Vers une disparition des forêts du nord d’Istanbul ? par Vincent Letourneur

Aujourd’hui, dans notre nouvelle rubrique « Billets de nos jeunes chercheur.e.s », un article de Vincent Letourneur, ancien stagiaire de l’OUI, étudiant en géographie à Aix-Marseille Université et participant au projet de recherche MC3 (Mediterranean Cities and Climate Change).

Istanbul, la métropole la plus peuplée de Turquie avec ses 14  millions d’habitants, est soumise aux politiques d’expansion urbaine de l’AKP. L’année 2023 marquera le centenaire de la République turque. Cela devrait être également l’aboutissement d’ « Objectif 2023 », un projet de développement dans lequel s’inscrit la politique de construction de mégaprojets sultanesques voulue par le président Erdoğan. Parmi eux, un troisième pont sur le Bosphore reliant les parties européenne et asiatique de l’autoroute Nord Marmara,  mais également un troisième aéroport. Le creusement d’un canal entre la mer de Marmara et la mer Noire devrait aussi débuter prochainement. La nomination d’Istanbul comme capitale européenne de la culture en 2010 atteste d’un marketing urbain efficient. L’attractivité est le maître mot, le patrimoine et le foncier, les fers de lance ; les mégaprojets agissent alors comme catalyseurs de ces dynamiques économiques. Les emplacements de ces infrastructures, au-delà des forêts de Belgrade et de Fatih, sont controversés : l’AKP y voit des terres inoccupées où peuvent se multiplier les projets immobiliers et autres gated communities. Mais l’impact de cette expansion urbaine à venir sur Istanbul et les conflits d’intérêts sous-jacents sont sources de débat.

Concrètement, depuis le commencement des travaux, des centaines d’hectares de forêts et de zones humides ont déjà été étouffés sous des mètres-cubes de béton. Or, Istanbul qui est déjà victime de stress hydrique et atmosphérique, y puise des ressources indispensables d’air plus frais et d’eau potable. Par exemple, un aqueduc relie directement la nappe phréatique souterraine de la forêt de Belgrade à la place Taksim ; une nappe phréatique qui peinera à se remplir d’une eau polluée par les infrastructures de transport voisines. Aussi, d’après une étude réalisée par la chambre des ingénieurs et des architectes (TMMOB), la population stambouliote devrait atteindre les 23,3 millions d’habitants en suivant le chemin tracé par les politiques expansionnistes de l’AKP. La ville ne serait alors pas apte à fournir un environnement suffisamment sain et viable pour un si grand nombre de personnes.

Vincent Letourneur, réalisation personnelle

L’association environnementaliste Kuzey Ormanları Savunması (KOS – Association de défense des forêts du nord), héritière du mouvement Gezi de 2013, est la plus active sur le sujet. Sur un fond de lutte contre le néolibéralisme, cette association de défense des forêts du nord a multiplié ses manifestations de tous types dans un but de mise en garde de l’opinion publique par la patrimonialisation des espaces naturels du nord d’Istanbul. Tantôt les militants marchent et brandissent des banderoles sur Istiklal, tantôt ils organisent des escapades ludiques et informatives en forêts. Constituée de citadins stambouliotes, elle est complémentaire de la TMMOB dont elle vulgarise et communique les résultats. Les actions menées par l’association se sont pourtant affaiblies suite à de nombreux échecs en justice de la TMMOB face aux promoteurs, mais aussi après l’essoufflement de l’enthousiasme environnemental né avec Gezi.

Ce n’est pas nécessairement une fatalité, la disparition de l’unité forestière semble possible, oui, quant à la disparition totale des arbres, elle reste à démontrer. Les gated communities sont construites au milieu des arbres et de la nature, ce qui constitue le principal argument de vente. Aussi, des programmes d’afforestation sont engagés, ailleurs dans la métropole. D’autres éléments vont dans ce sens sur le papier : la construction de cités « écologiques », comme le Köy au sud de Zekeriyaköy, et l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement dans les nouveaux bâtiments devraient conduire à moins d’externalités négatives. Néanmoins, la qualité de ces cités « écologiques » n’est pas au rendez-vous et les capacités écologiques restent inexploitées : par exemple, les panneaux solaires qui ne sont pas branchés aux réseaux électriques des « éco-quartiers » (comme notamment le Meridien à Ataşehir) ne servent à rien. Les plantations d’arbres en ligne dans les zones d’afforestation posent également la question d’une régénération effective d’un écosystème viable. Le filtre à air forestier d’Istanbul fonctionnerait encore, mais à un moindre régime.

Vue de Zekeriyaköy depuis le projet Köy (V.Letourneur, 2016)

Ce sont donc deux ambitions politiques qui s’opposent dans ce débat. L’AKP n’est pas désintéressé de l’environnement, mais pour le parti, il s’apparente plutôt à un outil de promotion au service du développement économique du pays, qui lui est prioritaire. Mais c’est un point de vue incompatible avec un développement durable qui met sur un pied d’égalité les intérêts sociaux, environnementaux et économiques, et dont les associations environnementales sont partisanes. Pour autant, il est difficile de spéculer sur la disparition totale des forêts. On peut s’interroger sur la capacité d’une « urbanisation écologique » à maintenir une continuité des services écologiques, ou sur les aptitudes des programmes d’afforestation à fournir ces mêmes services. Les procédés de protection de l’environnement sont peut-être inefficaces, seulement, les forêts sont nécessaires à la ville, qu’il ne convient pas de faire disparaître.

 

Pour aller plus loin :

Melé, P. (2005). Conflits patrimoniaux et régulation urbaine. ESO Travaux et Documents, (23), 51‑57.

Montabone, B., & Morvan, Y. (2011). Istanbul : la carte du troisième pont sur le Bosphore. Revue électronique des sciences humaines et sociales.

Morvan, Y. & Logie, S. (2014). Istanbul 2023, Paris, Éditions B2, Collection Territoires.

Offner, J.-M, (1993). Les « effets structurants » du transport : mythe politique, mystification scientifique. Espace géographique, tome 22, n°3, p233-242.

Pérouse, J.-F. (2008). “Mülk Allah’indir (‘This house is God’s property’) : legitimizing land property in the suburbs of Istanbul”, EUI-Robert Schuman Centre for Advanced Studies—Mediterranean Program Series, 2008, European University Institute, Florence, Italy – Robert Schuman Centre for Advanced Studies.

Pérouse, J.-F. (2010). 1: Istanbul, entre Paris et Dubaï: mise en conformité «internationale», nettoyage et résistances. La Découverte.

Pérouse, J.-F. (2011), l’impératif du développement durable à Istanbul : une domestication contrariée, partielle et opportuniste, Expérimenter la « ville durable » au sud de la Méditerranée. Chercheurs et professionnels en dialogue, p55-83.

Petit, C. (2009). Transformation urbaine, mobilisation collectives et processus de politisation, le cas du projet de rénovation urbaine de Basibüyük (Istanbul), mémoire de recherche master 2 « politiques européennes »,247p

Petit, C. (2011). Engagement militant et politisation des mobilisations au sein des oppositions urbaines à Istanbul. EchoGéo, (16).

Rapport de l’IMECE, Sermaye ile Istanbul Arasinda. 3. Rant köprüsü (2011), IMECE, 45 p.

Rapport de la TMMOB, 3. Köprü Projesi Degerlendirme Raporu (2010), TMMOB, www.spoiste.org, 62 p.

TMMOB İstanbul İl Koordinasyon Kurulu 3.Havalimanı Teknik Raporu, (2014).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *