Étiqueté : patrimoine architectural

Ayvansaray, transition parasismique

Aujourd’hui, dans notre rubrique « Billets de nos jeunes chercheur.e.s », Léa Cavelier et Clémence Fénières, étudiantes à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette, nous résument leur projet de fin d’études intitulé « Ayvansaray, une identité en...

Charlotte HORNY – Haydarpaşa. Du pôle de transports au pôle touristique : genèse d’une mutation

Le premier pôle touristique d’envergure de la rive anatolienne pourrait se nommer Haydarpaşa.
En effet, le port de marchandise de Haydarpaşa, la gare routière de Harem et la gare patrimoniale de Haydarpaşa perdraient leur fonction initiale au profit de sites mieux situés, au sein d’un réseau de transport restructuré par l’arrivée du Marmaray notamment. Cette triple délocalisation laisserait place à un site touristique combinant port de croisière, hôtels, offre culturelle et commerciale. Cette orientation est décriée principalement par les défenseurs de la fonction ferroviaire et de la qualité d’espace public de la gare de Haydarpaşa. Ce rapport présente le site ainsi que le projet, puis aborde les enjeux spécifiques liés à la probable conversion de la gare, rend compte de l’interaction du site avec ses environs, et enfin, ouvre la réflexion sur les projets de mutations de l’espace riverain au profit du tourisme.

Ulrike LEPONT – Istanbul, entre ville « ottomane » et « ville monde ». La politique culturelle de la municipalité du Grand Istanbul confrontée aux ambitions municipales d’internationalité

Istanbul sera « Capitale européenne de la culture » en 2010. La ville le sait depuis avril 2006 et, en cette année 2007, elle commence à se préparer à cette échéance. Au-delà de la portée symbolique de cette nomination sur le plan politique, l’événement est l’occasion d’une médiatisation et d’une publicité de la ville à l’échelle internationale. Cet aspect de l’événement a, pour les édiles, une importance  capitale. Etre « Capitale européenne de la culture » fait partie des « grands événements internationaux » qui, en s’accumulant, donnent à la ville un statut « international ». Or, cet accès à l’internationalité et à la reconnaissance  internationale fait l’objet, depuis l’ouverture du pays au libéralisme économique, de toutes les attentions des dirigeants d’Istanbul. Il s’agit  de faire d’Istanbul une  « ville monde », une « ville internationale », une « métropole mondiale ». Cet événement doit-il nous faire penser que la municipalité du Grand Istanbul investit la culture pour en faire un outil de promotion à l’international ? Correspond-il à une volonté politique et en particulier à une volonté politique municipale ? Cette question part d’un questionnement plus global : comment la culture est pour une ville un des éléments qui doit faire l’objet d’une mise aux normes internationales pour espérer obtenir le titre de « métropole mondiale », et, par conséquent, comment une métropole d’un pays émergent utilise la culture pour se positionner dans la mondialisation.
En réalité, nos attentes à ce sujet sont déçues : la municipalité du Grand Istanbul n’a jamais eu l’initiative dans le projet « Capitale  européenne de la Culture ». Le projet a été monté par des acteurs privés réunis en association, sans lien avec des acteurs publics municipaux ou nationaux. Il en va de même de tous les événements culturels de prestige qui accèdent à une certaine visibilité à l’international : festivals internationaux, biennale, ouverture de plusieurs grands musées dont un musée d’art moderne et contemporain.

Julien GROUILLER – La reconversion de la centrale électrique Silahtarağa à Istanbul. Analyse d’une opération de reconversion de friche industrielle urbaine au travers de ses références et des acteurs impliqués

Ce travail repose sur une recherche réalisée lors d’un séjour à Istanbul de février à juin 2005 dans le cadre du programme d’échange universitaire Erasmus au sein du département de sociologie de l’université du Bosphore, à Istanbul. Ce séjour a été enrichi par une participation aux activités de recherche de l’Observatoire Urbain d’Istanbul de l’Institut Français d’Études Anatoliennes.
Le choix d’Istanbul a été motivé par l’envie de découvrir une ville, et un pays, dont on  entend souvent parler de façon très controversée en France, notamment dans la presse.
Ce séjour nous a donc permis de travailler sur la manière dont se fabrique la ville à Istanbul et ainsi mieux cerner une des nombreux dynamiques qui prennent actuellement place dans les villes turques.

Derya ÖZEL – Politiques urbaines et patrimonialisation : quelle représentation de l’héritage architectural. L’exemple de la péninsule historique Eminonü – Fatih, Istanbul

Si l’héritage architectural ne semble pas participer à la mémoire collective de la société turque, il est intéressant de comprendre à ce titre la place et le rôle que l’on attribue au patrimoine dans les politiques urbaines. Il faut noter ici que les termes d’héritage architectural ou bien de patrimoine sont employés comme synonyme dans le sens où on considère qu’ils sont l’objet tous deux d’une élaboration sociale dotée de valeurs collectives. L’intérêt de ce travail est d’appréhender les représentations des différents acteurs de la ville –politiques et professionnels- à l’égard de cet héritage architectural d’une part et de comprendre comment ces représentations influencent ou non leurs politiques et leurs projets urbains d’autre part. En ce sens, notre souci est aussi de mettre au jour les enjeux et les finalités économiques, politiques, sociales et culturels qui se dessinent autour de cette architecture et de ces tissus urbains hérités de l’histoire.

La loi 5366. Une nouvelle prérogative municipale d’expropriation dans la gestion du patrimoine architecturale. Les cas de Galata à Beyoğlu et Sulukule à Fatih

Güzel Beyoğlu Organisée à l’initiative du maire de Beyoğlu, Ahmet Misbah Demircan, la réunion d’information dans les locaux de l’Association de Galata (Galata Derneği-24 août 2006, de 10h30 à 13h) a été l’occasion pour les habitants...

La muraille de Théodose-II ou la muraille terrestre : une plaie purulente dans le tissu urbain stambouliote

À l’instigation de Frank DORSO, sociologue nouvellement associé à l’OUI, un prometteur travail de recherche sur la “muraille terrestre” (karasurları), qui s’étire sur plus de 6 kilomètres de la Marmara à la Corne d’Or- vient d’être...