Le Centre Culturel Atatürk – Atatürk Kültür Merkezi (AKM).

À l’image des murailles de Théodose dans la péninsule historique, certains sites permettent de comprendre plus facilement les défaillances qui affectent la ville. Au même titre que les murailles et ce qu’elles cristallisent dans la gestion du patrimoine culturelle à Istanbul, le Centre Culturel Atatürk (AKM – Atatürk Kültür Merkezi) constitue désormais le point névralgique de la politique culturelle de la ville. Associations et ministères s’affrontent cette fois sur la question de la destruction du bâtiment AKM sur la place Taksim, faisant abstraction encore une fois des problèmes plus essentiels dans l’agenda 2010.

Hayrullah Cengiz, le directeur logistique de l’AKM, nous a reçus dans son bureau le 28 février à 10h, comme convenu la veille, lors de notre entretien, où il a demandé expressément de ne pas aborder certains sujets. De manière très spontanée, il avait affirmé ne pas être au courant des décisions prises par le ministre du Tourisme et de la Culture, Atilla Koç, à propos du projet AKM.

1

Pourtant, lors de la visite, il ne s’est pas privé de nous informer sur les arguments du ministère. Le bâtiment s’intégrerait mal esthétiquement dans la place Taksim, et les rénovations aujourd’hui indispensables seraient trop coûteuses. La solution proposée est donc de détruire pour la reconstruction d’un bâtiment plus moderne, plus grand, plus beau, comprenant des salles de spectacles, d’exposition, de congrès, dans un complexe plus sécurisé contre les risques d’incendie et de tremblement de terre.

Les professionnels du spectacle, les associations et les chambres professionnelles se mobilisent pour préserver l’AKM, malgré le flou qui plane sur le projet qui le remplacera. Commencé à construire en 1969, rouvert en 1978 après un incendie, le bâtiment est devenu aujourd’hui le symbole de la confrontation entre “société civile” et pouvoirs publics dans le domaine de l’art et la culture. Il faut dire qu’il n’y a aucun effort d’information de la part des décideurs, ce qui à terme éveille une suspicion envers des pouvoirs politiques de plus en plus imprévisibles.

Le comité qui a introduit le dossier de candidature pour Istanbul CCE-2010, communément appelé le groupe d’initiative 2010 (2010 girişim grubu), a élaboré le projet de loi qui légifère le budget et l’élaboration du programme 2010. Le ministère du Tourisme et de la Culture, avant de faire passer la loi au TBMM, l’a modifiée, en rajoutant l’article 11, stipulant que le bâtiment de l’AKM serait reconstruit sur une surface plus grande. Le deuxième aménagement est la transformation de la caserne de Rami à Eyüp en bibliothèque et salle de congrès. Pour ce faire, un compte spécial est créé, destiné à accueillir des fonds du budget du ministère du Tourisme et de la Culture, du compte courant du même ministère, du compte spécial prévu par la loi 5846, du budget du İÖİ (İl Özel İdaresi – Administration spéciale de la province), du budget de l’İBB, du Fonds de promotion et du Conseil de coordination.

Aujourd’hui, il est question de créer un organigramme composé entre autres du comité exécutif, d’une commission budgétaire et d’un conseil artistique, responsable du bon déroulement du programme CCE-2010. Mais au détriment de ce processus de construction de l’organigramme, le contexte semble une fois de plus marqué par une confrontation sur une affaire précise. Il s’agit en l’occurrence de la destruction ou non de l’AKM. Un décision du pouvoir public rend possible le verrouillage de tout un processus, à savoir la préparation d’un programme culturel à l’échelle métropolitaine. Il est utile de rappeler l’argument de représentants de la société civile, à cet égard, qui suggère de construire d’autres centres culturels dans les périphéries de la ville, avec le budget prévu pour l’AKM.

                                                        2
Créer d’autres centres culturels au lieu d’“améliorer” ceux qui existent déjà, constitue le premier défi de CCE-2010. On peut résumer les apports d’un tel programme en deux points, selon les attentes de la société civile active dans le processus. D’une part, il s’agit de créer un nouveau mode de gouvernance au niveau local; et d’autre part, de décentraliser l’activité culturelle géographiquement, au profit d’une périphérie appauvrie culturellement. Or la destruction de l’AKM pour permettre la reconstruction d’un centre culturel plus grand sur la place Taksim ne correspond à ces attentes. Elle à l’opposé même des attentes. Le rapport de force continue sur un projet qui est au cœur de la ville, et dont la portée symbolique est grande. Le projet de Necmettin Erbakan de construire une mosquée sur la même place Taksım est souvent évoqué.

Le centre de congrès de Lütfi Kırdar, le centre de concert Cemal Reşit Rey, la scène à ciel ouvert de Cemil Topuzlu et le théâtre Muhsin Ertuğrul se trouvent dans une périphérie consacrée par l’İBB au nouveau centre de congrès de Harbiye. Ce projet, pour lequel seul le cabinet d’architecture Arima a répondu à l’appel d’offres, prévoit la création d’un centre de congrès à Harbiye, sacrifiant ainsi tous les espaces culturels existants. Si les différentes manifestations organisées ont eu lieu devant l’AKM, elles concernent tout autant les 4 espaces culturels de Harbiye (intégrés dans la future “Vallée des Congrès”).

Là encore, les procédés et le projet en lui-même sont similaires à ce qui est annoncé dans la loi de CCE-2010 concernant l’AKM. Il s’agit de détruire pour reconstruire un bâtiment plus moderne, avec une architecture repensée. Ainsi, comme le précise Uğur Tanyeli, le projet qu’il considère comme une trahison à Istanbul, prévoit la construction d’un complexe de congrès sous-terrain, pour lequel le théâtre Muhsin Ertuğrul sera détruit et reconstruit. Les autres espaces culturels seront préservés, au cœur du futur “Centre de Congrès de Harbiye”.

3

Au sein des nouveaux complexes construits, la combinaison des centres culturels avec d’autres secteurs d’activité trouve ici une nouvelle expression. Les espaces culturels au centre de la ville sont repensés pour être dorénavant multifonctionnels, affectant inévitablement la maturation de ces espaces. Une fréquentation accrue durant les congrès internationaux et une économie de l’événementiel qui dépassera de loin le monde de l’art de la scène, achèvera la transformation de ces espaces, confirmant ainsi la thèse du ministère, selon laquelle ils ne correspondent plus aux normes et aux attentes d’aujourd’hui.

Il semble que les projets annoncés dans cette partie de la ville continueront d’envenimer les relations avec le ministère du Tourisme et de la Culture, jusqu’en 2010, ou jusqu’aux prochaines élections législatives, prévues elles pour le 22 juillet 2007.

45

6


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *