Excursion urbaine du 18/1/2018 – tronçon n°1 de KMO : Başakşehir/Esenler

Introduction

Pour revenir sur les objectifs de ce nouveau cycle d’excursions urbaines, nous vous invitons à lire son programme (https://oui.hypotheses.org/4211). Nous étions 12 participants pour parcourir les environs du premier tronçon de Kuzey Marmara Otoyolu (KMO). Longue de 9,5 km, cette première partie de l’infrastructure routière s’étend de l’échangeur au Sud – qui se divise entre la zone industrielle d’İtikelli, la zone de commerce de gros İstoç et le centre commercial Mall of Istanbul – jusqu’à l’échangeur situé au nord du récent stade de foot de Başakşehir. La carte 1 illustre notre itinéraire. Partis depuis le métro İstoç, nous avions pour mission de rejoindre l’échangeur nord. Visiblement trop ambitieux quand nous sommes un piéton circulant entre les rocades et les routes aux étroits – voire inexistants – trottoirs, avec des conditions climatiques difficiles qui rendent le territoire plus inhospitalier qu’il ne l’est, nous avons achevé notre parcours à : Metrokent…

Carte 1 : Itinéraire de l’excursion. Données : Google Earth 2018.

1. 2000 – 2017 : les mutations urbaines avant l’arrivée du tronçon KMO

Avant de retracer nos découvertes actuelles du territoire, revenons sur les mutations urbaines survenues le long de ce premier tronçon grâce au fond cartographique de l’OUI et des images satellites de Google Earth (cartes 2). Le tronçon est à cheval entre deux arrondissements. La partie ouest, urbanisée, est située dans l’arrondissement de Başakşehir. Du côté est se trouve un terrain militaire situé dans l’arrondissement d’Esenler, ce qui explique que cette partie du tronçon soit restée quasiment inchangée. Cependant, et nous y reviendrons, certaines parties de cette zone militaire ont été ouvertes à l’urbanisme. En 2000, la route Başakşehir 4. Etap Yolu, parallèle au tronçon à l’Ouest, n’est pas encore construite. Elle apparaît sur la carte de 2009 puisqu’elle dessert les zones résidentielles achevées à cette date. Le projet résidentiel Oyakkent est en construction, tout comme le parc Sular Vadisi qui ouvre en 2011.

Carte 2 : évolutions territoriales 2000 – 2018. Sources : fond cartographique de l’OUI et Google Earth.

Evoquons aussi le centre commercial Mall of Istanbul. Surplombant la rocade, il ne nous a pas quitté des yeux lorsque nous avons contourné pendant 45 bonnes minutes l’échangeur avant de trouver chemin. Sur la carte de 2000, à l’emplacement du futur mall, d’une superficie de 123.000m2, apparaissent très clairement les zones d’habitats individuels. En 2007, la municipalité de Küçükçekmece (l’arrondissement de Başakşehir né avec la réforme territoriale de 2008) souhaite acquérir le foncier pour en faire une zone résidentielle et commerciale. Aziz Yeniay, le maire de la municipalité de l’époque, ne parvient pas à trouver des accords avec les propriétaires. C’est dans ce contexte que TOKİ entre jeu. Au nom de la rénovation urbaine et de l’éradication des gecekondu, TOKİ exproprie et trouve rapidement des accords avec les propriétaires. Le chantier est encore visible en 2011 et le centre commercial ouvre en mai 2014.

L’observation de ces images aériennes nous amène à constater que la partie ouest du tronçon n’a pas subi de recomposition urbaine majeure liée à KMO. En revanche, certains flancs du tronçon situés sur le terrain militaire ont été massivement « dévégétalisés ».

2. Le piéton à l’épreuve de la rocade : circulation d’İstoç à İkitelli

Nous souhaitions débuter l’excursion au commencement de KMO en nous arrêtant au métro İstoç. Sans doute fût-il une erreur de vouloir traverser la rocade pour rejoindre le flanc ouest du tronçon que nous voulions longer. L’inaccessibilité du terrain militaire ne nous laissait pas le choix. Sans surprise, le marcheur n’a pas sa place hors des sentiers battus. Mais les erreurs font parties du terrain et l’occasion de traverser la zone de grossistes d’İstoç ne se présente pas tous les jours quand nous venons du « centre ». Aziliz Pierre a étudié comment cette zone commerciale produit à la fois un espace urbain par les activités qu’elle développe et comment elle influence son environnement. Les images aériennes de 1970 et 1982 (images 1 et 2) montrent que l’espace était composé principalement de champs, dont la plupart appartenaient probablement à l’armée. D’une superficie de plus de 1 millions de m2, İstoç est le symbole de la décentralisation des activités industrielles, impulsée par le maire d’Istanbul Bedrettin Dalan (1984-1989). La création d’İstoç relève en réalité d’une anticipation des grossistes de la péninsule historique – réunis en coopérative et travaillant à l’origine à Tahtakale essentiellement – face au processus de décentralisation menée par la municipalité. Les grossistes ont ainsi négocié les terrains auprès de l’État pour créer la zone de grossistes, officiellement ouverte en 1995 et proposant divers produits (emballages, décoration d’intérieur, papeterie, matériel de bricolage, quincailleries, etc.) (Aziliz Pierre, 2011).

Image 1 : istoç en 1970. Source : İstanbul Şehir Haritası.

Image 2 : istoç en 1983. Source : İstanbul Şehir Haritası.

Sortir d’İstoç par le Sud, comme nous l’envisagions, c’est directement atterrir sur l’autoroute E80 qui comme tout périphérique n’est pas destiné au piéton. Nous rebroussons chemin pour rejoindre la rocade, mais nous nous trouvons coincés entre l’E80 et un centre de recyclage des déchets (photo 1). Nous décidons de longer İtikelli par l’Ouest pour essayer de rejoindre KMO. Nous arrivons à la sortie de terre de la rivière Ayamama[1] (photo 2) et conformément à notre objectif, nous longeons le tronçon. Les trottoirs se rétrécissant, nous décidons de longer parallèlement KMO par la route d’Eski Turgut Özal.

Photo 1 : autoroute E80. Crédit : Benoît Jacquemet, janvier 2018.

Photo 2 : sortie de la rivière Ayamama. Crédit : Nourane Gad, janvier 2018.

3. KMO entre zones résidentielles et terrain militaire

La présence d’un terrain militaire à l’Est du tronçon nous a contraint à longer KMO sur son flanc ouest. Tout au long de la route Başakşehir 4. Etap Yolu, parallèle au tronçon, KMO est surplombé par un mur de pierres et des grilles (photo 3). À en croire le relevé cadastral, la parcelle 3637, traversée par KMO, n’appartient pas au Ministère de la Défense mais a probablement fait l’objet d’un transfert à la Direction des Autoroutes. Finalement, le cadastre indique que seule la parcelle 1600 de l’ilot 1 appartient à l’armée en tant que « base de tir ».

Photo 3 : le mur de KMO. Crédit : Benoît Jacquemet, janvier 2018.

La décentralisation des terrains militaires hors des grandes agglomérations est en cours depuis la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, même si leur ouverture à l’urbanisme a commencé bien avant. Par exemple, la cité d’Oyakkent repose sur un ancien terrain militaire transféré au constructeur Oyak İnşaat situé plus au Nord. Dès 2008, le promoteur commence un chantier de 12 000 logements et pour la première fois, ceux-ci ne sont pas destinés aux militaires et à leur famille (Pérouse, 2014). C’est d’ailleurs au sein des arrondissements d’Esenler, de Başakşehir et de Tuzla, que les terrains militaires sont les plus denses. En 2016, 50,7% du foncier d’Esenler appartient à l’armée, 29,11% pour Tuzla, 16,27% pour Başakşehir alors que seulement 3,17% des terrains à Istanbul seraient utilisés par l’armée[2]. Cependant, les terrains militaires sont-ils « sous-utilisés » et « menacent-ils » la sécurité des Stambouliotes ? C’est le discours tenu par les autorités pour démilitariser ces zones. Pour autant, les terrains militaires à Istanbul semblent répondre aux besoins de l’armée. On y trouve des bâtiments dédiés à la formation, au commerce, au logement ou à la production industrielle. La présence des terrains militaires en milieu urbain est certes contestable. D’abord, ils obligent le piéton à les contourner. Si nous avions pu traverser cette zone depuis le métro İstoç, nous n’aurions pas perdu autant de temps à rejoindre KMO. Deuxièmement, les terrains militaires constituent de vraies « frontières » avec leur environnement : ils sont hautement protégés et créent un espace vide dans un tissu urbain dense. Dans un contexte de pression foncière et de manque d’espace vert, l’enjeu pour les autorités publiques sera de faire profiter de la démilitarisation de cette ressource commune au plus grand nombre.

À mi-parcours du tronçon, nous rejoignons le parc de Sula Vadisi, le principal lieu de sociabilité – avec le centre commercial Olimpa – des résidents du quartier. C’est ce qu’a relevé Ayşe Çavdar lorsque elle a décidé de vivre 6 mois sur son terrain à Başakşehir. Au milieu du parc se dresse aussi l’exemple d’un centre commercial désormais vacant. La plupart des résidences de Başakşehir ont été construites à partir de 1994 par l’entreprise de construction de la Municipalité du Grand Istanbul, KİPTAŞ. À l’époque Recep Tayyip Erdoğan est le maire d’Istanbul et souhaite faire de Başakşehir une ville de « l’Ordre Juste » pour « refonder Istanbul, hors d’Istanbul, loin des miasmes et des comportements déviants » (Pérouse, 2014, p85). Les recherches d’Ayşe Çavdar l’ont ainsi conduite à affirmer que c’était un territoire ciblé par les classes moyennes conservatrices d’Istanbul : « the development of Başakşehir illustrates the role of political contestation between religious and secular actors in the identity formation of urban space. This contestation led to Başakşehir being stigmatized as a religious residential space built for conservative families[3] » (Çavdar, 2016, p10). (photo 4).

Photo 4 : Sular Vadisi Parkı. Crédit : Nourane Gad, janvier 2018.

4. Vers un nouveau centre sportif et culturel au nord du tronçon

Notre but était de rejoindre l’échangeur au nord du tronçon, ou du moins, le stade Fatih Terim. À défaut de nous y être rendus, nous voudrions étudier en quoi l’arrivée de KMO sur ce territoire aurait engagé la mise en œuvre d’un ambitieux projet sportif et culturel.

Le stade Fatih Terim et le complexe sportif dédié au football véhiculent une certaine vision de la société en accord avec « l’Ordre Juste » prôné dans les quartiers résidentiels de Başakşehir. En mai 2017, les réalisateurs de l’émission Envoyé spécial ont mené une enquête, « Erdoğan, le Dieu du stade », et se sont intéressés à l’équipe de football Istanbul Başakşehir Belediyesi, installée dans le complexe à son ouverture en 2014. D’une valeur de 40 millions d’euros, ce centre ultra moderne dispose de salles de prières pour les joueurs, qu’ils soient chrétiens, juifs ou musulmans. Les slogans « Tek Vatan Tek Milliyet » et « Tek Bayrak Tek Devlet » arpentent les murs des salles d’entraînement. Outre l’aspect religieux, le maillot des joueurs est sponsorisé par Makro İnşaat qui réalise actuellement une série de projets résidentiels dans l’arrondissement. C’est l’entraîneur de l’équipe, Göksel Gümüşdağ, élu AKP à la Municipalité du Grand Istanbul et marié à la nièce du président, qui fait passer en 2014 cette équipe municipale en Super Ligue. Le complexe sportif dispose aussi d’un micro-musée en mémoire de l’inauguration du stade par le président. Son maillot, le numéro 12, mais aussi ses chaussures sur lesquelles est cousu son nom, sont affichés et font la fierté de l’entraîneur.

À proximité du stade, sur la parcelle 2125, est prévu la réalisation d’un campus universitaire et d’un centre culturel. Les plans d’urbanisme à l’échelle 1/5000 (nazım imar planı) et 1/1000 (uygulama imar planı) ont été révisés. Le nouveau complexe, d’une superficie de 57,8 ha, accueillera un parc de 10 ha, une bibliothèque, un hôpital, des salles de sports ouvertes et fermées, des résidences étudiantes, des salles d’exposition, une mosquée et une crèche.

Conclusion

Nous développons ici quelques pistes de réflexions suite à cette première excursion urbaine.

  • Comment les espaces urbains, ici des quartiers résidentiels et des zones industrielles, s’adaptent-ils à l’arrivée d’une infrastructure routière (pression foncière, augmentation/dévalorisation du prix de l’immobilier, modification du tissu urbain, etc.) ? Par exemple, le fait que les zones industrielles d’İstoç et İkitelli soient à présent desservies par KMO ne menace-t-il pas son avenir ? Nous pensons ici à une éventuelle délocalisation du site industriel automobile Atatürk Oto Sanayi de Maslak vers Silivri. En effet, avec l’arrivée du métro en 2013, le quartier s’est résidentialisé (Mashattan, Maslak 1453, My Home, etc.) et un projet de transformation urbaine serait prévu sur la zone industrielle[4].
  • Notre expérience de la rocade mérite que nous nous intéressions aux prochaines que nous allons rencontrer. Comment les traverser et les contourner quand nous sommes un piéton ? De quelle façon influencent-elles leur environnement ? Fracturent-elles le territoire qu’elles traversent ?
  • Les caractéristiques des flancs de ce premier tronçon variaient. Parfois surélevés, protégés de murs en pierre, de terre-plein ou de grillages, l’aménagement des bordures de KMO peut accentuer l’effet « frontière ». Nous pourrions peut-être envisager une typologie des différents aménagements des flancs de KMO.
  • De façon générale, il faut suivre les projets qui accompagnent KMO pour évaluer son influence sur le développement local et l’urbanisation. Les alentours de ce premier tronçon semblent en mutation : reconversion des terrains militaires, création d’un nouveau pôle dédié à la culture et au sport, développement résidentiel, etc.

Références

Çavdar, A. (2016), ‘’Building, marketing and living in an Islamic gated community: novel configurations of class and religion in Istanbul’’, International Journal of Urban and Regional Research, 40(3), 507-523.

Envoyé Spécial, France 2, « Erdoğan, le Dieu du stade », diffusé le 25 mai 2017, disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=vFrrQ1Ff6Hk.

Observatoire Urbain d’Istanbul (2009), « Excursion urbaine du 25 novembre 2009 : Ayamama », compte-rendu disponible sur : http://oui.hypotheses.org/203.

Observatoire Urbain d’Istanbul (2017), « L’itinéraire des projets d’immobiliers résidentiels de Maslak à Ayazağa », compte-rendu disponible sur : http://oui.hypotheses.org/4027.

Pérouse, J. F. (2014), « Başakşehir (Istanbul), la “ville-épi”: De la marge urbaine épiphénomène au modèle urbain hégémonique », in Semmoud N. (et al.) (dir.) Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, Collection « Villes et Territoires », Presses Universitaires François-Rabelais, 83-104.

Pierre, A. (2011), Développement de nouveaux quartiers urbains issus de la décentralisation en périphérie d’Istanbul : le cas du marché de gros d’İstoç, mémoire de Master 2 GAELE, sous la direction Guy Chemla, directeur de l’UFR de Géographie et Aménagement, disponible sur : http://oui.hypotheses.org/files/2011/12/memoire-Aziliz-2011.pdf.

Notes

[1] Voir le compte rendu de l’excursion urbaine sur Ayamama : http://oui.hypotheses.org/203.

[2] Sources : forum sur l’avenir des terrains militaires organisé par la Chambre des Urbanistes d’Istanbul (novembre, 2016).

[3] Le développement de Başakşehir montre le rôle de la contestation politique entre acteurs religieux et séculaires dans la formation identitaire de l’espace urbain. Cette contestation a conduit à la stigmatisation de Başakşehir en tant qu’espace résidentiel religieux pour les familles conservatrices.

[4] Voir le compte-rendu de l’excursion urbaine sur les projets résidentiels à Maslak : http://oui.hypotheses.org/4027.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *