DELMAIRE Léa – Construction et déconstructions d’une maladie sociale. Les politiques de lutte contre la tuberculose en Turquie (1948-1960)

Léa DELMAIRE (2017). Mémoire de master d’histoire contemporaine de l’Institut d’Études Politiques de Paris, sous la direction de Pap Ndiaye

En 1950, l’éphémère ministre de l’Hygiène et de l’Assistance Sociale de la République de Turquie préface l’ouvrage réunissant les conférences d’Étienne Berthet, « consultant de tuberculose » de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), envoyé en 1950 à İstanbul afin de créer un « centre antituberculeux de perfectionnement et de démonstration pour la formation du personnel médical et sanitaire dans le Moyen-Orient ».
Le ministre et l’expert s’accordent pour décrire la tuberculose comme un « problème médico-social ». Trois implications fortes sont contenues dans cette affirmation. Tout d’abord, la tuberculose est un problème. Cela n’est pas évident, et surtout, cela n’est plus évident. Si la tuberculose demeure aujourd’hui l’une des dix premières causes de mortalité dans le monde, la mortalité en Turquie est très faible. En 1950, la situation est très différente, puisque, avec un taux de mortalité estimé à plus de 200/ 100 000, la tuberculose est alors un problème sanitaire majeur.

Quel sens peuvent donner ces acteurs à cette formulation explicite d’un rapport souvent implicite entre médecine et société ? Affirmer que la maladie est sociale, entendue au sens de construite socialement apparaît à l’historien comme un lieu commun mais cette affirmation aurait sans doute été loin de recueillir l’assentiment de Berthet ou d’un autre médecin de l’époque. Comment entendre alors ce « social » ? Comme un problème de la société dans son ensemble, mais surtout comme un problème qui nécessite une intervention, voire une assistance sociale. Comme toute les maladies contagieuses, la tuberculose, maladie du corps individuel, se pose comme problème au niveau collectif puisque sa propagation résulte d’un rapport entre individus. Cependant, la tuberculose n’est pas une épidémie qui frappe indistinctement, c’est une endémie qui semble toucher des gens et des groupes particuliers. En cela la tuberculose est aussi une maladie sociale au sens des classes sociales.

Ce travail s’effectuera à partir d’une étude critique de sources scientifiques, administratives, mais aussi de supports de vulgarisation ou de propagande afin d’étudier la construction du problème de la tuberculose et des politiques publiques visant à y répondre, qui se forment en interaction l’un avec l’autre. Le choix de ces sources a bien sûr eu des répercussions sur la méthode, puisque ce sont elles qui ont dans une large mesure circonscrit l’étendue des questions que je pouvais soulever, mais aussi la manière dont je pouvais y répondre. En effet, le fait d’avoir principalement accès à des sources très institutionnelles, au discours officiel lissé, ou à des documents à but explicite de propagande m’a conduit à adopter une vision « par le haut », assez distante des pratiques des acteurs au niveau local. Si j’ai toujours cherché à étudier aussi la mise en place concrète, et non uniquement l’organisation officielle des politiques, les sources dont je disposais ne laissaient voir que de manière très marginale les possibilités de négociation des acteurs individuels, que cela soit dans le processus même d’élaboration des politiques publiques ou dans leur mise en place. Ainsi,
même si je tenterai d’étudier aussi les conséquences et nuances pratiques de ces discours, et d’introduire des éléments de réflexion tirés de sources plus locales, cette approche « par le haut » et par les discours correspond à l’objectif de ce travail.


Isabelle Gilles

Chargée d'édition numérique et des projets de numérisation Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *