Excursion autour des migrations – Aksaray (Istanbul)

Jeudi 3 décembre 2015

Participants :
Elif AKSAZ (IFEA, CESSP-CSE)
Ibrahim AWAD (Université Américaine du Caire)
Julien BOUCLY (IFEA, EHESS-CETOBaC)
Philippe BOURMAUD (IFEA, IFPO, Lyon III)
Adeline BRAUX (IFEA – l’Observatoire du Caucase)
Adrian FOUCHER (IFEA – l’Observatoire du Caucase)
Helin KARAMAN (IFEA, EHESS-CESPRA)
Dominique MARCHETTI (CNRS, CESSP-CSE)
Hasnia-Sonia MISSAOUI (Université Toulouse Jean-Jaurès, IRMC)
Jean-François PEROUSE (IFEA)
Nicolas RESSLER-FESSY (IFG – Université Paris VIII)
Jean-Baptiste YASAK (IFEA)

Compte-rendu rédigé par Helin Karaman

Cette excursion du jeudi 3 décembre 2015 était le prélude à la journée d’étude de l’IFEA du 4 décembre 2015 : « Constructions nationales des sciences sociales des migrations : approche comparée ».

Nous avons choisi de visiter le quartier d’Aksaray car migrations internationales et internes s’y articulent, avec différents types d’émigrations et d’immigrations. Cette excursion urbaine recoupe les thèmes de recherche de l’AMiMo, qui privilégie l’analyse comparée et/ou simultanée des différents types de migration en Turquie.

Parmi les participants à l’excursion se trouvaient à la fois des turcophones, des anglophones et des arabophones, ce qui nous a permis de communiquer plus aisément avec les personnes rencontrées.

 

Photographie de Dominique Marchetti

Photographie de Dominique Marchetti

Notre excursion urbaine débute sur la place qui permet d’accéder à la station souterraine Yenikapı, espace urbain reconfiguré ces dernières années par l’arrivée du Marmaray. De là, nous nous rendons à pied à l’Emniyet Otogar (dite aussi Lâleli Otogar), qui elle ne semble pas avoir changé depuis des années. Deux modes de transport en commun voisins, mais qui ne communiquent pas : le métro moderne sous-marin qui relie rives européenne et anatolienne d’Istanbul ; les autobus en partance ou en provenance des Balkans et des pays au nord de la mer Noire.

Photographie d'Elif Aksaz

Photographie d’Elif Aksaz

De nombreux rabatteurs pour diverses compagnies nous alpaguent, proposant des prix en dollars. Des bâtiments sur un ou deux étages délimitent les différentes cours de la gare, leurs devantures colorées présentent le nom de la compagnie et les destinations desservies, parfois accompagnées des drapeaux adéquats. Nous prenons quelques photographies, mais nous nous faisons rapidement sermonner. Les autobus sont là, prêts à partir. Les voyageurs aussi sont présents, mais surtout les marchandises (par le kargo), qu’on embarque ou qu’on débarque.

Puis nous poursuivons notre excursion en arpentant Küçük Langa Caddesi. Malgré le nom que porte cette rue, difficile d’imaginer qu’il fut un temps où l’on cultivait des potagers ici. Cette rue longe l’Emniyet Otogar sur son flanc nord. Dès les années 1960, cette rue accueillait des accessoiristes automobiles. Puis, à partir des années 1990, les boutiques de textile sont arrivées, notamment destinées aux Roumains. De temps à autre, nous croisons un homme poussant un chariot ou un diable, signe que le commerce à la valise existe toujours. Toutefois, c’est surtout un autre témoignage de la présence migratoire dans ce quartier qui attire notre attention : les petites affiches, souvent écrites en arabe, offrant des locations de logements, seulement pour quelques jours (un à trois jours, généralement). Depuis janvier, ces annonces ont disparu : il semblerait que désormais la discrétion soit de rigueur.

Ensuite, nous remontons vers la station de tramway Aksaray. Il est intéressant de noter que c’est dans ce quartier qu’a débuté le groupe Doğan. Nous nous attablons pour un çay et entamons la conversation avec un Kurde d’Erbil (Irak), de passage à Istanbul pour faire soigner son fils aveugle dans un hôpital de la métropole. Dans les petites rues aux environs de la station de tramway, plusieurs boutiques se sont reconverties récemment : les étalages extérieurs présentent, au su et au vu de tous, de nombreux gilets de sauvetage, tailles adulte et enfant. La qualité varie également, puisque les prix oscillent entre vingt et cinquante ou soixante-dix dollars.

Photographie d'Hasnia-Sonia Missaoui

Photographie d’Hasnia-Sonia Missaoui

Le premier vendeur avec qui nous parlons nous affirme clairement que les gilets sont destinés aux personnes qui tentent de traverser la Méditerranée, notamment les Syriens. Il indique un tarif pour le « voyage », c’est-à-dire le passage clandestin (dans les dix mille euros), en précisant que le passeur récupèrerait l’argent auprès de lui une fois que le migrant serait arrivé en Europe. Toutefois, le second vendeur que nous rencontrons n’admet pas que les gilets de sauvetage vont être achetés par des Syriens ou d’autres migrants en transit par Istanbul : ces gilets de sauvetage vendus en plein hiver seraient destinés aux touristes qui souhaitent passer des vacances dans le sud du pays, par exemple à la mer ou dans la piscine d’un hôtel d’Antalya. Cependant, depuis janvier, à l’instar des annonces de location, ces gilets de sauvetage semblent avoir disparu, même s’il s’agit plus d’une mise en invisibilité que d’une disparition. La police est passée par là et a menacé d’amendes et de peines de prison quiconque vendrait à nouveau des gilets de sauvetage. De la même manière, en ce moment, à Izmir, les territoires de la migration se recomposent : les passeurs sont moins visibles, ils ne se concentrent plus dans les mêmes quartiers mais se dispersent dans des quartiers moins centraux. Il faut peut-être chercher une explication à ce changement sur la scène internationale : la Turquie cherche à faire bonne figure auprès de l’Union européenne. En effet, rappelons que cette dernière lui accorde des moyens financiers pour qu’elle retienne les réfugiés syriens hors des frontières communautaires.

Photographie d'Hasnia-Sonia Missaoui

Photographie d’Hasnia-Sonia Missaoui

Photographie d'Hasnia-Sonia Missaoui

Photographie d’Hasnia-Sonia Missaoui

Enfin, notre excursion se termine au Siirt Pazarı (aussi appelé Avrat ou Kadın Pazarı), qui nous rappelle qu’Istanbul est depuis bien longtemps le réceptacle de migrations multiples, en l’occurrence une migration interne d’Anatolie du Sud-Est, dont les nombreux restaurants affichant au menu des spécialités de la province de Siirt sont une trace. Sur le chemin menant au Siirt Pazarı, nous avions rencontré un couple d’Irakiens âgés, à la porte du tout nouveau petit restaurant qu’ils venaient d’ouvrir, proposant notamment des falafels. Ainsi, cette recomposition permanente de la gastronomie stambouliote, avec l’ouverture de nouveaux restaurants et de points de vente de nourriture en fonction de nouvelles arrivées de migrants, pourrait être une piste à approfondir pour étudier les territoires des migrations à Istanbul.

Pour plus d’informations sur les publications et excursions de l’IFEA autour des migrations, voici une liste non exhaustive :

À consulter également, le dernier numéro (janvier 2016) de la revue SAHA du Helsinki Yurttaşlar Derneği (le réseau Helsinki Citizens’ Assembly) consacré aux migrations vers la Turquie : « Göçmenlerin aynasında Türkiye ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *