Excursion urbaine du 25 novembre 2011 : La fabrique des épouses, Bağcılar

Compte-rendu d’excursion rédigé par Marousia Ferry et Cilia Martin

Türkçe çeviri

Notre dernière excursion urbaine s’est déroulée au « Centre culturel et d’art de la femme et de la famille » (Kadın ve aile kültür sanat merkezi) dans l’arrondissement de Bağcılar. Ce dernier associe la densité la plus élevée d’Istanbul et le taux d’emploi féminin le plus faible. La municipalité de Bağcılar est passée aux mains du Refah en 1992, elle est aujourd’hui AKP. La jeune et dynamique responsable du centre, Nurtan Hanım, nous reçoit très aimablement.


Le centre a été créé en janvier 2011 par la municipalité et reçoit le soutien financier de l’Union Européenne à hauteur de 90%. Il propose de nombreux cours et activités dont une « école de mariage » qui apprend aux femmes à être de bonnes épouses et mères de famille. Suite à ce projet, l’ouverture d’un centre équivalent pour handicapés est prévue. Enfants, femmes, handicapés, ce sont les populations jugées les plus fragiles qui sont au cœur de la politique sociale de la municipalité.

Toutes les femmes de l’arrondissement de Bağcılar peuvent bénéficier des activités du centre à condition de suivre les cours de la « evlilik okulu » le week-end. Les nombreuses activités du centre sont prises en charge par la municipalité.

De l’extérieur, ce centre flambant-neuf est massif, il comporte 5 étages plus un sous-sol. Son architecture hésite entre le style néo-ottoman, néo-mauresque et néo-classique.

À l’intérieur, passé le portique de sécurité, on peut descendre au sous-sol dans la salle de sport qui propose de nombreuses machines.

Le rez-de-chaussée abrite une grande salle d’exposition et la cuisine où se déroule une formation cuisine suivie par une trentaine de femmes. Elles préparent des repas qu’elles vendent aux professeurs et étudiants du centre. A la fin de la formation, elles peuvent recevoir un diplôme qui leur permettra de travailler à l’extérieur. L’Etat s’engage à payer une partie des charges sociales pendant deux ans.

Le premier étage est destiné entièrement à la question de l’enfant et des problèmes d’éducation sous forme d’un projet « Chaque maison est une école maternelle » (Her ev bir anaokulu). Trois psychologues reçoivent les enfants accompagnés de la famille principalement pour des questions de concentration ou de comportement à l’école. La mère y apprend à être le relais de l’instituteur à la maison. Depuis le début du projet, le centre a décerné à 602 femmes le diplôme de la « bonne mère ».

Au deuxième étage, le centre propose des activités telles que la broderie, la couture, décoration florale, boîte à dragées, bijoux en perles. Les objets fabriqués pourront être vendus sur le parvis du centre. Par ailleurs, des cours d’arabe et d’anglais sont également disponibles. Ces loisirs créatifs occupent les femmes qui ont ainsi l’occasion de parfaire et partager leurs compétences « para-ménagères ».

Au troisième étage, on trouve des formations à vocation plus professionnelle (comptabilité, centre d’appel, aide-soignante). Ces cours accueillent plus de jeunes femmes ayant toutes terminé le lycée.

Salle informatique – cours de comptabilité

Cours de cuisine

Activité de décoration florale

Un étage au dessus, une grande salle de séminaire avec une scène et des fauteuils de velours rouge pouvant accueillir jusqu’à 150 personnes. Dans cette salle, on touche à la raison d’être idéologique du centre, à savoir la promotion de l’unité familiale.

Salle de séminaire

Dans cette perspective, le centre ne prévoit pas de dispositif visant à accueillir les femmes victimes de violences familiales, pas plus que la municipalité n’a envisagé d’ouvrir un refuge pour femmes battues (sığınma evi). Le maire, en personne, traite les questions d’urgence au cas par cas. Il les place temporairement dans des hôtels ou autres centres d’hébergement, il s’oppose donc à la mise en place de refuges arguant que ces derniers pourraient devenir la cible de vengeances familiales. Le centre prône la réconciliation conjugale et notre interlocutrice a émis l’idée de sensibiliser les hommes en amont, dans les cafés voire dans les mosquées.

Il s’agit donc d’un véritable projet d’ingénierie sociale qui vise à façonner un certain modèle national de femme, en s’appuyant sur un milieu d’affaires local bien déterminé. Ce projet est la marque de fabrique du centre et le distingue des autres structures à vocation sociale de l’arrondissement.

Reste à voir les effets indésirés du passage par le centre et par exemple de l’acquisition de compétences assurant aux femmes une relative indépendance économique.

www.kadin-aile.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.