Réseau/ Centre SUD : débat « À qui profite le droit à la ville ? »

L’OUI se fait le relai d’une synthèse proposée par le Réseau/Centre portant sur les débats du 9 décembre 2015
<

À qui profite le droit à la ville ?Synthèse du débat du 9 décembre 2015
Réseau/Centre SUD a organisé le 9 décembre 2015 un débat sur le droit à la vile à l’École Supérieure d’Architecture de Paris la Villette en présence d’une quarantaine de personnes. Ce débat a regroupé Lorena Zárate, présidente de HIC, Marianne Morange, chercheuse au CESMA, Aurélie Quentin, chercheuse Mosaïques-UMR Lavue (Cnrs), et des membres du Réseau/Centre SUD.Dans le cadre de la COP 21, des conférences ont eu lieu avec les acteurs mobilisés pour le droit à la ville. A Saint-Denis, CGLU a organisé le débat «  De la COP21 à Habitat III : les gouvernements locaux et les citoyens au cœur des défis » réunissant autorités locales et acteurs de la société civile qui œuvrent pour le droit à la ville dans le monde.Réseau/Centre SUD a souhaité profiter de la présence à Paris de Lorena Zárate, présidente de Habitat International Coalition (HIC) pour avoir un dialogue avec elle sur la conception du droit à la ville par les mouvements sociaux et les institutions, et les enjeux pour ce droit vers Habitat III, qui aura lieu à Quito en octobre 2016.Agnès Deboulet- Centre SUDCette soirée a lieu dans le cadre du lancement du Réseau Sud avec le soutien du Ministère de la Culture, réseau qui a vocation de relier des initiatives à la fois conceptuelles, de recherche et militantes sur les questions de situation urbaine de développement.

De nombreux acteurs, en France et ailleurs parlent du droit à la ville : ces derniers jours notamment, à la COP 21, aux débats organisés par le CGLU et le PFVT.

Nous avons voulu organiser ce débat autour de différents points de vue : chercheurs, professionnels critiques, militants-mouvements sociaux.

Avec nos invités, nous abordons la question du changement climatique: en quoi cela impacte-t-il les habitants. En quoi la planification urbaine et économique peuvent-elles assurer la justice spatiale ? Est-ce que le droit à la ville est opérationnel face à ces défis ?

Ce qui est sûr, c’est l’urgence que les habitants aient un réel pouvoir de participation dans les décisions qui les concernent et qu’il existe une transparence au niveau économique dans les villes.

Nous verrons avec Lorena Zárate quelles sont les discussions à ces sujets dans le cadre d’Habitat III qui aura lieu à Quito en octobre 2016, il est important que nous nous saisissions de ces questions.

Charlotte Mathivet- Réseau SUD

Habitat International Coalition (HIC) est un réseau international qui regroupe plus de 300 membres dans le monde entier, organisations de base, associations, mouvements sociaux, centres de recherche, ONG.

HIC a travaillé depuis des décennies sur le droit à la ville, à la fois par un travail de plaidoyer vis-à-vis des institutions locales, nationales et internationales, et un soutien aux mouvements sociaux qui revendiquent le droit à la ville. En particulier en Amérique latine, le droit à la ville est revendiqué haut et fort par les habitants des quartiers populaires qui luttent pour ne pas être expulsés du centre-ville, pour participer de manière effective aux décisions qui ont des impacts sur leur ville. Il existe aussi de nombreux relais au niveau universitaire et des pouvoirs locaux.

Il est intéressant de montrer l’avancée des débats au niveau international et de comprendre pourquoi, pour HIC, le droit à la ville est une bannière de lutte particulièrement opérante. C’est la conceptualisation des droits humains dans la ville, contre la marchandisation des droits et de la vie.

Plus qu’un concept, ce mot d’ordre, cette bannière a connu un essor très fort en Amérique latine, où il est même entré dans les constitutions brésiliennes et équatoriennes grâce à une forte pression des mouvements sociaux, relayés aussi par les pouvoirs locaux et des chercheurs.

Par ailleurs, HIC fait partie de la Plateforme international des mouvements sociaux qui regroupe différents acteurs engagés pour faire avancer la mise en œuvre du droit à la ville et qui mène un travail de plaidoyer au niveau régional et international.

Il est intéressant de replonger dans les origines de ce droit à la ville pour voir les tensions entre les différents acteurs qui revendiquent ce concept et les différents sens qu’il a.

Lorena Zarate-HIC

L’histoire du droit à la ville s’est développé du côté universitaire à Nanterre avec Henri Lefebvre puis maintenant David Harvey, et c’est à la mode notamment chez les géographes, et en même temps cela s’est développé par des luttes populaires concrètes.

Dès les années 60, au Brésil, le droit à la ville a fait partie du corpus des revendications des luttes populaires pour l’accès à la terre et au logement. Dans les années 70, les mouvements sociaux revendiquent la réforme urbaine, comme les paysans sans terre réclament la réforme agraire dans toute l’Amérique latine, pour réclamer le droit de rester dans la ville et d’accéder au logement.

C’est important de relier les discussions universitaires et les actions des mouvements sociaux.

De plus, il faut relier les initiatives de droit à la ville au Nord et au Sud, le Forum Social Mondial est un espace important pour faire ce type de liaison. En 2008, on a su que David Harvey publiait des articles et donnait des conférences sur le droit à la ville et de revendications des mouvements sociaux en Europe et Amérique latine, mais il parlait seulement de cela… On devait organiser un événement important avec les mouvements sociaux et on l’a invité pour faire le lien entre chercheurs, militants, mouvements sociaux du monde entier, au FSM de Belem au Brésil en 2009 devant plus de 1000 personnes. On a fait une liaison conceptuelle et politique sur le droit à la ville et par la suite il a intégré cela dans ses livres.

Ce genre d’initiatives participe à rendre plus clair ce qu’est le droit à la ville au niveau politique avec un contenu radical, transformateur et une volonté d’articuler les luttes.

Beaucoup de monde parle du droit à la ville, notamment des institutions internationales, des constitutions et lois en Amérique latine mais la conception est plus instrumentalisée et comporte l’image traditionnelle de l’urbain en tant qu’accès aux services dans la ville. Pour nous, il faut être clair sur ce dont on parle quand on parle de droit à la ville : il faut défendre l’aspect transformateur de celui-ci. Et notamment il faut penser en termes de territoire, donc intégrer la campagne et la lutte pour la souveraineté alimentaire etc.

Le Nouvel agenda urbain de l’ONU Habitat devra prendre effet à partir de la Troisième conférence des Nations unies sur le logement et le développement urbain durable- Habitat III. Il est intéressant de connaître la position des Etats à ce sujet et de voir quel type de plaidoyer peut mettre en place la société civile. Le droit à la ville ne peut pas exister s’il n’y a pas de droit des villes, si les autorités locales n’ont pas de réel pouvoir ni d’accès aux ressources. Par exemple, la ville de Mexico est en train de changer son statut pour exercer plus de contrôle politique et économique de son territoire. Ce sont ces types de revendications qu’ont en commun les mouvements sociaux et les pouvoirs locaux, notamment dans les discussions vers Habitat III. Ainsi, la société civile et les pouvoirs locaux sont en dehors du processus interne d’Habitat III, ce que nous récusons.

Le droit à la ville c’est avoir le droit d’agir au niveau local, c’est le contrôle du territoire par ses habitants. Il y a plusieurs piliers du droit à la ville :

  • La fonction sociale de la terre : cela touche le cœur même du capitalisme et remet en cause notamment la toute-puissance de la propriété privée. C’est la redistribution des ressources et le contrôle de la spéculation. En France par exemple, il existe certains instruments légaux qui pourraient servir pour mettre en place le droit à la ville, comme la réquisition d’immeubles vacants, la régulation des loyers, le DALO. Mais ils ne sont pas ou peu mis en œuvre, et font face à des politiques qui violent les droits, notamment avec la hausse des expulsions.
  • La gestion démocratique du territoire et la participation des habitants aux instances de décision. La véritable participation, et non pas le piège de la participation citoyenne qui se limite à de la concertation, ou à de l’information, sans véritable accompagnement pour rendre effectif la participation des habitants.

Si l’on veut mettre en place le droit à la ville, il faut émettre une critique radicale du système bureaucratique e de l’administration publique. C’est ce qui a amené au Brésil à la création du Ministère des Villes et du Conseil national des villes dont font partie notamment des mouvements d’habitants, des ONG, des chercheurs.

  • Le droit de produire la ville. De nombreuses villes, surtout au Sud, ont été construites par les habitants, c’est ce que l’on appelle en Amérique latine la production sociale de l’habitat. Beaucoup de quartiers ne sont même pas représentés sur les cartes officielles ni même dans les statistiques.
  • Lien économie et habitat. Dans les secteurs populaires, l’habitat est souvent associé à une fonction économique, de travail et de production de l’économie informelle.
  • Question environnementale : la ville comme bien commun. Il faut défendre l’espace public en tant que bien commun nécessaire pour faire vivre la ville.

Marianne Morange, géographe et urbaniste, chercheuse au CESSMA- MCF Paris 7 Diderot

C’est un débat très compliqué. Cela m’a frappé quand j’ai entendu Lorena dire que le droit à la ville est un concept militant. On a l’impression que tout le monde s’en revendique car c’est à la mode. C’est un débat dans le monde académique de savoir si l’on doit continuer de parler de droit à la ville, ce que cela apporte et ce qui est dangereux. Le droit à la ville est un concept à la mode, un peu fourre-tout et donc porteur d’ambiguïtés. Il est important de clarifier ce que veut dire précisément le droit à la ville. Il faudrait aussi, en tant que chercheur, se positionner pour savoir si ce concept est encore valable et s’il faut continuer de l’utiliser comme cadre d’analyse. Nous, en tant que chercheurs, on ne s’intéresse pas à la portée mobilisatrice de ce mouvement mais on s’intéresse au dialogue Nord-Sud. Pour moi il y a une grande antériorité du Sud sur le Nord au niveau des instruments, le Brésil a inventé des éléments novateurs, de régulation de la valeur d’usage sur la valeur d’échange, qui vont plus loin que ce qui existe au Nord. Il faut que toutes les notions soient récupérables, mais il faut voir comment tenir, et aussi voir si l’on a besoin de fédérer les luttes ou pas, jusqu’à quel point ma plateforme de revendication est perméable à celle du voisin. Le droit à la ville a la capacité d’amener des gens avec des intérêts différents, mais qui peut devenir une notion fourre-tout et diffuse.

Aurélie Quentin, Mosaïques-UMR Lavue (Cnrs), MCF Paris Ouest Nanterre

Dans le droit à la ville il y a une notion de radicalité qui est importante. Cependant, on sent que chaque point (droits de l’homme, participation, gestion démocratique) du droit à la ville est à double tranchant et peut être facilement repris voir instrumentalisé (participation, budget participatif etc.). Comment faire pour (re)donner au droit à la ville cette charge émancipatrice ? Du point de vue du mouvement social, comment arriver à tenir le terrain et à donner un sens plus radical à ce concept ?

Lorena Zarate

Il faut parler de lutte idéologique. Rappelons qu’à l’UNESCO, les représentants des États-Unis avaient censuré une déclaration car elle parlait de droit à la ville. Si cette notion dérange ce type d’acteurs, alors nous sommes dans la bonne voie, il faut continuer ! C’est un concept opératoire dans sa dimension politique car on questionne le modèle urbain.

Il faut faire les croisements nécessaires avec d’autres idées et concepts tels que les biens communs ou le buen vivir.

Il faut aussi trouver des convergences au niveau des acteurs, notamment entre chercheurs et militants.

Il y a un net recul au niveau des droits par rapport à Habitat II. Il est donc important de chercher à faire pression sur les organismes internationaux ainsi que sur les États pour Habitat III.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *