Excursion urbaine du 22 février 2011 : Ikitelli

Compte-rendu et vidéo de l’excursion urbaine du 22 février 2011 :

Rédigé par Aziliz Pierre, Brian Chauvel et Cilia Martin.

 

ISTOÇ (İstanbul Toptancılar Çarşısı):

relocalisation du demi-gros

de la Corne d’Or à Ikitelli


Le 22 février 2011, Istoç était l’objet de la visite organisée par l’Ifea, à laquelle les étudiants de l’Institut parisien d’urbanisme (IUP) ont participé. La route qui mène à Istoç, depuis Eminönü, est en soi un bon résumé du processus de déconcentration industrielle et commerciale ayant eu lieu à partir des années 1980 à Istanbul, et dont Istoç est une résultante représentative. En partant de la péninsule historique et en longeant la Corne d’Or dont les ateliers et entrepôts situés sur les berges ont été rasés à partir de 1986, il est possible de visualiser ce glissement des activités industrielles du centre, actuellement dévolu aux activités touristiques (correspondant au projet de Kent Müzesi, Istanbul ville musée), vers la périphérie, toujours plus lointaine.

Istoç, marché de grossistes d’Istanbul sous forme de coopérative, est finalement inauguré en 1995. Cette vaste emprise commerciale, majoritairement installée sur des terrains publics, constituée de 7200 locaux et 4000 membres reste représentative de la politique commerciale turque actuelle par la nature de ses ambitions.

p1030215

Le marché d’Istoç est constitué de 7200 locaux.

p1030215

Vue de l’intérieur du marché.

I Istoç, un exemple de décentralisation commerciale.

Profitant de la volonté politique de désengorgement de la péninsule, la coopérative d’Istoç s’est constituée en 1979 et a mené à la formation d’un marché de semi-gros hors les murs. Ce projet, situé dans le quartier d’Ikitelli, à proximité du TEM (deuxième périphérique connecté au pont FSM ouvert en 1988), avait pour but de réunir, dans une visée fonctionnaliste, l’ensemble des grossistes de différents secteurs, hormis ceux de l’alimentaire et du textile.

p1030215

Plan d’Istoç

 

Après une période lors de laquelle le marché était essentiellement dominé par une activité peu dynamique de dépôt, l’année 2002 annonce le réveil d’Istoç qui se tourne alors davantage vers la vente et commence à se remplir, créant ainsi une accélération des délocalisations de la péninsule vers ce nouveau centre. Tous n’ont pas sauté le pas, la logique de double-localisation est encore extrêmement présente. Beaucoup de commerçants conservent un magasin dans la péninsule, à Eminönü, Tahtakale par exemple, afin de rester proche d’une certaine clientèle tout en ayant un pied dans le nouveau marché d’Istoç. Cette résistance à la délocalisation, sournoisement soutenue par l’ancienne municipalité d’Eminönü (intégrée à l’arrondissement de Fatih en 2009), est un des facteurs qui explique la constitution laborieuse du marché.

p1030215

Un exemple de double-localisation. Ce magasin d’Eminönü signale avoir une annexe à Istoç.

Il s’inscrit dans un espace largement occupé par des activités décentralisées parmi lesquelles ; les imprimeries, premières activités déplacées, Tekstil Kent, espace dédié à la vente de textile et le secteur de l’automobile (présence d’Oto Center, Automall ). La création d’Istoç Oto Ticaret Merkezi, espace de vente de voitures d’occasion en extension du marché existant, s’inscrit dans une volonté générale de créer, sur ce territoire une synergie dans le domaine de l’automobile. Mais est-ce-que l’offre créera la demande… ?

 

II Une coopérative mais une variété de secteurs et d’ambitions.

Contrairement à Ikitelli, zone industrielle organisée où se trouvent 36 coopératives, le marché d’Istoç n’est constitué que d’une seule coopérative couvrant 40 secteurs. Cette organisation a suffisamment d’indépendance pour promouvoir ses propres projets (cf Istoç Sarayı) et échapper à la gouvernance des municipalités alentours. L’actuel administrateur de la coopérative, issu des rangs de l’ANAP (parti libéral), ancien responsable technique de la municipalité de Fatih pendant la mandature de Bedrettin Dalan à la mairie d’Istanbul. Il avait alors suivi de près les grands projets urbains et industriels.

Par ailleurs, la présence de deux mosquées, dont la deuxième a été financée selon l’imam par la communauté Fetullah Gülen, très influente au sein du marché, montre l’importance d’autres réseaux qui se croisent avec les réseaux politiques évoqués précédemment. Une troisième mosquée est en projet. Les services (restaurants, banques, ancien centre médical, futur hôtel) en font une sorte de ville dans la ville. Une ville dont la vie s’arrête à 21h et qui est gardée par 9O agents de sécurité.

p1030215

La mosquée financée par la communauté Fetullah Güllen

L’administration d’Istoç annonce un taux de remplissage de 88% mais une promenade sur le terrain permet de se rendre compte que derrière les façades actives se trouvent des zones de désertion ; il semble que par endroits, des processus de contagion aient conduit à la formation de zones vidées de toute activité.

p1030215

p1030215

Exemples d’allées vidées de leurs commerces

 

Cette entité est constituée d’une quarantaine de secteurs différents, allant de la vente de bibelots à celle des emballages en passant par les magasins de vaisselle, de matériel de plongée, de jouets ou le commerce lié au pèlerinage visant les musulmans d’Europe. Certains magasins font office de dépôts, d’autres sont des lieux de vente en gros, mais souvent aussi au détail.

p1030215

Bijouteries, objets en plastiques, jouets et outils se côtoient

 

L’arrière pays productif s’est également beaucoup diversifié au cours des années. Les industries présentes à Ikitelli furent le premier gisement d’usines mais la délocalisation aura eu raison des liens qui unissaient fortement Istoç à son environnement proche. Par exemple, le directeur du magasin Schafer «Kültür Masası » (culture de la table turque), ancien forain de Kars, explique que la production de ses produits se fait depuis la Pologne, la Chine, la Corée, la Thrace, les Etats-Unis et que la vente se fait vers l’Iran, l’Irak, la Hollande, l’Azerbaïdjan, l’Arménie…L’avant-pays d’Istoç s’étend jusqu’aux Balkans, l’Europe, Le Proche et Moyen-Orient, l’Irak du Nord, l’Arabie Saoudite, l’Afrique ou encore la Russie.

Le projet d’Istoç est extrêmement changeant et a subi de nombreuses évolutions. L’alimentaire, auparavant exclu, est entré dans le marché. Certains commerces, en quête de visibilité, ont délaissé la forme typique et égalitaire du marché en petites alvéoles réunies en 45 îlots (ada), pour créer des plazzas plus hauts et plus modernes. Les projets en cours semblent bien perpétuer ces changements de stratégies par rapport au projet initial.

p1030215

Une tendance à la plazzaification se fait jour sur le marché

Vers un nouveau développement du marché d’Istoç

Les projets engagés par la coopérative ainsi que le projet de prolongement du métro léger de la municipalité convergent vers un nouveau développement du marché d’Istoç dans plusieurs voies.

Après la création d’Istoç Oto Ticaret Merkezi en 2005 qui constituait une première extension des activités du marché, l’arrivée du métro prévue pour la fin 2012, permettra un meilleur accès au marché, non seulement utile pour développer sa fonction actuelle de vente en gros mais également pour s’ouvrir davantage à la vente au détail. Trois niveaux de commerce sont prévus dans la station de métro qui desservira l’autre projet, l’Istoç Sarayı.

p1030215

Le projet de centre commercial en premier plan, au fond, l’Istoç Sarayı.

 

Ce dernier, projet d’hôtel accompagné de la construction d’un centre commercial, est prévu pour 2012 et permettra de loger les clients du marché tout en offrant de l’espace à de grandes marques, certaines déjà présentes dans l’enceinte d’Istoç. Avec ce projet, l’administration du marché s’empare des formes courantes de l’urbanisme commercial stambouliote ; tour de 29 étages (dont le gros œuvre vient de se terminer après un an de travaux) et vaste mall commercial signalent une volonté d’internationalisation (profitant de la proximité de l’aéroport d’Atatürk) et de visibilité du marché.

Le terrain militaire voisin, déjà percé par le passage d’une 2×2 voies en construction, est par ailleurs l’objet de la convoitise de l’administration d’Istoç, en quête d’agrandissement.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.