Bosphorus city, en mai 2012

Rédigé par Marie GLOOR et Helin KARAMAN

Après une visite des abords du stade olympique Atatürk, à Başakşehir, nous passons le TEM à pied, et partons, via Yarımburgaz, à l’assaut de Bosphorus City, dans l’arrondissement de Küçükçekmece.

Juste après la pause de midi, le quartier de Yarımburgaz, situé au sud de la bretelle d’autoroute précédant le lac Küçükçekmece, se vide de ses ouvriers. Ses rues deviennent le territoire des enfants, que nous trouvons agglutinés devant l’animation organisée pour l’inauguration d’une superette, et des vieilles femmes, occupées à nettoyer la laine des paillasses. C’est en arrivant au point culminant de ce quartier que nous apercevons enfin la gated community qui trône sur la colline située face au versant est. A ses côtés, se trouvent un hôpital pour enfants et des immeubles TOKI qui logent des militaires. Les hautes tours et le luxe  ostentatoire de Bosphorus City contrastent fortement avec les habitations basses de ce versant de Yarımburgaz et les usines textiles qui le surmontent.

L’hôpital Kanuni Sultan Süleyman (à gauche) et les immeubles TOKI (à droite), vus du quartier de Yarımburgaz


Un habitant du quartier qui travaille comme agent de sécurité à Bosphorus City nous indique comment descendre pour atteindre notre objectif, l’artère routière  et le canal qui la longe formant un réel fossé entre Yarımburgaz et ses nouveaux voisins. L’homme nous explique qu’avant la construction de Bosphorus City, il n’y avait rien, et encore aujourd’hui, le complexe est construit devant un immense espace vide, qui servira peut-être à son extension.

Une des rues descendant de Yarımburgaz vers l'hôpital et Bosphorus City

Tours de l'ensemble TOKİ et de Bosphorus City (vues de la rue Kuruçeşme)

A l’entrée de Bosphorus City, un nouvel obstacle nous attend : les agents de sécurité, avec qui il faut négocier afin de pouvoir pénétrer à l’intérieur. Une fois entrés, nous nous baladons entre des tours, des immeubles bas imitant l’architecture des konak et yalı (maisons ottomanes en bois) et quelques maisons individuelles.

Bosphorus City, par son entrée ouest (porte D)

Au cœur du quartier coule un Bosphore canalisé, que l’on peut traverser grâce à une reproduction du pont du Bosphore. Un peu plus loin, sur le rivage, nous apercevons la mosquée d’Ortaköy, en travaux. Nous n’avons malheureusement pas la chance de voir la tour de Galata, pourtant promise sur les plaquettes de promotion.

Passerelle imitant le pont du Bosphore

Ainsi certains éléments du glorieux passé d’Istanbul sont-ils repris afin de donner une identité spécifique à ce lieu, mais tant de projets d’aménagement aujourd’hui à Istanbul font appel à ces références symboliques que l’on peut se demander quelle particularité ils confèrent à cette résidence fermée qui semble vouloir se démarquer du reste de la ville.

Tours modernes, pseudo-konak, terrasses de café et piscines de part et d’autre du bassin


Beaucoup d’interrogations nous viennent à l’esprit et nous nous renseignons auprès d’un jardinier, qui nous raconte qu’il vit dans le quartier par lequel nous sommes arrivés, que nous voyons d’ailleurs parfaitement depuis Bosphorus City. Selon lui, la moitié des logements sont vides. L’autre moitié est occupée en grande partie par des étrangers, qui n’y vivent que ponctuellement : des Azéris, des Afghans, des Syriens, des Iraniens, des Irakiens, mais aussi des Allemands, des Français ou encore des Japonais et des Chinois. Concernant les prix immobiliers, le jardinier évoque des loyers entre 1500 et 3000 TL par mois pour les appartements (entre 6 et 12 fois son loyer à Yarımburgaz), l’achat d’une maison individuelle, quant à lui, pouvant s’élever jusqu’à trois millions de TL.

Des cheminements piétonniers bien délimités

 

L’identification et la sélection à l’entrée, les murs extérieurs ponctués de caméras de surveillance, la “disneylandisation” des symboles touristiques d’Istanbul, les règlements intérieurs sur les aires de jeux pour enfants : tout concourt à faire de Bosphorus City un lieu aseptisé, où  domine l’impression qu’aucun imprévu ne peut venir perturber ce quartier qui se veut paisible et moderne. Les espaces ouverts sont sur-aménagés : cheminements piétonniers bien délimités, tonnelles fleuries, revêtement caoutchouteux des aires de jeux et du pont. Les détails et ornementations des bâtiments semblent très travaillés: en témoignent les parterres de fleurs, les gammes de couleurs et de matériaux, les pavements extérieurs devant les halls d’immeubles, etc. Ces pavements reprennent un motif romain et sont reproduits devant chaque immeuble de petit collectif. Cette régularité se décline à plusieurs échelles, elle fait, par exemple, écho à la standardisation des trois grands types de logements présents. Dans la partie que nous avons visitée, chaque maison individuelle et chaque immeuble bas présente une grande similarité, seul le type de la tour se décline en plusieurs modèles. Même les niches attendant les chiens des futurs occupants sont identiques.

 

Déclinaison du même type de tours


Les habitants de Bosphorus City ont ainsi les avantages de la ville moderne (un centre commercial, des cafés avec des terrasses au bord de l’eau et tous les autres services, notamment sportifs, nécessaires à une vie confortable) sans ses inconvénients (le sentiment d’insécurité, les rencontres impromptues ou la congestion automobile). Pourquoi aller à Istanbul quand Istanbul vient à vous ?

Derrière Bosphorus City: Yarımburgaz

Nous sortons par le haut du quartier. Face à nous, le haut de la colline, vert, non urbanisé. A notre gauche, des militaires armés qui gardent l’entrée des logements TOKI. Après eux, l’hôpital pour enfants, devant lequel se trouvent les terminus des bus reliant le nouveau quartier au métro à Essenler et à Zeytinburnu, au metrobus à Sefaköy et à Bakirköy, via Küçükçekmece. Grâce aux voyageurs qui patientent, dont beaucoup de familles avec enfants, d’allure modeste, la rue est animée, ce qui change du calme qui régnait dans Bosphorus City.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *