Compte-rendu de la réunion à Budapest.

L’idée de créer un “Observatoire Urbain de Budapest”, au sein du Collegium Budapest (Institute of Advanced Studies – http://www.colbud.hu) fait son chemin dans le cercle des éminences grises de la ville. Si l’initiative vient de l’Institut Français de Budapest, les responsables des centres de recherche, des instituts et des universités hongrois semblent convaincus de la nécessité d’un tel projet.

L’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI), chargé d’assurer la coordination des observatoires du pourtour méditerranéen poour l’année 2007-2008 (Rabat, le Caire, Tunis, Beyrouth, Téhéran), a été convié à la réunion, pour une brève présentation sur Power Point de l’OUI. La participation a été étonnamment grande de la part des Hongrois, parmi lesquels certains n’ont toutefois pas hésité à exprimer une certaine réserve sur ce que cet observatoire urbain peut apporter de plus à la ville.

Durant la réunion, insister sur l’aspect innovant de l’activité de l’observatoire s’est donc avéré essentiel. Des considérations plus d’ordre méthodologique, notamment dans l’archivage du centre de documentation de l’OUI, ont permis dans une certaine mesure de dissocier les activités d’un observatoire urbain de celles des universités et des centres de recherche existants. En effet, à Istanbul comme dans d’autres villes méditerranéennes sans doute, il n’y a pas d’archivage systématique (médias écrits, livres, entretiens, études, etc.) selon les rubriques géographiques et thématiques. Ce faisant, les administrations municipales budapestoises disposeraient d’un centre d’archivage qui permettrait de collecter les articles de presse. Grâce à quelques exemples de l’actualité de la métropole stambouliote, il a été possible de démontrer la nécessité de disposer de ces dossiers thématiques, dans des cas d’études dans lesquels les pouvoirs publics locaux sont directement impliqués.

Le futur “Observatoire Urbain de Budapest” (OUB) serait innovant dans la méthode, mais aussi grâce au contexte auquel il s’inscrirait s’il devait être créé. Le Collegium Budapest (Institute of Advanced Studies – Centre of Excellence), ce prestigieux institut situé sur le site du château médieval de Buda (classé patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO), accueillerait le nouvel observatoire, permettant ainsi d’inscrire ses activités dans un réseau international. Depuis sa création à la fin du bloc communiste, le Collegium a pris le devant dans l’intégration européenne grâce à un réseau qui compte aujourd’hui de très nombreux centres de recherche à l’est comme à l’ouest du pays (Allemagne, Autriche, Suède, Pays-Bas, France, mais aussi Bulgarie et Roumanie). De nouvelles méthodes pour de nouvelles usages et la présence au sein d’un réseau international ont été les arguments forts pour la création de cette nouvelle structure.

À ce stade, il est question de créer un comité qui serait en charge de constituer le budget et le programme de l’OUB. Bien des questions se posent encore.

Le devenir du quartier juif de Budapest a sans doute été le sujet qui a le plus marqué la réunion. Associations, instituts et administrateurs municipaux se sont confrontés à ce dossier, selon une disposition qui rappellait étrangement les débats à Istanbul. En visitant le quartier en question, il semble difficile d’imaginer la destruction pure et simple des immeubles, comme il est craint par les associations en lutte pour la préservation du quartier. Après la présentation de projets d’aménagement d’immeubles historiques, les participants ont longuement discuté sur l’identité culturelle du quartier. Pour certains, il s’agit du ‘quartier juif’ de Budapest. D’autres remettent cette acceptation en question, arguant qu’il y avait effectivement une communauté juive, sans toutefois constituer une présence exclusive ni suffisamment concentrée pour parler d’un ‘quartier juif’. Les travaux de réaménagement de grands immeubles continuent.

Dans une banlieue plus au sud de Budapest, le 8e arrondissement est l’équivalent de Sulukule à Istanbul. Il concentre la communauté tzigane de Budapest, dans un quartier en voie de gentrification. De jeunes artistes et intellectuels investissent dans des appartements qui ont gardé une décoration qui date du régime communiste, à l’image de Berlin-est. Dans le quartier, il est possible de voir des terrains vagues qui attendent les projets d’aménagement. Les chantiers de grandes constructions sont déjà visibles dans ces espaces qui font l’objet de spéculations immobilières comparables à Istanbul.

Budapest


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *