Excursion urbaine du 24 mars 2011 : Unkapanı

Compte-rendu de l’excursion urbaine du 24 mars 2011 :

Rédigé par Aziliz Pierre, et Cilia Martin.

 

Visite de Istanbul bakkallar odası (chambre des épiciers d’Istanbul)

 

Il existe 25 000 bakkal à Istanbul. Leur origine géographique est la suivante : 50% d’Anatolie, 30% d’entre eux viennent de la Mer Noire et 20% des régions côtières.

« Bakkal amca », l’honneur du mahalle face à la déferlante AVM

L’OUI a été chaleureusement accueilli, le 24 mars, à l’Istanbul bakkallar odası (Chambre des épiciers d’Istanbul), fondée en 1950 à Unkapanı, comme au sein d’une « famille », mot plusieurs fois utilisé par Ismaïl Keskin, président de la chambre, pour caractériser la corporation des bakkallar. Une ambiance familiale donc, parce que le bakkal est plus qu’un commerçant, il est aussi une figure sociale du quartier, qui peut à l’occasion renseigner un passant, faire crédit ou raconter l’histoire du quartier. Mais aussi parce que la chambre des épiciers tente de fédérer cette corporation pour faire perdurer un métier menacé. En effet, l’apparition, dans les années 1950, de grandes enseignes alimentaires comme Migros et Gima a commencé à affaiblir la profession, situation empirée dans les années 1990 par la multiplication des magasins discount tels Dia, Bim et par l’arrivée de Carrefour en 1994. Après avoir représenté plus de 80% du chiffre d’affaires de la vente au détail il y a 15 ans, les bakkallar ne réalisent plus que 50% de ce chiffre d’affaires.

 

Le bakkal, une figure artisanale du commerce

Selon le président de la chambre, la profession de bakkal peut être définie par des critères juridiques. Un premier critère, physique, est la taille du magasin. Celle-ci ne doit pas dépasser 100 à 150m². Le deuxième critère est comptable ; le chiffre d’affaires d’un bakkal doit être inférieur à 250 000 TL par an. Au-delà, le commerçant relève d’une autre catégorie ainsi que d’une autre procédure puisqu’il doit s’inscrire à la chambre de commerce d’Istanbul (ITO). Ainsi le bakkal est une sous-catégorie de l’esnaf (du mot ottoman esnaf, classer), un artisan.

Lorsqu’il répond à ces critères, le commerçant doit tout d’abord acquérir un numéro d’imposition. Sans cet enregistrement fiscal, il ne peut devenir membre de la chambre. Mais ces procédures ne sont pas toujours respectées ; Istbako estime que 20% des bakkal ne sont pas du tout inscrits fiscalement, afin d’éviter de payer la taxe mensuelle, et restent alors inconnus de la chambre.

La corporation des bakkallar, d’après Ismaïl Keskin, peut se définir comme le monde des petits commerçants. Cependant, certains bakkal s’inscrivent directement à la chambre de commerce d’Istanbul, malgré leur chiffre d’affaires insuffisant, par souci de distinction. Le président de la chambre est fier de comparer la disponibilité du personnel de l’Istbako envers les membres à l’impersonnalité de la chambre de commerce d’Istanbul. Par exemple, Ismaïl Keskin nous a assuré être joignable jour et nuit, 7/7 pour aider les épiciers.

 

Le bakkal, une figure sociale du quartier

En tant que petit commerce de quartier, le bakkal possède un rôle privilégié au sein du quartier. Au-delà de sa fonction de commerçant, la figure de l’épicier possède une relation personnelle avec ses clients, relation magnifiée par l’expression « bakkal amca » (« l’oncle épicier ») qui fait l’objet d’une communication publicitaire. Ismaïl Keskin a insisté sur la singularité d’une telle appellation pour un commerçant, appellation qu’on ne peut trouver que dans la corporation des bakkal. Mémoire du quartier, informateur (parfois commère, « sırdas »), gardien des valeurs traditionnelles, tous ces rôles peuvent être tour à tour endossés par un bakkal. Un nouvel arrivant dans un quartier peut s’adresser à l’épicier du mahalle pour trouver un lieu ou une personne. De même, le « bakkal defteri », cahier dans lequel l’épicier note les crédits qu’il concède à ses clients, est très symbolique d’un système de micro-crédit qui irrigue les relations de voisinage. Le journal Güneş a d’ailleurs publié un article titrant sur la « Bakkalbank » ; la dette totale due aux 200 000 bakkallar turcs s’éléverait à 1 milliard de lires turques.

De même, l’Istbako affirme faire davantage que des procédures administratives. Initialement, la chambre possédait un statut de cemiyet, puis d’association dans les années 1950, finalement mué en statut de chambre en 1991. Son président est un fonctionnaire. D’après lui, la fonction d’Istbako est ambivalente et oscille entre celle d’une institution publique, statut conféré par la loi 657 et celle d’une association. En effet, la chambre peut avoir un rôle social pour les membres en leur facilitant l’accès au crédit bancaire, ou en organisant des collaborations, par exemple, avec l’association Işkur qui dispense des cours sur différents thèmes (marketing, hygiène, achat/vente) afin d’améliorer la formation des petits commerçants (seulement 5% des membres de la chambre ont suivi un enseignement supérieur).

L’Istbako a cependant du mal à mobiliser ses membres. A titre d’exemple, une réunion organisée en mars afin de renseigner les membres sur la nouvelle loi, n’a attiré que 300 des 7000 membres, malgré les invitations personnelles et les sms envoyés à chacun. Cela s’explique notamment par le fait que la plupart du temps, un bakkal tient seul son magasin. 6h de réunion représentent donc pour lui une journée de fermeture. De même, une proposition de crédit à taux zéro relayée par la chambre n’a eu qu’un faible écho, auprès de seulement 25 bakkal. Fait qui explique le manque de réactivité  de ses membres. Cette distorsion révèle la difficulté de gérer et d’organiser une corporation qui bien qu’étant une « famille » se caractérise aussi par la diversité et l’éclatement des bakkal dispersés entre Tuzla et Silivri.

 

Le bakkal, une figure menacée

La multiplication des centres commerciaux (AVM) et des magasins alimentaires discount constitue la menace principale pour les petits commerces tenus par les épiciers. Le laisser-faire des autorités a été fortement critiqué par Ismaïl Keskin. Selon lui, l’Etat ne soutient pas le petit commerce. Il laisse beaucoup de libertés aux grandes enseignes (kontrolsuz). En effet, les centres commerciaux peuvent vendre à tout moment et sans aucune contrainte et négocient même avec la municipalité pour pouvoir s’implanter dans les quartiers. Un bakkal rencontré lors de notre parcours menant à la chambre a dit « survivre » depuis que des Dia et Bim se sont ouverts dans le quartier de Cibali. Ses seuls atouts face à cette concurrence restent la disponibilité horaire et le crédit. Mais les autorités publiques ne valorisent par la profession d’épicier. La police viendrait parfois à minuit pour forcer à fermer les magasins.

Cette concurrence n’est pas qu’un sujet économique mais revêt de fortes implications politiques et symboliques. En effet, les enseignes discount telles que Kim ou Bim sont associées au pouvoir. Par exemple, un membre de la famille du maire d’Istanbul est propriétaire de Bim. Ainsi, l’orientation politique des bakkal se fait en opposition envers le parti au pouvoir et se dirige davantage vers des partis nationalistes tels le MHP ou encore avec le parti de tendance islamiste Saadet. Ironie du sort, cela n’empêche pas la plupart des épiciers de s’approvisionner dans les supermarchés.

Aussi, la gentrification de certains quartiers entraîne soit une disparition, soit une folklorisation des bakkal. Cependant, dans les quartiers plus conservateurs, tels Fatih, lorsque des familles s’élèvent socialement, elles continueraient à fréquenter leur épicier, par attachement aux valeurs traditionnelles symbolisées par le bakkal.

Face aux difficultés, l’union des bakkal est envisagée ; Ismaïl Keskin n’est pas pour cette solution, car elle mènerait à la perte de la spécificité des épiciers et créerait un autre type de commerçant. Malgré tout, les bakkal survivent et trouvent des moyens de faire parler d’eux, comme avec cette campagne de « publicité » mettant à contribution des personnalités, tels des artistes de théâtre valorisant la figure des bakkal.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.