Auteur : Isabelle Gilles

Marie TIXEIRE – Bilan critique des politiques de logement social à Istanbul

Dans cette étude, nous nous emploierons à montrer qu’il existe plusieurs décalages entre les processus politiques de logement à Istanbul et les réels besoins de la ville.
Les politiciens promettent d’importantes constructions de logements pour tous, mais ont-ils réellement saisi l’état des besoins ? Ce besoin se situe-t-il au niveau de la demande pure et simple d’habitation ou plutôt au niveau de la requalification et de la réhabilitation des logements ?

Depuis les années 50, la ville d’Istanbul connaît  des flux migratoires considérables. Les  autorités n’ont pu faire face à ces déferlements et les migrants se sont logés par leurs  propres moyens dans des gecekondu, habitations illégales.
Les jeux des politiciens locaux consistaient à, tantôt régulariser ces logements contre de  frais suffrages, tantôt à les détruire.

Clément BIRONNEAU – Un espace public au carrefour des usages : le jardin de Hasbahçe, entre intrusions du politique et arts de faire

Le jardin public est un objet singulier et les fonctions qui lui sont assignées sont très diverses.
Historiquement, des jardins ont été aménagés pour permettre aux élites de se mettre en scène ou pour améliorer l’hygiène des villes. Ils sont souvent considérés par le public qui les fréquente comme les lieux du délassement, du rêve et du divertissement, ou comme des refuges pour les amoureux. Lieux suspendus entre la nature et la ville, extérieurs à celle-ci tout en étant considérés comme un aménagement urbain indispensable, parcs et jardins charrient des représentations variées et parfois contradictoires.
Notre travail porte sur Hasbahçe, un jardin public de la ville d’Istanbul dans lequel s’incarnent puissamment les aspects cités ci-dessus. Les fonctions assignées par les pouvoirs publics locaux au parc de Hasbahçe sont multiples, et répondent aux représentations très diverses que les acteurs de ces pouvoirs publics se font de cet objet urbain singulier.

Victoire BECH – L’interaction entre les activités culturelles et les transformations urbaines dans l’arrondissement de Beyoğlu à Istanbul: Quelle place réservée à la création artistique ?

Les activités culturelles foisonnent à Istanbul, et particulièrement dans l’arrondissement historique de Beyoğlu situé sur la rive européenne. Inscrit dans des logiques de renouvellement urbain depuis une vingtaine d’années, sa configuration se montre aujourd’hui bousculée. À mesure qu’il connaît un regain d’intérêt depuis les années 1990, les projets et centres artistiques se structurent. Toutefois, les phénomènes de retour vers les quartiers emblématiques de la ville se montrent aussi contrariants et perturbateurs pour cette dynamique culturelle. Alors les activités culturelles entretiendraient-elles une relation ambiguë avec les transformations urbaines ?

Julien BOUCLY – Coopération et conflictualité sur le site du patrimoine mondial d’Istanbul. Récit d’un dialogue entre l’UNESCO et ses interlocuteurs turcs

Les « zones historiques d’Istanbul »
Cet intitulé désigne le site d’Istanbul inscrit en 1985 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les délimitations du site font précisément références à quatre zones : le parc archéologique aux alentours du palais de Topkapı, les mosquées de Suleymaniye et Zeyrek, ainsi que leurs quartiers environnants, et les abords des murailles byzantines de Théodose II.
Ces zones sont situées sur le site protégé de la péninsule historique, s’étendant sur l’ensemble de la municipalité de Fatih.
Au-delà d’un site du Patrimoine Mondial (PM), la péninsule représente tout à la fois un espace culturel à préserver, un secteur à fort potentiel touristique et un territoire aux développements urbains frénétiques. Elle fait ainsi l’objet d’intenses conflictualités de fonctions et d’appropriations.
L’inscription sur la liste de l’UNESCO transforme le cadre des concurrences urbaines de ce territoire. Les zones historiques d’Istanbul, en tant que patrimoine mondial de l’humanité, sont devenues un bien culturel national et une façade pour la République de Turquie auprès de l’UNESCO. La péninsule historique fait ainsi partie des 745 patrimoines culturels reconnus par la communauté des Etats parties à la Convention du patrimoine mondial (La Convention) pour leur valeur universelle exceptionnelle. L’Etat turc est de ce fait responsable de la protection de ce bien devant l’organisation internationale. L’acquisition du label du patrimoine mondial modifie ainsi le cadre des politiques publiques et les modes de gestion du site.
Mais la perception internationale de ce territoire ne doit pas nous détourner des enjeux locaux dont il fait l’objet. Les aménageurs urbains et les responsables politiques sont en effet aussi soucieux du prestige culturel international de la ville que du développement économique de la municipalité de Fatih et du bien-être de ses habitants. Plusieurs priorités se confrontent alors à travers la gestion du site d’Istanbul. Chacune d’elles s’expriment par la voix et l’action des parties prenantes du patrimoine mondial, au niveau local, national et international.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search