ElectrOUI num 1 – 30/11/2000

L’OUI informe ”

  • -La première séance du séminaire “ Acteurs sociaux et politiques d’Istanbul ” s’est tenue comme convenu le 2 novembre 2000. Nous remercions Mr Ahmet Turan Altıner pour son brillant et convaincant exposé qui nous a permis de comprendre la nécessité et les difficultés d’une organisation de la gestion des catastrophes à l’échelle du quartier. Pour tous ceux qui souhaiteraient se renseigner auprès du responsable de la coopérative de service “ Gestion des Catastrophes à l’échelle du quartier ” (MAY), consulter le site www.doings.org , écrire (en anglais ou en turc) à altıner@bnet.net.tr ou téléphoner au 0212 239 88 74.
  • -Prochaine séance du séminaire “ Acteurs sociaux et politiques d’Istanbul ”, le jeudi 7 décembre 2000, à 17h30, avec le responsable du “ Centre des Enfants de Beyoğlu ”, Mr KARATAY, sur la question des enfants travaillant dans la rue à Istanbul.
  • -Prochaine visite : le mercredi 29 novembre 2000, à Merter, dans l’arrondissement de Güngören, afin d’observer l’émergence de ce nouveau centre du textile à Istanbul, sur le métro léger et aérien, à proximité du périphérique E-5. Rendez-vous à l’entrée de l’IFEA à 9 heures.
  • -Du 22 au 24 novembre 2000 se tient à Cannes un colloque sur “ Les enjeux de la métropolisation dans le monde arabe et méditerranéen ”, organisé par le CMMC (responsable Mr Escallier : escallie@unice.fr et site internet : www.unice.fr/cmmc/ ). L’OUI y sera représenté avec une communication intitulée : “ Istanbul : une métropole méditerranéenne ? Critique d’un lieu commun tenace”.
  • -L’école doctorale “ MAE-Réseau des Observatoires Urbains du pourtour de la Méditerranée ” sur “ L’analyse des mobilités et migrations dans les grandes métropoles ”, organisée par l’OUI, aura probablement lieu (si le budget prévu à cet effet est débloqué) à Istanbul la semaine du 28 mai au 1er juin 2001. Pour tout renseignement contactez : ouistanbul@hotmail.com Un appel à participation sera très bientôt disponible, à l’adresse de doctorants et d’enseignants-chercheurs participants.

Dans le même cadre, rappelons qu’une école doctorale, organisée par l’Observatoire du Caire Contemporain et consacrée aux quartiers irréguliers et à leur devenir se tiendra au Caire du 14 au 18 décembre 2000.

Calendrier : événements à signaler

On signalera ici trois expositions photographiques en cours à Istanbul.

  • -La première –de prime abord plus “ grand public ” que les deux autres- se tient du 26 octobre au 26 novembre 2000 dans le magnifique complexe de l’hôtel des monnaies (Darphane-i Amire), près du Palais de Topkapı (Darphane qui devrait être transformé, sous les auspices de la Tarih Vakfı, en “ Musée d’Istanbul ”). Ouverte à l’occasion du 77ème anniversaire de la création de la République turque, elle est intitulée “ Bak Bir Varmış Bir Yokmuş/İmparatorluk’tan Cumhuriyet’e İstanbul ” (“ Vois, Il était une fois Istanbul, de l’Empire à la République…  ”. Il s’agit de photos parues dans le National Geographic entre le début du XXème siècle et les années 1970 (quelques photos de 1993 sont aussi exposées). Il existe une relation spécifique entre Istanbul et la célèbre revue américaine : en effet, un des responsables du National Geographic, Grosvernor, a vécu à Istanbul, son père ayant été enseignant au Robert College.

On a apprécié la mise en regard de photos d’un même lieu ou d’activités analogues, prises à des dates très différentes. Ce parti pris permet de saisir les spectaculaires transformations encourues, parfois en l’espace de vingt ou trente ans. De même, les textes et tableaux qui accompagnent les photos –sur la question des transports et de l’environnement notamment- sont des incitations à la vigilance du spectateur, et non pas seulement des invitations à une nostalgie plaintive. Quelques photos sont admirables : une photo du début des années 1970, montrant la construction du pont sur le Bosphore et le développement concomitant de gecekondu dans les parages du chantier ; une autre, des années 1970 encore, d’un gecekondu situé en dessous de l’hôtel Hilton dominateur et rigidement arrogant. En outre, les photos du littoral et du Bosphore, avant l’urbanisation et l’ouverture de routes littorales sont des plus éloquentes.

Enfin, si nous sommes mis en présence d’un “ regard américain ” sur Istanbul, à tendances parfois orientalisantes –celui-ci a le mérite d’être cohérent et assumé.

Téléphone : 0212 513 50 82. Le catalogue des 180 photos (et 247 pages) environ vaut la peine, publié avec le soutien de la İş Bankası.(Türkiye İş Bankası Kültür Yayınları).

  • -La deuxième est une exposition “ de rue ”, donnée à voir à tous les passants, qui se déploie dans l’avenue de l’İstiklâl, entre le tunnel et la Yapı Kredi Bankası (Banque organisatrice de l’événement). Elle est intitulée “1870 Beyoğlu 2000. Monographie d’une légende” (Bir Efsanenin Monografisi) et est constituée de panneaux accrochés aux poteaux d’éclairage en bord d’avenue. C’est une exposition à prétentions pédagogiques, qui permet aux usagers de l’Istiklâl de mieux connaître un certain passé de l’avenue qu’ils fréquentent. En effet, chacun des panneaux raconte un moment de l’histoire “ culturelle ” du bâtiment, de l’institution ou de la rue près duquel il se trouve. Les citations littéraires illustrant le passé abondent (certaines d’Enis BATUR lui- même… ). Cette exposition participe donc du mouvement d’exploration d’un passé urbain mal connu : l’accent mis sur le cosmopolitisme de Pera à la fin du XIXème siècle, présenté comme l’âge d’or du “ petit Paris d’Orient ”, repose sur un point de vue qui pourrait être discuté. Un beau catalogue est en vente à la boutique du Yapı Kredi. Cependant, on voit mal ce qui justifie le titre (1870-2000) dans la mesure où le lien avec l’époque contemporaine n’est pas fait : ce qui peut entraver le travail de réappropriation du passé. L’İstiklâl est donc comme figée dans un brillant et multiculturel passé, manifestement révolu : l’articulation aux transformations et dynamiques présentes n’est pas faite : d’où un sentiment de douce étrangeté et d’approche confinant à la muséification.

On signalera, ce que ne précisent pas les panneaux, que l’OUI a été un partenaire (oublié car non cité/remercié) de cette exposition, en ce sens qu’il a prêté les plans d’assurance GOAD, une des richesses du fonds de l’OUI (datant du début du siècle), reproduits sur plusieurs panneaux de cette exposition. En retour, le département activités culturelles de la Yapı Kredi nous a fourni de belles photocopies plastifiées des planches GOAD consacrées à Beyoğlu (ces photocopies seront d’ailleurs mises à la disposition des consultants, et non plus les originaux, à protéger désormais).

  • -La dernière exposition, intitulée “ Bankalar Caddesi/Osmanlı’dan Günümüze Voyvoda Caddesi Sergisi ” (l’avenue des Banques, exposition sur l’avenue Voyvoda de l’époque otttomane à nos jours) se tient du 26 octobre 2000 au 11 février 2001 au Centre de Recherches et de Documentation de la Banque Ottomane, Voyvoda Caddesi, N.35/37, Karaköy. Cette courte avenue de Karaköy est connue pour ses sièges sociaux de banques et de compagnies d’assurance, souvent construits par des architectes italiens (Mongeri) ou français (de Vallaury), érigés à la fin du XIXème siècle et au début du XXème. Le conseiller historique de cette exposition, et rédacteur de l’introduction du catalogue, est Ethem ELDEM, professeur à Boğaziçi et chercheur associé à l’IFEA. Cette exposition bien documentée et référencée (les sources sont citées, pour les plans GOAD utilisés, par exemple…) articule avec finesse et pertinence histoire locale (celle d’une seule rue !), histoire architecturale, histoire économique et histoire sociale. Son intérêt réside dans le fait que le visage actuel de la rue est donné à lire et à comprendre : le visiteur chemine dans un corridor, comme s’il cheminait dans la rue, et peut s’arrêter devant chaque immeuble pour en connnaître l’histoire, de sa construction à maintenant.

On signalera l’utilisation faite de l’Annuaire Oriental et l’effort consenti pour donner de la chair à ces bâtiments et restituer la société pluri-confessionnelle et socialement diversifiée de ces lieux, tout au long de leur histoire (1890-2000).

Ces trois expositions – qui se complètent dans une certaine mesure- sont la preuve de la contribution active du secteur privé dans la recherche urbaine, historique en tout cas, de nos jours en Turquie. Les moyens mis en œuvre par ces banques sont sans commune mesure avec ceux que les centres de recherche liés aux universités –publiques en tout cas- peuvent mobiliser. Pour autant, ces expositions ont été l’objet de critiques (cf. Radikal, Istanbul, 12/10/2000, p.23) dans la mesure où elles ne reposeraient pas toujours sur des méthodes vraiment scientifiques dans les choix effectués et les modalités de présentation…

  • -Enfin on rappellera que s’est tenu entre le 10 et le 16 octobre 2000 un festival de cinéma intitulé “ Cinéma et histoire ”, dont un des thèmes était la migration et l’exil.

Bibliographie : parutions à signaler

-KEYDER Ç. (derl.) (2000), İstanbul. Küresel ile yerel arasında, İstanbul, Metis, 235 p. (ISBN 975-342-291-1) (Metis Yayınları, İpek Sokak 9, 80060 Beyoğlu, İstanbul)

Il s’agit d’un recueil de 10 articles publié sous la direction de Çağlar KEYDER, professeur de sociologie à l’université Boğaziçi, consacré aux transformations socio-économiques, actuelles, d’Istanbul. Le titre est sans doute un peu racoleur et passe-partout : “ Istanbul, entre global et local ”. Le contenu vaut infiniment mieux. Le texte d’introduction de Çağlar KEYDER, “ Arrière-plan ” (pp.9-40) est des plus stimulants : il pose la problématique générale de l’internationalisation en l’appliquant au cas stambouliote, mis en perspective historique. Pour Ç. KEYDER, c’est un de ses présupposés, Istanbul a toujours été une ville internationale : le problème n’est donc pas celui d’un phénomène nouveau, mais celui d’héritages qui rejouent. Cet article d’introduction est en outre assorti d’une bonne bibliographie. Les autres contributions sont des articles déjà parus en anglais pour la plupart, sauf ceux de Tanil BORA et de Sema ERDER, d’auteurs turcs, anglais ou américains. Parmi l’ensemble des contributions, on signalera un article de Ayfer BARTU sur les transformations de Beyoğlu et leurs enjeux (“ Eski mahallerin sahibi kim ? ”, pp.43-59), un article de Tanıl BORA sur la “ reconquête ” d’Istanbul par les islamistes en 1994 (“ Fatih’in İstanbul’u ”, pp.60-77), un article sur l’image des nouveaux stambouliotes dans les journaux de caricatures (“ İstanbullular ve ötekiler ”, pp.117-144), un article sur les industries culturelles de Martin STOKES (“ Kültür Endüstrileri ve İstanbul Küreselleşmesi ”, pp 145-168), les deux articles de Ç. KEYDER, l’un sur le marché global du logement (“ Enformel Konut piyasasından Küresel Konut piyasasına ”, pp.171-192) et l’autre sur l’histoire de deux quartiers, Laleli et Arnavutköy (“ İki semtin Hikâyesi ”, pp.206-221) et enfin l’article de Sema ERDER sur les réseaux sociaux “ régionalistes ” (“ Nerelisin Hemşehrim ? ”, pp.192-205), qui paraît être une reprise d’un article publié dans une revue turque (Görüş), lui-même condensé de l’étude passionnante consacrée par l’auteur à l’arrondissement périphérique d’Ümraniye (publié en 1996).

 -Par ailleurs nous voudrions signaler deux bons travaux universitaires ; l’un est un DEA soutenu par Bediz YILMAZ à l’IFU sur les enfants travaillant dans la rue à Istanbul et l’autre une maîtrise soutenue à Paris aussi par Céline BORGEL à l’IUP, sur la question des transports à Istanbul. Ils sont à la disposition des lecteurs dans notre bibliothèque.

Enfin, nous voudrions signaler la sortie du numéro 3 des Dossiers de l’IFEA. Série Turquie aujourd’hui. Intitulé “ Les Albanais à Istanbul ”, ce dossier qui ouvre des perspectives de recherche sur les migrations et mobilités internationales à Istanbul a été conçu et rédigé par l’anthropologue Gilles de Rapper.

Enfin, on rappellera la sortie concomitante du numéro 4 des Dossiers de l’IFEA-Série Turquie aujourd’hui, libellé “ La mégapole d’Istanbul (1960-2000). Guide bibliographique ”. Il s’agit d’une première bibliographie ordonnée tentant de consigner des références récentes –et trop souvent méconnues et négligées- relatives à la mégapole actuelle. Le travail n’a pas la prétention de l’exhaustivité : il prétend seulement ouvrir des pistes en rappelant l’existence de contributions importantes et en fournissant quelques moyens et voies d’approfondissement, sous la forme d’adresses et de sites de lieux-ressources.

Possibilité de commande auprès du secrétariat de l’IFEA (Ayfer) ou à l’adresse ifea@superonline.com .

Dernière minute :

  • -GÜMÜŞ S. (2000), Öykülerde İstanbul, İş Bankası.
  • -ÖZPALABIYIKLAR S. (2000), Türk Edebiyatı’nda Beyoğlu, Yapı Kredi Yayınları.
  • -“ Türkiye’nin yabancıları ”, Cogito, N.23, Yaz 2000, 262 p.

Débats et recherches en cours

Débat : le métro à Istanbul.

Après l’inauguration du court tronçon Taksim-4.Levent –dont on a déjà signalé qu’il était pour l’instant très peu utilisé-, l’attention de l’opinion s’est portée sur les travaux en cours en vue de l’ouverture du tronçon Taksim-Yenikapı, qui traverse un secteur pourtant classé site protégé de premier intérêt. Après la découverte de fissures dans le bâtiment situé à l’entrée du Palais de France (arrrondissement de Beyoğlu), plusieurs immeubles de la Nuru Ziya Sok. ont dû être d’urgence évacués dans la semaine du 11 au 16 novembre 2000, sur les instances de la Mairie Métropolitaine. Celle-ci s’est déclarée non responsable en cas de problème, si les occupants des immeubles sérieusement fissurés refusaient de quitter ceux-ci à la date fixée. De même, le bâtiment historique de la municipalité de Beyoğlu, première municipalité de Turquie, est lui aussi fissuré : ce qui ne surprend personne compte tenu de sa situation à proximité immédiate de la fosse géante creusée pour l’ouverture de la station de Şişhane.

Par ailleurs, le pont qui fera le lien à 19 mètres de hauteur entre le réseau métro de Beyoğlu et celui d’Eminönü est sujet à de vives discussions : cet ouvrage aura pour effet de briser la silhouette de la péninsule historique. Contempler celle-ci de l’intérieur de la Corne d’Or ou de Galata deviendra difficile après l’édification de ce haut pont qui fera barrière.

Enfin, l’Association des Archéologues d’Istanbul –à la pointe de la contestation avec l’Union des Architectes et le responsable de la Galata Evi- s’inquiètent de l’avancée des travaux dans la péninsule historique et réclame que des fouilles systématiques soient conduites pour éviter que les couches archéologiques ne pâtissent trop de ces travaux (cf. “ Saatli bomba üzerindeyiz ”, Hürriyet, 01/08/2000). Des négociations sont en cours pour qu’un sauvetage minimum puisse être effectué et qu’une meilleure information des citoyens soit assurée. La politique du fait accompli (cela fait plus de deux ans en fait que les tunnels ont commencé à être creusés dans la presqu’île historique), de la rétention d’information et de l’opacité systématique ne peut plus durer. On peut renvoyer à ce sujet au très riche dossier publié par İstanbul Dergisi, dans sa livraison d’octobre 2000 (N.35, pp.21-45).

Le recensement du 22 octobre 2000

On ne reviendra pas ici sur les récurrentes polémiques, parfois virulentes (cf. Radikal, 20/10/2000, p.3), suscitées par la méthode employée, qui consiste à “ enfermer ” les citoyens de 8 heures du matin à 7 heures du soir. (soit à décréter une espèce de couvre-feu). On n’évoquera pas non plus les arrestations d’ “ illégaux ” occasionnées par ce recensement très policier, ni les situations familiales incroyables découvertes (une famille plus de 72 personnes, un “ chef de famille ” revendiquant 4 femmes épousées religieusement…). Les premiers résultats du recensement général de la population turque ont été rendus publics assez rapidement. Pour le département d’Istanbul, la population dénombrée ne dépasserait pas les 10,2 millions contrairement aux hypothèses dominantes avancées jusque-là. Donc la population d’Istanbul se serait accrue entre 1997 et 2000 moins rapidement que celle de la Turquie en général puisque le chiffre de 72,5 millions est d’ores et déjà évoqué pour la population de l’ensemble de la Turquie.

Pour autant les conditions dans lesquelles s’est déroulé ce recensement continuent de susciter l’interrogation. Des immeubles entiers n’ont pas été recensés et nombre de citoyens turcs n’ont pas ouvert leur porte aux recenseurs (plus de 120 000 personnes mobilisées pour le seul département d’Istanbul et près d’un million pour toute la Turquie). En outre, nous connaissons de nombreuses personnes qui n’ont pas ouvert aux officiers du recensement (cf. FF, 9/10/2000, p.5).

Enfin la question de la “ population flottante ” -à la fois d’ici et de là-bas, selon…- s’est trouvée une nouvelle fois posée. De fait, si les chiffres sont aussi “ faibles ” à Istanbul c’est sans doute parce qu’une partie de la population instable d’Istanbul est allée se faire recenser dans son “ pays ” d’origine. Beaucoup de Stambouliotes en effet, conservent des liens étroits avec leur pays d’origine. Des maires de communes de province ont même organisé gratuitement, quelques jours avant le recensement, le retour en bus de leurs compatriotes “ installés ” à Istanbul, afin que ceux-ci soient comptabilisés dans la commune d’origine plutôt que dans la mégapole. Les ressources dévolues aux municipalités par la Banque des Municipalités et des Départements étant distribuées au prorata de la population des municipalités, l’enjeu du nombre est perçu comme vital. La population dénombrée à Istanbul ne correspond donc pas à la population effective.

3) Recherche en cours sur les Roumains et les Moldaves à Istanbul

Dans le cadre du programme “ Mer Noire-Caucase ” et du programme “ Mobilités et migrations internationales à Istanbul ” (OUI, CIT), une recherche vient d’être entreprise sur la présence roumaine à Istanbul.

Pour tout renseignement contacter Sylvie Gangloff ou J.-F Pérouse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *