Excursion au parc Botanique Nezahat Gökyiğit, Ataşehir-Ümraniye

Pour l’ouverture de notre cycle d’excursions urbaines consacré à la nature en ville, nous nous sommes rendus le 22 janvier 2016 au parc botanique Nezahat Gökyiğit, sur la rive asiatique d’Istanbul.

Situé à l’intersection des voies de circulation menant aux deux ponts sur le Bosphore, à cheval sur les municipalités d’Ataşehir et d’Ümraniye, cet espace exigu offre à voir un paysage déstabilisant, une flore cultivée et mise en scène entre buildings, chantiers et autoroutes.

Nous avons d’abord visité le parc où nous avons pu rencontrer botanistes, bibliothécaire et employés travaillant sur place. Puis, guidés par Sinan Logie (architecte, professeur à l’université Bilgi et co-auteur de l’ouvrage Istanbul 2023), nous avons parcouru quelques projets urbains observables depuis le site : la mosquée Mimar Sinan construite en 2012, ainsi que le chantier d’un futur centre financier international. Cette excursion nous a finalement permis d’aborder l’urbanisation rapide de cet espace de jonction entre Ataşehir et Ümraniye, qui fut concomitante de l’aménagement du parc dans les années 1990

P1100983 P1100984 (2)

Notre difficulté à accéder au parc botanique depuis les grands axes routiers soulève dès notre arrivée des interrogations suspicieuses quant à la pertinence de l’emplacement de ce lieu consacré à la nature. « Nezahat Gökyiğit Botanik Bahçesi est le premier et l’unique jardin botanique à avoir été établi à l’intersection d’une autoroute » indique le guide touristique du parc.

plan du parc

La topologie cartographique présentée dans le document du guide est elle-même évocatrice. Chemins et axes autoroutiers sont (non-)représentés par un vide blanc et le jardin est segmenté en plusieurs « îles » aux dénominations significatives : « Ertuğrul », « Istanbul », « Anatolie », « Chêne ». Nous entrons dans un lieu ayant vraisemblablement l’ambition de s’extraire d’un espace urbain hostile dont on nie l’existence.

L’entrée s’effectue par un tunnel (sous l’autoroute, cela va sans dire) dans lequel le chantier et l’histoire de l’aménagement du parc sont documentés. Initié en 1995 par la signature d’un protocole avec la direction générale des autoroutes, le projet est mené par Ali Nihat Gökyiğit, homme d’affaire par ailleurs engagé dans la construction de nombreux aéroports en Turquie. Le parc érigé à la mémoire de sa défunte épouse ne devient un jardin botanique qu’en 2003. L’aménagement des « îles » s’est alors profilé tout au long des années 2000 sous la gestion de la fondation ANG créée en 1999.

P1110063

learn at NGBB

En s’attardant sur les activités de la fondation ANG vakfı rassemblant trois botanistes, une bibliothécaire et une quarantaine d’agents d’entretien et de jardiniers, nous avons pu entrevoir une mission focalisée sur l’éducation et l’enseignement. Il existe bien des activités de recherche au sein du laboratoire et de la bibliothèque, mais il semble que l’ambition la plus prononcée soit à l’égard des enfants et des jeunes. Le guide de la fondation nous indique d’ailleurs que près de 8000 enfants d’écoles élémentaires et secondaires participent à ses programmes scolaires. En 2006, des ateliers de jardinage ont été mis en place et un jardin de découverte pour les enfants a été ouvert en 2009.

P1110062P1110048Se figurer seulement la mission éducative du jardin botanique peut nous inciter à nous détourner de toute recherche d’esthétique ou d’atmosphère pure dans cette nature en ville. Car, circulant par les tunnels et le long des voies autoroutières pour se rendre d’une « île » à l’autre, on ne fait en réalité que ressentir l’environnement urbain. Il est aussi difficile de comprendre pourquoi pas un seul haut mur anti-bruit ne sépare le parc de la route. Le bruit des véhicules, l’air pollué de la circulation et le paysage des chantiers, des immeubles et buildings laissent finalement peu de place à la flânerie et à la contemplation de la flore.

P1110020

Nous nous attardons un moment sur le paysage qui s’offre à nous, au-delà des grillages et des autoroutes. La mosquée Mimar Sinan et, derrière elle, la Uphill Tower figurent parmi les édifices les plus remarquables. La mosquée, construite par l’entreprise Güryapı sur un terrain procuré par EmlakKonut (Entreprise satellite de TOKİ, l’agence nationale de logement sociaux), inaugurée en 2012 par R.T. Erdoğan, est une réplique à l’échelle 0,7 de la mosquée Selimiye d’Edirne (bâtie par Mimar Sinan, au XVIème siècle). Notre guide, Sinan Logie, évoquera lorsqu’il nous fera visiter l’édifice un peu plus tard que la façade de pierre ne fait que dissimuler le bêton constituant l’ensemble de l’édifice. Au-delà de sa pseudo-tentative d’hommage à l’un des plus grands architectes ottomans, la mosquée surprend aussi par son sous-sol vers lequel Sinan Logie nous incite à nous diriger.

P1110072

P1110070

On y a aménagé un centre commercial dans lequel s’affichent l’une à coté de l’autre des publicités pour salon de soin et de restauration (Himalaya Tuz Odası) et pour rendez-vous hebdomadaires de discussion religieuse. La présence d’un stand de la Fondation d’Aide Humanitaire (İHH Insan Yardım vakfı), acteur humanitaire islamique de première importance en Turquie, fait finalement de cet espace un lieu tout privilégié d’une nouvelle société civile telle que la conçoit le gouvernement islamo-conservateur du Parti de la Justice et du Développement (AKP).

20160120_121515

20160120_121528

A proximité du parc botanique et de la mosquée Mimar Sinan, se trouve aussi le chantier d’un futur centre financier international. Sinan Logie souligne que ce dernier est situé à Ümraniye car, la délimitation de cette municipalité AKP a été modifiée en 2012 afin de soutirer ce juteux territoire foncier à la mairie d’Ataşehir, acquise au principal parti d’opposition (le Parti Républicain du Peuple, CHP). Au-delà de ces manipulations législatives et territoriales, le gouvernement est aussi parvenu à confier ce chantier à l’entreprise Ağaoğlu dont les liens avec le pouvoir Erdoğan ne sont aujourd’hui plus à démontrer (la construction de la mosquée Mimar Sinan aurait par ailleurs profité de larges financements fournis par son président, Ali Ağaoğlu). Le Ministère de l’environnement et de l’urbanisme promet enfin que ce nouveau centre financier d’Ataşehir surpassera celui de New York, Londres ou Dubaï.

Ce chantier constitue finalement l’aboutissement de près de trois décennies de développement urbain effréné dont le gouvernement AKP, au pouvoir depuis 2002, ne peut être tenu comme seul responsable. C’est en effet dès le début des années 1990 qu’ont commencé à se multiplier les tours de logement et de commerce le long des axes routiers menant aux deux ponts sur le Bosphore. Le système de valorisation rapide du foncier et de partenariats public-privé mis en place par TOKİ n’a fait que décupler au cours des années 2000 un phénomène d’urbanisation de plus en plus agressif. Les terrains d’Ataşehir et Ümraniye, vierges ou bien dominés par les gecekondu (habitat informel, littéralement « posé dans la nuit ») au début des années 1990, accueillent aujourd’hui chantiers et tours monumentales à l’image du Varyap Meridian.

Revenons finalement au jardin botanique de Nezahat Gökyiğit duquel notre regard s’est échappé. Plantés au cœur d’une périphérie éminemment urbaine, la flore et les panneaux informatifs (sur les abeilles et l’apiculture notamment) sont présentés de manière tout à fait décontextualisée de l’environnement dans lequel baigne le parc. Apprendre à concevoir la relation entre l’aménagement du territoire et l’environnement, entre l’humain et la nature n’est-il pas cependant l’enseignement le plus crucial que l’on doive donner aux jeunes citadins ? Tout semble ici porter à croire que l’aménageur a aveuglément nié la présence de l’urbain dans de sa démarche de création d’un site consacré à la nature. Le parc botanique nous encourage donc bien à interroger les composants de l’apprentissage et l’expérience de la nature qui doivent être présentés aux citadins, et particulièrement aux plus jeunes, lorsqu’ils se trouvent dans les périphéries d’une ville de plusieurs millions d’habitants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *