BATTAGLINI Loïs – Une résistance locale et environnementale dans les confins du Nord-Est turc : Artvin et Cerattepe, la lutte d’une ville contre une mine

Loïs BATTAGLINI (2016). Mémoire de Master 2 (IFG Université Paris 8) sous la direction de Nora Şeni

En février 2016, la société turque assiste, à la télévision, à des images très marquantes : la population d’Artvin, une ville modeste d’une province reculée et montagneuse de Turquie, manifeste en très grand nombre durant plusieurs jours face à un dispositif policier conséquent. Cette ville est pourtant réputée pour sa tranquillité. Or, les images donnent l’impression d’une ville qui se soulève : une foule composée de femmes et d’hommes, de jeunes et de vieillards manifestent côte à côte, les uns construisant des barricades, les autres rentrant en échauffourées avec des forces de l’ordre, qui n’hésitent pas à faire un usage massif de gaz lacrymogènes pour faire reculer les protestataires.
Quelle situation a bien pu amener cette petite ville entourée par les montagnes, si isolée, d’apparence si calme, à l’état d’émeute en ce début d’année 2016 ?

Depuis près de huit mois, un étrange ballet s’est mis en place entre Artvin et le sommet d’une des petites montagnes surplombant la ville, appelé Cerattepe (se prononce djèrat-tèpé). Ce lieu-dit recouvert par la forêt est situé sur la cime du contrefort sur lequel s’étend Artvin, cinq kilomètres en contrebas. Des habitants de la ville d’Artvin s’y relaient par équipes, deux fois par jours et sans aucune interruption, pour y occuper une petite cabane construite au tout début de l’été 2015.

Aux yeux des habitants d’Artvin, cette cabane représente néanmoins bien plus qu’une simple bâtisse : elle est le symbole de la réappropriation de leur territoire. Cette cabane, construite juste à l’entrée de la route menant à Cerattepe, est considérée comme leur bastion pour bloquer l’accès à une compagnie minière, désireuse de s’accaparer la zone pour y implanter une mine.

Pourquoi une telle récalcitrance des habitants vis-à-vis du projet de mine ? Dans notre cas d’espèce, la population d’Artvin a trouvé de nombreuses raisons de considérer le projet comme un grand danger. La mine fait naitre chez les habitants un sentiment de menace, à cause de sa grande proximité et de sa position topographique par rapport à Artvin : construite en son amont, elle dominerait la ville. Elle inquiète à cause de la déforestation qu’elle entrainerait en vue de son installation. Surtout, elle inquiète à cause des risques que l’exploitation minière ferait encourir à l’environnement fragile et extrêmement végétalisé qui entoure Cerattepe. En sus, le sol de Cerattepe est déjà sensible à l’érosion, et la zone est active en termes de glissements de terrain, dont la survenue peut être renforcée à cause de l’extraction du minerai.


Isabelle Gilles

Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *