Étiqueté : UNESCO

Annabelle LOPEZ Projet de rénovation urbaine des quartiers de Fener et Balat à Istanbul : instrumentalisation du patrimoine en vue de reconfigurer la péninsule historique

Annabelle LOPEZ (2010). Master 2 Institut Français d’Urbanisme (Université Paris Est), spécialité “Opérateurs urbains” Télécharger Projet de rénovation urbaine des quartiers de Fener et Balat à Istanbul : instrumentalisation du patrimoine en vue de reconfigurer la péninsule historique...

Mathilde HOUZÉ – La participation de la société civile à la protection du patrimoine bâti en Turquie. L’exemple de l’agenda 21 local de Bursa

En avril 2006, alors que des représentants de l’UNESCO se rendent sur la péninsule historique menacée de déclassement de la liste du Patrimoine mondial, la candidature d’Istanbul est retenue pour participer au programme Capitale Culturelle Européenne pour 2010 (CCE 2010). Ces décisions, prises sur la base de critères différents, apparaissent ainsi contradictoires et appellent une analyse des exigences des organisations internationales avec lesquelles les autorités turques ont signé des engagements. En outre, ces décisions soulignent l’importancede la participation de la société civile à la protectiondu patrimoine culturel. D’une part, lors de leur visite au printemps 2006, les représentants de l’UNESCO ont appelé de leurs vœux le développement d’une collaboration entre la société civile et lepouvoir politique pour la sauvegarde du patrimoine bâti à Istanbul.

Derya ÖZEL – Politiques urbaines et patrimonialisation : quelle représentation de l’héritage architectural. L’exemple de la péninsule historique Eminonü – Fatih, Istanbul

Si l’héritage architectural ne semble pas participer à la mémoire collective de la société turque, il est intéressant de comprendre à ce titre la place et le rôle que l’on attribue au patrimoine dans les politiques urbaines. Il faut noter ici que les termes d’héritage architectural ou bien de patrimoine sont employés comme synonyme dans le sens où on considère qu’ils sont l’objet tous deux d’une élaboration sociale dotée de valeurs collectives. L’intérêt de ce travail est d’appréhender les représentations des différents acteurs de la ville –politiques et professionnels- à l’égard de cet héritage architectural d’une part et de comprendre comment ces représentations influencent ou non leurs politiques et leurs projets urbains d’autre part. En ce sens, notre souci est aussi de mettre au jour les enjeux et les finalités économiques, politiques, sociales et culturels qui se dessinent autour de cette architecture et de ces tissus urbains hérités de l’histoire.

Frédéric CACAUT – Le Perşembe Pazarı : un héritage urbain et architectural menacé

Le  Perşembe Pazarı possède un patrimoine commercial de han médiévaux, de han du XIXème siècle et du début du XXème siècle, remarquable. En effet, ce bazar regroupe un nombre important de caravansérails urbains du XIXème et du début du XXème siècle, intéressants aussi bien pour leur qualité architecturale que pour leur typologie (sans cour ou avec une cour couverte), rompant ainsi avec une typologie traditionnelle de han antérieurs au XIXème siècle. Ces han n’ont jusqu’à maintenant, presque jamais été étudiés mis à part la thèse de doctorat de l’Université Technique d’Istanbul de N. Gülenaz. Ils suscitent alors peu d’intérêt et sont aujourd’hui  particulièrement menacés par rapport aux divers projets de réhabilitation du quartier que projette la municipalité du Grand Istanbul.

Julien BOUCLY – Coopération et conflictualité sur le site du patrimoine mondial d’Istanbul. Récit d’un dialogue entre l’UNESCO et ses interlocuteurs turcs

Les « zones historiques d’Istanbul »
Cet intitulé désigne le site d’Istanbul inscrit en 1985 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les délimitations du site font précisément références à quatre zones : le parc archéologique aux alentours du palais de Topkapı, les mosquées de Suleymaniye et Zeyrek, ainsi que leurs quartiers environnants, et les abords des murailles byzantines de Théodose II.
Ces zones sont situées sur le site protégé de la péninsule historique, s’étendant sur l’ensemble de la municipalité de Fatih.
Au-delà d’un site du Patrimoine Mondial (PM), la péninsule représente tout à la fois un espace culturel à préserver, un secteur à fort potentiel touristique et un territoire aux développements urbains frénétiques. Elle fait ainsi l’objet d’intenses conflictualités de fonctions et d’appropriations.
L’inscription sur la liste de l’UNESCO transforme le cadre des concurrences urbaines de ce territoire. Les zones historiques d’Istanbul, en tant que patrimoine mondial de l’humanité, sont devenues un bien culturel national et une façade pour la République de Turquie auprès de l’UNESCO. La péninsule historique fait ainsi partie des 745 patrimoines culturels reconnus par la communauté des Etats parties à la Convention du patrimoine mondial (La Convention) pour leur valeur universelle exceptionnelle. L’Etat turc est de ce fait responsable de la protection de ce bien devant l’organisation internationale. L’acquisition du label du patrimoine mondial modifie ainsi le cadre des politiques publiques et les modes de gestion du site.
Mais la perception internationale de ce territoire ne doit pas nous détourner des enjeux locaux dont il fait l’objet. Les aménageurs urbains et les responsables politiques sont en effet aussi soucieux du prestige culturel international de la ville que du développement économique de la municipalité de Fatih et du bien-être de ses habitants. Plusieurs priorités se confrontent alors à travers la gestion du site d’Istanbul. Chacune d’elles s’expriment par la voix et l’action des parties prenantes du patrimoine mondial, au niveau local, national et international.

« Haliç’in yeni köprüsüne UNESCO’dan denetim » – Hürriyet

UNESCO’dan bir heyet, İstanbul’un Dünya Kültür Mirası Listesi’nden çıkarılmasına neden olacağı iddia edilen Haliç Metro Köprüsü’nü inceledi. UNESCO Dünya Miras Komitesi St. Petersburg’da Haziran’da düzenlediği oturumda, izleme listesinde olan İstanbul’da araştırma yapma kararı almıştı....

Juillet – Septembre 2005

Environnement 1er juillet 2005 : L’İSKİ engage enfin une opération de nettoyage du fleuve Kurbağlıdere à Kadıköy. Peint et exalté par les artistes du XIXème siècle, ce fleuve est devenu depuis les années 1980...

La loi 5366. Une nouvelle prérogative municipale d’expropriation dans la gestion du patrimoine architecturale. Les cas de Galata à Beyoğlu et Sulukule à Fatih

Güzel Beyoğlu Organisée à l’initiative du maire de Beyoğlu, Ahmet Misbah Demircan, la réunion d’information dans les locaux de l’Association de Galata (Galata Derneği-24 août 2006, de 10h30 à 13h) a été l’occasion pour les habitants...