Excursion urbaine du 14 avril 2010 : Göksu et Küçüksu

Compte-rendu de l’excursion urbaine du 14 avril 2010 :

Rédigé par Yoann Morvan et Benoit Montabone


Göksu et Küçüksu, les « Eaux douces d’Asie »

au défi de la spéculation immobilière

 

Cette excursion urbaine se concentre sur deux cours d’eau, le Göksu et le Küçüksu, deux fleuves côtiers de petite taille (environ 25km) se jetant dans le Bosphore à hauteur de Anadolu Hisarı. Situés principalement sur l’arrondissement de Beykoz (le Küçüksu sert de limite administrative avec l’arrondissement d’Üsküdar), leurs bassins versants connaissent une urbanisation rapide aux impacts immédiats sur les débits, le ruissellement et la qualité des eaux. L’implantation probable du troisième pont sur le Bosphore relance la spéculation immobilière déjà très active depuis l’ouverture du deuxième pont dans tout l’arrondissement de Beykoz et concerne directement les espaces que nous parcourons. Nous remontons les cours d’eau d’aval en amont.

 

L’embouchure des deux cours d’eau est séparée par une petite plaine alluviale, une « petite Mésopotamie » en quelque sorte, endroit très réputé sous l’Empire ottoman comme lieu de villégiature et de promenade et connu sous le nom des « Eaux douces d’Asie », en échos aux « Eaux douces d’Europe » sur le Cendere au nord de la Corne d’or.

La « petite Mésopotamie » et Anadolu Hisarı aux alentours de 1900

De cette période faste il ne reste aujourd’hui que le kiosque de Küçüksu Kasrı et de très beaux arbres pluri-centenaires. Cet espace plat au bord du Bosphore, type de terrain assez convoité, est dorénavant utilisé comme parking et aire de stockage. Le chantier du deuxième pont s’en est servi comme plate-forme logistique ; et il est question de recommencer avec le chantier du troisième pont, mais ce projet se heurte à une mobilisation des riverains de type NIMBY qui acceptent la construction d’un troisième pont mais ne veulent pas pâtir des désagréments de la construction.

Les deux fleuves côtiers connaissent des aménagements  différents à cette hauteur. Le Küçüksu est canalisé et endigué de manière rectiligne dans le cadre d’un projet de réaménagement des berges mené par ISKI (Istanbul Su ve Kanalizasyon Idaresi). La consolidation de l’embouchure révèle un mode de retraitement déjà observé lors d’autres excursions urbaines : une intervention à partir de l’aval au détriment du bassin-versant, ce qui peut rendre ces aménagements superflus. En 1911, une inondation avait emporté à cet endroit de très beaux yalı.

L’embouchure du Küçüksu

Le Göksu sert lui de port pour des barques de pêcheurs et des yachts personnels, élément d’agrément pour des yalı relativement bien restaurés. Nous remontons le Göksu pour trouver des traces des anciens aménagements des jardins ottomans et observer l’industrialisation des abords du cours d’eau. Trois usines étaient implantées le long, dont une usine de brique et une usine de corde pour la Marine ayant appartenu à la famille d’Orhan Pamuk. Ces usines sont aujourd’hui fermées et la question de leur réhabilitation est posée. Une est reconvertie en école religieuse ; un projet de complexe de grand standing avec marina serait apparemment à l’étude, néanmoins l’information n’est pas confirmée. Des chantiers navals artisanaux subsistent, liés aux petites activités de plaisance ou de pêche basées sur le Göksu. Certaines berges sont laissées en friche, appropriées socialement par des populations marginales leur conférant mauvaise réputation et ayant inspiré le cinéaste Reha Erdem dans son film Hayat var, dont la plupart des scènes ont été tournées ici.

L’embouchure du Göksu

La deuxième halte plus en amont s’effectue au même point sur les deux rivières, à la limite de l’influence maritime. Les rivières se transforment en minces filets d’eau et on observe une grande pollution solide dans les talwegs. Sur le Göksu, il s’agit de la zone des « Quatre Frères », lieu d’agrément couru sous l’Empire ottoman dont seuls quelques arbres centenaires subsistent. Les terrains appartenant à ISKI étaient autrefois recouverts de vergers et de plantations de maïs. La zone d’accès au barrage de Elmalı commence ici, à proximité d’une base militaire de l’OTAN, discrète mais apparemment active. La zone inconstructible a été urbanisée ; les habitations ont été détruites en partie, démontrant les conflits pouvant exister entre ISKI et la municipalité plus complaisante. Les structures demeurent dans le paysage sans avoir été retraitées. L’accès au barrage (construit par un français) nous est malheureusement refusé.

Le Göksu (surplombé par le viaduc) avant le barrage

Nous avons ensuite rendez vous à la station d’épuration sur le Küçüksu, belle installation qui retraite les eaux de trois arrondissements d’Istanbul, recoupant un bassin versant de plus de 1,5 millions d’habitants.

Filtrage des eaux usées dans la station de Küçüksu Atıksu Arıtma Tesisi

La capacité de retraitement est de 120 000 m3 par jour par un simple système de filtrage et de décantation. L’eau n’est pas traitée avant d’être renvoyée directement au fond du Bosphore, dans un courant à 50m de profondeur qui remonte dans la Mer Noire et se perd dans les eaux profondes. D’après les ingénieurs de ISKI, ces eaux ne remontent jamais à la surface. Les eaux usées ne sont pas séparées des eaux pluviales dans le réseau de collecte et sont donc filtrées ensemble. Les boues sont elles retraitées dans les deux grandes stations de retraitement installées par ISKI hors de la ville. 20 personnes travaillent dans cette station mais 2 seulement sont membres d’ISKI ; les autres sont des sous-traitants ou du personnel en délégation d’autres institutions. Invariablement, les cours d’eau sont couverts sur certaines portions pour favoriser la circulation automobile ou le petit commerce, renforçant par là même la vulnérabilité du milieu en cas d’aléas pluviométriques forts. Après ces espaces bien délimités dans l’hydrographie, il devient plus difficile de suivre les cours d’eau tant la topographie est niée par l’urbanisation. Le Küçüksu est enserré dans un canal de grande proportion pour recueillir les crues éventuelles ; ce dernier passe au milieu de la route, est parfois recouvert et même occupé par quelques habitations individuelles résiduelles, fortement exposées en cas de crue.

 

Recouvrement du Küçüksu par la route

 

Endiguement du Küçüksu vu depuis le bus

 

L’écoulement des eaux étant indissociable du type d’occupation du sol, nous nous intéressons plus particulièrement aux modes d’urbanisation du bassin versant du Göksu et plus généralement de l’arrondissement de Beykoz. A proximité du littoral, la construction est fortement réglementée par la loi sur le Bosphore de 1983, cependant cela n’a pas empêché des complexes fermés de haut standing et des résidences de luxe d’être construits. En arrière du littoral, l’urbanisation incontrôlée est dominée par différentes formes d’illégalités. 70% des terrains de l’arrondissement sont publics, l’occupation privée dominante est donc majoritairement illégale. Illégalité du sol, illégalité de la construction, parfois les deux, puis régularisation a posteriori de l’une, de l’autre ou des deux formes d’illégalité sont le cycle classique de l’avancée du front urbain et de la densification des espaces internes. Les versants témoignent des différents stades de l’habitat des périphéries stambouliotes : quelques gecekondu persistent, mais la plupart ont été consolidés, verticalisés en apartkondu. La pose du toit sur les immeubles est un signe révélateur de la fin d’un cycle de construction et d’une légalisation de la construction par la mairie de Beykoz. L’occupation de versants abrupts et le poids accru des habitations représentent un risque supplémentaire dans un contexte de ruissellement et d’érosion assez important.

Effet de mode ou mimétisme social, les collectifs coopératifs sont peu à peu fermés par des murs et des barbelés dans la recherche d’une sécurité et d’un entre-soi qui sont la norme dans les grands projets de construction de l’arrondissement. Nous passons justement le long des murs de « Acarkent », plus importante citée fermée (en turc « site« ) de Turquie avec plus de 2000 villas. Elle s’étend sur deux versants avec au cœur un complexe sportif, le Coliseum, élément principal des aménités spécifiques que sont la sécurité, la verdure et les équipements collectifs. La Site a son propre supermarché, son propre collège, et comporte différents quartiers dont certains sont eux-mêmes fermés au sein du vaste complexe résidentiel. Le taux d’occupation n’est pas très élevé et le turn-over très fort, toutefois l’argument de la sécurité sismique reste un facteur important de son attractivité.

Vue aérienne de Acarkent. Source : www.maps.google.com

Rattachée à Beykoz en 2008, la municipalité de Çavuşbaşı créée en 1999 a longtemps été un « trou noir » de la planification stambouliote, ce qui explique la multiplication des grands projets liés à l’ouverture du deuxième pont. A proximité de Acarkent, la Site de « Beykoz Konakları », plus modeste, est un exemple de l’effet d’entraînement créé par l’ouverture d’un complexe résidentiel fermé majeur. Le viaduc et la voie rapide reliant les Site au pont sont arrivés après la construction des villas, abaissant l’aménité « verdure » mais améliorant l’accessibilité aux centres d’affaire de la ville. La préoccupation environnementale n’est présente qu’en tant qu’agrément de vie, et toujours secondaire par rapport aux intérêts économiques personnels ou collectifs.

La présence des réservoirs d’eau est un des éléments qui limitent l’urbanisation totale de cette zone, mais le mitage des forêts est facilement observable autour de projets menés par des acteurs au pouvoir politique fort, comme TOKI, la municipalité d’Istanbul (via KIPTAŞ) ou des clubs de football (Beşiktaş). Le lac du barrage d’Elmalı que nous longeons est exceptionnellement haut, plein à plus de 90% suite à des précipitations hivernales très importantes cette année.

Barrage d’ Elmalı vu depuis le bus

Nous terminons notre parcours par un arrêt au sommet de Çamlıca, d’où nous pouvons nous rendre compte de l’étendue de l’urbanisation vers l’Est de la ville. Au loin les tours d’Ataşehir nous permettent de relier nos observations d’aujourd’hui à celles de l’excursion urbaine précédente. Nous observons aussi le nouveau centre d’affaire en construction autour de Carrefour, présenté comme un nouvel Istanbul et voulant rééquilibrer l’offre de l’immobilier de bureau au sein de la mégapole d’Istanbul.

 

Vue sur le Bosphore depuis Çamlıca

 

La pinède de Çamlıca était déjà réputée à la fin de l’époque ottomane comme lieu de villégiature. Aujourd’hui, elle abrite un nombre important d’écoles privées et de résidences personnelles de très haut standing (le premier ministre a ici sa demeure personnelle). Ici encore, la mise en scène de l’environnement dans le parc et dans les jardins privés semble bien éloignée des préoccupations environnementales que nous avons essayé de dégager au cours de cette journée de terrain.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.