Mots-clefs : Gouvernance

Clémence PETIT – Périurbanisation, politiques urbaines et gouvernance. Le cas de Çekmeköy, marge nord-ouest de l’agglomération d’Istanbul

Alors qu’Istanbul constitue indéniablement un symbole et un enjeu considérables – en tant que  vitrine  des choix et des évolutions politiques et économiques du pays  –  pour la population nationale comme pour les pays occidentaux, Stambouliotes, Turcs et étrangers ignorent la véritable nature d’Istanbul :  après plus de cinquante ans  d’une immigration soutenue, Istanbul est désormais une  agglomération  tentaculaire de près de 15 millions d’habitants (OCDE,  2008a)  dont l’extension spatiale dépasse largement les limites du département du même nom, soit plus de 5000 km².
Vingt ans après le spectaculaire changement d’échelle de l’agglomération  –  produit d’une croissance démographique constante et rapide nourrie par une série d’importantes vagues migratoires  –  survenu aux alentours des années 1980, on est surpris de constater que l’extension spatiale  d’Istanbul continue et même s’accélère,  alors que la croissance démographique est pour sa part en nette baisse depuis

Ulrike LEPONT – Istanbul, entre ville « ottomane » et « ville monde ». La politique culturelle de la municipalité du Grand Istanbul confrontée aux ambitions municipales d’internationalité

Istanbul sera « Capitale européenne de la culture » en 2010. La ville le sait depuis avril 2006 et, en cette année 2007, elle commence à se préparer à cette échéance. Au-delà de la portée symbolique de cette nomination sur le plan politique, l’événement est l’occasion d’une médiatisation et d’une publicité de la ville à l’échelle internationale. Cet aspect de l’événement a, pour les édiles, une importance  capitale. Etre « Capitale européenne de la culture » fait partie des « grands événements internationaux » qui, en s’accumulant, donnent à la ville un statut « international ». Or, cet accès à l’internationalité et à la reconnaissance  internationale fait l’objet, depuis l’ouverture du pays au libéralisme économique, de toutes les attentions des dirigeants d’Istanbul. Il s’agit  de faire d’Istanbul une  « ville monde », une « ville internationale », une « métropole mondiale ». Cet événement doit-il nous faire penser que la municipalité du Grand Istanbul investit la culture pour en faire un outil de promotion à l’international ? Correspond-il à une volonté politique et en particulier à une volonté politique municipale ? Cette question part d’un questionnement plus global : comment la culture est pour une ville un des éléments qui doit faire l’objet d’une mise aux normes internationales pour espérer obtenir le titre de « métropole mondiale », et, par conséquent, comment une métropole d’un pays émergent utilise la culture pour se positionner dans la mondialisation.
En réalité, nos attentes à ce sujet sont déçues : la municipalité du Grand Istanbul n’a jamais eu l’initiative dans le projet « Capitale  européenne de la Culture ». Le projet a été monté par des acteurs privés réunis en association, sans lien avec des acteurs publics municipaux ou nationaux. Il en va de même de tous les événements culturels de prestige qui accèdent à une certaine visibilité à l’international : festivals internationaux, biennale, ouverture de plusieurs grands musées dont un musée d’art moderne et contemporain.

Derya ÖZEL – Politiques urbaines et patrimonialisation : quelle représentation de l’héritage architectural. L’exemple de la péninsule historique Eminonü – Fatih, Istanbul

Si l’héritage architectural ne semble pas participer à la mémoire collective de la société turque, il est intéressant de comprendre à ce titre la place et le rôle que l’on attribue au patrimoine dans les politiques urbaines. Il faut noter ici que les termes d’héritage architectural ou bien de patrimoine sont employés comme synonyme dans le sens où on considère qu’ils sont l’objet tous deux d’une élaboration sociale dotée de valeurs collectives. L’intérêt de ce travail est d’appréhender les représentations des différents acteurs de la ville –politiques et professionnels- à l’égard de cet héritage architectural d’une part et de comprendre comment ces représentations influencent ou non leurs politiques et leurs projets urbains d’autre part. En ce sens, notre souci est aussi de mettre au jour les enjeux et les finalités économiques, politiques, sociales et culturels qui se dessinent autour de cette architecture et de ces tissus urbains hérités de l’histoire.

Demet OKÇU – Les politiques urbaines liées au transport dans l’arrondissement de Kartal à Istanbul

« Le problème numéro 1 d’Istanbul concerne les transports …» , dans le passé l’eau potable, l’hygiène, la pollution représentaient des soucis majeurs qui ont été plus ou moins résolus. Depuis, la situation du réseau de communication s’aggrave un peu plus chaque jour. Recep Tayyip Erdoğan, le Premier Ministre actuel, du temps où il était maire du Grand Istanbul, souhaitait régler ce problème en développant les infrastructures ferroviaires, mais il  n’a pas pu avoir d’actions sérieuses « en raison d’obstacles administratifs et politiques ».
Chaque jour des millions de personnes supportent les conséquences de politiques non adaptées et perdent des heures dans les transports en raison de l’encombrement des routes. Il existe à Istanbul une diversité de transports en commun- la route, le rail, la mer- des infrastructures qui devraient atténuer le phénomène de congestion, mais ce n’est pas le cas, la situation ne s’améliore pas, elle s’aggrave même.

Yıldız KOÇ – Les stratégies de réponses des acteurs d’Istanbul au tremblement de terre : une étude de cas

Le risque est le produit d’un aléa avec la vulnérabilité, et il peut donner naissance à une catastrophe. Ce terme peut être évité ou du moins être atténué par des précautions prises en temps et en lieu, mais pour cela il faut qu‟il y ait une sensibilisation au sein même d‟une population pour combattre le risque. De cette manière, en Turquie, lors du tremblement de terre du 17 août 1999 à Kocaeli, nous avons été témoins d’un dysfonctionnement de l‟urbanisme, et particulièrement de la gestion des espaces urbains et de leur croissance. Aujourd’hui, la Turquie et particulièrement la ville d‟Istanbul attendent un séisme bien plus meurtrier, et on essaye de développer des stratégies de lutte face à ce risque majeur qui pourrait avoir des conséquences dramatiques pour ce pays émergent.

Cécile NOURIGAT – Le rôle d’une institution nationale, le Devlet Planlama Teşkilatı, dans la mise en place des prémisses de la politique régionale en Turquie selon les normes européennes

Le Conseil Européen d‟Helsinki du 10 décembre 1999 reconnaît officiellement la Turquie comme pays candidat à l‟Union Européenne. Les négociations d‟adhésion s’ouvrent le 3 octobre 2005. Cela crée une véritable impulsion pour toute une série de mise aux normes avec les standards européens. Il s‟agit de l‟alignement sur l‟acquis communautaire, corps législatif qui constitue le cadre des négociations d‟adhésion.
La Turquie se lance alors dans un vaste programme de réformes politique, économique et sociale, une « révolution silencieuse » selon les observateurs étrangers.
Ces initiatives touchent de nombreux domaines, on parle beaucoup de la réforme du code pénal et des avancées en matière de droits de l‟homme.

Marie FONTENEAU – La place de l’économie néolibérale dans le bouleversement des structures de l’habitat urbain à Istanbul – Étude du phénomène gecekondu

Les mutations économiques en cours en Turquie depuis les années 1950 ont un  fort
impact sur les structures urbaines stambouliotes. La mise en conformité internationale, que poursuivent ardemment les autorités publiques locales et nationales, implique une remise en cause des fonctions – principales de la ville. La modernisation est au centre de  toutes les préoccupations, reléguant l’habitat social  au second plan.  Les populations de gecekondu  –  principale forme d’habitat populaire illégal en Turquie  – figurent parmi les victimes les plus touchées par la transformation urbaine. Menacées à chaque instant d’expropriation, elles sont contraintes de voir leurs logements peu à peu remplacés par de luxueux projets, mis en œuvre par un secteur privé dominé par d’imposants holdings et  d’influentes  entreprises internationales. En résulte une marginalisation progressive des populations pauvres. L’avenir des gecekondu se retrouve menacé par les logiques d’optimisation de la rente urbaine.

Local governments – Yerel yönetimler – Gouvernements locaux

Municipalité du Grand Istanbul www.ibb.gov.tr Préfecture du département d’Istanbul www.istanbul.gov.tr Union des municipalités du monde turc www.tdbb.org Istanbul Semtleri http://www.istanbulsemtleri.com/haberler.php Sites des 39 municipalités d’arrondissement du département d’Istanbul par ordre alphabétique / Istanbulilin 39...