Nommer pour édifier :  les changements toponymiques après le 15 juillet 2016

Suite à l’échec de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 en Turquie, au moins 308 lieux1 ont reçu un (nouveau) nom en hommage aux anti-putschistes. Le fait de nommer ou plus souvent de renommer des lieux après un événement ou un basculement des équilibres politiques et de créer des monuments par la toponymie n’est ni nouveau ni rare en Turquie, mais ce mouvement a été particulièrement rapide et fort dès la fin du mois de juillet 2016. Il concerne donc plusieurs centaines d’endroits, dont le nom fait référence au 15 juillet ; la formulation choisie, la localisation et les fonctions les plus courantes de ces lieux sont révélatrices du climat politique turc de l’après 15 juillet.

I – Un mouvement fort, porté par des acteurs variés, à toutes les échelles

En seulement 9 mois, le nombre de lieux nommés et plus souvent renommés en hommage au 15 juillet – 308 au moins – est considérable et témoigne d’une volonté politique forte à tous les échelons et de la part d’acteurs divers. En effet, la décision de (re)nommer un lieu peut être prise par leur propriétaire pour les petits commerces privés (kokoreç et boucherie) ; par la municipalité pour les places, rues, quartiers, centres culturels, infrastructures sportives, arrêts de bus, parcs… ; par différents ministères pour les écoles, hôpitaux, commissariat… ; par les autorités religieuses en concertation avec le gouvernement pour les mosquées et autres lieux de prière ; par le président de la République pour les infrastructures d’importance nationale, autant d’un point de vue fonctionnel que symbolique. Ainsi, le président Erdoğan a pris la décision de renommer le Pont du Bosphore (Boğaziçi Köprüsü, Istanbul) en Pont des Martyrs du 15 juillet (15 Temmuz Şehitler Köprüsü) et la Place Kızılay (Kızılay Meydanı, Ankara) en Place Kızılay de la volonté de la nation du 15 juillet (15 Temmuz Kızılay Milli İrade Meydanı), en juillet 2016, ce qui a été ensuite annoncé par le premier ministre Yıldırım lors d’une conférence de presse. Les municipalités métropolitaines d’Istanbul et d’Ankara ont ensuite répercuté localement cette mesure en changeant la signalisation.

II – Le choix du nom : hommage aux martyrs et événement fondateur

Les toponymes individuels, qui renvoient à un martyr2 en particulier, sont les plus fréquents – 195 lieux trouvés – mais 113 lieux au moins portent tout-de-même des toponymes collectifs, qui rendent hommage à l’ensemble des martyrs ou font référence au 15 juillet. Les toponymes collectifs correspondent souvent à des équipements de plus grande ampleur – gares routières, grands parcs, places, stades… – , tandis que les toponymes individuels ont majoritairement été attribués à des écoles, des arrêts de bus ou de petits squares. D’autre part, les autorités locales ont presque toujours privilégié l’un des deux types et l’on trouve très rarement les deux en grand nombre dans une même ville. Istanbul, Ankara et Konya sont les seules villes où les autorités ont attribué un grand nombre de noms en hommage collectif et de toponymes individuels mais elles font figure d’exceptions.

La formulation des toponymes qui font référence collectivement au 15 juillet instaure l’échec de la tentative de coup d’État en événement fondateur, par exemple en instituant l’expression « démocratie du 15 juillet ». Idéologiquement, ces formulations sont dans la ligne officielle, exprimée par exemple dans le discours de Binali Yıldırım à Yenikapı début août 2016, lorsqu’il affirme qu’il s’agit d’une « 2ème guerre d’indépendance » pour la Turquie. Elles reflètent l’idée selon laquelle cet événement refonde la nation ; il refonde la relation entre l’État, l’armée et la société et ouvre une nouvelle ère. Néanmoins, le cas le plus fréquent reste celui de l’évocation des martyrs (Şehitler) et de l’hommage aux héros (kahramanlar). Par exemple, sur les 27 toponymes collectifs liés au 15 juillet d’Istanbul, 15 font référence aux « martyrs du 15 juillet » (15 Temmuz  Şehitleri), 1 aux « vétérans du 15 juillet » (15 Temmuz Gazileri), 8 simplement au « 15 juilet » (15 Temmuz) et seulement 1 – mais pas le moindre : la Gare routière d’Esenler, de première importance – à la « démocratie du 15 juillet » (15 Temmuz Demokrasi).

Pour les toponymes individuels, on trouve entre 0 et 6 lieux nommés ou renommés au nom de chaque martyr3, à l’exception d’Ömer Halisdemir. En général, 2 ou 3 toponymes rendent hommage à chaque martyr : ils se trouvent parfois dans la ville natale de la personne en question. Cet investissement symbolique contribue aussi à diffuser l’événement dans toute la Turquie. Une exception se distingue : le martyr Ömer Halisdemir, au nom duquel on trouve 69 lieux et des œuvres culturelles. Il s’agit d’un militaire, assistant du commandant des Forces spéciales Zekai Aksakallı. Halisdemir a tué le brigadier général Semih Terzi, un des meneurs de la tentative de coup d’État qui tentait de pénétrer dans le Quartier général des Forces Spéciales, avant d’être tué à son tour – la presse majoritaire insiste beaucoup sur la traîtrise de ceux qui l’ont tué -. Habertürk, Hürriyet et d’autres medias l’ont mentionné comme « un de ceux qui ont changé le cours du coup d’État ». Dès le mois d’août 2016, plusieurs hommages lui ont été rendus, dans divers domaines : les Forces spéciales de l’opération Bouclier de l’Euphrate portent une insigne à l’épaule à son nom ; un poème a été composé par Dursun Ali Erzincan ; Omar a réalisé un court-métrage intitulé 30 Oiseaux ; une statue à son effigie, de 4,60m de haut, a été érigée dans le Parc des Martyrs, à Mersin. Toutes sortes de lieux portent son nom, notamment à Niğde dont il est originaire, où tous les bâtiments de l’université et quantité d’autres portent lui rendent hommage. Erol Olçok présente aussi un cas intéressant : il s’agit d’un publiciste, proche ami d’Erdoğan, connu pour son rôle proéminent dans la fabrication des dernières campagnes de l’AKP et auteur de nombreux clips de campagne4. Il s’est rendu sur le Pont du Bosphore avec son fils de 16 ans le soir du 15 juillet ; ils ont été tués par balle par des militaires putschistes. 6 endroits portent son nom, dont 4 à Istanbul et il a été mis en avant lors des commémorations.

III – La localisation des lieux portants des toponymes liés au 15 juillet : investissement centre-anatolien et exception stambouliote

Alice Moret, mai 2017

La recension des lieux renommés par ville permet de discerner plusieurs catégories :

Istanbul :


La métropole stambouliote présente une situation exceptionnelle par rapport au reste du pays : elle comprend à elle seule 45 % des toponymes faisant référence au 15 juillet, un nombre très élevé de toponymes collectifs (27) et extrêmement élevé de toponymes individuels (111).

Ankara et Izmir :


La deuxième et la troisième agglomérations turques hébergent un nombre élevé de toponymes liés au 15 juillet. À Ankara, cela peut s’expliquer par le poids démographique et le rang de la ville ; par le fait qu’une grande partie des événements s’y sont déroulés ;
 surtout, par son statut de capitale politique. À Ankara comme à Izmir, les autorités ont privilégié les hommages collectifs (21 et 7 toponymes liés au 15 juillet, contre 7 et 1 individuels), peut-être dans une logique plutôt nationale, républicaine et unanimiste.

Konya, Kocaeli, Balıkesir, Manisa, Bursa, Kütahya, Antalya, Çanakkale :


Il s’agit de villes secondaires, voire de taille et d’importance moindres à l’échelle nationale. Toutefois, on y trouve un nombre élevé de toponymes liés au 15 juillet par rapport à leur taille. Pour Kocaeli, cela s’explique par l’épisode advenu dans cette ville, une attaque des locaux de Turkcell par les putschistes. Les autorités y ont privilégié les hommages collectifs (40 toponymes collectifs contre 14 individuels).

Gaziantep, Kayseri, Samsun, Tokat, Niğde : Il s’agit également de villes secondaires, voire plus petites. Les autorités ont privilégié les hommages individuels à des martyrs spécifiques (26 toponymes individuels contre 5 collectifs). Niğde présente un cas un peu à part, puisque 13 lieux portent le nom d’un seul martyr. On peut supposer que certains des martyrs choisis sont originaires de ces villes ou de leur région.

Le reste de la Turquie :


Dans les autres villes, on compte moins de 3 toponymes liés au 15 juillet par ville. Dans 42 
villes, on trouve 1 ou 2 toponymes collectifs liés au 15 juillet, presque toujours un établissement public d’enseignement religieux (imam hatip okulu).

La localisation des lieux nommés en hommage ne suit donc pas forcément la localisation des affrontements. À ce titre, le Pont des martyrs du 15 juillet constitue plutôt une exception, avec la Place Kızılay à Ankara. À l’inverse, à Adana, Bitlis, Denizli, Malatya, Marmaris, Mersin, Sakarya et Şırnak, on trouve très peu voire pas de toponymes liés au 15 juillet. À l’échelle nationale, on observe une surreprésentation de l’Anatolie centrale, avec des villes qui correspondent dans de nombreux cas à des bastions de l’AKP. Les villes dans lesquelles on trouve le plus de toponymes correspondent souvent à celles dont la mairie est dirigée par l’AKP, mais pas exclusivement, puisque l’on trouve – souvent localement, dans les mairies d’arrondissement, mais aussi à Izmir – des mairies CHP qui ont participé de ce mouvement. 
Istanbul se distingue clairement, en concentrant presque la moitié des hommages toponymiques. Ceci peut s’expliquer par les événements qui s’y sont passés, puisque certains 
épisodes ont eu lieu à l’aéroport Atatürk, sur le Pont du Bosphore… D’autre part, la ville est plus médiatisée que d’autres, elle est surreprésentée dans la presse – écrite et surtout télévisée -, notamment parce que les principaux médias y ont établi leur siège, et les images des affrontements et des rassemblements à Istanbul ont été largement diffusées. Objectivement, la métropole stambouliote est d’une taille et d’une importance démographique, culturelle, économique… sans égal en Turquie. L’importance politique et symbolique accordée par l’AKP à Istanbul a aussi joué un rôle dans la concentration des toponymes évoquant le 15 juillet. L’AKP a beaucoup investi symboliquement la métropole et la voit volontiers comme une capitale, où se tiennent les principaux meetings – Yenikapı en est un exemple -, les plus grands événements sportifs, culturels, commerciaux, d’où découle le pouvoir et la légitimité, qui sert à la fois de moteur économique et de vitrine. Ce statut particulier accordé à Istanbul par les dirigeants de l’AKP résulte de considérations historiques et idéologiques. L’implantation forte des réseaux gülenistes dans certains arrondissements stambouliotes a aussi pu motiver un désir de reconquête, par la toponymie entre autres, après l’été 2016. Enfin, dernier facteur, la croissance urbaine puissante, surtout aux marges de l’agglomération, a joué un rôle. En effet, Istanbul connaît une expansion rapide et ses marges s’édifient fortement. La construction d’équipements et de nouvelles infrastructures – routes, arrêts de bus, écoles, parcs… – aux marges d’Istanbul donne alors des occasions de (re)nommer des lieux encore peu investis symboliquement ou tout neufs.

Alice Moret, mai 2017

À l’intérieur d’Istanbul, la localisation des lieux renommés n’est pas du tout homogène. Les arrondissements dans lesquels on trouve le plus de toponymes liés au 15 juillet sont Bahçelievler, Bağcılar, Büyükçekmece, Sancaktepe, Ataşehir, Ümraniye et Üsküdar. Ils se trouvent majoritairement dans des arrondissements dirigés par l’AKP et dans un nombre non négligeable de cas par le CHP. En cela, la toponymie du 15 juillet correspond à peu près à la géographie électorale municipale : 3/5 AKP et 2/5 CHP. On trouve toutefois de très nombreux toponymes dans des bastions historiques ou plus récents de l’AKP, comme par exemple Üsküdar ou Bağcılar. Il s’agit parfois de quartiers où l’AKP est très implanté, notamment dans les services locaux. À Bağcılar, par exemple, l’AKP avait remporté 59,6 % des voix aux élections de novembre 2015. De même, 55,5 % des votes exprimés en novembre 2015 à Ümraniye étaient allés à l’AKP. Dans ces deux arrondissements, on trouve un nombre relativement plus important de toponymes liés au 15 juillet. Le phénomène le plus net, dans la répartition des toponymes liés au 15 juillet, est la situation périphérique de beaucoup de ces lieux. On n’en trouve presque aucun dans le centre historique. À cet égard, le Pont des martyrs du 15 juillet constitue une exception, c’est un des rares lieux centraux renommés. La localisation périphérique peut s’expliquer par la construction de nouveaux équipements dans ces zones, qui donne la possibilité de nommer un endroit sans devoir enlever un ancien nom. De plus, même quand un lieu est déjà nommé, il peut l’être avec peu d’investissement symbolique (rues qui portent des numéros et pas de noms, noms de fleurs donnés massivement…), de la part des autorités municipales comme des habitants, ce qui facilite son remplacement par un nouveau symbole. Ces arrondissements périphériques peuvent correspondre à des territoires où les réseaux gülenistes étaient très implantés et que l’AKP entend reconquérir.

IV – Des équipements quotidiens mais visibles

Parmi les lieux (re)nommés, on trouve peu de rues, de boulevards… mais beaucoup d’équipements. Ce sont des lieux fréquentés régulièrement, ce qui les rend d’autant plus visibles, ce qui permet de fixer l’événement dans les mémoires et d’en faire un point de repère. Deuxièmement, il s’agit de lieux du quotidien, banals, pas exceptionnels. Le 15 juillet est, par ce biais, inscrit dans la vie personnelle de chacun.e et incorporé au quotidien. Enfin, ce sont des équipements ou des lieux qui servent à l’échelle municipale voire métropolitaine, voire nationale – les exemples les plus poussés sont la gare routière d’Esenler et le Pont des Martyrs du 15 Juillet à Istanbul –, qui sont visibles et connus de toute la ville au moins, et pas seulement des habitants d’une rue. La présence de deux petits commerces locaux (un boucher et un kokoreççi) peut sembler anecdotique mais est aussi révélatrice de la diffusion et de la récupération populaire et commerciale du discours officiel. Elle relève probablement de la même logique que les déclarations des grandes entreprises ou des chambres de commerce et d’industrie dans les journaux nationaux, ou des publicités rendant hommage aux martyrs du 15 juillet.

Alice Moret, mai 2017

L’analyse des fonctions des lieux nommés ou renommés suite au 15 juillet révèle une grande proéminence des lieux d’enseignement – écoles, lycées, universités… – ou liés à l’éducation – bibliothèques, cantines, internats… -. Il s’agit bien, ici, d’édifier la population, d’inculquer une lecture d’un événement historique et l’école est un univers privilégié pour ce faire. Il s’agit aussi d’une reconquête des équipements et des services offerts par les réseaux gülenistes (voir plus bas). Une autre catégorie se distingue : les bâtiments religieux. J’ai pu dénombré quelques mosquées ou lieux de culte, toujours liées aux martyrs, que ce soit de façon collective ou individuelle. Cependant, le cas le plus fréquent est celui des Imam Hatip Okulu, des lieux d’enseignement religieux gérés par l’État. On en trouve de tous les niveaux, de la ilkokulu (école primaire) au lise (lycée), et dans presque toutes les villes citées précédemment. Les Imam Hatip Okullar dont le nom fait référence au 15 juillet portent toujours le nom d’un martyr spécifié, parfois originaire du quartier ou de la ville. La double- caractéristique religieuse et éducative d’un très grand nombre de lieux (re)nommés – 112 sur 308 – suggère l’hypothèse selon laquelle les lieux renommés après le 15 juillet correspondent à des bâtiments tenus auparavant par les réseaux gülenistes, très présents dans l’éducation, notamment religieuse mais pas seulement, et les infrastructures et services qui l’accompagnent : logements étudiants, cantines… Le cas des imam hatip okullar est révélateur de ce mouvement : elles correspondent le plus souvent à des écoles privées de préparation de l’examen d’entrée à l’université, devenues illégales en 20115 et depuis transformées, presque toujours, en établissements d’enseignement religieux6.

V – Reconquérir et édifier par la toponymie

Pour ces établissements d’enseignement religieux, c’est une façon, de la part du gouvernement, de récupérer ces secteurs conservateurs, de ne pas abandonner le terrain et de remplacer localement ces structures en manifestant symboliquement, par le nom, sa nouvelle marque. Il s’agirait aussi de tenir la promesse faite après la tentative de coup d’État et notamment lors du discours d’Erdoğan à Yenikapı de remplacer les services des gülenistes – objectif local -. Une nouvelle loi, publiée au Journal officiel, stipule en effet que le Ministère de la famille et des politiques sociales est désormais en charge de renommer les rues, quartiers, écoles et places. D’autre part, la récupération symbolique de ces lieux permet d’afficher une victoire totale, éclatante, jusque dans les bastions de ceux désignés comme l’ennemi – objectif national -. Plus généralement, le nombre de lieux (re)nommés est impressionnant et témoigne d’une volonté politique forte à tous les échelons et de la part d’acteurs variés. Des lieux où des affrontements ont eu lieu lors de la tentative de coup d’État ou des lieux dont les toponymes étaient associés à la confrérie Gülen ont été rebaptisés. Premièrement et selon les volontés déclarées, il s’agit de rendre hommage aux personnes décédées en s’opposant aux putschistes, d’honorer leur mémoire. Comme l’a déclaré le Premier ministre Binali Yıldırım, cela revient à construire des monuments aux martyrs, en attribuant un nouveau nom à de hauts lieux : la place Kızılay, le Pont du Bosphore, la Grande gare routière d’Istanbul, la place Ahmet Taner Kışlalı, le studio Yeni Haber de la TRT, la base aérienne d’Akıncı, la ville de Kazan et de multiples autres endroits. Pour les vainqueurs de l’échec de tentative de coup d’État – au premier rang desquels l’AKP et le gouvernement – il s’agit aussi d’affirmer sa victoire et de semer des repères politiques forts, d’édifier durablement par la toponymie. En effet, l’attribution d’un nom rappelant le 15 juillet à des équipements et infrastructures permet d’inscrire l’événement dans le territoire et dans les mémoires. Ces toponymes constituent en quelque sorte des leçons de démocratie en chair et en os, concrètes, proches et quotidiennes ; ils permettent d’édifier par leur simple présence. Enfin, on peut aussi voir dans cette opération, effectuée pourtant à l’initiative de plusieurs acteurs, une tentative de reconquête politique des lieux et de remplacement de la mémoire par des événements jugés préférables : ainsi, ces acteurs souhaitent effacer les images d’une grande foule traversant à pied le Pont du Bosphore au printemps 2013 pour rejoindre les manifestants de Gezi et les remplacer par les images des soutiens du gouvernement qui se sont battus sur le pont en juillet 2016. L’attribution de noms de martyrs du 15 juillet à des établissements d’enseignement religieux et à des bâtiments péri-scolaires relève de la même logique, cette fois à l’égard des gülenistes.

Cette vague d’hommages aux martyrs et plus généralement à « la nation du 15 juillet » est à la fois diffusée dans tout le pays et révélatrice d’une importance très spécifique accordée à Istanbul.

  1. J’ai recensé tous les endroits dont le nom comprend « 15 juillet », « démocratie du 15 juillet », « martyrs du 15 juillet » ou « martyrs de la démocratie » dans chacun des 81 départements et dans chaque arrondissement pour Istanbul. Ces lieux correspondent aux toponymes collectifs. J’ai aussi recensé tous les endroits qui portent le nom d’un ou d’une des 240 martyrs, les personnes décédées en s’opposant à la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016. Le recensement a été effectué fin avril 2017, il se peut que des lieux aient été (re)nommés depuis ou que certains m’aient échappé. []
  2. Les putschistes morts pendant les affrontements ne sont pas considérés comme martyrs. Je reprends le terme de
« martyr » tel quel dans la suite ; il correspond à une définition très précise en Turquie, qui donne lieux à des funérailles spécifiques, à des hommages symboliques et à des facilités matérielles pour les proches. Les martyrs du 15 juillet se distinguent des autres martyrs décédés jusque là, car parmi eux figurent de nombreux civils, ce qui est nouveau.
    Sur les martyrs en Turquie, voir Sümbül Kaya et Étienne Copeaux, « « Les martyrs ne meurent pas » : Les obsèques des combattants, images de la Turquie en guerre » dans Raphaëlle Branche, Nadine Picaudou et Pierre
 Vermeren (eds.), Autour des morts de guerre : Maghreb – Moyen-Orient, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 71-95. Sümbül Kaya, 2. Le retour des conscrits, vecteur de construction d’un régime de sécurité nationale en Turquie ?, The return of veterans: terrain for a regime of national security?, s.l., Editions Karthala, 2016. []
  3. Le journal Yeni Şafak a mis en ligne une fiche biographique sur chaque martyr, que l’on peut consulter ici : http://www.yenisafak.com/15temmuz/sehitler?gclid=CPHhk7Px7tICFQWdGwodYkgIjQ []
  4. Un clip intéressant, tourné au printemps 2016, semble presque anticiper les événements : on y voit un traître tenter d’abaisser le drapeau turc et une foule de citoyens se précipiter de toutes parts pour le rattraper avant qu’il ne touche le sol et le hisser. L’utilisation de la menace, du drapeau et des selas des hauts-parleurs des mosquées donne à la vidéo un sens particulier après le 15 juillet. []
  5. Jean-François Pérouse, Istanbul planète : La ville-monde du XXIème siècle, La Découverte., Paris, 2017, 220 p. []
  6. Voir l’article de Sophie Gautier intitulé « Déconstruire 1977: le cas des lycées religieux imam hatip 
http://ovipot.hypotheses.org/7364. Elle y explique la réhabilitation de ces écoles, héritières des medreses, depuis les années 2010 par l’AKP. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *