La fin d’un Rossignol

Bulletin 13 –

Sa gloire lui était venue en 1931, alors qu’elle chantait pour Arsoy « Si je pouvais embrasser tes yeux, pleins de passion et de création ». Sa réputation était présente dans le cœur de chaque Turc et cette chanson avait fait exploser les ventes de disques, chaque fois renouvelée par la sortie d’un nouveau refrain de cette grande artiste. Elle a enregistré des centaines de chansons et tous les foyers turcs possède au moins un de ses airs…

L’histoire de la chanson turque vient de tourner une page avec la disparition, au mois de janvier, de la plus populaire des chanteuses du pays, Madame Safiye Ayla.

Safiye Ayla est née probablement en 1907, et c’est donc officiellement à l’âge de 91 ans qu’elle vient de disparaître en ce début d’année. Comme toutes les grandes stars de la chanson ou étoiles de cinéma, à qui le destin tragique donne une volonté de vivre plus forte qu’aux communs des mortels, Safiye Ayla perdit son père à la naissance, et se retrouva orpheline de mère alors qu’elle n’avait que trois ans. Son Grand-père maternel n’eut alors pas d’autre choix que de placer la petite fille dans un orphelinat du quartier de Bebek, où elle grandit.
Alors qu’elle atteignait l’âge de neuf ans, elle fut adoptée par un Député de la région de Bursa, seyh Servet Efendi, et partit s’établir dans sa nouvelle famille adoptive. L’homme politique qui veillait sur la petite fille décida de faire de la jeune Safiye une maîtresse d’école et l’envoya à l’école normale pour filles de Bursa, d’où elle se diploma en 1925.
Mais la passion de la musique était si forte en elle, qu’elle prit, après ses classes dans les écoles de Bursa, des cours de chants et de musique, auprès des plus grands maîtres de l’époque, Monsieur Eyüplü Mustafa Hoca et Yesari AsIm Arsoy.

C’est en 1931 que la gloire vint frapper à la porte de la jeune fille, alors qu’elle interpréta sa célèbre chanson « Si je pouvais embrasser tes yeux, plein de passion et de création », air que les jeunes Turcs de cette fin de XXième siècle connaissent encore sur le bout des doigts. Des lors, chaque sortie de disque, d’abord en cylindres de cire, en 78 tours, en 33 tours, 45 tours puis repris en son digital en CD a été un succès inégalé dans la vente de musique en Turquie.

Safiye Ayla n’a jamais caché au public ou aux journalistes son amour pour Atatürk depuis ce jour de 1932, où elle interpréta sa chanson fétiche pour lui. Des lors, elle fut invitée par toutes les personnalités en vue de Turquie, et donna un concert exceptionnel chez le gouverneur militaire d’Istanbul, Nuri Bey. Elle y rencontra de nouveau Atatürk qui lui enseigna une chanson qu’il affectionnait particulièrement, « Mani Oluyor Halimi Takrire Hicabim ». Elle conserva ce refrain comme son emblème, et acheva tous les concerts qu’elle donna pendant les cinquante prochaines années par cette mélodie.

La rencontre de Safiye Ayla avec Atatürk allait bouleverser sa carrière et la hisser dans les plus hautes sphères du pouvoir, où elle était reçue très fréquemment par Ismet Inönü, le premier Ministre de l’époque.
Dans une entrevue qu’elle donna bien des années plus tard, elle confessa l’incident qui la brouilla avec Atatürk: alors qu’elle était invitée chez le Premier Ministre Inönü un soir de 1935, au pavillon ministériel de Florya Kösk, Atatürk envoya la jeune chanteuse dans la chambre du Premier Ministre pour savoir si ce dernier avait besoin de quelque chose avant de s’endormir. Inönü reçut la jeune artiste avec tous les égards d’un gentleman, et, voyant qu’elle était épuisée par le récital qu’elle venait de donner dans la soirée, lui proposa de prendre du repos quelques minutes sur un sofa. Il lui offrit un pyjama de soie. Safiye s’endormit et ne se réveilla que le lendemain matin, surprise de se trouver dans la chambre du Premier Ministre, habillé, rasé et parfumé, qui la regardait avec compassion et tendresse. Il lui dit ceci:

« Mademoiselle, j’ai pour habitude de me lever aux aurores, que puis-je faire contre ceci? »
Quand Atatürk apprit que Safiye Ayla avait passé la nuit dans la chambre du Premier Ministre, il manifesta des signes de jalousie et ne l’invita plus jamais dans un dîner officiel.

Safiye poursuivit alors sa carrière dans le groupe de Daruttalim-i Musiki, où elle eut l’opportunité de travailler avec les plus grands maîtres de musique de l’époque: Zekaizade Ahmet Irsoy, Sadettin Kaynak, Selahattin PInar ou Nevres Bey. Elle fut également engagée cette année-là par le Conservatoire d’Istanbul pour y dispenser des cours de chants.

En 1933, Elle se produisit sur scène au Casino Mulenruj, qui est aujourd’hui le grand cinéma Fitas de la Istiklâl Caddesi, et les critiques d’alors ne cessaient de complimenter l’artiste pour l’impact qu’elle laissait dans le monde de la musique à Istanbul.

Forte de ce succès remporté sur les planches stambouliotes, Safiye entreprit une tournée à travers toute la Turquie, avant de poursuivre son tour de chants dans les Balkans, et au Moyen-Orient où elle fut idolâtrée à Beyrouth et à Alep en Syrie. Elle poursuivit alors son périple en Égypte, en Allemagne et en Suisse.

La carrière de Safiye Ayla s’arrêta brutalement lorsqu’en 1950, elle épousa serif Muhiddin Targan, descendant du prophète et célèbre joueur de Ud, instrument traditionnel turc, et se consacra entièrement à sa vie matrimoniale. Elle vécut avec son mari 17 années de bonheur, quand ce dernier disparut en 1967 des suites d’une maladie. Elle ne se remaria pas.
Safiye reprit alors le chemin des planches, et donna de nombreux concerts à la radio et fut la première artiste à se produire devant les caméras de la télévision qui faisait ses débuts en Turquie.

En novembre 1997, Safiye fut admise à l’hôpital américain pour des problèmes rénaux et placée sous dialyse en soins intensifs. Ce n’est que le 15 janvier 1998, après une semaine de coma, qu’elle s’est éteinte. Des télégrammes venus de la Présidence, du Ministère de la Culture ou de Hautes administrations, ainsi qu’une foule nombreuse, composée de stars du show-business ou de simples anonymes venue pour ses funérailles, montrent à quelle point elle était respectée par l’ensemble de la population.
Sans héritier, elle a légué sa fortune, composée de biens immobiliers et de comptes en devises, à la fondation nationale pour l’éducation.

La discographie de Safiye Ayla représente plus de 500 disques, et en raison du nombre important de concerts gratuits qu’elle donna aux profits d’œuvres caritatives, elle reçut de nombreuses fois les plus grandes récompenses de la chanson turque.

Safiye Ayla a marqué et marque encore toutes les tranches d’âge de la société turque par sa voix si particulière et ses refrains si mélancoliques. Bien que depuis une dizaine d’années, la chanson populaire turque est entrée dans un monde de consommation de type américain, « un artiste-un succès-un printemps », chacun en Turquie, gardera dans son âme, un refrain d’enfance qui résonne aux accents de Safiye Ayla.

La fin du rossignol marque aussi la fin d’une époque…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.