Compte-rendu de la conférence « Autour des 50 ans de l’accord migratoire franco-turc : 1965-2015 » (Institut français d’Istanbul, 8 avril 2015)

par Armand Aupiais-L’homme (URMIS, IFEA)

images

« Les jeunes s’en vont », Milliyet, 01/04/1965

Cinquante ans jour pour jour après la signature de l’accord de main-d’œuvre franco-turc officialisant la migration de quelque 200 000 personnes1 de la Turquie vers la France, une conférence organisée conjointement par l’IFEA (Institut Français d’Études Anatoliennes), l’Institut Français à Istanbul, l’OFII (Office Français pour l’Immigration et l’Intégration) et l’Université Galatasaray, s’est tenue à l’Institut Français d’Istanbul, place Taksim. Conférence à laquelle ont participé environ cent personnes.

Nous reviendrons dans un premier point sur les discours des représentant-es officiels des États français et turc (session 1), qui expriment le cadre politique par rapport auquel se déploient les autres interventions. Nous résumerons ensuite les interventions des chercheures et acteur-es associatifs (session 2), qui soulignent toutes justement les relations complexes qu’entretiennent vis-à-vis des États les populations, les mouvements associatifs et les sciences sociales dans leur compréhension des migrations ; avant de conclure sur un commentaire qui problématise la capacité des recherches sur les phénomènes migratoires à dépasser le cadre imposé par la présence d’acteur-es étatiques défendant leurs intérêts.

Session 1 : « Accord migratoire, politiques de visa et libre circulation »

Dans son introduction2 à la journée, Jean-François Pérouse a examiné le contenu de l’accord franco-turc de 1965, notamment la promesse non-tenue de garantir l’accès aux allocations familiales des travailleurs turcs et de leurs familles3. Il a souligné combien cet accord inaugurait un nouvel âge des relations franco-turques et consacrait l’émergence, encore peu problématisée, de nouvelles populations et de nouvelles formes de citoyenneté. J-F. Pérouse a défini les objectifs de la journée : rendre hommage aux travailleurs émigrés, apprécier les conséquences démographiques de cette migration, mettre en avant la relation établie en prenant en compte les bénéfices enregistrés par la France, se libérer des « clichés »4 générés par cette relation, et approfondir la production et l’usage des notions mobilisées en sciences sociales.

Il a peu été question de la France et de la Turquie de 1965 au cours des trois interventions suivantes, qui ont plutôt illustré l’état actuel des rapports de force géopolitiques Turquie-Europe de l’Ouest. La consule générale de France à Istanbul Muriel Domenach (« La nouvelle politique de visa ») a voulu « faire valoir l’action [actuelle] de facilitation » d’obtention des visas autorisant l’accès au territoire français aux citoyen-nes de Turquie, depuis le retour du Parti Socialiste au gouvernement en mai 2012.

Rappelant le passage de la Turquie du statut de pays d’émigration à celui de pays d’immigration, dans un contexte où la France cherche à « maîtriser les flux migratoires », la consule a énoncé ses priorités : une restriction qui serve avant tout les intérêts français en matière d’emploi et de tourisme. Déclarant que le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius5 examine régulièrement les listes de demandes de visa – s’assurant, révélation surprenante, que suffisamment de personnes soit admises sur le territoire français – la consule a introduit une métaphore : le visa n’est pas comme le veut une « fausse idée » un « verrou », mais une « clé ». La délivrance d’un visa ne serait pas non plus une « faveur » – ayant reçu des fleurs accusant acceptation d’une demande, elle évoque la « spontanéité » des relations sociales en Turquie – mais sanctionnerait une « démarche administrative rigoureuse », tout en s’intégrant à une stricte « relation d’intérêts » diplomatiques.

M. Domenach s’est félicitée que le consulat d’Istanbul ait été l’un des premiers à mettre en œuvre l’enregistrement des données biométriques6 des demandeur-es de visa, et qu’il fasse « appel à des contractants » (sous-traitance des demandes par l’entreprise privée VFS Global7 ), permettant la « simplification » et la « dématérialisation »8 des demandes ; puis a insisté sur l’extension de la durée des visas délivrés pour les « milieux culturels » (visa « compétences et talents » mis en place en 20069 ), et la réduction des refus au taux « incompressible » de 3% des demandes, qui correspondrait à une émigration « résiduelle » considérée comme frauduleuse10.

Après un bref commentaire de Didem Danış soulignant les risques de « déportation » des citoyen-nes turc-ques, en conséquence de la signature d’un Accord de réadmission entre l’Union Européenne et la Turquie11 en décembre 2013, le représentant du cabinet du premier ministre turc, İsmail Demiryürek, (« La nouvelle politique de la Turquie en direction de ses émigrés ») a manifesté la volonté de la Turquie de voir la France lever les visas pour les Turc-ques, en échange de cet accord de réadmission difficile à consentir. Estimant la communauté turque d’Europe à 6,5 millions de personnes – dont les « troisième et quatrième générations » – n’ayant pas vocation à « rentrer » en Turquie, il a mis en lumière leur importante contribution à l’économie turque et souligné la mise en place de « multiples » nouvelles politiques, comme la possibilité enfin donnée aux ressortissant-es turc-ques de l’étranger, à l’occasion des élections présidentielles d’août 2014, de participer aux élections nationales.

İ. Demiryürek a déploré l’échec et l’abandon scolaire des jeunes turc-ques de France, de même que l’absence de Français-es d’origine turque au parlement français, significative de la mauvaise représentation de cette population dans la société française. Il a aussi critiqué un climat « islamophobe » en France, renforcé par les attentats du mois de janvier dernier, et dont seraient victimes les turc-ques par des agressions violentes et des discriminations diverses. Attentats suite auxquels, s’est-il empressé de préciser, le premier ministre turc Ahmet Davutoğlu avait participé à la « marche républicaine » du 11 janvier contre le terrorisme et pour la liberté de la presse.

Pour clore la session André Genteuil (« La politique de l’OFII en Turquie »), représentant de l’Office Français pour l’Immigration et l’Intégration (OFII) en Turquie, a présenté les missions de son institution. Ancien Office national de l’immigration (ONI) – créé en 1946 et installé à Istanbul en 1969 dans le cadre du protocole de mise en œuvre de l’accord franco-turc de main-d’œuvre – devenu Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrants (ANAEM), cet organisme a été rebaptisé OFII en 2009. L’institution était passée de la tutelle des ministères sociaux à celle du ministère de l’immigration de Brice Hortefeux en 2007, puis du ministère de l’intérieur. Détaillant les missions de l’OFII – faire passer la visite médicale aux candidat-es au séjour en France et attribuer des CDI, CDD et contrats saisonniers en fonction des besoins économiques – A. Genteuil a rappelé l’exigence d’un apport en main-d’œuvre étrangère reconnue comme « qualifiée » pour un séjour légal sur le territoire français, immigration désirable préparée via des formations à la langue française et aux « valeurs de la République ».

Avec l’ouverture des questions, İsmail Demiryürek a été amené à expliquer le peu de votes effectivement enregistrés depuis les pays d’immigration au moment des élections présidentielles de 2014, dues essentiellement selon lui à des problèmes techniques. Muriel Domenach, interrogée sur la situation migratoire actuelle aux portes de l’UE et la présence en Turquie d’une importante population syrienne, a déclaré : « La Turquie est victime de sa géographie ». Interpellée sur l’engagement de levée des visas pour les citoyen-nes de Turquie, elle a mis en avant les « obstacles » à la mise en application de l’accord de réadmission sur le sol turc des personnes expulsées. Elle a enfin tenu à répondre aux remarques de son partenaire diplomatique sur le manque de représentativité politique de l’immigration turque, déclarant qu’« en France, c’est le droit du sol qui prévaut », où n’existent « pas de distinction selon l’origine », ni le « sang »12 des parlementaires. Quant-à l’islamophobie, si elle donnait raison à son voisin – illustrant la progressive reconnaissance et accession de ce terme au langage officiel des représentant-es de l’État – elle a salué la « détermination des autorités » françaises pour protéger les citoyen-nes contre les actes islamophobes et, s’appuyant sur les résultats d’un sondage Ipsos/Steria, la « sagesse » d’une « opinion publique » qui « ne fait pas l’amalgame » entre Islam et terrorisme.

Session 2 « Transformations et destins des communautés turques en Europe »

Lors de la deuxième session de la journée (« Transformations et destins des communautés turques en Europe ») chercheur-es et acteur-es associatifs ont développé différents axes de réflexion sur l’immigration de Turquie en France.

Feyza Ak Akyol (« En quête d’identité en France : des femmes turques racontent ») a retracé et analysé les « contradictions identitaires » en terme de stratégies de lutte contre le patriarcat des femmes immigrées de Turquie en France, forte d’une enquête compréhensive par entretiens, valorisant la parole des premières concernées.

Le rapport de ces femmes aux projets migratoires, d’abord masculins et économiquement déterminés, susciterait la mise en place de stratégies matrimoniales et de (re)construction familiale comme la préférence du mariage à la poursuite des études, dans la mesure où il permet une émancipation par rapport au contrôle social patriarcal dans la société d’origine.

L’analyse du rapport à l’État social révélerait une stratégie primordiale de reconnaissance et d’amélioration relative des conditions matérielles d’existence des femmes. Par leurs interactions avec les institutions publiques, les épouses de travailleurs immigrés développeraient en effet des savoirs et savoir-faire bureaucratiques supérieurs à ceux des hommes, assumant une responsabilité de médiatrice dans la relation bureaucratique, et un sentiment de participation active. F. Akyol propose une interprétation de ce sentiment de responsabilisation et de participation comme stratégie d’autonomisation par rapport au système patriarcal expérimenté dans la société d’origine.

Enfin, la maîtrise souvent élémentaire de la langue française, montrée du doigt par les institutions, ne recouvre pas l’ensemble de l’expérience socio-linguistique des migrantes, qui tissent des liens stratégiques de solidarité avec d’autres femmes sur leurs territoires d’installation. Le « repli sur soi » imputé à l’immigration turque pourrait aussi être analysé comme une réaction défensive face au rejet dont elles font l’expérience par la « culture européenne ».

Les expériences « féminines » de l’immigration ne recoupent pas celles des hommes, confrontés à une remise en cause de leur autorité et à l’ouverture de nouveaux domaines d’émancipation des femmes. Ces dernières auraient en fait, dans leur adaptation à la situation migratoire, un avantage lié à leur expérience fondatrice de l’altérisation et de la minorisation : primo-socialisées comme femmes et marginalisées dans leur société d’origine, elles ne se découvriraient pas comme « autres » avec l’immigration, mais adopteraient des stratégies de libération spécifiques : familiales, bureaucratiques et culturelles entre autres.

Damla Bayraktar Aksel (« Les originaires de Turquie et leur relation avec l’État turc ») a proposé un découpage chronologique des recherches sur l’immigration de Turquie en Europe, mettant en évidence leur interaction avec les politiques de l’État turc et leurs évolutions : prééminence des analyses en termes de rapports des acteur-es à leurs territoires d’émigration et d’immigration jusqu’aux années 1980 ; problématisation du contrôle de l’appartenance nationale dans le courant des années 1980 ; et émergence d’une littérature sur les phénomènes « diasporiques » à la fin des années 1990, moment où le terme « diaspora » devient une catégorie de l’action publique turque à l’égard des migrant-es et de leur descendance.

Revendiquant une approche contemporaine explorant des relations « transnationales » continues, déterminées par l’agencéité des migrant-es et de leur descendance, et lisibles à travers leur investissement dans la vie politique française et turque, D. Bayraktar a mis en évidence le développement d’un espace politique turc de la diaspora de part et d’autres des frontières nationales. En 2000, une directive appelait à resserrer les relations entre l’État turc et ses ressortissant-es à l’étranger, en s’appuyant sur des ONG turques. En 2012, des « institutions de conseil » ont été instaurées avec ces organisations, accentuant les conflits idéologiques entre organisations reconnues et non reconnues par l’État et faisant émerger de nouvelles problématiques de recherche.

Enfin, le « problème d’intégration » des citoyen-nes français-es d’origine turque, exprimé par leur faible participation – environ 10% – aux scrutins, devrait aujourd’hui être analysé en considération de leur participation, depuis août 2014, aux élections en Turquie.

Elif Aksaz (« L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie ») a brièvement problématisé la dépendance entre « interrogations savantes » et « interrogations publiques », notamment la (re)construction des notions d’« intégration » ou d’« adaptation » dans les recherches sur l’immigration en France, signes de leur tendance générale au diagnostic et au signalement d’un « problème public turc ». Les recherches peinent en définitive à s’extraire d’un « débat politico-moral » sur les populations issues de l’immigration et leurs pratiques culturelles, matrimoniales, linguistiques, alimentaires (ajoutons, vestimentaires) notamment, y compris dans l’espace domestique.

Des conclusions alarmistes sur le « manque d’intégration » et le « repli communautaire » de l’immigration turque en France sont demeurées dominantes, jusqu’à la fin des années 1990 et à l’apparition de recherches définissant de nouveaux critères de mesure de l’intégration13. Au même moment, en Turquie, plusieurs chercheur-es prenaient pour objet les « coûts et profits » de l’émigration de travail vers la France, dans la lancée du plan de développement [kalkınma] économique turc. Un souci politique inverse, de déperdition des liens entre les émigré-es et leur terre d’origine, se traduisait par le développement de telles hypothèses dans le champ académique. En conclusion, les problèmes rencontrés par les populations migrantes elles-mêmes, longtemps restées dans l’angle mort de part et d’autre de la frontière politique entre pays « de départ » et « d’arrivée », seraient un objet de recherche encore récent et en renouvellement.

Ümit Metin (« Les originaires de Turquie et leur vie associative en France : entre communautarisme et citoyenneté ») a suggéré l’idée d’un « va-et-vient entre citoyenneté et communautarisme », et celle d’un « renfermement par réaction », depuis 10 ans, des originaires de Turquie en France. Soucieux de prendre en compte le cadre administratif et légal de minorisation pour expliquer ce va-et-vient, il a mis en lumière de nombreux dispositifs légaux et institutionnels dont sont victimes, entre autres, les descendant-es de l’immigration de Turquie en France.

Un durcissement du double droit du sol, via la loi Pasqua de 1986, impose d’attendre l’âge de treize ans pour demander la nationalité française. La promesse d’attribution du droit de vote aux résident-es étranger-es, formulée pour la première fois en 1981 par le Parti Socialiste14, est toujours en suspens. Enfin les lois de 2004 relative à l’interdiction du port de signes religieux (ou considérés comme tels) à l’école, et de 2008 relative à l’interdiction du port du « voile intégral » dans l’espace public indiquent, a-t-il expliqué, un manque de volonté politique de l’État français, qui se montre soucieux de « réaffirmer » des « valeurs de la République » déjà acquises tout en mettant en œuvre le recul de l’égalité des droits humains et de la citoyenneté. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre selon lui l’implantation, en réponse « à la peur de l’acculturation », de l’extrême-droite dans le paysage associatif des originaires de Turquie en France.

L’Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (ACORT), a rappelé Ü. Metin, est ancêtre de l’Association des Travailleurs de Turquie (ATT), qui avait notamment participé la marche pour l’égalité de 198315. Essentiellement composée de membres de la dite « seconde génération » de l’immigration turque, à l’initiative entre autres de la création de l’émission radiophonique « Arc-en-ciel » au début des années 1990 – toujours sur les ondes de Radio Fréquence Paris Plurielle – elle se veut le vecteur d’une participation citoyenne qui mette en avant une identité française et turque. Il a insisté sur l’effet dénonciateur et délétère de l’ouvrage abondamment discuté Faire France, de Michèle Tribalat (1995), chercheure à l’INED, qui concluait à une « exception turque [à la règle de l’assimilation] » (Autant, 1999) et d’intégration à la société française16 – à partir d’une grande enquête socio-démographique faisant une place importante aux choix matrimoniaux, pratiques culturelles, et relations avec le pays d’origine – à partir d’une comparaison avec des courants migratoires d’au moins 15 ans plus anciens.

Reprenant la chronologie des événements politiques structurant les rapports sociaux des originaires de Turquie en France, Ü. Metin a évoqué le vote en 2001, par l’Assemblée Nationale française, d’une motion de reconnaissance du génocide arménien, accentuant un malaise important dans la communauté originaire de Turquie en France. Ce contexte a vu l’émergence de dynamiques transnationales comme l’ouverture du premier collège de Fethullah Gülen en France, ainsi qu’une volonté d’entrisme des organisations politiques turques dans différents mouvements associatifs ; mais aussi l’émergence de nouvelles structures, portées par une base sociale et politique importante issue de l’immigration turque.

Ü. Metin a fini son intervention en critiquant les modalités d’ouverture du droit de vote aux ressortissant-es de Turquie à l’étranger, en 2014, qui s’est fait sans aucune prise en compte des revendications des populations concernées et ne s’est accompagné d’aucune proposition venant des partis, pour la vie quotidienne des citoyen-nes turc-ques d’Europe de l’Ouest.

Jülide Yaşar (« L’installation en Turquie des Français issus de l’immigration turque (Franco-turcs) : un phénomène croissant et significatif »), présidente de l’association Trait d’Union, a clos la journée par une intervention qui a suscité plusieurs réactions et commentaires. Créée en septembre 2014, l’association a pour but de représenter une partie des quelques 10 000 « franco-turcs » venu-es à Istanbul en raison des opportunités d’emploi et d’ascension sociale, selon ses termes. Objets d’une souffrance prolongée depuis l’expérience directe de la migration de leurs parents, et d’une désillusion vis-à-vis des opportunités sur le marché de l’emploi français, les « franco-turcs » font face, comme elle l’a expliqué, aux questions du déracinement et de l’enracinement. Installé-es en Turquie, confronté-es au passage « du fantasme à la réalité » et au développement d’un « sentiment d’être des migrants perpétuels », elles et ils bénéficient toutefois d’une forte attractivité sur le marché du travail, pour des entreprises qui voient l’intérêt à les embaucher en termes de compétences linguistiques, de “ médiation culturelle ” et de réseaux sociaux.

L’origine sociale des parents interviendrait souvent de manière problématique dans le processus de reconstruction sociale spécifique à ces migrations – imparfaitement dites “ de retour ” – de jeunes Français-es relativement riches en capitaux économiques et sociaux, et pourtant confronté-es au « snobisme des urbains » de Turquie, qui repèrent et stigmatisent des codes culturels et linguistiques altérisés et méprisés depuis l’Ouest de l’Anatolie ; et reprochent aux parents des « franco-turcs » d’avoir généré, par la migration économique, une « mauvaise image » de la Turquie en Europe de l’Ouest.

En conclusion, l’association serait « en avance sur les réalités institutionnelles », notamment les autorités consulaires. Si la présence dans le pays d’origine des parents vient combler une certaine « nostalgie des origines », l’association Trait d’Union est née du constat de la nécessité à faire valoir et défendre les droits des « franco-turcs », dépasser les questions d’identités et de culture (“ double ”, “ hybride ”, etc.) pourtant au centre du débat qui a suivi l’intervention. Il ne s’agit pas seulement pour les membres de tracer un « trait d’union » entre la France et la Turquie, mais bien d’incarner une certaine connexion entre « différentes Turquies » (urbaine et rurale, “ orientale ” et “ occidentale ”). Pour cela elles et ils s’appuient sur un statut bi-national, des diplômes, des origines familiales Est-anatoliennes, une socialisation et un « enracinement » en France, et l’installation dans la ville globale Ouest-anatolienne.

Commentaire

À l’issue de la conférence, l’interaction s’est prolongée par une réception au Palais de France, qui a enregistré une plus forte participation que l’Institut Français. Aux participant-es de la conférence se sont ajoutés de nombreux acteur-es économiques, ainsi que des étudiant-es et enseignant-es des lycées et universités francophones d’Istanbul. La quasi absence des premier-es concerné-es, les immigré-es – présent-es par l’image, à travers le film Annem ve Babam de Muret İşitmez et l’exposition photographique Ancrages d’Ahmet Sel – était contrebalancée par la présence de descendant-es de l’immigration de Turquie en France, témoignant de la contemporanéité de la population issue de l’accord de main-d’œuvre signé en 1965. La volonté manifeste de Mme la Consule d’offrir un espace de relations entre groupes d’intérêts17 s’accompagnait d’un discours où elle a répété son engagement en faveur d’une « immigration maîtrisée », « une nécessité et une chance pour la France ». Pays « champion en auto-dénigrement », a-t-elle ajouté, répondant aux analyses critiques formulées lors de la conférence par l’éloge du système social avancé et de l’école gratuite en France.

De manière générale, des efforts de contextualisation historique ont permis de mettre en relief le dynamisme du fait migratoire dans l’espace et dans le temps. Ont été évoqués entre autres les stratégies des épouses de travailleurs immigrés contre le patriarcat (F. Akyol), l’accès aux ressources politiques de leurs descendant-es de part et d’autre des frontières (D. Bayraktar, Ü. Metin), la reconnaissance des franco-turcs (J. Yaşar), chacun de ces objets s’inscrivant dans un état particulier de rapports sociaux spécifiques. Aux actions des États en direction des populations et à leurs velléités de contrôle, souvent influentes sur les réflexions sociologiques (D. Bayraktar, E. Aksaz) s’ajoutent des initiatives transnationales émergentes, par la base comme par les élites, qui reproduisent ou modifient plus ou moins profondément l’agencement de ces rapports.

Comme l’ont montré les communications d’acteur-es associatifs, les recherches sur les migrations gagnent à être décloisonnées et à sortir des cercles restreints de l’activité académique, pour comprendre (et déconstruire) les modalités d’application, de maintien et de justification de rapports de domination des États français et turcs sur les populations issues de l’accord de 1965. Ü. Metin a ainsi rappelé, à l’encontre de ce qu’affirmait M. Domenach, qu’en France l’attribution de la nationalité dépend d’un double droit du sol, et non du simple droit du sol : elle est attribuée aux personnes dont l’un-e des parents est né sur le sol français (Noiriel, 1988)18. De plus, alors que Mme la Consule mettait en avant une acception restrictive du terme “ islamophobie ”, considérant cette dernière dans ses expressions interpersonnelles – opinions défavorables et hostilité à l’égard des musulman-es – l’ACORT semble reprendre à son compte sa dimension systémique – ancrage dans les pratiques institutionnelles, voire inscription dans la loi19 – sur laquelle insistent les mouvements qui luttent depuis plusieurs années pour faire reconnaître ce rapport social raciste ; y compris dans la recherche, où le débat est ouvert. Le matériau de la première session – et du Palais de France, où le directeur de Vinci Concessions20 en Turquie Gilles Özgür Erdoğan a rendu un intéressant témoignage sur son expérience de fils de réfugié de Turquie21 – s’avère précieux pour saisir l’histoire et l’actualité des politiques migratoires européennes22.

Pourtant les personnes présentes à l’Institut Français ont pu constater un déséquilibre et un manque de débat entre les intervenant-es des première et seconde session. L’hommage qui devait être rendu aux immigré-es de Turquie en France a pu paraître incomplet, sans doute en raison d’un décalage entre les temporalités où s’inscrivent les intervenant-es de chaque session. Les interventions d’İsmail Demiryürek réaffirmant publiquement les attentes de l’État turc en matière de politiques migratoires et d’intégration en France, d’André Genteuil détaillant pragmatiquement le contenu des activités de l’OFII23, et de Muriel Domenach promouvant une « nouvelle » politique de visas, relevaient d’un registre gestionnaire et diplomatique en apparence tourné vers l’avenir et soucieux de ne creuser aucune blessure. Les interventions de Feyza Akyol, Damla Bayraktar et Elif Aksaz répondaient difficilement à ces démarches politiques par l’analyse sociologique des dynamiques actuelles d’émigration depuis la Turquie, et retraçaient plutôt une histoire sociale contemporaine, sans doute moins familière des intervenant-es précédent-es. Il est à regretter que l’émigration turque actuelle, qualifiée de « résiduelle » par la consule, tout comme la place de la Turquie comme pays de “ transit ” dans le système migratoire international, n’aient pu être abordés sous un angle plus rigoureux. D’autant que qualifier comme elle l’a fait la Turquie de « victime de sa géographie » – soit victime d’une émigration forcée24 – peut conduire à occulter ou minimiser la responsabilité des pays du Nord qui contournent le droit d’asile, la France en tête (qui a accueilli moins de 10 000 réfugié-es syrien-nes sur son territoire depuis le début du conflit en mars 201125 ).

Quarante ans après la suspension officielle de l’immigration de travail en France, les sciences sociales constatent presque unanimement que la politique coûteuse de la France en matière d’immigration profite surtout à une fraction du patronat, aux entreprises politiques nationalistes et xénophobes, et de manière croissante aux industries carcérale, militaire et sécuritaire (Rodier, 2012). Elles fragilisent et criminalisent, comme l’a suggéré Didem Danış, une part de la population résidant dans l’espace Schengen – qui enregistre d’importantes violations des droits humains – aujourd’hui sujette à l’enfermement ou à la déportation. Elles renforcent les barrières matérielles (camps et murs) et mentales (grand partage eurocentrique de l’humanité) et autorisent la stigmatisation et les discriminations racistes à l’égard d’une frange importante des descendant-es réel-les ou supposé-es des migrations Sud-Nord26. Singulièrement, aucune question n’a été posée à Ü. Metin, seul représentant des mouvements sociaux et seul intervenant à s’être explicitement référé à ces discriminations. Un fait symptomatique d’une absence de questionnement, ce 8 avril, sur la place de l’immigration de Turquie face au racisme, et dans les mouvements antiracistes contemporains ?

Documents téléchargeables

Introduction de Jean-François Pérouse

Texte original de l’accord de main-d’œuvre en langue turque

Extrait du journal officiel du 8 avril 1965 (France)

Références bibliographiques

AKSAZ, Elif. (2015) « L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie. Bibliographie commentée, proposée à l’occasion du 50e anniversaire de la signature d’un accord bilatéral de main-d’oeuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965. », Dossier de l’IFEA n°22 – Institut français d’études anatoliennes. Disponible sur Internet : https://books.openedition.org/ifeagd/1200

AUTANT, Claire. (1999) « L’exception turque ? Des statistiques aux politiques publiques », Écarts d’identité n° 90-91

BENSAUDE-VINCENT, Bernadette. (2004) Se libérer de la matière ? Fantasmes autour des nouvelles technologies – Quae

BONDITTI, Philippe. (2005) « Biométrie et maîtrise des flux : vers une “ géo-technopolis du vivant-en-mobilité ” ? », Cultures & Conflits n°58

BOUAMAMA, Saïd. (2000) J’y suis j’y vote ! La lutte pour les droits politiques aux résidents étrangers – L’esprit frappeur

GRANOTIER, Bernard. (1970) Les travailleurs immigrés en FranceFrançois Maspero.

BOUBEKER, Ahmed. (2008) « La “ petite histoire ” d’une génération d’expériences. Du mouvement beur aux banlieues de l’islam », in Histoire politique des immigrations (post)coloniales. France, 1920-2008Éditions Amsterdam

HAJJAT, Abdelalli. (2013) La Marche pour l’égalité et contre le racismeÉditions Amsterdam

HAJJAT, Abdelalli ; MOHAMMED, Marwan. (2013) Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le “ problème musulman ” – La découverte.

JOUNIN, Nicolas. (2009) Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment – La découverte

MICHEL, Andrée. (1956) Les travailleurs algériens en FranceÉditions du CNRS

MORICE, Alain. (2015) « Situation actuelle des migrations internationales : réalités et controverses », L’information psychiatrique 2015/3 (Volume 91), p. 207-215.

NOIRIEL, Gérard. (1988) Le creuset français. Histoire de l’immigration (XIXe – XXe siècle) – Le Seuil

RAIS, Mohammed Mehdi. (2014) « Accords communautaires de réadmission : quels enjeux dans la coopération euro-méditerranéenne », Revue Marocaine d’Administration Locale et de Développement, n° 116

TRIBALAT, Michèle. (1995) Faire France. Une enquête sur les immigrés et leurs enfants – La découverte

TRIPIER, Maryse. (1990) L’immigration dans la classe ouvrière en France L’Harmattan

  1. Sur la production et la variation de différents chiffres (controversés) par les autorités françaises, turques, différents instituts de recherche et d’enquête statistique, consulter le texte rédigé par Elif Aksaz (2015) publié par l’IFEA quelques jours avant la conférence et consultable en ligne : https://books.openedition.org/ifeagd/1206?lang=fr []
  2. Ci-joint le texte de cette introduction, le texte original de l’accord en langue turque et en langue française. []
  3. Ce problème fournit un thème classique de la sociologie de l’immigration en France : dans son ouvrage pionnier, Andrée Michel (1956) mettait en lumière l’assujettissement des travailleurs immigrés algériens à un « régime bâtard » de sécurité sociale, inaugurant la recherche sur les discriminations institutionnelles légales à l’égard des étranger-es en France. []
  4. Les « guillemets typographiques » encadrent les citations des intervenant-es, les “ guillemets anglais ” ponctuent nos propos. []
  5. Laurent Fabius qui déclarait en 1984 : « Le Front national pose les bonnes questions mais apporte les mauvaises réponses » ; consacrant publiquement, à gauche, la victoire idéologique de l’extrême droite en matière de politiques migratoires et de la nationalité. []
  6. Cette pratique, inaugurée par la loi Sarkozy de 2003 « relative à la maîtrise de l’immigration, au séjour des étrangers en France et à la nationalité », s’inscrit d’après Philippe Bonditti dans une stratégie de « guerre globale au terrorisme » qui renforce et multiplie les dispositifs de contrôle et de surveillance « vis[a]nt non seulement l’identification des individus, mais leur localisation dans l’ordre territorial géographique, et la reconstitution de leurs trajectoires, ceci au moyen du recueil et du recoupement des traces numériques » (Bonditti, 2005). []
  7. Filiale du groupe Kuoni, spécialisé dans le tourisme de luxe. []
  8. Sur cette notion intuitive, qui fait peu de cas des dépenses matérielles et énergétiques engagées pour la construction, l’alimentation et la maintenance de serveurs informatiques – dont les institutions étatiques de contrôle sont aujourd’hui d’importants consommateurs – voir Bensaude-Vincent, 2004. []
  9. Ce visa s’inscrit dans le cadre d’une officialisation de la politique dite d’« immigration choisie » (soit non « subie »). Politique déjà mise en œuvre par diverses circulaires du ministère de l’intérieur favorisant la délivrance de visas courte durée pour satisfaire les besoins de certains secteurs d’activité : par exemple les bûcherons (suite à la tempête de 1999) et les informaticiens (en prévision du supposé « bug de l’an 2000 »). []
  10. M. Domenach a saisi l’occasion pour avertir le public que les services consulaires gardent une trace des personnes présentant de faux documents. []
  11. Ce type d’accord, devenu un important levier d’externalisation de la politique migratoire de l’UE, oblige les pays signataires de départ ou de transit, au Sud, à collaborer aux mesures d’éloignement prises à l’encontre des migrant-es considéré-es comme irrégulier-es par les pays signataires d’arrivée, au Nord. En contrepartie de la signature de cet accord avec la Turquie, l’Union Européenne s’est engagée à « progresser sur le dossier de la liberté de visa » (Rais, 2014). []
  12. La « consonance turque » de certains noms, tel celui du conservateur du musée Picasso, à Paris, serait en revanche un bon indicateur d’égalité des chances. []
  13. Les sociologues des générations précédentes mesuraient et soulignaient toutefois l’« appartenance » (Granotier, 1970) et l’intégration de facto des immigrés à la classe ouvrière française : « En France, les chemins de l’intégration conduisirent à l’enracinement dans la classe ouvrière. (…) C’est la classe qui constituera le milieu d’appartenance pour deux générations au moins, partageant cette fonction avec la communauté d’origine ». (Tripier, 1990 : 44) []
  14. Cette promesse, généralement assortie de limitation aux échelons locaux et aux détenteurs d’une carte de résidence de 10 ans, a été réitéré et trahie par le Parti Socialiste à l’occasion de nombreuses élections nationales depuis. La France est rapidement devenue la « lanterne rouge » de l’Union Européenne, quant-à l’accès aux droits politiques des résident-es étranger-es (Bouamama, 2000). []
  15. Sur cette marche, qui signe l’émergence sur la scène publique des descendant-es de l’immigration de travail – employée à reconstruire la France et à assurer l’important taux de croissance économique des dites “ trente glorieuses ” – et leurs premières victoires politiques, voir notamment Boubeker, 2009 et Hajjat, 2013. []
  16. Ajoutons que l’idée d’intégration d’une communauté minorisée à ou dans une société constituée est un usage fallacieux de la notion sociologique d’intégration de la société comme ensemble, qui déresponsabilise l’État et sous-tend l’injonction à certaines communautés de « s’intégrer ». []
  17. J. Yasar soulignait la présence de personnes fort diplômées économiquement influentes au sein de l’association Trait d’Union. Une ressource potentielle mise en avant lors de la réception au Palais de France. []
  18. L’acquisition automatique de la nationalité à l’âge de 18 ans s’applique aux personnes nées sur le territoire français de parent-es né-es à l’étranger. []
  19. À ce titre on pourra consulter l’ouvrage de synthèse d’Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed (2013). []
  20. Le secteur des Bâtiments et Travaux Publics (BTP), dont l’entreprise Vinci est un acteur dominant, compte d’ailleurs parmi les bénéficiaires des politiques de criminalisation de la main-d’œuvre immigrée considérée comme « non qualifiée » (sur ce sujet voir notamment Jounin, 2009), susceptibles de les enrayer. []
  21. Pour des citations de ce discours, on peut se reporter à l’article élogieux consacré à la cérémonie par le quotidien Aujourd’hui la Turquie : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/palais-de-france-une-soiree-hommage-aux-travailleurs-francais-dorigine-turque/ []
  22. À titre d’exemple, G. Ö. Erdogan a évoqué dans son discours le rétablissement du visa obligatoire pour les ressortissant-es turcs en septembre 1980, après 20 ans de suspension. []
  23. Une intervention peu soucieuse de mystifier un rapport de force évidement asymétrique – aucun-e citoyen-ne français-e ne se voit imposer d’examen médical, de cours de langue ou d’initiation aux valeurs de la république pour obtenir une carte de résidence en Turquie. []
  24. Saluons le procédé rhétorique qui fait passer les réfugié-es, victimes civiles d’hommes armés, pour une menace. []
  25. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/syrie/la-france-et-la-syrie/infographie-la-france-pays-d/ []
  26. Si bien que l’organisation des libertés de circulation et d’installation sous réserve du respect des droits à l’intérieur des États est devenu un enjeu social d’importance (Morice, 2015). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/06/2015

    […] d’un accord bilatéral de main-d’œuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965, une série d’événements est organisée par l’IFEA en collaboration avec d’autres instituts et organismes, dont un atelier doctoral qui aura lieu le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *