LAGRANGE Elsa : Appropriation des « forêts périurbaines » à Istanbul et à Antalya : Acteurs, pratiques et représentations

Elsa LAGRANGE (2015). Mémoire de Maîtrise en Géographie (Université Paris Panthéon-Sorbonne) sous la direction de Ségolène DÉBARRE

Il n’existe pas en turc de terme consacré qui traduirait le concept de « forêt périurbaine » et le concept de « forêt urbaine » est retenu à la fois pour les forêts situées dans l’intra-urbain et le péri-urbain. Les « forêts de la ville » qui regroupent les « Kent ormanları » et « Şehir ormanları » se situent dans l’intra-urbain et sont considérées par les universitaires et le gouvernement comme des forêts « urbaines ». Notre étude s’intéressera à ces forêts périurbaines en Turquie à travers l’analyse de deux cas : la forêt de Belgrade – et plus ponctuellement de Polonezköy – à proximité d’Istanbul et le parc national de Termessos près d’Antalya. L’accent est porté sur leurs fonctions car si ces forêts sont façonnées pour un usage récréationnel, à l’intention des citadins, elles jouent aussi un rôle dans l’approvisionnement des villes en eau et, à l’échelle des massifs (les forêts du nord d’Istanbul en leur entier, les forêts du littoral méditerranéen dans la province d’Antalya) sur la régulation des pollutions. Ces forêts ne sont pas figées : elles constituent des marges urbaines en constante transformation et recomposition au gré des mouvements d’appropriation multiples auxquelles elles sont sujettes.


Isabelle Gilles

Chargée d'édition numérique et des projets de numérisation Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *