Excursion urbaine du 13 janvier 2010 : Çırpıcı Deresi

Compte-rendu de l’excursion urbaine du 13 janvier 2010 :

Rédigé par Yoann Morvan avec l’aide d’Alp Ferman

 

Çırpıcı Deresi, aperçus sur un

cours d’eau en voie de disparition

 

Nous continuons notre cycle d’excursions urbaines et notre destination est cette fois-ci Çırpıcı Deresi. De nouveau, il s’agit d’un cours d’eau se jettant dans la mer de Marmara. Il faudrait presque en parler au passé puisque, comme nous l’avons constaté lors de notre excursion, il n’en reste plus qu’un mince filet d’eau douce, sauf vers l’embouchure mais ce sont alors les eaux marines qui remontent.

Notre premier arrêt se situe sur une hauteur vers l’amont, hauteur d’où nous pouvons observer la violente industrialisation à laquelle la zone a été soumise à partir des années 1940, ainsi que son ancienne vocation de “mesire”, lieu traditionnel de promenades depuis l’époque ottomane.

Un second arrêt est effectué du coté de Fildamı, une magnifique citerne byzantine située sur les contreforts de la rive droite. Malheureusement, cette citerne est laissée à l’abandon, sans qu’aucun projet de restauration ne vienne la valoriser. Autour, les anciennes industries sont détruites au profit d’immeubles d’habitation se voulant de standing, tandis qu’un centre commercial est en cours de construction. En face de nous se trouve l’hippodrome Veli Efendi. Sa présence au bord de la rivière est bénéfique : elle permet aux eaux d’être un peu “épongées” en cas de crue.

fildamicirpici1

Nous redescendons ensuite vers l’embouchure (Bakırköy) où nous nous arrêtons une troisième fois. Des travaux d’aménagement (“Islah”) ont eu pour effet d’entrainer les eaux maritimes à remonter vers l’amont, le nouveau lit de Çırpıcı étant en-dessous du niveau de la mer sur plusieurs centaines de mètres, comme le montre la photographie ci-dessous :

cirpiciportionaval1

Un quatrième arrêt nous conduit sur la rive gauche dans un parc dans lequel une mosquée a été édifiée quelques années auparavant (en 2003). Nous nous approchons alors du bord de l’eau et constatons la remontée d’eaux maritimes assez sales. Le rivage est quant à lui emconbré de détritus, alors que nous aurions pu y imaginer un chemin de halage complétant le dispositif du parc.

Nous poursuivons et nous nous arrêtons un peu plus loin (cinquième arrêt) près du site de Denizatı. Il s’agit d’un secteur récemment désinsdustrialisé où un premier projet immobilier non-achevé de quatre immeubles imposants est en voie d’être supplanté par un plus vaste projet mené par Kiptaş. Ces immeubles, qui sont pourtant presque terminés, vont probablement être démolis pour laisser la place nette pour le “Kentsel Dönüşüm Projesi” de Kiptaş. Ce dernier est destiné à une population plus aisée mais la prétention à une qualité de vie améliorée ne prend absolument pas en compte l’aménité potentielle représentée par Çırpıcı.

Un sixième arrêt nous amène à mesurer l’ampleur du désastre écologique : en nous approchant du bord de la rivière nous n’apercevons qu’un mince filet d’eau alors qu’il avait plu les jours précédents. Les effets pervers des travaux de réaménagement du lit de Çırpıcı perturbent son cours et son débit. En outre, une odeur pestilentielle nous laisse à penser que les eaux usées y sont déversées sans retraitement préalable.

cirpici_au_fondrealistanbul

Le Çırpıcı deresi, ou ce qu’il en reste, et sur la droite le projet « Real Istanbul » en cours de construction.

Nous remontons en amont et nous nous arrêtons (septième arrêt) à un parc créé par la municipalité, celle-ci souhaitant visiblement redonner un peu de lustre à l’ancienne vocation de “mesire” de l’endroit. Ce parc est muni de divers équipements destinés à satisfaire la demande sociale locale en matière de lieux d’agréments.

effortsibbrevitalisation1

Cependant, pour que le lieu demeure agréable, de récurrents curages du lit du Çırpıcı sont nécessaires sans quoi l’eau stagne et les mauvaises odeurs se propagent. Nous assistons à l’un de ces curages « sanitaires » lors de notre excursion :

islahcalismalarimesire1

Nous terminons notre parcours en remontant vers l’Otogar. Nous traversons une zone qui comprend encore bon nombre d’industries, dont certaines sont reconverties en point de vente, en particulier vers Merter. Le Çırpıcı deresi parait comme jouer à cache-cache avec l’urbanisation, tant celle-ci le recouvre sur la majeure partie de ce segment de son cours. Par endroits, ce sont des immeubles d’habitations qui sont installés dans son lit, ce qui fait craindre le pire, notamment en cas de tremblement de terre. L’Otagar est elle aussi dans ce cas de figure. Dix jours avant notre venue, une importante inondation l’avait totalement paralysée : revanche sporadique du Çırpıcı deresi ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.