La coupe d’Afrique d’Istanbul. Quand le marché mondial du football s’invite en Turquie

Chaque année depuis 2004, est organisée l’Africa Kupası Fatih Belediyesi – Coupe d’Afrique d’Istanbul, au stade Mimar Sinan de Fatih. Cette compétition, qui s’étale cette année sur un mois (du 9 mai au 11 juin 2016) rassemble plus de 400 footballeurs africains présents à Istanbul, à l’occasion d’un tournoi festif, calqué sur le format de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), organisée tous les deux ans par la Confédération Africaine de Football (CAF). Il s’agira ici de se demander comment s’organise et se perpétue cet évènement directement à destination des footballeurs africains présents à Istanbul. Nous nous intéresserons ainsi aux différents liens formels et informels tissés entre les différents acteurs afin de mieux cerner les rouages d’une telle organisation.

Qui sont ces jeunes footballeurs africains ?

La majorité des joueurs de football présents à Istanbul viennent directement de leur pays d’origine, généralement d’Afrique subsaharienne. Tous jouaient dans des clubs en Afrique, à des degrés de professionnalisation plus ou moins élevés selon les cas. La quasi-totalité d’entre eux affirme être venue à Istanbul avec comme seul et unique objectif de jouer au football et d’intégrer un club. Faiblement rémunérés en Afrique, ils ont choisi de quitter leur pays natal, dans l’espoir de signer un contrat avec un club à même de leur offrir un salaire plus conséquent.

Il semblerait qu’une seconde catégorie d’acteurs, communément appelés « managers » joue un rôle déterminant dans la concrétisation voire l’initiation de leur projet de migration. Aucun des individus interrogés n’a décidé de venir à Istanbul par ses propres moyens. Tous ont contacté ou ont été contactés par un intermédiaire leur proposant de venir tenter leur chance en Turquie. À cet égard, l’idée selon laquelle il existe des vrais et des faux managers est répandue. La thématique de l’escroquerie est en effet très régulièrement mobilisée dans les discours. Rencontré dans un taxiphone sénégalais de Kumkapı, Louis, qui va défendre les couleurs du Sénégal pendant la Coupe d’Afrique, nous raconte son parcours. Originaire de Dakar, il évoluait dans un club de première division qui le payait. Approché par un Sénégalais prétendant avoir réussi à percer en Turquie, il accepta, contre une somme d’argent, de le rejoindre à Antalya pour dans le but d’effectuer des essais. Après deux nuits passées avec lui dans un appartement de cette ville du littoral sud-ouest turc, l’individu en question s’est volatilisé, et les essais n’ont jamais eu lieu. Il n’a plus quitté le territoire turc depuis.

L’histoire de Jean-Michel, jeune Malien arrivé il y a moins d’un an à Istanbul est tout aussi saisissante. Joueur de football dans un club de Bamako, il a suivi un individu indiquant avoir des contacts en Turquie. Ce dernier lui a demandé 300 000 francs CFA1 en plus du billet d’avion pour venir jouer au football à Istanbul. Séduits par sa proposition, Jean-Michel et son frère ont décidé de le suivre, accompagnés de 21 autres Maliens aux objectifs similaires. Une fois sur Istanbul, ils ont tous réalisé que l’individu en question était « un escroc » qui ne connaît absolument rien à la Turquie, et ne parle même pas la langue.

Bernard, l’un des organisateurs de la Coupe d’Afrique d’Istanbul, exerce par ailleurs le métier de manager, et jouit d’une certaine légitimité auprès des joueurs. Il a étudié le management à l’Université de Yaoundé et détient une licence d’agent de joueur délivrée par la FIFA. Venu en Turquie pour le business, il a établi de nombreux contacts avec des clubs de la région, et cherche à faire signer des contrats aux joueurs qu’il dégote. Lorsque ses collaborateurs en Afrique repèrent des joueurs, il leur fait des propositions et envoie des invitations. Il insiste sur le fait qu’il n’est « pas là pour vendre du rêve » intégrant lui aussi l’idée qu’il existe des individus moins crédibles prétendant exercer les mêmes fonctions que lui. Il gagne sa vie grâce aux commissions qu’il perçoit sur la signature de contrats de ses joueurs avec des clubs. Il prévient également les joueurs que l’échec est une possibilité qui doit être envisagée, et informe chacune de ses recrues africaines des conditions qui les attendent à leur arrivée en Turquie. Lorsqu’il répond à la question du grand nombre d’Africains venus à Istanbul pour jouer au football et considérant s’être fait escroquer, sa réponse est teintée de mépris :

Ils croient n’importe quoi […] quand tu quittes ton pays pour aller quelque part, tu dois savoir pourquoi tu le fais. Moi j’ai quitté le Cameroun pour exercer mon activité ailleurs. La plupart de ceux qui sont venus ici pour jouer au foot n’ont pas du tout le niveau. […] après, bien sûr, ils arrivent, ils ont payé, et c’est trop tard […] quand un prétendu agent les approche, ils n’ont qu’à aller vérifier sur le site de la Fifa qu’il possède bien des diplômes.

À la différence de nombreux joueurs qui déplorent l’existence de faux managers sans scrupule, qu’ils considèrent comme la cause de leur migration et de certaines de leurs désillusions, Bernard s’insurge d’avantage contre la naïveté de joueurs qui se laissent selon lui trop facilement berner par ces individus qui lui font concurrence.

Il existe donc, à la base de la présence de ces individus sur le sol stambouliote, un réel débat autour des notions d’« escroquerie » et de « manager ». Ce dernier traduit par ailleurs la situation d’échec dans laquelle se trouvent ces jeunes footballeurs. Il existe en effet, chez la plupart d’entre eux, un réel décalage entre leurs espérances initiales et la réalité de la vie qu’ils découvrent à Istanbul. Tous ou presque se disent déçus de leur situation actuelle, et surpris par la difficulté qu’ils éprouvent à percer dans le football, voire à survivre à Istanbul. Si quelques rares joueurs présents ont réussi à s’intégrer – en rentrant par exemple à l’université – la plupart d’entre eux cherchent à subvenir à leurs besoins en effectuant du travail illégal, pénible et mal payé en parallèle de leurs entraînements footballistiques. Nombreux sont ceux qui affirment regretter le manque de considération que les clubs portent à leurs performances, et dénoncent le racisme des Turcs à leur égard, tant dans le cadre du football que dans la vie de tous les jours.

L’aide proposée par la mairie de Fatih

La Coupe d’Afrique d’Istanbul est sponsorisée par la mairie du district de Fatih, qui donne par ailleurs son nom à la compétition. C’est elle qui permet la tenue du tournoi. La mairie met en effet gratuitement à disposition son stade chaque mercredi, samedi et dimanche pendant toute la durée du tournoi. C’est aussi elle qui équipe les joueurs en offrant deux jeux de maillots à chacune des seize équipes engagées, mais également en fournissant des arbitres, du matériel stéréo… Elle organise en outre gratuitement pendant la durée de la compétition un service de navette aller-retour en direction de Gülbağ, Kurtuluş, Feriköy et Yenikapı, évitant ainsi aux joueurs et aux supporters de dépenser de l’argent en transport en commun pour se rendre au stade.  L’objectif énoncé par le maire, Mustafa Demir, est explicite :

Les Africains qui sont venus à Istanbul se sont, pour des raisons variées, fait arnaquer et n’ont pas trouvé ce qu’ils attendaient. Nous souhaitons ainsi soutenir la carrière de ces athlètes pour qu’ils puissent trouver l’opportunité de contacter des managers […] cet évènement s’inscrit dans un projet de responsabilité sociale.

Par ces propos, le maire du district vient acter l’escroquerie dont bon nombre de footballeurs africains se disent victimes. Il est donc aisément imaginable que ces derniers soient ainsi confortés dans l’idée que leur situation est majoritairement le fruit de cette escroquerie, et peut renforcer en leur sein l’idée selon laquelle la désillusion subie est liée à un facteur externe associé à la migration.

De même, un tel discours se veut porteur d’espoir quant aux possibilités pour ces individus de réaliser leurs objectifs sportifs. La présence de recruteurs pour clubs turcs dans les tribunes de la Coupe serait, si l’on en croit le maire de Fatih, une opportunité unique de démontrer leur talent et signer d’éventuels contrats. C’est également l’avis des membres du comité d’organisation, qui est en charge de l’organisation effective du tournoi. Il est rassemblé autour de l’association Africa Football Association Turkey. Le comité veille notamment au bon déroulement du tournoi (plannings, classements, photos etc.). Il est principalement composé d’Africains qui possèdent la particularité d’être, pour la plupart, managers de football. Certains se sont d’ailleurs proposés pour endosser le rôle d’entraîneur d’une équipe participant à la Coupe. Les équipes du Cameroun, de l’Angola ou encore du Congo s’entraînent ainsi tous les jours sous la tutelle d’entraîneurs se donnant pour mission de manager l’équipe pour le temps du tournoi. Ces derniers organisent également, pendant les mois précédent la compétition, des matchs amicaux au stade de Feriköy, la location du terrain étant rendue possible grâce aux cotisations de chaque équipe participante.

Bernard, président du comité d’organisation, explique quel est l’intérêt pour un manager comme lui d’organiser un tel évènement. Il possède une structure de management proposant aux joueurs Africains des entraînements physiques et techniques2 pour une remise à niveau de six mois, suivie d’une mise en contact avec son réseau de clubs. Structurer l’organisation de la Coupe d’Afrique d’Istanbul lui permet d’avoir une meilleure vision sur les éventuels talents qu’il peut enrôler. Il s’explique :

« Lorsque l’on travaille dans le marketing comme moi, il faut connaître ses produits. Les trouver d’abord, les améliorer ensuite. En organisant la Coupe, on se donne une meilleure vue sur nos produits. Chaque joueur a une fiche d’identité. Le plus, c’est que ça permet de rassembler les Africains d’Istanbul autour de l’évènement et de renforcer la solidarité ».

Bernard est donc dans une logique purement professionnelle, mais savoure les externalités positives engendrées. Il considère que ce tournoi constitue une réelle chance pour les joueurs, car sa notoriété naissante attire les recruteurs de nombreux clubs turcs : « chaque année, de nombreux joueurs sont approchés par des clubs amateurs, quatrième ou cinquième division turque, cette Coupe représente réellement une chance pour eux ». Là-encore, l’idée qui domine à propos de la Coupe d’Afrique est celle de retombées positives qui viennent justifier une logique individualiste.

Des joueurs partiellement comblés

Les joueurs, eux, sont plus mitigés. Bien que certains affirment miser sur la Coupe pour se faire repérer, la plupart ne fondent pas énormément d’espoirs sur l’évènement, comme le rappelle un joueur du Sénégal : « on sait très bien que seuls deux ou trois joueurs parmi nous tous signeront un contrat, et encore ». De plus, beaucoup affirment aspirer à autre chose qu’une simple licence dans un club amateur, comme l’explique Momo :

Les clubs turcs ne sont jamais prêt à payer plus d’une licence pour un Africain, et il y a beaucoup plus d’Africains que de clubs. Mon frère a signé avec un club ici mais ils ne payent quasiment pas. Aujourd’hui on est prêt à accepter n’importe quoi, mais au début, on espérait bien mieux. C’est très difficile.

En permettant l’organisation de l’évènement, la mairie bénéficie par ailleurs d’avantages liés à sa qualité de sponsor. Les différents discours occasionnés par la cérémonie d’ouverture de la compétition – en présence des médias – mettent ainsi logiquement l’accent sur l’exaltation des relations turco-africaines. Les deux équipes participant au match d’ouverture ont par ailleurs posé derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire la phrase Thank you to Mustafa Demir for his greatest heart. Un joueur nigérian évoluant en première division turque, suivi du président de l’association des étudiants africains d’Istanbul, se sont succédé au micro pour célébrer l’ouverture de la Coupe d’Afrique. L’accent est donc une nouvelle fois mis sur l’intégration et la réussite espérée pour les participants.

Là encore, le point de vue des joueurs est plutôt divergent. S’ils se satisfont de l’organisation de cette Coupe, leur reconnaissance semble trouver ses limites dans l’insatisfaction plus généralement relative à leur situation depuis leur arrivée. Un joueur du Sénégal explique :

Franchement, cette Coupe, c’est politique. Ils veulent montrer qu’ils aident l’Afrique mais le reste de l’année, ils font rien […] La récompense pour le vainqueur, c’est minuscule, mais bon, au moins on peut jouer au foot et oublier un peu les problèmes.

Par ailleurs, le nom des équipes ne reflète pas exactement leur composition. Pour que tous ceux qui le désirent puissent jouer, la nationalité des individus n’entre pas – ou peu – en ligne de compte lorsqu’il s’est agi de construire les équipes. Ces dernières possèdent toutefois chacune un nom précis de nations africaines, désignées par les organisateurs. Ainsi, des équipes comme la Somalie ou l’Éthiopie sont majoritairement composées de Nigérians et de Maliens. Jean-Michel croit savoir pourquoi les organisateurs ont insisté pour donner aux équipes des noms de pays. Alors que nous assistons au match entre la Somalie et le Sierra Leone, il se lance :

Je pense qu’ils ont mis Somalie parce que c’est un pays pauvre et que ça fait bien, parce que franchement, je les connais presque tous et il n’y a pas un Somalien dans l’équipe.

Malgré cela, il tient à insister : « mais bon, c’est quand même bien, on est tous là, on peut se montrer, il y a des recruteurs. Ca fait plaisir ».

Ainsi, tout en portant un regard relativement critique sur la Coupe, les joueurs africains s’y investissent toutefois pleinement, pour des raisons assez diverses. Celle-ci est, selon les cas, à la fois vue comme un moyen de montrer son talent à qui veut s’y intéresser, un instrument d’entraînement perçu comme efficace dans l’espoir d’une future opportunité à saisir, ou encore un moment festif de communion interafricaine autour d’un sport qui rassemble et permet d’oublier pour un temps les problèmes de la vie quotidienne.

Conclusion

Si les discours des organisateurs se veulent réellement porteurs d’espoir et insistent sur les réelles possibilités que la tenue d’un tel évènement offre aux joueurs Africains, le point de vue des joueurs semble osciller entre entretien de cet espoir et résignation quant à leur situation. Quel que soit leur état d’esprit, ils prennent part à l’évènement avec engouement, se satisfaisant de pouvoir s’impliquer dans cette activité et de la partager avec des migrants de même origine. Par l’entretien d’un espoir de départ qu’elle instaure, ou encore par les liens sociaux qu’elle permet de renforcer, la Coupe d’Afrique d’Istanbul semble donc contribuer à fixer des individus aux prétentions initialement mobiles, sur le territoire stambouliote.

Ce qui est intéressant est que le contexte de marché transnational du football semble façonner les mentalités et les discours des migrants. Il permet également, à l’échelle de la ville d’Istanbul et dans un contexte d’interdépendance entre des catégories d’acteurs hétérogènes aux aspirations spécifiques, de stabiliser ces migrants africains sur le territoire.

 Être venu pour jouer au foot ou non, être victime d’escroquerie ou ne pas l’être, être en transit à Istanbul ou vouloir s’y installer durablement… telles sont les thématiques abordés par les différents acteurs, semblant offrir un terrain de recherche propice à une étude en sociologie des migrations. Le mémoire de recherche qui sera réalisé dans le cadre de la validation du diplôme de Sciences Po Grenoble se demandera ainsi comment ces notions et thématiques impliquent les différents acteurs de ce marché transnational entre l’Afrique, la Turquie et la France. Il s’agira notamment de démontrer que les différents systèmes politiques, juridiques, économiques et culturels impactent directement les dynamiques propres à ce système. De même, une telle étude permettra de se focaliser dans un second temps sur la sociologie des acteurs – produits de ce marché – en utilisant le contexte du terrain qui sera le nôtre pour se demander comment ces individus vus comme victimes mobilisent des choix, et dans quelle catégorie de migrants ces derniers s’inscrivent.

  1. 457,35 euros []
  2. Son groupe s’entraîne cinq fois par semaine sur un terrain municipal à Kurtuluş. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *