KERGONOU-JIMENEZ Thomas – La relocalisation des associations urbaines de Kadıköy après la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016

Thomas KERGONOU-JIMENEZ (2017). Mémoire de master 1 en géographie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Ségolène Débarre et Sébastien Jacquot

Le nouveau contexte instauré depuis le 15 juillet 2016 a eu des répercussions sur l’appréhension des Turcs à la démocratie, aux manifestations, à la rue et semble marquer une rupture dans l’activisme turc, stambouliote et de Kadıköy. Si les manifestations sont moins nombreuses, non-autorisées ou non organisées de peur des répressions policières, l’activisme stambouliote ne s’est pourtant pas totalement éteint. À Kadıköy, les associations créées après Gezi sont encore actives et rassemblent, lors de rencontres hebdomadaires, quelques membres des associations, pour discuter des sujets en cours : le renouvellement urbain dans le quartier de Fikirtepe pour Kadıköy Kent Dayanışması (KKD), la recherche d’un nouveau squat pour Don Kişot Kolektifi (DKK), la défense de la gare de Haydarpaşa pour Haydarpaşa Savunması (HS).
Les lieux choisis pour ces rendez-vous sont souvent bien déterminés, pour leur contexte de libre expression. Un café aux tendances politiques gauchistes affirmées pour KKD, la Koşuyolu Mahalle Evi, gérée par la municipalité d’opposition pour Validebağ Savunması (VS), ou encore TMMOB, la chambre d’architectes, très critique des politiques urbaines actuelles, pour les meetings transassociatifs. Après Gezi, la
recherche de lieux fermés a été motivée à la fois par la nécessité matérielle de trouver un toit pour s’abriter de la pluie et du froid, mais également par la situation de répression policière et d’autocensure de la parole. Si l’espace public n’est plus lieu d’expression, de revendications, ce sont ces lieux qui ont pu permettre, partiellement, de poursuivre l’activisme, fonctionnant comme les free spaces théorisés par Sara Evans and Harry Boyte.

Ce mémoire s’est fondé sur un terrain de recherche de 3 mois à Istanbul, entre janvier et avril 2017, structuré par un stage de recherche de 2 mois effectué à l’IFEA. Pour ce mémoire de recherche, différents moyens d’analyse ont été élaborés pour mieux comprendre les acteurs sur place et les phénomènes étudiés : l’observation participante a tout d’abord été le point d’ancrage de mon travail à propos des différentes collectifs et associations. A cela se sont ajoutés des entretiens semi-directifs et libres, avec des militants, des institutionnels et des professionnels de l’urbanisme.

Pour compléter ces entretiens, des visites de sites ont également été réalisées, seul ou accompagné de membres d’associations. Finalement, en dépit de mon Turc balbutiant, j’ai également mené, autant que possible, une collecte et analyse des tracts et affiches liés aux associations et au référendum, et une veille des réseaux sociaux, à travers les pages Facebook des associations, leurs Twitter, et ma présence au sein de leurs groupes WhatsApp.


Isabelle Gilles

Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *