Être une travailleuse domestique à Istanbul – par Pauline Faure

« Billets de nos jeunes chercheur.e.s » est une nouvelle rubrique dans laquelle nous souhaitons valoriser les recherches des stagiaires et étudiant.e.s liés à l’Observatoire urbain. Nous inaugurons cette rubrique avec le travail mené par Pauline Faure, étudiante Erasmus à l’université Galatasaray, dans le cadre du séminaire de recherche encadré par les co-responsables de l’OUI. 

 

Selon Blandine Destremau et Bruno Lautier (« Introduction : Femmes en domesticité. Domestiques du Sud, au Nord et au Sud » Paris, Presses Universitaire de France, 2002),  le travail domestique est la relation de travail « la plus complexe de notre monde moderne ». En effet, dans le contexte de ces activités plus ou moins informelles, le découpage classique entre le travail et le hors-travail n’est plus opérant. C’est cette spécificité qui m’a mené à explorer les relations de travail des employées domestiques en Turquie, plus communément appelées bakıcı, ou bakıcılar au pluriel, dans deux familles stambouliotes, les Plevinel et les Güren. L’activité domestique que j’étudie ici n’a lieu que dans les « beaux quartiers » d’Istanbul, de Levent et de Nişantaşi. Par ailleurs, cette activité n’est pas spécialisée : les travailleuses domestiques en question s’occupent du nettoyage, de la cuisine et du soin des enfants. Dans ce contexte, l’objectif principal de ma recherche était de mieux comprendre le regard des travailleuses domestiques sur leurs relations avec les familles employeuses et inversement, surtout dans le rapport hiérarchique patronne-employée. C’est pourquoi j’ai concentré mon terrain d’observation au sein de leur lieu de travail et de vie, ce qui m’a facilité l’établissement d’une relation de confiance avec les Bakıcılar. J’ai donc réalisé quatre entretiens individuels semi- dirigés avec des Bakıcılar et leurs patronnes, au cours desquels j’ai cherché à recueillir la description de leurs relations, et les expériences importantes qui les avaient marquées. Mais étant moi-même employée par les familles comme aide aux devoirs, il m’est impossible de prétendre à une totale objectivité. De plus ma recherche s’inscrit dans un contexte culturel différent du mien et auprès d’une population vivant des contraintes de vie que j’ignore. En effet, je suis une étudiante française, vivant à Istanbul seulement pour une courte période, et je n’ai jamais travaillé en service domestique. A ce compte, mon expérience est certainement plus proche de celles des employeurs que des bakıcılar, bien que je sois sensible à leur réalité.

L’analyse des trajectoires des bakıcılar montre que le travail domestique en Turquie est un marché d’emploi réservé aux femmes d’une même aire culturelle, c’est-à-dire de l’ancien Empire Ottoman, et que c’est une immigration de seconde moitié de vie, puisque les bakıcılar ont en moyenne entre 30 et 45 ans lorsqu’elles émigrent. Adelina par exemple, est née en 1963, à Primorsko en Bulgarie, dans une famille musulmane de 6 enfants. Étant de la minorité musulmane « turque » de Bulgarie, le bulgare et le turc sont parlés à la maison. Missy se marie à 18 ans et élève ses 3 enfants jusqu’à ses 35 ans. Quand ceux-ci ont 15 ans, et qu’elle estime avoir accomplie sa tâche « maternelle », elle quitte sa famille et émigre en Turquie pour soutenir économiquement le foyer. Après avoir passé 2 ans à Istanbul, elle rencontre Zeinep Plevinel, une femme d’affaires stambouliote qui vient juste d’avoir son premier enfant, Gamze. Cela fait aujourd’hui 10 ans qu’Adelina s’occupe de Gamze comme si c’était « sa propre fille ». Il y a six ans, Adelina a obtenu la nationalité turque, car elle ne peut plus renouveler son passeport bulgare. Avec l’intégration de la Bulgarie à l’Union Européenne en 2005, et la construction du mur anti-migrants à la frontière turque, la tension entre les deux États continue de monter. De ce fait il très compliqué pour Adelina de retourner aujourd’hui en Bulgarie. Diyoha, quant à elle, vient d’Ouzbékistan. Elle est née à Akbarak, dans une famille modeste et traditionnelle. Elle s’est marié à 21 ans à un marchand de chaussu

re, avec qui elle a eu quatre enfants, l’aîné a aujourd’hui 23 ans et le cadet 15. Lorsque la boutique familiale a fait faillite il y a quatre ans, elle et son mari sont partis à Istanbul. Au bout d’une semaine, une agence lui a trouvé un emploi dans une famille, bien qu’elle ne parle pas encore le turc. Son mari quant à lui, repart après trois semaines. Avec l’aide de son employeur qui lui donne des cours, elle réussit à maîtriser le turc en un mois seulement. Depuis elle a travaillé dans deux autres familles, qu’elle a toutes les deux quittées parce que le salaire était trop faible. Aujourd’hui elle est satisfaite de son salaire et compte rester le plus longtemps possible avec la famille Güren, qui habite une gated gommunity (résidence fermée) à Levent. Cela fait quatre ans que Diyoha n’est pas retournée en Ouzbékistan, du fait de la taxe qu’elle devra payer à la frontière pour être restée illégalement en Turquie.

Le travail ménager n’est visible que lorsqu’il n’est pas fait, en ce sens, le travail qu’effectuent les bakıcılar est invisible. Du fait que le service rendu est peu valorisé, et que justement les bakıcılar ne doivent pas laisser de traces, aucune reconnaissance ne leur est accordée. S’il l’on ajoute à cela qu’il est considéré comme « naturel » qu’une femme sache s’occuper des enfants et des tâches domestiques, il est logique que le travail domestique soit sous-estimé. Cette invisibilité se manifeste aussi dans l’étude des expressions linguistiques employées par les patronnes qui utilisent sou

vent la formulation « coopération » ou « aide à côté » ce qui suggère que c’est un travail qui a valeur de coup de main en échange de compensations matérielles. C’est l’idée que ce travail n’a pas de valeur, du fait qu’il soit traditionnellement pris en charge gratuitement par les femmes pour le bien-être de leurs familles. Par ailleurs, les patronnes n’utilisent que très rarement le prénom des bakıcılar , mais utilisent des définitions descriptives telles que « la dame qui travaillait chez nous » ou « ma Géorgienne ». Ces expressions dépersonnalisées suggèrent un lien de possession et semblent revêtir un caractère ethnicisant de l’aide domestique. Il semble normal pour ces dernières d’effectuer une classification et une hiérarchisation des qualités maternelles entre les nationalités des bakıcılar , les Bulgares sont par exemple réputées plus douces et plus maternelles que les Géorgiennes ou les Ouzbèkes. Pour finir, les patronnes ne se choquent pas de l’espace exigu qui est réservé aux bakıcılar au sein du domicile familial. Leurs chambres n’ont pas de fenêtres, elle n’ont pas leurs propres salles de bains, ni le droit d’inviter leurs amis à la maison. Étant donné l’aspect réduit de leurs sphères d’intimités au sein du domicile de leurs employeurs, les bakıcılar sont déjà symboliquement dévalorisées quant au reste de la famille.

 

Ainsi, suite à mes observations de terrain et à l’analyse des récits des bakıcılar, j’ai pu déterminer deux spécificités des relations de travail domestique. La première spécificité est la personnalisation des relations de travail où le climat de travail est incertain et où les décisions prises par la patronne sont arbitraires. En effet, le travail domestique est l’un des rares domaines où les relations de travail se définissent uniquement entre femmes et où les rapports ne sont pas « médiés » par les hommes. Cela est en partie explicable par la division sexuelle du travail assignant nécessairement ce qui a trait à la sphère domestique aux femmes. De plus, le travail domestique est caractérisé par son informalité et par l’absence de contrat explicite : il n’existe pas de modèle préétabli sur lequel les patronnes pourraient s’appuyer. Cette situation d’incertitude donne lieu a différents mécanismes de domination, conscients ou non. En effet, le partage de l’espace privé aboutit au glissement de la relation de travail vers une relation ambiguë de maternalisme/paternalisme. Ce type de relation est une forme de mécanisme de domination, qui permet aux patronnes tout en « protégeant et maternant », de légitimer l’impératif du respect de l’ordre et de l’autorité. Les bakıcılar doivent ainsi être soumises à leurs employeurs et être reconnaissantes puisque la nourriture et le toit leur est « offert ». Dès lors, il est difficile pour elles d’exprimer leurs insatisfactions ou de critiquer une décision qui est prise « pour leur bien-être ». Afin de faire face à un système de travail fondé uniquement sur le jugement de leurs patronnes, les bakıcılar doivent prendre en charge leurs relations interpersonnelles avec les familles employeuses afin de protéger leurs propres conditions de travail et s’assurer de conserver leur emploi. Autrement dit, presque toutes leurs communications doivent être réfléchies et orientées afin de ne pas offenser les membres de la famille. La personnalisation des relations de travail est donc un outil des bakıcılar pour éloigner le spectre de l’imprévisible.

Dessin de Pauline Faure

Mais il important de garder à l’esprit que les relations interpersonnelles établies entre les bakıcılar et les familles employeuses peuvent être considérées (autant par la travailleuse que par la famille) comme une réelle relation amicale ou familiale. Cela nous guide vers la seconde spécificité des relation du travail domestique, qui est la présence de relations pseudo-familiales. En raison du partage de l’espace privé et de l’association traditionnelle du travail domestique au rôle des femmes dans les familles, il est fréquent que les bakıcılar soient automatiquement considérées comme un membre de la famille. Elles-mêmes ne se sentent pas « employée de », mais elles « travaillent pour » quelqu’un, voir « avec », comme sur un pied d’égalité. C’est pourquoi, sans avoir la réponse à cette question, il me semble que les activités des bakıcılar  ne soient pas totalement recouvertes par le seul terme « d’emploi » ou de « travail ».

 

NB : Les noms des enquêtées ont été anonymisés.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. 19/09/2017

    […] Être une travailleuse domestique à Istanbul Helin Karaman, Observatoire urbain d’Istanbul, 8 août 2017 > http://oui.hypotheses.org/4115 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *