La gestion de l’eau à Istanbul

1er juillet 2007 : La campagne de la municipalité de Şişli, pour la diminution de la consommation de l’eau, se poursuit avec la soutien très actif du maire Mustafa Sarıgül, sous le slogan « Damlaya damlaya çöl olur », repris de l’expression en turc « Damlaya damlaya göl olur ».

Voici le niveau des eaux dans les barrages d’Istanbul au début du mois de juin:

Barrage Niveau de l’eau
(en millions de m3)
au 3 mai 2007
Niveau de l’eau
(en millions de m3)
au 9 juin 2007
Terkos 112.660 108.857
Ömerli 111.778  90.732
Darlık 65.235 57.562
Büyükçekmece 52.602 42.578
Sazlıdere 46.204 39193
Pabuçdere 18.088 7627
Kazandere 7243 5850
Elmalı 6454 5920
Alibeyköy 5431 4600
Istrancalar 2254 1850 m3
Total 364.479 m3

Remarque : la consommation quotidienne est en moyenne près de 2 millions m3 à Istanbul
http://www.sislibelediyesi.com/yeni/content/t1.asp?PageName=haberlerAyr&ID=653 Zaman, 9/6/2007 p. 2

27 juillet 2007 : La diminution du niveau des eaux dans les barrages remet à la lumière du jour les vestiges ottomans. À Alibeyköy, l’aqueduc de Mağlova est visible jusqu’à ses fondations. Des cimetières ottomans avaient également été découverts auparavant avec le retrait des eaux.
Gündem, 28/7/2007 p.3

1er août 2007 : Le maire Topbaş va recourir à l’augmentation des prix de l’eau à Istanbul pour dissuader les habitants du gaspillage. Les revenus bas ne seraient pas concernés par cette hausse des prix.
Milliyet, 2/8/2007 p. 2

1er août 2007 : İSKİ projette de recourir aux réserves d’eau d’İğnedağ (Kırklareli). Ce projet menace toutefois l’écosystème de la forêt de longose d’İğnedağ (longoz ou su basar – Hedychium Garderianum), connu pour être une flore rare dans le monde. Les responsables de l’İSKİ assure que le pompage de 200 millions m3 d’eau par an de la rivière de Rezve n’aura pas d’impact sur la couche de longose.
Radikal, 1/8/2007 p. 3

13 août 2007 : L’administration des eaux d’Istanbul prévoit de pomper l’eau de la rivière Melen, dans la municipalité de second rang de Ortaköy à Kocaeli. Certains experts mettent en doute la qualité de l’eau de Melen, constatant la mort de poissons depuis la sécheresse qui frappe la région de Marmara. Le maire Kadir Topbaş défend sa position, ajoutant que si le niveau de Melen devait continuer à baisser, l’eau du barrage de Hasanlar, situé à proximité de Melen, serait acheminée de la même manière vers Istanbul. Il est prévu de pomper l’eau de Melen dans le barrage d’Ömerli, avant le passage à la rive européenne. À ce stade, la mise en place du réseau se poursuit, et il ne reste que 42 km avant la connexion à Istanbul. La fin des travaux est prévue pour le 22 octobre.
Milliyet, 23/6/2007 p. 6
Cumhuriyet, 14/8/2007 p. 6

21 septembre 2007 : La réserve d’eau dans les barrages d’Istanbul ne s’élève qu’à 72 jours de consommation, selon les responsables d’İSKİ. À ce jour, il reste encore 12 km de tuyau à installer dans le projet de Melen.
Milliyet, 21/9/2007
http://www.milliyet.com.tr/2007/09/21/son/sontur08.asp

23 septembre 2007 : Alarmées par les événements qui ont marqués l’été 2007, les entreprises font des révisions pour diminuer la consommation de l’eau. La marque de glace Algida a réduit de 65% sa consommation d’eau, en mettant en valeur les idées récoltées de ses propres employés. L’OSB (zone industrielle) de Gebze revoit son infrastructure, dans lesquelles des robinets à senseur optique seront installés. À l’inverse, les habitants de la métropole ont abandonné les mesures prises au début de l’été visant à économiser la consommation de l’eau. En effet, à l’arrivée des premières pluies, la consommation quotidienne est passée de 1,8 millions m3 à 2,1 millions m3. À ce jour, il reste 64 jours de consommation dans les barrages d’Istanbul.
Referans, 24/9/2007 p. 18
Radikal, 25/9/2007 p. 3

L’« Administration des Eaux et des Canalisations d’Istanbul »

À l’image de la grippe aviaire en hiver 2006, les administrateurs municipaux se sont soudainement retrouvés confrontés aux difficultés de la gestion de l’eau en période de sécheresse. La carte du réchauffement planétaire a été jouée, sans toutefois suffir à calmer les esprits des habitants d’Istanbul et Ankara. Sur fond de campagnes électorales, les déclarations ont fusé, opposant les administrateurs d’un même camp et d’un même parti.

Ce sont les maires métropolitains qui président à la tête des administrations des eaux et canalisations. İSKİ est donc sous la présidence de Kadir Topbaş. De la même manière, Melih Gökçek est président d’ASKİ. Malgré les changements climatiques à l’échelle global, ce sont les maires métropolitains qui ont été désignés comme responsables dans le dossier de l’eau. En réalité,  l’un et l’autre ont été critiqués sur des sujets bien précis. À Ankara, la décision de priver d’eau les habitants de la capitale selon des alternances de deux jours a eu des conséquences très graves dans l’infrastructure souterraine. Les canaux principaux n’ont résisté à la pression de l’eau, déversant des tonnes d’eau dans les rues de la capitale. Les véhicules entrainés par la force du courant et les maisons inondées rendaient l’affaire tragi-comique, à une période où le maire Gökçek demandait aux Ankariotes d’économiser l’eau en évitant de se laver tous les jours. Des quartiers entiers ont été privés d’eau pendant trois semaines, obligeant certaines délégations diplomatiques à louer des chambres d’hôtel.

Les coupures d’eau et les inondations ont obligé les uns et les autres à se manifester. Le directeur d’ASKİ a assuré que les eaux dans les barrages permettaient de tenir jusqu’aux pluies d’automne. Les mesures prises par Melih Gökçek se sont avérées inutiles donc. Ce dernier, en reconnaissant l’inutilité des coupures d’eau, a donné du courage aux concurrents de Melih Gökçek, certains candidats potentiels n’hésitant pas à proclamer déjà leurs candidatures aux élections de mars 2009.

Le projet de Melen

  • En construction depuis 2001, les travaux ont été accélérés dans le courant de 2007 pour terminer urgemment la première étape du grand projet de Melen. Il s’agit dans un premier temps de relier Melen au barrage d’Ömerli.
  • 2500 personnes ont travaillé pour placer les 182 km de tuyau entre Melen et Ömerli, au rythme de 500-600 m par jour.
  • Les travaux ont couté 500 millions YTL entre 2001 et 2007.
  • Les travaux effectués depuis 2007 s’élèvent à 750 millions YTL.
  • Jusqu’à la fin de l’année, 65 millions YTL devraient encore être dépensés pour terminer la première étape.
  • Par ailleurs, 2 tubes de 1200 mm de diamètre et long de 1800 m vont être installés dans le fond du Bosphore avant 2010. Ces tubes permettront un transfert quotidien de 300.000 m3 vers la rive européenne. Les coûts s’élèveront à 32 millions YTL.
  • Près de 400 entreprises du OSB de Düzce, implantées à proximité du lac de Melen, se sont vues imposées de nouvelles normes de traitement des eaux usées. Elles ont 4 mois pour installer les infrastructures nécessaires, dont le coût devrait atteindre la barre des 2 milliards USD.
  • Une fois la troisième étape, qui consiste à relier les tubes aux différents centres de distribution sur la rive européenne, Istanbul sera alimenté en eau jusqu’en 2040, selon les estimations.

À Istanbul, la décision de recourir à la réserve d’eau du lac de Melen a été perçue comme une solution provisoire à un problème global, sans améliorer économiquement et structurellement la gestion de l’eau à l’échelle métropolitaine. Si le niveau de l’eau du Melen devait continuer à diminuer comme c’est le cas en ce moment, le barrage de Hasanlar serait connecté au Melen, répandant un peu plus géographiquement les conséquences de la sécheresse dans la région.

Plusieurs constats peuvent être réalisés sur la base des événements qui ont marqué İSKİ et ASKİ :

  1. Les déclarations officielles sont en complète contradiction les unes par rapport aux autres. Maire métropolitaine et administrateurs s’affrontent publiquement, au détriment de ces derniers, souvent forcés à la démission.
  2. Entre Istanbul, Ankara et Izmir, des différences marquantes sont à constater dans la réaction de la population face à un manque d’eau.Les Smyrniotes se sont avérés plus consciencieux dans la diminution de la consommation.
  3. Depuis cet été, la Turquie n’est plus, dans le discours politique, un pays où l’eau abonde. L’image d’une région, où les réserves d’eau sont excédentaires a laissé la place aux risques de sécheresse, en particulier dans les zones métropolitaines et agricoles.
  4. Enfin, les accidents mortels qui surviennent consécutivement sur les chantiers d’İSKİ ne cessent de rappeler une loi de l’appel d’offres encore très approximative. Dernièrement, Gülseren Yurttaş, une jeune ingénieur de 34 ans, n’a pas survécu à ses blessures. Un tube de 5 tonnes suspendu sur une grue est tombée sur elle sur le chantier de Sarayburnu, la blessant grièvement. Kutay İnşaat avait pris l’ensemble des travaux en charge, sous-traitant à son tour à une entreprise (Detek) qui a curieusement disparu suite à cet événement tragique. Le TOBB explique les accidents de ce type par le système de sous-traitance (taşeronlaştırma) : une chaîne de sous-traitance qui rend difficile le contrôle des aménagements effectués et les conditions de travail. Le cahier des charges n’est pas strict et les entreprises qui se trouvent au bout de la chaîne sont souvent de petites entreprises sans référence. Le tube de 13 m de long est tombé d’une grue qui n’était pas enregistrée en bonne et dûe forme.
  5. Enfin, les mesures qui visent à diminuer la consommation de l’eau ne sont imaginées que sur la base de la consommation quotidienne des ménages. En dehors de la sphère familiale, aucune campagne n’est menée, même symboliquement, pour diminuer la consommation de l’eau ou améliorer les conditions de distribution. En dehors de toute sensibilisation environnementaliste, l’économie de l’eau est perçue uniquement en terme de suffisance. Le projet de Melen est présenté comme une solution au problème de l’eau, or il est ni plus ni moins un recours à une réserve d’eau supplémentaire. Des questions essentielles, d’ordre structurel, ne sont pas évoquées, malgré les circonstances :
    • l’amélioration des infrastructures souterraines pour une distribution plus saine, plus économique.
    • une tarification selon le niveau de l’eau dans les barrages, indépendante de l’agenda électoral.
    • une sensibilisaiton écologiste, qui pose la question de la récupération des eaux usées également.
    • une meilleure protection des réserves d’eau (pression urbaine) et des nappes fréatiques (rejet de produits toxiques industriels).

La période de réforme de l’administration municipale

Privatisation et décentralisation sont devenues les mots d’ordre du gouvernement AKP depuis la fin de la crise de 2001-2002. Au total, un portefeuille de près de 22 milliards USD a été privatisé depuis 2004, sans compter les transferts de propriétés du Trésor vers les administrations municipales.

Si l’une et l’autre ont des arguments qui leur sont spécifiques, elles s’entrecoupent toutefois sur une amélioration des services prestés par les pouvoirs publics, en l’occurrence municipaux.

Privatisation :

  • Retrait de l’Etat des secteurs industriels et commerciaux, par une diminution du budget public dans le financement des KİT (Kamu İktisadi Teşebbüsü – Entreprise publique)
  • Promotion de la concurrence et de l’économie de marché dans les marchés publics
  • Retour des secteurs et entreprises déficitaires à un bilan positif
  • Utilisation des bénéfices générés dans l’aménagement d’infrastructures coûteuses

Le tableau ci-dessous montre la progression de la privatisation au fil des années. En 2005, la privatisation a atteint la barre des 8 milliards USD (par an). Elle semble devoir garder ce niveau dans les années qui suivent.

La privatisation de 1985 à 2001 compris s’élève à 7,5 milliards USD, soit une moyenne annuelle de 438 millions USD. De 2002 à 2006 compris, la moyenne est de 3665 millions USD.

À ce rythme, la privatisation aura rapporté 60 milliards USD au gouvernement AKP, entre 2005 et 2012.

Montant de la transaction  Recette de l’Etat
2002  536.489.242 258.499.422
2003 177.037.376 141.417.837
2004 1.267.148.044 874.111.885
2005 8.222.240.231
2006 8.096.165.459
2007* 4.109.036.438**

* : 3,622 milliards USD encore prévus avant fin 2007, dont le port d’Izmir pour 1,275 milliard USD et Petkim pour 2,05 milliards USD. Il s’agit des concessions qui attendent la signature.
Montant des privatisations déjà signés.
Source : Özelleştirme İdaresi Başkanlığıhttp://www.oib.gov.tr

L’İSKİ, au même titre que l’İETT, est un KİT. Le capital est intégralement public (contrôlé par le Trésor). Il faut savoir qu’il existe deux statuts différents parmi les KİT :

a.) İDK – İktisadi Devlet Teşekküllü

  • -Organisation Economique de l’Etat
  • -Entreprises dont l’activité est commerciale au même titre qu’une compagnie privée
    Exemples : Makine ve Kimya Endüstrisi Kurumu (MKEK)
    Elektrik Üretimi A.Ş. (EÜAŞ)
    Çaykur
    Botoş
    Türkiye Taşkömürü Kurumu (TTK)

b.) KİK – Kamu İktisadi Kuruluşu

  • Structure Economique Publique
  • Entreprise bénéficiant d’un monopole et d’intérêt public
    Exemples : TCDD
    PTT
    Devlet Hava Meydanları İşletmesi (DHMİ)

Ces entreprises d’économie mixte sont dans des marchés nationaux. Les entreprises municipales sont des KİT (ou BİT corsqu’il s’agit de belediye – Belediye İktisadi Teşebüsü) dont les marchés ne s’étendent pas au-delà des limites administratives de la province ou municipalité concernées. Aujourd’hui il est toutefois possible de citer quelques entreprises qui investissent dans d’autres régions de la Turquie.

Les BİT (avec les revenus immobiliers) représentent 30% des revenus et 33% des dépenses municipaux.

Décentralisation : Les réformes municipales de juillet 2004 constituent un deuxième versant sur laquel nous sommes en mesure de questionner les développements des politiques locales. Malgré les compétences administratives majeures contrôlées par les entités politiques comme les municipalités métropolitaines, ces dernières restent impuissantes face aux insuffisances des organisations dépendantes (İSKİ – ASKİ).Or le leitmotiv de la privatisation et de la décentralisation est une efficacité accrue dans les programmes municipaux.

Radikal, 11/9/2007 : http://www.radikal.com.tr/haber.php?haberno=232532
http://www.cnnturk.com/TURKIYE/haber_detay.asp?PID=318&haberID=398514
Referans, 15/10/2007
http://www.oib.gov.tr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *