nationale à Ankara et de Mr. Rouchen Echref député d’Afion Karahisar, vos conseils là encore seraient précieux » (J.H Lambert à Gabriel le 8 juin 1933).

En juin 1933 H.Prost pense pouvoir venir à Istanbul, ses obligations parisiennes prenant tellement de retard, qu’un court séjour en Turquie ne semble pas être gênant pour la continuité des travaux sur lesquels il est engagé. Mais, J.H.Lambert viendra finalement seul. Quelques jours avant l’arrivée de J.H.Lambert à Istanbul, P.V.Violi alors à Ankara écrit à A.Gabriel en ces termes :

« (…). Nous attendons une décision qui sera prise soit par Ahmet Pasa soit par le Gazi lui-même » (lettre du 14 juin 1933).

Quelque jours plus tard le concours est finalement maintenu. Le 21 juin J.H.Lambert est à Istanbul, comme les autres candidats il dispose d’un mois pour réaliser son étude. L’ingénieur Galip Arif l’assistera durant cette tâche. Quant à P.V.Violi, sa collaboration avec J.H. Lambert durera jusqu’au départ de ce dernier.

Ses travaux terminés J.H Lambert retourne à Paris. Cinq mois plus tard devant le silence du Vali d’Istanbul, de Semsi Pasa Taçdilen et celui de l’Ambassade de France auxquels il avait confié les premiers résultats de son étude notre candidat reprend contact avec A. Gabriel.

« (…) on m’a dit que Prost aurait renoncé à venir de sorte que si mon concurrent publicitaire a su se faire imposer auprès du précédent Ambassadeur dans la ville où il a sévi, la situation semblerait changer à mon détriment » (à A.Gabriel le 5 Novembre 1933).

H.Prost aurait-il manifesté son intention de ne plus venir à Istanbul en raison du plan de la région parisienne. Ou était-ce plutôt à la demande du gouvernement Français qui devant les incertitudes économiques de la Turquie lui aurait demandé de réaliser après le plan de la Région Parisienne celui de la ville d’Alger ?. Pour J.H.Lambert les choses semblaient au départ bien engagées notamment lorsque A.Gabriel s’adressait à J.H Lambert en ces termes, au sujet de la question des honoraires à régler au candidat :

 » (…) En tout cas, si les choses se passaient ainsi que j’en trace le schéma, je crois que l’affaire, du simple point de vue matériel, resterait intéressante pour tous ».

Mais en cette fin d’année 1933 J.H.Lambert n’a toujours pas perçu une partie de ses frais, charge que devait régler Galip Arif, son guide, auprès de la Municipalité.

A cette même époque J.H.Lambert modifie son projet initial. Comme A.Agache, il établit une étude plus large, dépassant le cadre initial envisagé qui consistait à ne s’attacher qu’aux seuls quartiers incendiés de la ville. A aucun moment les autorités turques n’ont manifesté leur désir d’élargir l’objet du concours, même si tous les acteurs en présence aient pu imaginer que la commande était en réalité plus large. Les articles de presse ou même les correspondances que nous avons pu retrouver ne laissent supposer une telle évolution sur la nature des travaux demandée aux urbanistes invités. Il semble bien que cette nouvelle approche soit le résultat d’une surenchère dû à la rivalité entre les candidats. J.H.Lambert développe dans ses travaux l’idée d’un Istanbul moderne appelé à devenir le plus important centre culturel, sportif, industriel et touristique du Moyen-Orient. Il se peut d’ailleurs que l’influence de P.V.Violi soit consacrée par l’aspect culturel et sportif dont fait état le projet définitif de J.H. Lambert. Dans l’espoir de retenir toute l’attention du Vali, J.H. Lambert lui fait part en novembre 1933 de son désir de poursuivre des études personnelles sur Istanbul :

« (…) je tenterai de venir moi-même vous apporter outre les plans à l’échelle de 1/5000 demandés avec le rapport par votre lettre d’invitation une trentaine d’autres graphiques, schémas et variantes, projets supplémentaires utiles pour éclairer les points importants de mon projet général. » (JHLambert au Vali le 5 novembre 1933)

Le 6 novembre 1933, J.H Lambert adresse à A.Gabriel une lettre dans laquelle il détaille les idées principales de son plan directeur pour la ville d’Istanbul. Il y joint également un fond de plan à titre d’illustration sur lequel figurent les différentes zones d’activités, ainsi qu’une ébauche de réseau routier moderne. A cette date, J.H.Lambert reprend contact avec les Affaires Etrangères à Paris, puis auprès de Mr Kammerer qui l’autorise à adresser ses travaux en Turquie par l’intermédiaire des services de l’Ambassade de France. Dans cette dernière lettre de l’année 1933 J.H.Lambert termine en ces termes :

« (…) Tout se déclenche en même temps ; le plan de la Région Parisienne et d’autres affaires qui somnolaient depuis 16 mois ! Conservez moi votre appui et vos conseil là-bas et à très bientôt le plaisir de bavarder avec vous longuement ».

En juin 1934, un an après l’arrivée de J.H.Lambert à Istanbul, la Municipalité fit savoir aux candidats que le jury chargé d’étudier les trois projets ne tarderait pas à se prononcer. Mais il se passera encore plusieurs mois avant que la municipalité ne se décide à organiser la sélection des projets. Décision tardive parce que la participation d’H.Prost était toujours attendue.

« (…) En dehors des trois urbanistes, l’un Allemand, les deux autres Français, arrivés jusqu’ici, il n’y a que H.Prost qui dut retarder son arrivée. Ce n’est qu’après que celui-ci aura terminé son inspection sur la ville que l’on fixera lequel des quatre plans présentés sera sélectionné. » (journal Akşam du 6 juillet 1933).

« (…) d’autre part, le spécialiste français qu’on attendait viendrait à Istanbul au début d’octobre et commencera à faire ses premières études. Monsieur Prost avait fait savoir qu’il ne pouvait pas venir à cause des travaux qu’il était en train de faire en France. A un moment donné on avait décidé de renoncer à poursuivre l’invitation de Prost. Mais, vue sa grande renommée il n’a pas été jugé utile de donner un terme au concours, sans que M. Prost ne vienne à Istanbul ». (journal Akşam du 31 juillet 1933).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *