Ayvansaray, transition parasismique

Aujourd’hui, dans notre rubrique « Billets de nos jeunes chercheur.e.s », Léa Cavelier et Clémence Fénières, étudiantes à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette, nous résument leur projet de fin d’études intitulé « Ayvansaray, une identité en péril – Transition parasismique ». Ce projet de fin d’études, encadré par Eric Daniel-Lacombe, Xavier Bonnaud et Yannick Gourvil, a été réalisé dans le cadre du séminaire « Milieux habités – Construire l’urbanité dans une zone exposée à des risques naturels ». 

Entre 15 et 20 millions d’habitants, c’est l’estimation large de la population d’Istanbul, qui accueille désormais, en plus des migrations internes depuis des décennies, des migrations externes dues à la fragilité politique des voisins de la Turquie, qui fait tampon avec l’Europe.

La ville est située à 30km de la faille nord-anatolienne qui s’ouvre d’est en ouest. En 1999, le tremblement de terre d’Izmit a fortement marqué les esprits et engagé les acteurs publics turcs dans une politique de prévention à grande échelle, l’occurrence d’un séisme dans les prochaines années étant désormais un fait acquis. Mais comment protéger une ville en pleine expansion d’un risque sismique lorsque celle-ci présente un tissu dont la qualité de construction est très variable ?

La question d’une transition parasismique à Istanbul souligne immédiatement une particularité du tissu stambouliote : le caractère informel de 65% de ses constructions1. Le XXe siècle, qui commence par un démantèlement du territoire ottoman, verra ensuite une rapide industrialisation se produire en Turquie des années 50 à 80, allant de pair avec une forte migration interne et une expansion urbaine non contrôlée.

Cette spécificité urbanistique et économique rend difficilement applicable les recommandations parasismiques habituelles. Le gouvernement turc ne se désintéresse cependant pas pour autant du risque sismique.

C’est ainsi qu’en 2008 est promulguée la loi « Disaster »2, donnant aux instances gouvernementales turques – soit TOKI, administration du développement du logement – un grand pouvoir d’action par la priorité qu’elles acquièrent ainsi sur les territoires soumis au risque sismique, c’est-à-dire 92% du sol turc. Il est difficile de ne pas y voir une main mise sur les terrains privés, légitimée par un prétexte sismique qui n’est pas pour autant garant d’une architecture sécurisée pour tous.

Le renouvellement urbain en cours à Istanbul, mû par l’horizon médiatique du centenaire de la république turque, « vision 2023 », laisse apercevoir derrière la volonté d’une modernité clinquante, l’autoritarisme des politiques urbaines menées par le biais de mesures hygiénistes, qui visent la santé du parc immobilier. Ces dernières s’appuient malheureusement également sur des critères sociaux, voire religieux, et l’ampleur de la politique de tabula rasa est telle qu’elle entraîne à la fois la délocalisation de populations, de phénomènes culturels, mais aussi la défiguration d’un patrimoine architectural inscrit à la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco.. En témoigne l’expulsion de Sulukule, qui cristallise l’usage du prétexte de la reconstruction sismique pour procéder à une disparition typologique mais aussi à un déracinement social et culturel, dans le plus vieux quartier tsigane de la ville3.

Le quartier d’Ayvansaray : quel potentiel d’intervention ?

La problématique principale de ce projet de fin d’étude est la recherche d’un procédé permettant la sécurisation sismique du tissu stambouliote, sans participer de cette politique de reconstruction totale. Parce qu’elle nécessite des investissements importants, elle entraîne en effet une gentrification qui sonne comme une double condamnation pour les populations déplacées dans des constructions qui présentent une qualité architecturale et constructive moindre.

Le projet présenté ici s’inscrit dans la recherche d’une alternative à cette stratégie urbaine, en visant un processus de transition vers une ville parasismique qui n’impliquerait pas la perte d’une identité culturelle et urbaine. Pour en illustrer le phasage, nous avons choisi le quartier vernaculaire d’Ayvansaray, situé dans la péninsule historique, sur la Corne d’Or et adossé à la muraille historique de Théodose II. L’analyse urbaine et le croisement de données sismiques et sociales ont mis en exergue les caractéristiques de ce site, que le potentiel de régénération, ainsi que les qualités foncières, rendent très convoité, et menacé d’expulsion. Ayvansaray offre en effet une perspective plongeante vers le littoral de la Corne d’Or, mais présente un tissu inégalement dense et décent.

Afin de limiter l’impact social de notre intervention, celle-ci est vouée à s’immiscer dans les délaissés urbains du site, pour annoncer le futur d’un paysage parasismique tout en conservant les qualités spatiales et les usages qui font vie aujourd’hui.

L’importance du seuil : richesse des usages du quartier d’Ayvansaray – L.Cavelier, C.Fénières – 2016

La complexité de cette hypothèse et l’absence de références adéquates ont orienté notre travail vers une recherche expérimentale, dans la méthode d’analyse d’une part, et dans la formulation du projet d’autre part. Tout d’abord, peu de données sont disponibles concernant le risque sismique par district. Il a donc fallu croiser des données, recueillies auprès de l’Observatoire, lors d’entretiens ou de la visite du site. Les prescriptions de l’AKOM sont devenues le prisme de notre étude, servant de base au dessein d’une sécurisation du quartier à l’impact malgré tout limité.

Comme l’ensemble des habitations ne peut être sécurisé sans être remplacé, et qu’il serait trop long et coûteux d’effectuer un sondage, l’évacuation est apparue comme problématique primordiale. La possibilité de circuler en temps de séisme, soulèvent la question des axes d’intervention, puisque la sécurisation de la population est directement conditionnée par la qualité sismique des constructions adjacentes.

L’élaboration de la réponse architecturale a reposé sur l’étude et la représentation de l’encombrement de la rue, déterminé par la densité des bâtiments attenants, ainsi que leur hauteur. Cette donnée a permis la définition des zones les plus à risques, instituant un phasage d’intervention, au cours duquel le parcours se déroule à travers la succession de plusieurs échelles et typologies, de l’intimité d’un logement parasismique jusqu’à la place publique.

Le parcours d’urgence comme support du lien social

Si l’intention première du projet réside dans la conception d’un parcours d’urgence, permettant l’évacuation et la réintégration du quartier en temps de risque, celui-ci est voué à fonctionner au quotidien. Il prône une volonté de valorisation et d’enrichissement de l’usage de la rue comme espace public partagé, usage qui préexiste aujourd’hui à Ayvansaray.

Pour chaque nouvel immeuble construit, une enveloppe structurelle abrite les logements parasismiques dont seules les gaines et les séquences d’entrée sont engagées pour offrir une adaptabilité de l’aménagement. Une structure métallique légère et désolidarisée accueille la circulation commune et des coursives qui desservent les logements. Ce principe permet de recréer un réseau de rues secondaires, les coursives deviennent de nouveaux seuils appropriables, dans le souci de préserver la présence d’un espace extérieur commun comme socle du renforcement social.

Le parcours à travers des espaces partagés se prolonge dans la qualification de nouvelles placettes. Elles combinent la valorisation et l’aménagement de respirations dans un tissu très dense avec l’installation de petits équipements.

Puisqu’il est impossible de sécuriser tous les bâtiments du quartier, le projet vise à permettre l’évacuation et la vie dans le quartier à court terme, et ainsi de préserver les vies humaines, tout en laissant s’effondrer les habitations vétustes lors du séisme.

Le parcours d’évacuation est destiné à être le témoin du quartier passé, en conservant la géométrie d’implantation des îlots et le tracé de la voirie. Les nouvelles typologies fournissent une base aux usages antérieurs. Les équipements installés sur les placettes deviendront le support de la consolidation sociale préexistante dans le tissu non parasismique, grâce à des programmes mixtes – médiathèque associative, petite restauration, centre de soins.

Le parcours d’urgence : une traversée dans les interstices requalifiés – L.Cavelier, C.Fénières – 2016

Impulser le renouvellement urbain : quel futur après le séisme ?

Le site présente une seconde zone d’intervention, sans parcellaire et peu qualifiée qui laissera un grand vide après catastrophe. Le parti pris est de le valoriser par une place urbaine, typologie inexistante dans la péninsule historique et qui questionne l’importance de l’espace public à Istanbul.

Tout en permettant l’évacuation vers le littoral, cette place est vouée à accueillir des équipements civils dont le rayonnement dépasse l’échelle du quartier, et ainsi proposer une alternative aux espaces clos ou semis clos entourant les édifices religieux, qui constituent la grande majorité des espaces publics de Fatih.

La place ouverte sur la ville – L.Cavelier, C.Fénières – 2016

 

Ce projet tente ainsi de dessiner le nouveau paysage d’Ayvansaray, alliant tradition des usages et modernité parasismique. Il soulève cependant des nombreuses questions, tant dans sa concrétisation que dans son essence.

Le phasage d’une intervention de « piquetage » dans le tissu existant nécessiterait en effet une grande finesse dans le montage financier du projet, afin de gérer au mieux expropriations et relogement des populations, sans pour autant garantir la « prise » du projet, qui comme un membre greffé, serait susceptible d’être trop étranger pour être absorbé par le quartier.

Ce type d’intervention exigerait un travail social local très poussé, et la dynamique bottom-up questionne notamment les matériaux et méthodes de constructions proposées, et surtout leur coût.

L’aspect financier est primordial car il détermine le potentiel de concrétisation de ce projet, et surtout les acteurs capables de l’assumer.

Le projet architectural, lorsqu’il fait face à ce genre de dilemme, se doit de digérer les enjeux sociaux mais aussi économiques, parfois antagonistes. Il s’agit de proposer une solution qui garantit la possibilité de l’intervention et de la concrétisation des objectifs. Ce projet se veut être  une réponse au risque sismique qui évite la disparition totale de l’identité culturelle des ces quartiers menacés, mais qui constitue également une satisfaction alternative crédible du besoin de régénération urbaine, qui semblent aujourd’hui justifier le traitement radical pratiqué par TOKI.

 

NOTES :

1. Le caractère informel peut être défini ainsi :

«(…) les gecekondu sont souvent de plus en plus assimilés aux simples constructions illégales qui sont monnaie courante en Turquie. Des distinctions sont donc à apporter entre les différents types de constructions illégales et autres auto-constructions. Ce peuvent être des constructions sans autorisation officielle, sans respect des normes prévalant, ou sur un terrain indûment accaparé ; si tous ces types de constructions sont pris en compte, 65% des logements de la ville en font partie. Donc construction illégale ne veut pas forcément dire «logement du pauvre». Marie Texeire, « Bilan critique des politiques de logement social à Istanbul », OUI

 

2. Loi n° 6306 dite « Loi sur la transformation des zones exposées à des risques » datant de 2012

« En effet, fin mai 2012 a été adoptée une loi qui, au nom du risque sismique, est destinée à rendre possible la généralisation des opérations de transformation, sur une vaste échelle [4][4] Loi n° 6306 dite « Loi sur la transformation des zones…. Avec cette loi placée sous le signe de l’urgence vitale, c’est plus de la moitié du parc de bâtiments d’Istanbul qui est vouée à disparaître. Le chantier annoncé est gigantesque.»

Pérouse Jean-François, « Istanbul, du « seuil de la félicité brisé » à la mégapole internationale », Confluences Méditerranée 4/2012 (N° 83) , p. 11-18.

3. Johnson, Cassidy et ADANALI Yasar, 13-Forced evictions in Istanbul. In Istanbul, Living in voluntary and involuntary exclusion, Diwan, 2009 par Tansel Korkmaz, Eda Ünlü-Yücesoy with Yaşar Adanalı, Can Altay and Philipp Misselwitz, p.24

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

Politique et gestion de l’espace public à Istanbul

Gülçin Erdi Lelandais, « Les politiques urbaines en Turquie : entre conservatisme néolibéral et autoritarisme », Métropolitiques, 20 juin 2016.

Usages et richesses des gecekondu

CANKAT Aysegül, « Au tournant de l’expérience. Interroger ce qui se construit, partager ce qui nous arrive :  expérimenter, situer », 12-13 mars 2016,  Conférence internationale architecture et philosophie,  Cité de l’Architecture et du Patrimoine, sur une initiative du laboratoire Gerphau.

Étude et ébauche de projet de réhabilition des quartiers de Fener et Balat

STOQUART Rémi, « Projet de réhabilitation des quartiers de Balat et de Fener (péninsule historique d’Istanbul) : Diagnostic et premières orientations opérationnelles », Rapport intermédiaire, décembre 1997, étude financée par la Commission Européenne et exécutée par le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO avec le soutien de l’IFEA et de la mairie de Fatih.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *