Auteur : Isabelle Gilles

Ceren AKYOS Identité culturelle et régénération urbaine : Istanbul capitale européenne de la culture 2010

Ceren AKYOS (mars-avril 2010). Université de Galatasaray (Sociologie). Télécharger Identité culturelle et régénération urbaine : Istanbul capitale européenne de la culture 2010 Isabelle GillesChargée d’édition numérique et des projets de numérisation WebmasterMore Posts – Website...

Nermin UNLUSOY La genèse d’un lieu, mise en service du marché et création des murs invisibles lors de la régénération urbaine : Santralistanbul

Nermin UNLUSOY, L3 Sociologie (Université Galatasaray) Télécharger La genèse d’un lieu mis en service du marché et la création des murs invisibles lors de la régénération urbaine : Santralistanbul Isabelle GillesChargée d’édition numérique et des...

Elvan ARIK Politiques énergétiques et accès aux services urbains en réseau à Istanbul: une ambition métropolitaine au détriment de l’intérêt général

Elvan ARIK, Master 1 Urbanisme et Aménagement (Institut d’Urbanisme de Lyon) Télécharger Politiques énergétiques et accès aux services urbains en réseau à Istanbul : une ambition métropolitaine au détriment de l’intérêt général Isabelle GillesChargée d’édition numérique...

Charlotte HORNY – Haydarpaşa. Du pôle de transports au pôle touristique : genèse d’une mutation

Le premier pôle touristique d’envergure de la rive anatolienne pourrait se nommer Haydarpaşa.
En effet, le port de marchandise de Haydarpaşa, la gare routière de Harem et la gare patrimoniale de Haydarpaşa perdraient leur fonction initiale au profit de sites mieux situés, au sein d’un réseau de transport restructuré par l’arrivée du Marmaray notamment. Cette triple délocalisation laisserait place à un site touristique combinant port de croisière, hôtels, offre culturelle et commerciale. Cette orientation est décriée principalement par les défenseurs de la fonction ferroviaire et de la qualité d’espace public de la gare de Haydarpaşa. Ce rapport présente le site ainsi que le projet, puis aborde les enjeux spécifiques liés à la probable conversion de la gare, rend compte de l’interaction du site avec ses environs, et enfin, ouvre la réflexion sur les projets de mutations de l’espace riverain au profit du tourisme.

Claire CODET – Acteurs de la construction du risque

À Istanbul, la fourniture d’eau potable, la gestion des égouts et  l’assainissement sont des tâches confiées à la municipalité métropolitaine. L’ISKI  (Istanbul Su ve Kanalizasyon Idaresi) est l’entreprise chargée de cela à  Istanbul.
Comme l’IETT (transports publics), l’ISKI a été créée par une loi spéciale, la loi nº2560 de 1981, et, elle est liée directement au bureau du maire métropolitain. Elle est rattachée à la mairie du Grand Istanbul (IBB) depuis 1984. Actuellement, l’ISKI fournit 2 millions de mètres cube d’eau par jour et en traite 1,91 millions. Le réseau de fourniture d’eau est long de 12,698 km, quand le réseau d’égouts est long de 9,736 km. L’ISKI emploie environ 6200 personnes. D’après la chronologie établie par l’OUI, l’Union des Chambres des Ingénieurs et Architectes turcs (TMMOB) d’Istanbul  est intervenue trois fois récemment contre la politique de l’ISKI en ce qui concerne la protection des masses d’eau utilisée pour le captage d’eau destinée à la  consommation.

Mathilde HOUZÉ – La participation de la société civile à la protection du patrimoine bâti en Turquie. L’exemple de l’agenda 21 local de Bursa

En avril 2006, alors que des représentants de l’UNESCO se rendent sur la péninsule historique menacée de déclassement de la liste du Patrimoine mondial, la candidature d’Istanbul est retenue pour participer au programme Capitale Culturelle Européenne pour 2010 (CCE 2010). Ces décisions, prises sur la base de critères différents, apparaissent ainsi contradictoires et appellent une analyse des exigences des organisations internationales avec lesquelles les autorités turques ont signé des engagements. En outre, ces décisions soulignent l’importancede la participation de la société civile à la protectiondu patrimoine culturel. D’une part, lors de leur visite au printemps 2006, les représentants de l’UNESCO ont appelé de leurs vœux le développement d’une collaboration entre la société civile et lepouvoir politique pour la sauvegarde du patrimoine bâti à Istanbul.

Clémence PETIT – Périurbanisation, politiques urbaines et gouvernance. Le cas de Çekmeköy, marge nord-ouest de l’agglomération d’Istanbul

Alors qu’Istanbul constitue indéniablement un symbole et un enjeu considérables – en tant que  vitrine  des choix et des évolutions politiques et économiques du pays  –  pour la population nationale comme pour les pays occidentaux, Stambouliotes, Turcs et étrangers ignorent la véritable nature d’Istanbul :  après plus de cinquante ans  d’une immigration soutenue, Istanbul est désormais une  agglomération  tentaculaire de près de 15 millions d’habitants (OCDE,  2008a)  dont l’extension spatiale dépasse largement les limites du département du même nom, soit plus de 5000 km².
Vingt ans après le spectaculaire changement d’échelle de l’agglomération  –  produit d’une croissance démographique constante et rapide nourrie par une série d’importantes vagues migratoires  –  survenu aux alentours des années 1980, on est surpris de constater que l’extension spatiale  d’Istanbul continue et même s’accélère,  alors que la croissance démographique est pour sa part en nette baisse depuis

Ulrike LEPONT – Istanbul, entre ville « ottomane » et « ville monde ». La politique culturelle de la municipalité du Grand Istanbul confrontée aux ambitions municipales d’internationalité

Istanbul sera « Capitale européenne de la culture » en 2010. La ville le sait depuis avril 2006 et, en cette année 2007, elle commence à se préparer à cette échéance. Au-delà de la portée symbolique de cette nomination sur le plan politique, l’événement est l’occasion d’une médiatisation et d’une publicité de la ville à l’échelle internationale. Cet aspect de l’événement a, pour les édiles, une importance  capitale. Etre « Capitale européenne de la culture » fait partie des « grands événements internationaux » qui, en s’accumulant, donnent à la ville un statut « international ». Or, cet accès à l’internationalité et à la reconnaissance  internationale fait l’objet, depuis l’ouverture du pays au libéralisme économique, de toutes les attentions des dirigeants d’Istanbul. Il s’agit  de faire d’Istanbul une  « ville monde », une « ville internationale », une « métropole mondiale ». Cet événement doit-il nous faire penser que la municipalité du Grand Istanbul investit la culture pour en faire un outil de promotion à l’international ? Correspond-il à une volonté politique et en particulier à une volonté politique municipale ? Cette question part d’un questionnement plus global : comment la culture est pour une ville un des éléments qui doit faire l’objet d’une mise aux normes internationales pour espérer obtenir le titre de « métropole mondiale », et, par conséquent, comment une métropole d’un pays émergent utilise la culture pour se positionner dans la mondialisation.
En réalité, nos attentes à ce sujet sont déçues : la municipalité du Grand Istanbul n’a jamais eu l’initiative dans le projet « Capitale  européenne de la Culture ». Le projet a été monté par des acteurs privés réunis en association, sans lien avec des acteurs publics municipaux ou nationaux. Il en va de même de tous les événements culturels de prestige qui accèdent à une certaine visibilité à l’international : festivals internationaux, biennale, ouverture de plusieurs grands musées dont un musée d’art moderne et contemporain.

Clémence PETIT – Transformation urbaine, mobilisations collectives et processus de politisation. Le cas du projet de rénovation urbaine de Başıbüyük (Istanbul)

Du point de vue des pouvoirs publics turcs, la désignation d’Istanbul en tant que Capitale européenne de la Culture pour l’année 2010 a légitimé la réalisation de nouveaux plans d’urbanisme et  le lancement, la poursuite ou l’accélération de nombreux projets d’aménagement de la mégapole destinés à faire d’Istanbul une capitale du tourisme  –  culturel mais aussi  économique  –  et de la finance en Europe et dans le monde. Parallèlement à la construction de nouvelles  infrastructures touristiques, en particulier des centres de congrès et des hôtels, Istanbul est donc  progressivement « transformée » en une « ville musée » (müze kent) et une « ville monde » (dünya şehir). C’est dans ce mégaprojet urbain visant à internationaliser l’économie stambouliote que s’inscrivent  désormais les « projets de transformation urbaine » (kentsel dönüşüm projesi)
qui consistent à « rénover » – à démolir en réalité  –  les quartiers « dégradés » du centre historique (comme Sulukule, dans l’arrondisse

Matthieu GOSSE – Les conséquences territoriales du « Programme de Transformation de la Santé » à Istanbul : l’internationalisation du secteur de la santé au chevet de la justice spatiale ?

Ce mémoire propose d’étudier les conséquences de la réforme du système de santé et de protection sociale turc sur l’offre de soins dans l’espace urbain stambouliote.  Les objectifs de cette réforme, lancée depuis 2003  (« Health Transformation Program » : HTP) par le gouvernement AKP, sont de réduire les inégalités de santé et d’augmenter la qualité des soins par la stimulation du secteur privé et la mise en compétition du  public et du privé.
L’analyse pluriscalaire qui a été menée  montre  que l’internationalisation consécutive à la libéralisation du secteur de la santé déconnecte les dynamiques de l’offre de soins et les besoins de santé des populations des différents territoires stambouliotes. Le secteur privé, qui a connu une croissance considérable à Istanbul en une décennie,  ne comble pas les vides laissés par le secteur public de la santé mais se positionne pour attirer les populations solvables.

Marie GLOOR et Helin KARAMAN – Le Topkapı Kültür Parkı dans le processus de normalisation des espaces publics à Istanbul : discours, production et usages

L’arrivée à la tête de la Mairie métropolitaine de Kadir Topbaş, de l’AKP, en mars 2004, réélu en 2009, a accentué la soumission des projets aux critères du marketing urbain.
Architecte de formation, il participe directement à la prolifération des projets d’aménagement. Depuis 2004, la municipalité a adopté une succession de plans d’aménagement qui visent à renforcer la vocation touristique de la ville, avec un accent mis sur les politiques culturelles.

Julien GROUILLER – La reconversion de la centrale électrique Silahtarağa à Istanbul. Analyse d’une opération de reconversion de friche industrielle urbaine au travers de ses références et des acteurs impliqués

Ce travail repose sur une recherche réalisée lors d’un séjour à Istanbul de février à juin 2005 dans le cadre du programme d’échange universitaire Erasmus au sein du département de sociologie de l’université du Bosphore, à Istanbul. Ce séjour a été enrichi par une participation aux activités de recherche de l’Observatoire Urbain d’Istanbul de l’Institut Français d’Études Anatoliennes.
Le choix d’Istanbul a été motivé par l’envie de découvrir une ville, et un pays, dont on  entend souvent parler de façon très controversée en France, notamment dans la presse.
Ce séjour nous a donc permis de travailler sur la manière dont se fabrique la ville à Istanbul et ainsi mieux cerner une des nombreux dynamiques qui prennent actuellement place dans les villes turques.