Étiqueté : marketing urbain

RIHET Natacha – Le développement municipal des infrastructures sportives à Istanbul Complémentarité ou concurrence entre les échelons municipaux : métropolitain et locaux

Natacha RIHET (2017). Mémoire de master 1 en géographie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Ségolène Débarre Télécharger Natacha Rihet – Le développement municipal des infrastructures sportives à Istanbul Complémentarité ou...

Ulrike LEPONT – Istanbul, entre ville « ottomane » et « ville monde ». La politique culturelle de la municipalité du Grand Istanbul confrontée aux ambitions municipales d’internationalité

Istanbul sera « Capitale européenne de la culture » en 2010. La ville le sait depuis avril 2006 et, en cette année 2007, elle commence à se préparer à cette échéance. Au-delà de la portée symbolique de cette nomination sur le plan politique, l’événement est l’occasion d’une médiatisation et d’une publicité de la ville à l’échelle internationale. Cet aspect de l’événement a, pour les édiles, une importance  capitale. Etre « Capitale européenne de la culture » fait partie des « grands événements internationaux » qui, en s’accumulant, donnent à la ville un statut « international ». Or, cet accès à l’internationalité et à la reconnaissance  internationale fait l’objet, depuis l’ouverture du pays au libéralisme économique, de toutes les attentions des dirigeants d’Istanbul. Il s’agit  de faire d’Istanbul une  « ville monde », une « ville internationale », une « métropole mondiale ». Cet événement doit-il nous faire penser que la municipalité du Grand Istanbul investit la culture pour en faire un outil de promotion à l’international ? Correspond-il à une volonté politique et en particulier à une volonté politique municipale ? Cette question part d’un questionnement plus global : comment la culture est pour une ville un des éléments qui doit faire l’objet d’une mise aux normes internationales pour espérer obtenir le titre de « métropole mondiale », et, par conséquent, comment une métropole d’un pays émergent utilise la culture pour se positionner dans la mondialisation.
En réalité, nos attentes à ce sujet sont déçues : la municipalité du Grand Istanbul n’a jamais eu l’initiative dans le projet « Capitale  européenne de la Culture ». Le projet a été monté par des acteurs privés réunis en association, sans lien avec des acteurs publics municipaux ou nationaux. Il en va de même de tous les événements culturels de prestige qui accèdent à une certaine visibilité à l’international : festivals internationaux, biennale, ouverture de plusieurs grands musées dont un musée d’art moderne et contemporain.

Clémence PETIT – Transformation urbaine, mobilisations collectives et processus de politisation. Le cas du projet de rénovation urbaine de Başıbüyük (Istanbul)

Du point de vue des pouvoirs publics turcs, la désignation d’Istanbul en tant que Capitale européenne de la Culture pour l’année 2010 a légitimé la réalisation de nouveaux plans d’urbanisme et  le lancement, la poursuite ou l’accélération de nombreux projets d’aménagement de la mégapole destinés à faire d’Istanbul une capitale du tourisme  –  culturel mais aussi  économique  –  et de la finance en Europe et dans le monde. Parallèlement à la construction de nouvelles  infrastructures touristiques, en particulier des centres de congrès et des hôtels, Istanbul est donc  progressivement « transformée » en une « ville musée » (müze kent) et une « ville monde » (dünya şehir). C’est dans ce mégaprojet urbain visant à internationaliser l’économie stambouliote que s’inscrivent  désormais les « projets de transformation urbaine » (kentsel dönüşüm projesi)
qui consistent à « rénover » – à démolir en réalité  –  les quartiers « dégradés » du centre historique (comme Sulukule, dans l’arrondisse

Marie GLOOR et Helin KARAMAN – Le Topkapı Kültür Parkı dans le processus de normalisation des espaces publics à Istanbul : discours, production et usages

L’arrivée à la tête de la Mairie métropolitaine de Kadir Topbaş, de l’AKP, en mars 2004, réélu en 2009, a accentué la soumission des projets aux critères du marketing urbain.
Architecte de formation, il participe directement à la prolifération des projets d’aménagement. Depuis 2004, la municipalité a adopté une succession de plans d’aménagement qui visent à renforcer la vocation touristique de la ville, avec un accent mis sur les politiques culturelles.

Derya ÖZEL – Politiques urbaines et patrimonialisation : quelle représentation de l’héritage architectural. L’exemple de la péninsule historique Eminonü – Fatih, Istanbul

Si l’héritage architectural ne semble pas participer à la mémoire collective de la société turque, il est intéressant de comprendre à ce titre la place et le rôle que l’on attribue au patrimoine dans les politiques urbaines. Il faut noter ici que les termes d’héritage architectural ou bien de patrimoine sont employés comme synonyme dans le sens où on considère qu’ils sont l’objet tous deux d’une élaboration sociale dotée de valeurs collectives. L’intérêt de ce travail est d’appréhender les représentations des différents acteurs de la ville –politiques et professionnels- à l’égard de cet héritage architectural d’une part et de comprendre comment ces représentations influencent ou non leurs politiques et leurs projets urbains d’autre part. En ce sens, notre souci est aussi de mettre au jour les enjeux et les finalités économiques, politiques, sociales et culturels qui se dessinent autour de cette architecture et de ces tissus urbains hérités de l’histoire.

Julien DAVID – Cités privées à Istanbul

Les cités privées, plus communément appelées “gated communities” depuis l’ouvrage de Edward James Blakely et Mary Gail Snyder, semblent avoir connu un essor impressionnant depuis les deux dernières décennies de par le monde. Leur développement semble aller de pair avec les nouvelles questions que pose le développement urbain des villes en général, et les problèmes de ségrégation urbaine qui en ont implicitement découlé.
Dans le cas de notre étude, nous utiliserons cette terminologie pour tenter d’expliquer les jeux des acteurs, en l’occurrence les habitants et différents responsables de ces cités, dans l’évolution de l’espace urbain et la constitution de ces cités.

Lucie RENOU – Le projet de rénovation de Süleymaniye entre intervention urbaine et politique : La mise aux normes d’un quartier au service d’enjeux identitaires et internationaux

Au XVIème siècle, Süleymaniye est connu pour être le lieu de résidence des vizirs et des grands juges. Cette caractéristique identitaire se perpétue aujourd’hui par la présence de fondations religieuses dans le quartier. Or, il est aussi un quartier très dégradé et stigmatisé. Dégradé, car l’état du bâti, et a fortiori, des conditions de vie, y est déplorable. Stigmatisé, car le nom du quartier est aujourd’hui associé aux chambres de célibataires qui le composent. Ces chambres sont louées à des jeunes travailleurs qui la partagent le temps d’accumuler de l’argent pour envoyer à leur famille, dans l’est du pays, en Anatolie ou encore dans la région de la mer Noire. Le quartier de Küçükpazar à Süleymaniye, est un des plus emblématiques de cette population immigrée (de l’intérieur). Ainsi, l’état physique et le profil social du quartier en font depuis les années 2000 un terrain de projet.