Étiqueté : transports

Charlotte HORNY – Haydarpaşa. Du pôle de transports au pôle touristique : genèse d’une mutation

Le premier pôle touristique d’envergure de la rive anatolienne pourrait se nommer Haydarpaşa.
En effet, le port de marchandise de Haydarpaşa, la gare routière de Harem et la gare patrimoniale de Haydarpaşa perdraient leur fonction initiale au profit de sites mieux situés, au sein d’un réseau de transport restructuré par l’arrivée du Marmaray notamment. Cette triple délocalisation laisserait place à un site touristique combinant port de croisière, hôtels, offre culturelle et commerciale. Cette orientation est décriée principalement par les défenseurs de la fonction ferroviaire et de la qualité d’espace public de la gare de Haydarpaşa. Ce rapport présente le site ainsi que le projet, puis aborde les enjeux spécifiques liés à la probable conversion de la gare, rend compte de l’interaction du site avec ses environs, et enfin, ouvre la réflexion sur les projets de mutations de l’espace riverain au profit du tourisme.

Marie GLOOR et Helin KARAMAN – Le Topkapı Kültür Parkı dans le processus de normalisation des espaces publics à Istanbul : discours, production et usages

L’arrivée à la tête de la Mairie métropolitaine de Kadir Topbaş, de l’AKP, en mars 2004, réélu en 2009, a accentué la soumission des projets aux critères du marketing urbain.
Architecte de formation, il participe directement à la prolifération des projets d’aménagement. Depuis 2004, la municipalité a adopté une succession de plans d’aménagement qui visent à renforcer la vocation touristique de la ville, avec un accent mis sur les politiques culturelles.

Demet OKÇU – Les politiques urbaines liées au transport dans l’arrondissement de Kartal à Istanbul

« Le problème numéro 1 d’Istanbul concerne les transports …» , dans le passé l’eau potable, l’hygiène, la pollution représentaient des soucis majeurs qui ont été plus ou moins résolus. Depuis, la situation du réseau de communication s’aggrave un peu plus chaque jour. Recep Tayyip Erdoğan, le Premier Ministre actuel, du temps où il était maire du Grand Istanbul, souhaitait régler ce problème en développant les infrastructures ferroviaires, mais il  n’a pas pu avoir d’actions sérieuses « en raison d’obstacles administratifs et politiques ».
Chaque jour des millions de personnes supportent les conséquences de politiques non adaptées et perdent des heures dans les transports en raison de l’encombrement des routes. Il existe à Istanbul une diversité de transports en commun- la route, le rail, la mer- des infrastructures qui devraient atténuer le phénomène de congestion, mais ce n’est pas le cas, la situation ne s’améliore pas, elle s’aggrave même.

Julien BOUCLY – Coopération et conflictualité sur le site du patrimoine mondial d’Istanbul. Récit d’un dialogue entre l’UNESCO et ses interlocuteurs turcs

Les « zones historiques d’Istanbul »
Cet intitulé désigne le site d’Istanbul inscrit en 1985 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les délimitations du site font précisément références à quatre zones : le parc archéologique aux alentours du palais de Topkapı, les mosquées de Suleymaniye et Zeyrek, ainsi que leurs quartiers environnants, et les abords des murailles byzantines de Théodose II.
Ces zones sont situées sur le site protégé de la péninsule historique, s’étendant sur l’ensemble de la municipalité de Fatih.
Au-delà d’un site du Patrimoine Mondial (PM), la péninsule représente tout à la fois un espace culturel à préserver, un secteur à fort potentiel touristique et un territoire aux développements urbains frénétiques. Elle fait ainsi l’objet d’intenses conflictualités de fonctions et d’appropriations.
L’inscription sur la liste de l’UNESCO transforme le cadre des concurrences urbaines de ce territoire. Les zones historiques d’Istanbul, en tant que patrimoine mondial de l’humanité, sont devenues un bien culturel national et une façade pour la République de Turquie auprès de l’UNESCO. La péninsule historique fait ainsi partie des 745 patrimoines culturels reconnus par la communauté des Etats parties à la Convention du patrimoine mondial (La Convention) pour leur valeur universelle exceptionnelle. L’Etat turc est de ce fait responsable de la protection de ce bien devant l’organisation internationale. L’acquisition du label du patrimoine mondial modifie ainsi le cadre des politiques publiques et les modes de gestion du site.
Mais la perception internationale de ce territoire ne doit pas nous détourner des enjeux locaux dont il fait l’objet. Les aménageurs urbains et les responsables politiques sont en effet aussi soucieux du prestige culturel international de la ville que du développement économique de la municipalité de Fatih et du bien-être de ses habitants. Plusieurs priorités se confrontent alors à travers la gestion du site d’Istanbul. Chacune d’elles s’expriment par la voix et l’action des parties prenantes du patrimoine mondial, au niveau local, national et international.

Excursions urbaines 2012-2013 : Les gares

Présentation Les gares, ferroviaires ou routières, sont des objets d’étude privilégiés de l’urbanisme, tant comme lieux d’observation et d’analyse de la ville, que comme outils au service de projets urbains. Nœuds de flux de...

Transports – Toplu ulasim

A ISTANBUL www.ido.com.tr Transports maritimes àIstanbul www.tcdd.gov.tr Chemins de fer turcs www.iett.gov.tr Direction généraledes transports collectifs d’Istanbul www.isthalkulasim.com Transport collectif privé – İstanbul HalkUlaşım San. Tic. A.Ş. www.otogaristanbul.com Gare routière d’Istanbul www.wowturkey.com/forum/ttum.php?bolum=19 Partage d’informations, photographies,...

Janvier-mars 2006

Environnement 10 janvier 2006 : Grâce à la mise en place du système de surveillance radar VTS, le nombre d’incidents maritimes sur les 54 794 passages en 2005 dans le Bosphore est très sensiblement...