Les élections législatives du 22 juillet 2007 dans le département d’Istanbul

Le grand écart de l’AKP

Le 22 juillet dernier, 70 députés ont été élus à Istanbul, département le plus représenté à l’Assemblée du fait de son poids démographique considérable. Ce département déterminant du jeu politique national est divisé en trois circonscriptions totalisant chacune entre 2,1 et 2,6 millions d’électeurs inscrits (1° : « rive asiatique », 2° : « rive européenne centre », la moins « populeuse », et 3° : « banlieue européenne »).

Sur un total de 5 729 885 votes valables, 45,6% sont allés à l’AKP, soit 2 589 369 votes, contre 26,9% pour le CHP, 10,44% pour le MHP et 3,77% pour le Genç Parti. Par rapport aux dernières élections législatives, celles de novembre 2002, l’AKP a augmenté son score de 8 points, le MHP de 5, et le CHP de 2,5. Par là, l’AKP s’est assuré 39 des 70 députés du département, alors que le CHP s’en assurait 22, le MHP, 7, et les « indépendants », 2 (dont un cadre du DTP, Sebahat Tuncel, une jeune femme que son élection a permis de sortir de prison, dans la 3° circonscription ; et Ufuk Uras, ancien responsable du parti de gauche socialiste ÖDP, dans la 1°, sur la rive asiatique). En s’inspirant des travaux de Tekeli et Gökçeli (1977), mais aussi ceux de Pınarcıoğlu & O. Işık (2002), Yalçıntaş & Erbaş (1999) ou de Zeyneloğlu (2006), on se contentera ici de quelques remarques à creuser et discuter…, en esquissant une typologie des arrondissements fondée sur les rapports de force entre partis et en explorant quelques cas précis.

Deux remarques générales d’abord. En ce qui concerne le nombre d’électeurs et son évolution depuis 2002, en premier lieu : contrairement aux discours sensationnalistes dont il serait temps de se  débarrasser qui évoquent à loisir la « croissance galopante » d’Istanbul, on est frappé par la stabilité du nombre d’électeurs enregistrés. 7,1 millions en novembre 2002 et 7,4 en juillet 2007. À moins qu’une grande partie des « nouveaux venus », ce qui peut être le cas des plus précaires, ne soit pas inscrite. D’autre part, les résultats devraient nous inciter à sortir des lectures « identitaires » de la vie politique (prétendu « vote kurde » ou « vote alévi »…), pour davantage s’intéresser aux profils économiques (Sönmez : 1999) comme les stratégies résidentielles semblent y inciter. Les prétendus « quartiers kurdes » d’Istanbul ont ainsi voté en majorité AKP, comme les prétendus « bastions alévis » (l’Alévi de l’AKP, Çamuroğlu, a d’ailleurs été élu dans la 3° circonscription…).

Les 11 arrondissements « incontestés » de l’AKP

Nom AKP CHP
Sultanbeyli 67,16 % 7,52 %
Esenler 60,42 % 13,34 %
Bağcılar 56,98 % 15,90 %
Gaziosmanpaşa 55,37 % 16,64 %
Kağıthane 52,96 % 19,74 %
Pendik 51,92 % 20,69 %
Ümraniye 51,80 % 23,85 %
Güngören 50,90 % 22,09 %
Bahçelievler 48,47 % 25,40 %
Beykoz 47,99 % 20,38 %
Tuzla 45,92 % 28,06 %

L’AKP est arrivé en tête dans 26 des 32 arrondissements d’Istanbul. Parmi ces 26 arrondissements, 11 font figure de « champions de l’AKP », à l’instar de Sultanbeyli (67,16%), dans la périphérie asiatique, Esenler (60,24%), Bağcılar (56,98%), Gaziosmanpaşa (55,37%), Kağıthane (52,96%), Pendik (51,92%), Ümraniye (51,80%), Güngören (50,90%), Bayrampaşa (50,11%), Bahçelievler (48,47%), Beykoz (47,99%) et Tuzla (45,92%). Ces arrondissements sont dans l’ensemble périphériques, très peuplés, et de longue date – à l’échelle de leur formation récente – « acquis » aux partis de l’« islam politique turc ». Ainsi dès 1989, Sultanbeyli et Arnavutköy (municipalité de Gaziosmanpaşa) étaient passés au Refah, avant la conquête de la grande mairie par ce même parti en mars 1994. Kağıthane ainsi que Tuzla ont « basculé » au Refah dès 1992, à l’occasion d’élections intermédiaires. Ce sont les arrondissements où la taille des ménages est la plus grande en moyenne (voir le travail de Ceren Inan sur le site de l’OUI) et où les revenus moyens sont les plus faibles. Pour ces 11 cas, l’adéquation varoş/AKP (varoş étant un terme péjoratif que l’on pourrait traduire par « zone »), chère à certains journalistes et hommes politiques, peut être faite en première analyse. Enfin, dans ces 11 bastions, le CHP fait un score inférieur à sa moyenne départementale : 7,52% à Sultanbeyli, 13,34% à Esenler, 15,90% à Bağcılar, 16,64% à Gaziosmanpaşa, 19,74% à Kağıthane…. Ici, en d’autres termes, la polarisation sur l’AKP est forte, les « 3° termes », tantôt le MHP (comme à Gaziosmanpaşa, où il dépasse le CHP), tantôt les indépendants, introduisant quelques variations.

Enfin, Beykoz, ancien « bastion DSP » (plus de 35% des suffrages exprimés aux élections d’avril 1999) offre un cas intéressant de conquête récente – liés en partie à la fermeture de grosses entreprises publiques qui avaient secrété un tissu social marqué par un syndicalisme lié à la socialedémocratie -, par rapport aux arrondissements précédemment évoqués, avec cependant à l’échelle des bureaux de vote de considérables écarts : dans le quartier Acarlar, où se trouvent deux complexes résidentiels privés construits par le groupe du même nom, l’AKP dépasse à peine les 10%, alors que le CHP emporte 63% des suffrages.

Les anciens bastions en voie de transformation : la marginalisation des centres historiques

Nom AKP  CHP
Eyüp 45,88 25,74
Fatih 47,14 22,48
Beyoğlu 47,51 22,78
Zeytinburnu 46,96 19,19
Üsküdar 46,57 27,82

Dans notre sommaire typologie viendraient en deuxième lieu les arrondissements où l’AKP fait un score légèrement supérieur ou égal à la moyenne départementale, et où le CHP se défend mieux que dans le premier type. Il s’agit de Üsküdar (46,57%), Beyoğlu (47,51%), Eyüp (45,88%), Fatih (47,14%) et Zeytinburnu (46,93%). Ce sont de vieux arrondissements, qui connaissent des fortes transformations urbaines, sociales et économiques (tertiarisation, extension de l’économie touristique, programmes immobiliers de standing) et qui, s’ils ont joué dans le passé un rôle de bastions des partis de l’islam politique (comme Beyoğlu, où RTE a opéré sa socialisation politique ou Fatih, qui demeure relativement attaché au Saadet), semblent un peu relégués par les banlieues (à la fois symboliquement et démographiquement). La concentration de classes aisées sur les rivages, comme à Üsküdar, engendre aussi de nouveaux rapports de force qu’il faudrait attentivement prendre en compte.

Les marges disputées en recomposition sociale et en voie d’arrimage au système

Nom AKP CHP
Kartal 45,22 % 28,21 %
Maltepe 38,24 % 37,26 %
Eminönü 44,35 % 16,83 %
Şile 43,31 % 19,06 %
Çatalca 30,23 % 26,31 %
Küçükçekmece 43,82 % 23,19 %
Büyükçekmece 41,70 % 30,17 %
Sarıyer 36,97 % 34,51 %
Avcılar 38,13 % 34,52 %

Dans cette catégorie on a regroupé des arrondissements – tous périphériques, à l’exception d’Eminönü – dont les scores de l’AKP sont inférieurs à la moyenne départementale, tout en demeurant supérieurs à ceux du CHP. Ce qui signifie qu’on a là des arrondissements où d’autres partis, en déclin au niveau départemental et a fortiori national, disposent de réseaux encore localement mobilisateurs qui empêchent de s’en tenir au seul rapport AKP/CHP. On trouve dans ce troisième type : Kartal (45,22%), Maltepe (AKP : 38,24% / CHP : 37,26%), Şile (43,31%), Eminönü (44,35%), Sarıyer (AKP : 36,97% / CHP : 34,51%), Avcılar (AKP : 38,13% / CHP : 34,52%), Büyükçekmece (41,70%), Çatalca (30,23%) et Küçükçekmece (43,82%). Les mairies de Sarıyer et Şile étaient aux mains de l’ANAP jusqu’en avril 1999. Küçükçekmece était une mairie sociale-démocrate jusqu’en mars 2004. Büyükçekmece et Çatalca sont encore actuellement des mairies dirigées par l’ANAP.

De plus, les scores AKP (tout) relativement modestes de ces arrondissements peuvent être imputés à la présence de candidats indépendants actifs, à des candidats MHP encombrants (plus de 20% à Çatalca), à des résistances locales du Saadet (Eminönü, où le frère ennemi de l’AKP obtient un score bien supérieur à sa moyenne départementale), comme à des contestations locales sur le choix des candidats AKP. Enfin, les bouleversements de la base sociale, localement, peuvent avoir joué un rôle, comme à Çatalca, Büyükçekmece, Sarıyer, Şile et même Tuzla ou Maltepe, arrondissements désormais très prisés par les classes les plus aisées enclines à investir des sites au bord du Bosphore ou de la mer (sous la forme de complexes résidentiels sécurisés). À Sarıyer, qui a d’ailleurs connu juste après les élections plusieurs opérations de destructions de gecekondu, les fortes oppositions de niveau de vie que l’on peut constater – entre un Tarabya et un Tarabyaüstü par exemple – se sont reflétées nettement dans les urnes et donc permettent de comprendre la bipolarisation de l’électorat. L’opposition sociale littoral/intérieur, bien mise en valeur par Murat Güvenç (1996, 1997, 1998), rejoue de façon peu surprenante dans les différences de comportements
électoraux.

Les arrondissements CHP : les riches rivages

Nom AKP CHP
Adalar 23,96 % 42,09 %
Kadıköy 26,53 % 48,90 %
Beşiktaş 18,62 % 53,93 %
Bakırköy 22,56 % 49,62 %
Silivri 31,29 % 33,37 %
Şişli 32,05 % 38,67 %

Le dernier type, pour faire simple, est constitué par les arrondissements où le CHP l’a emporté sur l’AKP, mais selon des modalités différentes. Il s’agit des arrondissements des Îles ou Adalar (42,09% pour le CHP, alors que le maire, élu sous l’étiquette ANAP il est vrai, est passé à l’AKP après mars 2004), Kadıköy (48,90%), Beşiktaş (53,93%), Bakırköy (49,62%), Silivri (33,37% CHP/31,29% pour l’AKP) et Şişli (38,67%). Sauf dans le cas de Adalar (voir plus haut) et de Silivri, ces arrondissements sont connus pour leurs mairies CHP, érigées et organisées en sanctuaires inexpugnables par le « parti laïque » face à la « marée AKP » de mars 2004. En outre, il s’agit des arrondissements les plus riches d’Istanbul, voire de Turquie, dans le cas de Şişli. Cependant, si à Beşiktaş le CHP a réussi à infliger à l’AKP son score le plus faible (18,62%), à Şişli – arrondissement voisin-, le bon score relatif de l’AKP, n’est certainement pas étranger à la marginalisation croissante au sein du CHP du maire actuel (Mustafa Sarıgül), ainsi qu’au discours peu intégrateur et pluraliste du CHP (en tout cas au niveau de l’appareil central) dans un arrondissement où les non musulmans sont on le sait relativement nombreux.

Elections de Juillet 2007

Elections de Juillet 2007

À l’échelle des quartiers : fragmentation, juxtaposition et relative ubiquité de l’AKP

Exemple de quelques quartiers de l’arrondissement de Beyoğlu

Quartier Baskın
Oran
Doğan
Erbaş
MHP CHP  AKP Suffrages valables
 Cihangir 15,98 % 0,6 % 7,3 % 50,02 %  21,45 % 2209
Asmalımescit 8,6 % 3,4 % 8,6 %  28,76 % 31,18 % 372
Gümüşsuyu 18,46 %  1,1 % 9,5 % 49,83 %   17,2 % 1224
Pürtelaş 15,40 % 0,48 % 7,78 % 49,19 %  16,46 % 1246
Çukur 0,6 %  45,26 % 7,87 % 10,79 %    23,68 % 1575
Bostan 0,6 % 14,8 % 13,8 % 11,6 %   36,1 % 1554
Kalyoncukulluğu 2,36 % 18,48 %  10,77 % 16,09 %  37,51 % 1466
Şehitmuhtar  2,46 % 18,93 %  12,43 % 16,27 % 33,77 %  903
Bülbül 1,5 % 24,9 % 9,4 % 13,5 % 35,2 %  1663

Remarque : Les pourcentages additionnés ne font pas 100%, puisque nous n’avons retenu que quelques unes des options de vote, qui nous semblaient ici les plus significatives. Source des données extraites : www.ysk.gov.tr (calculs et agrégations personnels).

À l’échelle des quartiers, telle que les données du site du « Conseil Supérieur des Elections » ou Yüksek Seçim Kurulu (www.ysk.gov.tr) la donnent à voir, ces oppositions se retrouvent encore plus tranchées, d’un quartier à un quartier voisin, voire d’un bureau de vote à son voisin immédiat. Le tableau ci-dessus permet de se faire une idée concrète de la violence des contrastes entre comportements électoraux d’un quartier à l’autre d’un même arrondissement, de taille relativement modeste de surcroît. Au bas du tableau figurent cinq des quartiers composant l’entité « Tarlabaşı » – souvent à tort traitée comme homogène. L’analyse « micro » des résultats montre une diversité des orientations électorales, entre des quartiers pourtant voisins et même limitrophes. Le seul quartier de Beyoğlu où vient en tête le candidat indépendant « kurde » (des « Mille Espoirs ») – Doğan Erbaş, un des avocats d’Abdullah Öcalan – est Çukur mahallesi, où se trouvait le bureau électoral du dit candidat (non élu d’ailleurs). La polarisation kurde militante est donc forte dans ce petit quartier où les migrants forcés produits par l’instabilité et les violences à l’est du pays sont nombreux. À Bülbül, quartier juxtaposant le précédent, il n’y a plus de suprématie du candidat des « Mille Espoirs » : l’AKP est à nouveau en tête, comme dans les autres quartiers de Tarlabaşı, où le CHP obtient des scores très inférieurs à ceux du niveau de la circonscription. Le MHP, en revanche, est à Tarlabaşı au-dessus de sa moyenne de la circonscription n°2 (9,9%).

À l’inverse, sans établir de corrélation automatique entre les prix moyens des loyers ou du m2 à la vente et le vote CHP (voire Baskın Oran), force est de constater que les quartiers où le CHP dépasse l’AKP – parfois très nettement – sont les quartiers « gentrifiés » ou d’ancienne tradition « grande bourgeoise » (voire aristocratique), à l’instar de Gümüşsuyu, dont les superbes immeubles hausmaniens contemplent hautainement le Bosphore.

Pour résumer, on peut dire que l’AKP, parti qui contrôle la machine d’Etat et les municipalités locales – avantage déterminant en termes de ressources opportunément redistribuables – est le seul parti à même de s’assurer massivement un électorat issus de classes sociales différentes, comme si la formule du « libéralisme attaché aux valeurs nationales et notamment religieuses » permettait d’opérer le lien entre des groupes sociaux différents quant au niveau de vie en tout cas (et quant au degré d’intégration à l’économie déclarée). Ainsi pour l’instant donc, grâce au travail du parti et des municipalités et au « ciment » de la référence religieuse, la rupture avec les petits commerçants (esnaf) et artisans, que le Saadet a pourtant tenté de « récupérer » dans son giron en développant un discours très anti-européen et anti-libéral, n’est pas consommée. Comme si les promesses d’accès à la société de consommation et les bénéfices pressentis d’une économie « ouverte », au terme de quatre années de bonne conjoncture pour l’économie turque, avaient permis de maintenir dans l’orbite de l’AKP des classes pourtant objectivement marginalisées.

En outre, l’articulation entre local et national est à souligner pour l’AKP où plusieurs des candidats étaient d’anciens maires d’arrondissement s’appuyant sur une légitimité et des réseaux construits de longue date. Deux exemples : İdris Güllüce, qui fait partie des élus AKP de la première  circonscription, est entré à la mairie de Kartal en 1989, pour devenir maire de Tuzla en 1992, poste auquel il est resté 12 ans, jusqu’en mars 2004, date à laquelle il est devenu président de l’Assemblée municipale de la mairie métropolitaine. D’autre part, élu député AKP dans la troisième circonscription, Feyzullah Kıyıklık, n’est autre que l’ancien maire de Bağcılar – poste dont il a démissionné pour pouvoir se porter candidat -, resté en fonction plus de 12 ans.

En conséquence, à l’échelle des arrondissements – dont la pertinence, sans être nulle, est assez limitée -, et à ce stade, assez rudimentaire, de l’analyse, il faut insister sur les grandes différences de résultats entre les arrondissements, qui traduisent des oppositions sociales indéniables, mais aussi des histoires locales comme déconnectées les unes des autres, en dépit de l’appartenance, finalement récente, à un même ensemble urbain et des stratégies « uniformisatrices » des appareils partisans centraux.

Au total, la dimension historique et la résilience locale de certains attachements, la diversité des terrains et des différents réseaux qui les travaillent, les oppositions socio-économiques, les polarisations idéologiques, les mutations économiques, sont à prendre en compte conjointement pour saisir les dynamiques de la géographie électorale où logiques nationales et locales se combinent. Enfin, il nous paraît important d’essayer de mieux corréler les considérables changements économiques (tertiarisation, flexibilisation du travail… ) et socio-spatiaux à l’heure actuelle (kentsel dönüşüm, multiplication des complexes résidentiels privés, programmes de réhabilitation) avec les inflexions des lignes de force de la géographie électorale qu’une approche trop « macro » risquerait de manquer.

Bibliographie

-GÜVENÇ M.(1996), « İstanbul’u Okumak I : Statü-konut mülkiyeti farklılaşmasına ilişkin bir çözümleme denemesi » (Lire Istanbul I : Tentative de résolution de la différenciation statut/propriété
du logement), Toplum ve Bilim, İstanbul, n° 71/4, pp.6-58.
-GÜVENÇ M. (1997), « İstanbul’u Okumak II : Mahalle düzeyinde konut-mülkiyeti-statü farklılaşmasına ilişkin bulgular nasıl genellenebilir ? » (Lire Istanbul II : Comment généraliser les
résultats relatifs à la différenciation statut/propriété du logement à l’échelle des quartiers ?), Toplum ve Bilim, İstanbul, n° 72/1, pp.153-171.
-GÜVENÇ M. (1998), « Beş Büyükşehirde Statü-Gelir temelinde mekânsal farklılaşma ; ilişkisel çözümlemeler » (Différenciation spatiale sur la base du statut et du revenu dans cinq grandes villes ;
solutions relationnelles), In : 75 yılda değişen kent ve mimarlık, İstanbul, Türkiye İş Bankası ve Tarih Vakfı, pp.115-138.
-IŞIK O. & PINARCIOĞLU M.M. (2006), “Bölgesel siyasi tercihler ve AKP”, Toplum ve Bilim, n°107, 66-86.
-OĞUZ S. (2007), “AKP denize doğru ilerliyor” (l’AKP avance vers la mer), Milliyet, 29/07/2007, p.18.
-PINARCIOĞLU M.M. & IŞIK O. (2002), “1999 Genel Seçim Coğrafyası”, Birikim, 162, Ekim 2002, 42-52.
-SCHÜLER H. (1999), Türkiye’de Sosyal Demokrasi. Particilik, Hemşehrilik, Alevilik, İstanbul, İletişim Yayınları, 346 p.
-SÖNMEZ M. (1999), “ İstanbul seçmeninin 50 yıllık tercihi ”, Birikim, 123, Temmuz 1999, p.97-103.
-TEKELİ İ & GÖKÇELİ R. (1977), 1973 ve 1975 seçimleri. Seçim coğrafyası üzerine bir deneme, İstanbul : Milliyet Yayınları.
-YALÇINTAŞ M. C. & ERBAŞ A.E. ( 1999), “İstanbul’un kentsel büyüme kademelenmesi ve 1980 sonrası yerel seçim sonuçları. Mekân ve siyaset”, Birikim, 123, Temmuz 1999, 28-41.
-ZEYNELOGLU S. (2006), “Istanbul’un seçim coğrafyası 1999-2002”, Toplum ve Bilim, n°107, 87-116.

Jean-François Pérouse
Ce texte n’engage que l’auteur


Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20/07/2015

    […] a concouru cette formation témoignent de son hégémonie : 34,3 % en 2002 (soit 363 sièges), 46,6 % en 2007 (341 sièges) et 49,8 % en 2011 (327 sièges – voir notre édition du 14 juin 2011). Certes, […]

  2. 21/07/2015

    […] a concouru cette formation témoignent de son hégémonie : 34,3 % en 2002 (soit 363 sièges), 46,6 % en 2007 (341 sièges) et 49,8 % en 2011 (327 sièges – voir notre édition du 14 juin 2011). Certes, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *