Programme mis à jour / Séminaire « Politiques énergétiques métropolitaines: l’exemple des villes turques » : 29 et 30 mai 2012

Séminaire à l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes, co-organisé par Eric Verdeil (Université de Lyon Jean Moulin – UMR Environnement Ville Société) et Jean-François Pérouse (Université de Galatasaray et IFEA)

Date retenue : 29-30 mai (journée d’études à l’IFEA+une journée de visite de terrain)
Langue : Anglais
Financement :
Programme COOPERA 2012 (région Rhône-Alpes) – ANR TERMOS – LATTS (ENPC-Université Paris Est)

 

Argument

Le rapport Energy and Urban Innovation (2010) du World Energy Council souligne le rôle fondamental des villes dans la transition énergétique et l’emboitement de plusieurs séries d’actions, de type technologique, économique et politique (policy). Seule l’articulation entre ces différents niveaux peut déboucher sur un changement significatif des pratiques et aboutir à une limitation des émissions de GES. Alors que les technologies sur le marché se développent rapidement et permettent des progrès technologiques, il apparaît que la question des politiques et des usages sociaux constitue un enjeu majeur et justifie une contribution accrue des sciences humaines et sociales à l’analyse de la mise en œuvre de ces nouvelles politiques.

Les sciences sociales ont développé plusieurs cadres d’analyse théoriques pour penser la transition énergétique. L’un des plus influents est le multi-level model pour l’étude des transitions socio-techniques (Geels 2002) qui se concentre sur les enjeux et les paramètres de gouvernance permettant aux innovations développées dans des niches de reconfigurer les régimes techno-institutionnels (par exemple permettant le développement à grande échelle des capteurs solaires thermiques, grâce à des mesures combinant baisse des taxes, aide au crédit, etc…).

Mais ce modèle est critiqué par plusieurs auteurs (Bulkeley, 2010; Hodson et Marvin 2010). D’une part, il sous-estime le rôle des conflits entre acteurs dans le pilotage du changement socio-technique. Bulkeley montre que le changement est le fait de la reconfiguration des rapports de force économique et sociaux et est difficile à envisager au sein d’un système stable d’intérêts. Marvin et Hodson pensent que la transition énergétique, via les innovations techno-commerciales qu’elle implique, favorise un renforcement de la position dominante des métropoles. D’autre part, comme le courant d’analyse des Large technical systems l’a souligné, le changement ne peut être conceptualisé uniquement comme résultant d’initiatives d’acteurs en nombre limité (industriels, gouvernement) mais implique une multitude de changements de pratiques, à l’intérieur même des organisations. Enfin, les pratiques des acteurs ordinaires de l’urbanisme ont fréquemment tendance à subvertir les projets les mieux pensés. Ainsi, à Istanbul, l’extension du réseau de gaz naturel est freinée par la persistance de la la consommation de charbon domestique pour des raisons de clientélisme politique.

L’analyse de l’introduction de nouveaux dispositifs technologiques ne peut donc reposer uniquement sur l’optimisation des instruments de gouvernance. Elle doit combiner dans le même temps deux approches. D’une part, être attentive aux enjeux socio-économiques contradictoires dans l’organisation des politiques de maîtrise énergétique (central/local, public/privé, et conflits entre acteurs privés en compétition). Et d’autre part, il faut prêter la plus grande attention aux habitants et usagers ordinaires, à leurs habitudes culturelles, leurs arbitrages économiques, etc.

 

L’originalité des transitions énergétique dans les villes turques

Le séminaire envisage d’aborder ces questions dans le cas des grandes villes turques, dans le prolongement d’investigations menées par plusieurs équipes françaises dans d’autres contextes métropolitaines (Brésil, Chine, Afrique du Sud, monde arabe).

Les villes des pays émergents sont des lieux sensibles pour la mise en œuvre de la transition énergétique. Elles connaissent les plus fortes croissances démographiques : 15 des 27 villes de plus de 10 millions d’habitants dans le monde en 2025 seront situées en Asie. Ceci implique aussi une forte croissance de leur consommation énergétique (souvent supérieures à +10%/an) et donc des émissions de GES. Ces villes demeurent pourtant beaucoup moins étudiées que les grandes métropoles occidentales. La pauvreté des populations et les héritages énergétiques qui les caractérisent imposent de réfléchir à l’adaptation des solutions technologiques et commerciales en fonction des spécificités locales du point de vue des conditions géographiques, des choix politiques locaux (tarification, distribution) et des usages et pratiques de la population. Ces politiques énergétiques combinent une diversité de moyens d’action de nature technologique et d’échelle variées : isolation des bâtiments, énergie décentralisée (chauffage solaire thermique), nouvelles infrastructures en réseau (électricité et gaz) et permanence des énergies classiques, telles que le charbon. Ces politiques doivent être pensées en articulation.

Les villes turques forment un marché pour de nombreux groupes énergétiques internationaux, et où l’on observe diverses initiatives dans ce domaine (séminaire AFD, 2011). Mais elles restent peu étudiées. Plusieurs des enjeux ci-dessus mentionnés s’y retrouvent mais selon des configurations à préciser. Istanbul, métropole économique, constitue un nouveau marché pour des groupes locaux et étrangers développant ces nouvelles technologies où elles peuvent trouver une clientèle solvable. A Gaziantep, la municipalité semble s’engager dans une politique innovante de maîtrise de l’énergie (transports, chauffage).

 

Objectifs du séminaire

L’objectif du séminaire n’est pas de présenter des travaux achevés mais plutôt de susciter la discussion sur des problématiques émergentes, en identifiant des convergences qui pourraient constituer des thèmes de recherche future à construire en coopération. En fonction des réponses des participants, les présentations pourront prendre la forme de table ronde plutôt que d’exposés formalisés classiques.

Plusieurs grandes questions sont proposées pour cadrer (de manière non limitative) les réflexions des participants. Le séminaire vise d’abord à identifier des éléments de repères sur les politiques énergétique métropolitaines turques, notamment en relation avec la politique énergétique menée par l’Etat turc en lien avec des contraintes géopolitiques structurantes (dépendance énergétique aux hydrocarbures et valorisation des ressources nationales – hydroélectricité et éolien). La fiscalité de l’énergie est un bon observatoire de la réalité des incitations de l’Etat turc à la transition énergétique : jusqu’à quel point ce dernier trouve-t-il un intérêt à une réduction de la consommation qui le priverait de revenus? Il s’agira aussi d’analyser l’émergence de politiques énergétiques dans les grandes villes turques en lien avec le contexte de décentralisation et la mise en place d’autres politiques publiques urbaines, notamment en lien avec le thème du développement durable (question de la pollution de l’air). On pense ici au cas de Gaziantep ou d’Istanbul. Dans les différents cas, les nouvelles politiques énergétiques posent la question de la libéralisation et de la montée en puissance d’acteurs privés (nationaux ou internationaux) dans ce secteur. En arrière-plan, ceci pose la question de l’articulation entre la dimension écologique, devenue nouveau secteur prometteur de forte croissance, et la dimension sociale, ces innovations n’étant pas accessibles à tous. D’un point de vue méthodologique, cela conduit à chercher à identifier dans chaque situation les modalités de construction de la question énergétique en problème public local, en identifiant les paramètres nationaux et locaux des politiques énergétiques.

Il faudrait ensuite chercher à vérifier la constitution d’une gouvernance énergétique urbaine, liant acteurs publics centraux et locaux, le secteur privé local et les opérateurs énergétiques ainsi que la population et ses représentants. Il s’agira notamment de cerner comment les acteurs dominants conceptualisent la question énergétique à l’échelle métropolitaine : enjeu d’innovation technologique et donc de croissance pour le secteur privé, nouvelles logiques de consommation susceptible de produire un nouveau marché lié à l’émergence des classes moyennes (par exemple, privatisation du gaz naturel). Inversement, divers exemples, comme la persistance du charbon, conduise à interroger les usages des habitants et à les relire à la lumière des enjeux de la mobilisation politique locale.

Enfin, il faut s’attacher aussi aux inégalités d’accès aux différentes formes d’énergie, à travers une analyse du développement des réseaux énergétiques, et des nouveaux dispositifs d’efficacité énergétique ou décentralisés, ainsi qu’à travers une étude des enjeux économiques et sociaux (tarifications, stratégies de distribution et pratiques de consommation) en fonction des différents groupes sociaux et formes d’habitat. Il s’agira notamment de mesurer l’impact des nouvelles technologies sur les pratiques énergétiques, auprès des politiques, des professionnels et des usagers.

 .

Programme

 9:30
Dr. Nora Seni, director of IFEA : Welcome Adress – mot de bienvenue (à confirmer)
Dr. Eric Verdeil, CNRS, EVS, Lyon University : Introduction : Metropolitan energy policies as an emerging research question
Dr. Dominique Lorrain, CNRS, ENPC Paris Est University, Chaire Ville, Shanghai and its infrastructure : a learning process

11:15
Coffee Break

11:45
Dr. Jean-François Pérouse, Toulouse-II University/Galatasaray U. : The invention of a new energy governance in Turkish Cities : constraints, stakeholders and initiatives.

12:45-14:30 Break
Lunch at IFEA is offered to all attendees

14:30 Elvan Arik, Institut d’urbanisme, Lyon University : Energy policies and access to networked infrastructure in Istanbul. The case of naturel gas.
Dr. Murat Güvenç, Center of Urban research, Şehir Univerisity : Intrametropolitan Mobilty and Population Decentralization in Istanbul: an Overview on Recent Trends
Dr. Benoît Fliche, CNRS-IFEA : Domestic heating practices and energy transition in Turkish cities

16:45
Final discussion

 

Participation

Les chercheurs intéressés peuvent s’adresser à :
Jean-François Pérouse (jeanfrancoisperouse@gmail.com)
ou Eric Verdeil (eric.verdeil@normalesup.org) avant le 15 avril.

L’assistance est libre mais pour des raisons logistiques, merci de prévenir les organisateurs.

 

Documents téléchargeables

Programme au format pdf

Texte de présentation au format Word : cliquez ici

Presentation in english : here


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *