Décembre 2003 – mars 2004

Revue de presse établie à partir de la presse turque.

Principales sources :

  • Zaman : Z.
  • Cumhuriyet : C
  • Özgür Bakış : Ö-B
  • Yeni Gündem : Y.G.
  • Sabah : S
  • Sabah-İstanbul : S-İ
  • İstanbul-Hürriyet : İ-H
  • Türkiye : Tü
  • Finansal Forum : FF

Environnement

  • L’hiver a été extrêmement rude à Istanbul, mettant à l’épreuve les citoyens au quotidien et les pouvoirs locaux. Trois épisodes neigeux et froids, début janvier, les 23-24 janvier et les 23-24 février 2004, ont sérieusement perturbé la vie sociale et économique de la métropole. Les journaux ont abondamment couvert ces événements climatiques, n’hésitant pas à mettre en cause les administrations locales pour le manque de prévention et leur incapacité à réagir dans l’urgence. En particulier au lendemain des deux premières vagues de neige, les manchettes des principaux quotidiens ont été virulentes : « L’effondrement de la métropole » (24/01/2004, R.) ou encore « Istanbul en crise perpétuelle » (27/01/2004, R.). Concrètement, ces épisodes se sont soldés par la paralysie complète de la circulation, y compris sur les principales artères, par de longues et éprouvantes coupures d’électricité, de gaz et d’eau, et par la fermeture des écoles, universités et même de certaines institutions publiques et privées pendant au total près d’une semaine. Des centaines d’accidents se sont produits, notamment à cause du non-respect du port obligatoire des chaînes par les conducteurs. Même à Istanbul, on a déploré plusieurs morts de froid. Le cas le plus dramatique est celui d’un élève d’une école primaire d’Ümraniye (périphérie est) saisi par le froid et la mort sur le chemin du retour. L’enseignant qui l’a laissé partir dans ces conditions a été inculpé. Deux autres personnes sont également mortes de froid dans la rue début janvier, l’une à Zeytinburnu et l’autre dans l’arrondissement de Bağcılar. Début février, les barrages d’Ömerli et de Darlık commençaient à déborder et 6 autres bassins avaient atteint plus de 90% de leur capacité limite. Face à l’urgence de la situation, accentuée par les accusations des médias, la Municipalité a mis en place une série de plans d’urgence de grande ampleur pour prévenir l’arrivée de la troisième vague. Des cellules de crise ont été mises en place dans 83 centres névralgiques de la ville, ainsi qu’une vingtaine d’équipes médicales mobiles, coordonnées par le Centre de coordination des catastrophes de la la Mairie du Grand Istanbul (AKOM). Ces événements ont été à certains égards les révélateurs de dysfonctionnements à la fois techniques et décisionnels importants. 07/01/2004, 08/01/2004, R., 23/01/2004, 24/01/2004, 27/01/2004, 12/02/2004, 20/02/2004, 22/02/2004, 24/02/2004, R.
  • Le Ministère de l’Environnement et des Forêts prépare un train de lois, de mesures et de décrets visant à accélérer la lutte contre la pollution de l’air (un ‘Clean Air Act’ à la turque est en préparation) et faciliter le retraitement des eaux usées. Pour inciter les acteurs privés (surtout les industriels) à plus de sensibilité sur ces questions, d’importantes réductions fiscales et du coût de l’électricité (jusqu’à 45%) sont prévues. 30/12/2003, R.
  • Suite au naufrage d’un pétrolier géorgien à l’entrée nord du Bosphore, l’« Organisation pour l’environnement des combattants de la nature », association écologiste férue d’actions spectaculaires et médiatisées, a procédé au nettoyage bénévole des plages souillées d’Anadolu Feneri. C’est l’occasion pour l’organisation de rappeler à l’opinion publique combien le passage des tankers constitue une menace pour Istanbul. 18/12/2003, R.
  • 17 des 43 navires condamnés à des amendes d’un total de 3,7 trillions TL (environ 2,5 millions d’Euros) en 2003 pour avoir pollué le Bosphore et son environnement battent pavillon turc. 14/01/2004, R

Transports

  • L’observation radar du Bosphore 24h/24 a officiellement débuté le 30 décembre 2003 à 14 heures et non, comme cela avait été préalablement annoncé, le 31 octobre 2003 (cf Electroui précédent). Rappelons que 8 tours radar ont été installées sur le Bosphore et 5 sur le détroit des Dardanelles à Çanakkale. Ces tours de contrôle continuent de susciter des réserves chez les architectes turcs. Le système a coûté au total 40 millions $ et emploie 70 personnes. 1/3 des 47 000 navires qui traversent le Bosphore chaque année transportent des matières inflammables. 31/12/2003, R.

Le trafic dans le Bosphore

Nb de bateaux en 2003 46 939
Nb de tankers en 2003 8 097
Tonnes de pétrole 128 948
Nb de tankers/jour en 2003 22
Nb de tankers/jour en 2000 17

Source : Vatan, 5/02/2004, p.9

  • Durant la première vague d’intempéries, début janvier 2004, le trafic maritime sur le Bosphore a été interrompu durant 10 jours par mesure de sécurité. Les raffineries d’Europe occidentale ont ainsi connu d’importants problèmes de ravitaillement. Une solution à court terme étant impossible, les compagnies pétrolières turques et étrangères souhaitent relancer le projet de construction d’un pipeline entre Samsun et Ceyhan (Golfe d’Alexandrette). Le coût d’un tel projet est évalué à 700 millions $. Il serait financièrement avantageux pour ces compagnies et réduirait considérablement les risques écologiques liés au trafic sur le Bosphore. Cependant, un pipeline ne pourrait transporter qu’1/3 des 122 millions de tonnes de pétrole acheminées annuellement par voie maritime sur le trajet considéré. 13/01/2004, R.
  • Durant la seconde vague de froid et de neige (23-24 janvier), les fortes rafales de vent ont eu raison de l’un des câbles d’acier du Pont du Bosphore. Durant 3 jours, plusieurs voies du pont ont dû être fermées au trafic afin de permettre aux réparations d’être effectuées. Au total, les travaux d’inspection et de vérification ont duré deux mois. 28/01/2004, 30/01/2004, R
  • L’appel d’offre, lancé en décembre 2003, pour la construction du Marmaray, a été remporté par un consortium turco-japonais, Taisei-Kumagai Gumi-Gama-Nurol. Les travaux doivent débuter fin avril et devraient durer 4 ans. Le coût du tunnel est évalué à 830 millions $. Le Ministre des Transports a déclaré que le Marmaray devrait permettre un allègement de 8% du trafic. Le trajet s’étend sur 76 km entre Halkalı (Küçükçekmece) et Gebze. Il comprend trois étapes : la première étape prévoit la réalisation du tronçon d’immersion de 13,3 km entre Söğütlüçeşme (Kadıköy) et Yedikule (Zeytinburnu) ; la seconde étape est la réhabilitation de la voie ferrée du train de banlieue entre Gebze et Söğütlüçeşme (43,4 km) et entre Yedikule et Halkalı (19,6 km). La troisième étape, enfin, prévoit la construction ou l’achat des trains. À l’issue des travaux, la part du réseau ferré dans l’ensemble du réseau de transports collectifs d’Istanbul devrait passer de 3,6 à 27,7%. Le Marmaray transportera 75 000 passagers par heure, soit plus de 7 fois plus que le train de banlieue. Le trajet Gebze-Halkalı pourra être réalisé en 104 minutes. 02/01/2004, R ; 05/04/04, Z, p.4
  • Le projet de modernisation de la voie ferrée reliant Ankara à Istanbul a finalement été budgété. Il doit permettre au Boğaziçi Express, qui effectuera ce trajet en 3h10 (au lieu de plus de 8 heures), d’être mis en service. L’appel d’offres a été gagné par un consortium turco-espagnol. La première étape des travaux a débuté en janvier, elle concerne le tronçon Ankara-Eskişehir. Les 437 millions d’Euros nécessaires ont été budgétés. Le second tronçon (Eskişehir-Istanbul Haydarpaşa) sera mis en route fin 2004. Les travaux devraient durer au total 34 mois et coûter 1,2 milliard $. 04/01/2004, R.

Urbanisme et construction

  • Le Ministère de la Culture et du Tourisme a annoncé que le nombre de sites protégés en Turquie s’élevait à 6989. Ces sites sont répertoriés selon 4 catégories : 5402 sites archéologiques, 879 sites naturels, 194 sites urbains, 125 sites historiques et 389 ‘autres’. 407 de ces sites ont été d’ores et déjà dotés d’un plan d’aménagement en vue de leur protection. Notons à cet égard que le nouveau Plan d’aménagement pour la protection de la péninsule historique, achevé en mai 2003, attend encore sa ratification par l’Assemblée municipale. 18/12/2003, R.
  • À compter du 1er janvier 2004, l’impôt foncier a été augmenté de 14,25%, soit la moitié de l’augmentation initialement envisagée. On peut y voir un effet de la maîtrise de l’inflation, qui se confirme. 24/12/2003, R.
  • À l’initiative de l’Union des chambres des ingénieurs et des architectes (TMMOB) et d’une association locale, deux procès ont été intentés contre, d’une part, la Mairie de Beykoz, et d’autre part, le Conseil de protection des biens culturels et naturels, pour avoir donné leur autorisation à la construction de 911 villas à Acarkent, sur la forêt privée de Serdaroğlu. Rappelons qu’Acarkent est la plus importante cité privée de villas d’Istanbul. Le coefficient de densité des constructions y dépasse largement les seuils fixés dans cette forêt, qui avait été classée site protégé (SIT alanı) en 1995. 12/02/04, M., p.14.
  • Les observations par satellite ont révélé que 7192 bâtiments avaient été construits sur les zones de première protection des bassins-réservoirs en eau gérés par ISKI. 2095 de ces constructions sont même situées dans le périmètre immédiat de ces bassins. Sur la base de ces documents, ISKI entend rappeler les maires d’arrondissement, parfois enclins à la complaisance, à leurs responsabilités en matière de destruction. 20/02/2004, R.
  • En vertu des décisions gouvernementales relatives à la construction, avant la fin 2004, de 100 000 logements collectifs dans toute la Turquie, un accord de principe a été signé avec une firme malaise, qui financera le projet, baptisé « mobilisation pour le logement ». Une part de ces logements sera construite à Istanbul, sur des terrains publics cédés par l’État. 29/02/2004, R.
  • Le « Ministère des Travaux publics et de l’Établissement » vient de rendre publiques des irrégularités commises en 2001-2002 relatives à l’attribution de marchés publics, pour la construction d’écoles et d’hôpitaux publics. Il s’agit de cas de surfacturation dont le montant s’élèverait à 10 trillions TL (environ 6 millions d’Euros). Les deux tiers du total de ces surfacturations concernent le chantier de l’hôpital public de Gaziosmanpaşa, qui demeure inachevé. 06/04/04, Z., p.6.
  • Un projet de tour géante à Maslak vient d’être annoncé en grande pompe par l’homme d’affaires Hattat, patron du Hattat Holding, spécialisé dans la construction et le tourisme. Cette tour devrait dépasser les 200 mètres et devenir la plus haute d’Istanbul, devant les tours de la İş Bankasi (181 mètres), celles de Metro-City (143 mètres), les tours Tatlici (143 mètres également) et les tours Sabanci (140 mètres). Lors de la présentation du projet, il a été précisé que cette tour, déjà baptisée « Diamant d’Istanbul », aurait une structure porteuse entièrement faite de béton et non d’acier. 16/03/04, M., p.4.
  • Un cas de corruption a été révélé à Cekmeköy (arrondissement d’Ümraniye). Il concerne les administrateurs d’une importante coopérative de construction, Ekol Kent. Le chantier de cette coopérative, initié en 1997, avait été rapidement interrompu par la municipalité de Cekmeköy en raison de son caractère illégal. L’autorisation de construire a finalement été accordée en février 2000 suite aux démarches entreprises par les membres de la coopérative. Le chantier a été à nouveau interrompu en 2002, car l’entreprise de construction n’était pas payée par la coopérative et que l’argent destiné à la payer avait disparu. 2/03/04, G., p.5.

Politique

Politique locale (pour les élections municipales, cf. Série thématique) :

  • Le 1er décembre 2003, soit quelques mois avant les élections municipales, 29 des 37 responsables inculpés dans le procès ‘Akbil’, lié au mode de paiement des transports publics, qui durait depuis 1999, ont été finalement acquittés. L’ancien Maire d’Istanbul Recep Tayyip Erdoğan, Premier ministre depuis mars 2003, a bénéficié de son immunité parlementaire, au même titre que quatre autres parlementaires. Le cas d’A. M. Gürtuna, Maire d’Istanbul de 1998 à 2004, a été repoussé à une date ultérieure. 02/12/2003, R.
  • L’adoption de la loi sur les administrations locales a été une nouvelle fois différée et reportée au lendemain des élections du 28 mars 2004. En chantier depuis 2001, cette loi devrait redéfinir les compétences des différentes administrations locales (yerel yönetimler). Elle s’inscrit résolument dans une vaste réflexion relative à la modernisation de l’État et de l’administration dans un esprit à la fois européen (principe de subsidiarité), participatif (katilimci), et dans un souci de transparence. En effet, parallèlement à ce projet de loi, les premiers articles d’une loi sur l’administration publique (Kamu Yönetimi Kanunu) ont été votés par l’Assemblée nationale entre la fin 2003 et le printemps 2004. En outre, une loi sur l’accès à l’information (Bilgi Edilme Yasasi) a d’ores et déjà été intégralement adoptée. Quant à la loi sur les administrations locales, loi transversale qui concerne à la fois les municipalités, les super-municipalités et les muhtarlık, elle modifiera sensiblement la fiscalité et le fonctionnement interne des assemblées élues (conseil municipal et conseil de département), ainsi que les procédures d’accès au statut de municipalités. De même, une modification des limites de la super-municipalité d’Istanbul est envisagée, qui entraînerait la suppression d’une quarantaine de municipalités de second rang (belde belediyeleri), et l’ajustement des limites de la Municipalité du Grand Istanbul sur celles du département (il). C’est sur ce dernier point en particulier que les débats sont les plus vifs, expliquant le retard pris dans l’adoption du texte de loi. Ainsi, le Président de la République a opposé son veto à deux articles de cette loi, relatifs à l’extension des limites de la souveraineté des grandes municipalités aux périphéries, où le développement urbain est le plus incontrôlé. Il considère que ces articles, qualifiés d’inconstitutionnels, pourraient menacer l’équilibre des pouvoirs entre la préfecture et les grandes municipalités.
  • Signalons aussi que la Turquie est en train de se doter d’un maillage administratif régional conforme aux normes européennes (NUTS). Depuis fin 2002, un nouveau découpage existe, qui comprend trois niveaux : 12 super-régions, 26 régions intermédiaires et les 81 départements. Il reste à doter ces nouvelles entités d’une personnalité juridique. Nous renvoyons au site de la TESEV (www.tesev.org) pour un commentaire critique et détaillé du projet de loi sur les administrations locales.
  • Le budget de l’« Administration spéciale du département d’Istanbul » (İl Özel İdaresi) est estimé, pour 2004, à 500 trillions TL (environ 300 millions d’Euros), soit 15 fois moins que celui de la Municipalité du Grand Istanbul. Cette administration locale, dont les compétences sont précisément en cours de redéfinition, gère entre autres l’éducation, la santé et les infrastructures (ces trois postes absorberont l’essentiel des investissements, qui représentent 60% dudit budget). 15/12/2003, R.
  • Une décision du tribunal administratif a redéfini les limites administratives respectives des arrondissements d’Esenler et de Küçükçekmece. La zone concernée concentre 25 000 habitants (en majorité dans des grands collectifs construits soit par KIPTAŞ, soit par TOKI) ; relevant jusque-là de Küçükçekmece, elle est désormais rattachée à Esenler. 29/01/04, Z., p.21.

Prisons et Droits de l’Homme

  • Le dispositif pénitentiaire turc est en voie de reconfiguration et de « modernisation ». Entre 45 et 50 petites prisons d’arrondissement, ainsi qu’un certain nombre de prisons en position jugée trop centrale, vont être fermées, et les prisonniers transférés dans des prisons centrales plus conformes aux normes en vigueur. À terme, le Ministre de la justice souhaite à la fois réduire de moitié le nombre d’établissements et construire des centres pénitentiaires hors des villes. La Turquie comptait en janvier 2004, au total, 504 établissements carcéraux, où sont détenus entre 64 et 65 000 prisonniers. Dans le cadre de cette réforme, une ordonnance du 30 janvier 2004 redéfinit la distribution des prisonniers en fonction des chefs d’accusation. Les personnes accusées d’avoir hébergé et nourri des « terroristes » ne seront plus incarcérées avec les activistes. 10/01/2004, 11/01/2004, 31/01/2004, R.
  • La tristement célèbre prison de Bayrampaşa déménage. Le maire et les habitants de cet arrondissement ont obtenu gain de cause après des années de réclamations. La prison de Bayrampaşa est en service depuis 1968. La zone avait alors été considérée comme idéale pour sa situation périphérique. Aujourd’hui, Bayrampaşa est l’un des arrondissements les plus peuplés d’Istanbul, et la population de l’arrondissement dit souffrir de l’image négative de cette prison, qui a fait à de nombreuses reprises la une des médias nationaux durant les 10 dernières années (rappelons que l’opération « Retour à la vie » menée par les forces de polices dans la prison le 19 décembre 2000 contre les grévistes de la faim avait fait 12 morts ; 1 an auparavant, le 20 septembre 1999, un règlement de compte entre deux groupes mafieux avait fait 8 morts). Le maire de Bayrampaşa, Hüseyin Bürge, en poste depuis 1994, a engagé en 2001, avec à ses côtés 250 représentants d’« associations de la société civile », la campagne « Nous ne voulons pas une prison mais une université ». Le Ministère de la Justice a finalement cédé à la pression et a obtenu du Ministère de la Défense qu’un terrain d’une surface équivalente, situé dans l’arrondissement d’Esenler, lui soit attribué. Le projet est encore à l’étude, mais la prison déménagera quoi qu’il arrive l’année prochaine. Des habitants de Bayrampaşa, interrogés par les journalistes du quotidien Radikal, ont déclaré que leurs enfants pourraient désormais « grandir dans un environnement psychologique plus sain que celui dans lequel eux-mêmes ont grandi », et d’ajouter « pourquoi Bayrampaşa ne pourrait-il pas être un nouvel Etiler ou un nouveau Levent ? ». 09/12/2003, R.
  • 19/12 : Commémoration des trois ans de l’opération « Retour à la vie », conduite simultanément dans plusieurs prisons d’Istanbul, et du reste de la Turquie, pour mettre un terme aux grèves de la faim contre les prisons d’isolement, entamées 2 mois plus tôt. Des manifestations ont été organisées devant les prisons concernées par les familles des victimes et par diverses associations de défense des droits de l’Homme. Le 28/12, le périphérique autoroutier E5 a été bloqué durant plus d’une heure par une opération spectaculaire. 5 parentes de victimes se sont enfermées dans des cages métalliques installées au milieu des voies. Il a fallu beaucoup de temps aux forces de sécurité et aux pompiers pour dégager l’autoroute.
  • Les procès des 1615 policiers ayant participé à l’opération, et des personnels pénitenciers inculpés, se poursuivent. Certains d’entre eux ont déjà été acquittés. Ajoutons qu’en mars 2004, une 110ème victime de ce long conflit était à déplorer. 12/12/2003, 19/12/2003, 20/12/2003, 29/12/2003, R.
  • Le porte-parole de la Direction générale de la Sécurité a déclaré que les cas recensés de tortures et de mauvais traitements avaient diminué de 80% en 2003 par rapport à 2002. En 2003, 1164 dossiers concernant des policiers accusés de tels actes ont été traités. 1064 de ces dossiers ont abouti à des sanctions, dont 218 à des renvois. 17/01/2004, R.
  • Par ailleurs, selon le Ministère de la Justice, 392 cas de tortures ont été portés devant le Tribunal européen des droits de l’Homme depuis sa création. 189 procès son toujours en cours et 84 ont été réglés à l’amiable. Au total, la Turquie aurait payé 1,6 millions de Livres Sterling, 113 000 Dollars, 9 millions de Francs et 274 000 Euros d’indemnisations ‘morales’. Le Tribunal européen des droits de l’Homme, de son côté, aurait payé à la Turquie 614 mille Livres Sterling, 9500 Dollars, 1 million de Francs et 274 mille Euros d’indemnisations ‘morales’. 17/01/2004. Selon le Président du Tribunal européen des droits de l’Homme, il y a une diminution nette du nombre total de procès ouverts contre la Turquie en 2003. Il y aurait eu 2616 demandes en 2003, contre 3887 en 2002. La Turquie est désormais au cinquième rang des pays les plus souvent inculpés, derrière la Russie, la Pologne, la Roumanie et la France. 17/01/2004, R.
  • Dans le cadre de la loi « Retour au foyer » (Eve Dönüş Yasası), promulguée le 6 août 2003, les membres des organisations illégales avaient jusqu’au 6 février 2004 au soir pour profiter de cette amnistie particulière. Au total, 3350 personnes ont fait une demande, dont 2630 prisonniers. Les 720 autres se sont rendus dans un premier temps aux autorités, en espérant être graciées. 1820 individus ont été relâchés :
    • 462 des 1264 membres du PKK/KADEK ayant fait une demande, dont 201 des 254 membres qui s’étaient rendus aux autorités ;
    • 389 des 661 membres du Hizbullah ayant fait une demande, dont 302 des 347 membres qui s’étaient rendus aux autorités ;
    • 37 des 138 membres du DHKP/C ayant fait une demande, dont 12 des 13 membres qui s’étaient rendus aux autorités ;
    • 33 des 64 membres du TKP/ML-TIKKO ayant fait une demande, dont les 4 membres qui s’étaient rendus aux autorités ;
    • 5 des 31 membres du IBDA/C ayant fait une demande, sachant qu’aucun membre de l’organisation ne s’était rendu aux autorités. 05/02/2004, R

Autres

  • Erkin Yurdakul, le tout jeune rédacteur en chef de la revue d’extrême gauche nationaliste Türksolu Dergisi, réincarnation récente d’une revue mythique des années 1970, s’est suicidé à Beyoğlu. Il avait été exclu temporairement de son université pour activisme politique. 23/12/2003, R.
  • Publication des résultats d’une enquête sur « les doutes des Turcs au sujet de l’UE », menée fin 2003 par la Commission pour les projets de recherche scientifique de l’Université du Bosphore et le Centre des Études européennes, dans 20 départements auprès de 2123 personnes, dont 68% d' »urbains ». 74,4% des personnes interrogées se sont prononcées en faveur de l’entrée de la Turquie dans l’UE, ce qui représente une augmentation de 10% par rapport à 2002. En revanche, seuls 43% d’entre eux estiment que la Turquie entrera dans les 10 années à venir et près de la moitié des personnes interrogées (47,9%) considèrent que l’UE se joue de la Turquie avec des promesses non tenues. 24/12/2003, R.
  • Le maire d’Esenyurt (arrondissement de Büyükçekmece) Gürbüz Çapan, par ailleurs en procès pour corruption et détournements de fonds dans le cadre de ses fonctions municipales (cf Electroui n16), a été condamné à 15 mois de prison ferme par le tribunal de Kars, sa ville d’origine, pour avoir prononcé un discours sur la télévision locale durant lequel il avait débuté l’une de ses phrases par « Alors qu’Atatürk courait les filles dans le Palais de Dolmabahçe… » (« Atatürk Dolmabahçe’de kız kovalarken »). G. Çapan a cependant bénéficié d’un sursis, jusqu’à la fin de son mandat politique (signalons qu’il n’a pas été réélu fin mars 2004…) 26/12/2003, R.
  • 24/12 : Les médecins du secteur public ont observé dans tout le pays une nouvelle journée de grève (la première avait eu lieu le 5 novembre 2003), très largement suivie, pour réclamer une mise en conformité de leurs salaires avec ceux pratiqués dans le privé. Le slogan principal était « À travail égal salaire égal ! ». 25/12/2003, R.
  • 29/01/2004 : Entrée en vigueur d’une nouvelle loi redéfinissent les rapports financiers entre fondations ou associations et les institutions publiques. Désormais, les fondations et associations ne pourront plus bénéficier d’aides des pouvoirs publics sous quelle forme que ce soit (dons, salaires, participation au budget). Cette réforme fait suite à une série de malaises suscités par l’octroi de certains dons consentis par des institutions publiques. Un contrôle étroit sera désormais exercé sur la comptabilité des fondations et associations. 20/02/04, R.
  • 12/03/04 : Les 9 ans des événements de Gazi (cf. Electroui précédents), qui avaient fait 17 morts, ont été célébrés dans la tristesse par d’importantes manifestations. 13/03/04, R., p.5 ; 13/03/04, C. ; 13/03/04, G., p.12.

Vie économique

  • Le Ministère des Finances a rendu obligatoire l’utilisation de caisses enregistreuses pour les pompistes. En effet, le taux de fraude fiscale dans ce secteur est estimé entre 40 et 60%. 03/12/2003, R.
  • Le groupe Carrefour, associé au groupe Sabancı, a investi plus de 700 millions $ en Turquie en 10 ans. On compte désormais 11 hypermarchés Carrefour, 5 supermarchés Champion et 178 Dia. Les 6 Carrefours que compte Istanbul ne présentent pas tous les mêmes caractéristiques. Par exemple, celui du centre de Kadıköy est inséré dans un vaste complexe commercial appartenant au groupe de BTP Tepe (Nautilus). La chaîne emploie directement 4000 personnes et 40 000 “indirectement”. L’objectif du groupe est de devenir numéro 1 de son secteur d’ici 10 ans, le numéro 1 actuel étant Migros (groupe Koç). Le PDG du groupe en Turquie Gilles Roudy a annoncé que la politique de CarrefourSA continuait d’être de « vendre le moins cher possible ». 03/12/03, R.
  • En revanche, le groupe Sabancı a décidé de mettre fin à son association avec le groupe Danone, qui datait de 1997. Le groupe Sabancı a l’intention de promouvoir sa propre marque, Gıda SA. Le groupe DanoneSA possède pour l’heure 6 centres de production, dont un à Lüleburgaz, dans la grande banlieue ouest d’Istanbul. 17/12/2003, R.
  • Selon les données de l’OCDE, la Turquie fait partie des 3 pays membres, derrière l’Allemagne et l’Italie, où le chômage chronique est le plus élevé. 29,6% des chômeurs turcs n’auraient pas travaillé durant les 12 derniers mois (plus de 50% en Italie). L’Union européenne finance en 2004 à hauteur de 40 millions d’Euros un projet destiné aux chômeurs de longue durée en Turquie. 14/12/2003, R. De son côté, la Municipalité du Grand Istanbul a lancé un vaste projet d’aide à l’emploi, sur le modèle argentin, dit de la « piscine ». Il s’agit d’une banque de données consignant les besoins en main-d’œuvre des administrations locales et des associations et fondations. Le nombre de chômeurs à Istanbul est estimé à 1 million par les autorités locales. 23/11/03, S., p.7.
  • Les salaires des fonctionnaires ont été augmentés de 6% au 1er janvier 2004 (6,4 à 7,9% pour les retraités de la fonction publique) et seront augmentés à nouveau de 6% en juillet 2004 (6% pour les retraités de la fonction publique). 19/12/2003, R. Le 5 janvier 2004, cependant, le Premier ministre a annoncé que les retraités de SSK et Bağ-Kur (les deux principaux fonds) bénéficieraient d’une double augmentation de 20% pour 2004 (10% en janvier et 10% en juillet). Grâce à cette augmentation, le plus faible salaire d’un retraité SSK atteindra 364 millions TL (environ 230 Euros) et celui d’un retraité Bağ-Kur 310 millions TL (environ 200 Euros). 06/01/2004, R.
  • Selon une enquête menée par le syndicat Teksif, lié à la confédération Türk-İş, l’écomomie souterraine représenterait 45% du PIB turc (contre 15% en moyenne dans les pays membres de l’OCDE). Il y aurait en Turquie entre 4,5 et 5,5 millions de travailleurs non-déclarés (kaçak), dont 2,5 millions dans les secteurs du textile, de la confection et du cuir. 22/12/2003, R.
  • Le 29 décembre 2003, le gouvernement annonçait avec plusieurs semaines de retard le montant du salaire minimum net (Asgari ücreti). Il s’élève à 303 millions TL, soit environ 190 Euros (423 millions TL brut, soit environ 270 Euros). Notons toutefois que le salaire minimum ne concerne que les travailleurs déclarés (voir ci-dessous). Les taux d’inflation relativement faibles qu’a connus la Turquie ces derniers mois ont permis de procéder à une augmentation supérieure au taux d’inflation, pour la première fois depuis au moins 20 ans. Cependant les principales confédérations syndicales, rappelant que le seuil de la faim, pour un foyer de 4 personnes, est estimé à 593 millions TL (environ 385 Euros), ont jugé cette augmentation encore nettement insuffisante. 30/12/2003, 31/12/2003, 10/01/2004, R.
  • Le Département « Recherche » de la Mairie du Grand Istanbul a publié les résultats de l’enquête pauvreté 2003. L’enquête a été conduite dans les quartiers qualifiés de ‘varos’ (zone) de 27 arrondissements, auprès de 1272 personnes appartenant au groupe des ‘défavorisés’ (‘Alt sosyo ekonomik grup’, dont on ne sait pas sur quels critères il a été défini). 69% des personnes interrogées se situeraient en dessous du seuil de la faim, et 70% de l’échantillon ne bénéficie d’aucune couverture sociale. 02/02/2004, R.
  • Le même Département a publié parallèlement les résultats d’une enquête richesse. L’enquête a été conduite auprès de 1201 personnes appartenant au groupe des ‘favorisés’ (‘üst sosyo ekonomik grup’). Les revenus mensuels des foyers interrogées sont tous supérieurs à 3,5 milliards TL (environ 2500 Euros), et pour la moitié d’entre eux, supérieurs à 7 milliards TL (6500 Euros). L’auteur de l’article spécifie qu’il ne s’agit pas d’un groupe s’apparentant à la bourgeoisie ou à l’aristocratie européenne. En outre, bien qu’ils aient des revenus équivalents aux bourgeois européens, leurs pratiques resteraient très différentes. En particulier, l’enquête révèle que 85% des riches stambouliotes ne sont membres d’aucun « club ». 12/02/2004, R.
  • La lutte contre l’économie non-déclarée s’intensifie. Face à l’ampleur du phénomène une action commune semble prendre corps, résolvant en partie le conflit de compétences qui entravait jusqu’alors une lutte efficace. Les forces de la sécurité, la police municipale, la préfecture, la police financière, le Trésor d’Istanbul et, en amont, le Ministère de la Culture et du Tourisme, ont initié une série de mesures, mobilisant même la communauté intellectuelle et artistique. Des saisies et destructions spectaculaires ont été effectuées à Eminönü et Kadıköy, hauts lieux de vente de produits piratés (CD, films, logiciels, cassettes, livres, etc.). Selon la commission d’inspection de la préfecture du département d’Istanbul, les 419 opérations menées durant les 18 derniers mois ont permis de mettre la main sur des produits dont la valeur totale est estimée à 9,5 trillions TL, soit environ 6 millions d’Euros. Un effort est aussi déployé pour remonter les filières jusqu’aux lieux de production, dont une partie se trouvent désormais à Istanbul. Enfin, un projet de loi initié par le Ministère de la Culture et du Tourisme prévoit de faire entrer la production des produits pirates dans la catégorie « crime organisé ». Ce faisant, le droit sur la propriété intellectuelle devrait également être modifié. 15/01/2004, 21/01/2004, 02/02/2004, 02/02/2004. R.
  • Suite à l’entrée en vigueur de la loi de libéralisation du secteur des télécommunications (1er janvier 2004), la première licence d’exploitation a été accordée à Sabancı Telekom. 30/12/2003, R.
  • Le personnel de la plus grosse raffinerie de Turquie (groupe encore public TÜPRAS), située à Izmit, aux confins sud-orientaux de l’aire urbaine d’Istanbul, a manifesté contre le plan de privatisation de l’entreprise. L’offre de rachat, émanant d’une entreprise russe, a été considérée comme insolemment basse. 09/02/2004, R.
  • Le Ministre des Finances Kemal Unakitan a annoncé que l’année 2004 serait « l’année des privatisations ». Les entreprises dont la privatisation est annoncée pour l’année à venir sont : plusieurs raffineries de sucre, le secteur tabac de Tekel, Petkim (pétrole), la loterie nationale, des fabriques d’engrais, et certaines entreprises textile du conglomérat public Sümer, la Bourse des valeurs mobilières et la Bourse de l’or, les installations d’exploitation de l’eau de source de Manavgat (Antalya), ainsi que Tüpras et Turkish Airways. Ces privatisations se font selon des modalités différentes ; il s’agit soit de la vente de l’ensemble des actions de l’entreprise à un acheteur privé, soit de la vente partielle ou totale des actions à différents acheteurs. 11/02/2004, R.
  • Poursuite de la politique de lutte contre la consommation sauvage d’électricité, entreprise en 2001. On note une réduction « symbolique » de la quantité d’électricité détournée. En 2002, on estime que la moitié de l’électricité piratée l’est dans 6 départements dont Istanbul (avec Ankara, Izmir, Diyarbakır, Mardin, Şanlıurfa). Les pertes subies sont estimées entre 2,5 et 3,5 milliards $. 14/02/2004, R.

Populations, Religion, Santé

Données démographiques et Migrations

  • La dépopulation de l’arrondissement central d’Eminönü prend des proportions inquiétantes. L’écart entre la population nocturne (37000) et la population diurne (3 millions) préoccupe les autorités locales, qui ne peuvent faire face à l’afflux quotidien de personnes de passage. La population actuelle de l’arrondissement ne représente plus qu’1/5ème de celle d’il y a 25 ans. À l’époque où la population d’Istanbul ne dépassait pas 800 000 habitants, Eminönü en rassemblait 150 000. Le développement des activités touristiques, commerciales et artisanales a chassé les populations résidentes vers le péricentre et la périphérie. Le cas du quartier de Laleli, où des milliers de boutiques et de dépôts se sont ouverts dans les immeubles, est éloquent. La population résidente réelle est sans doute supérieure au chiffre de 37 000, mais elle est constituée d’irréguliers ou de populations en transit, turques ou étrangères. Dans un premier temps, la mairie souhaiterait accroître la population stable et enregistrée, et s’est fixée comme objectif le chiffre de 60 000. Par ailleurs, le vieux projet de transfert des ateliers de Sultanahmet et Aya Sofya vers la périphérie, à Ikitelli et Cobançesme, est de nouveau à l’ordre du jour. 02/12/2003, R.
  • Selon les données récoltées par la Fondation du centre des recherches de Turquie (TAM), 1,3 des 3,8 millions de ressortissants d’origine turque vivant dans des pays membres de l’Union européenne seraient des « citoyens de l’Union européenne ». Dans le tableau ci-dessous sont reportés, pour chaque pays, en 2002, le nombre de ressortissants « turcs », le nombre d’entre eux qui ont acquis la « citoyenneté européenne », et le pourcentage que ce dernier chiffre représente par rapport au nombre total de ressortissants turcs. En Suède et en Hollande, plus de 60% des ressortissants d’origine turque ont acquis la nationalité du pays. Le pourcentage n’est en revanche que de 27,6% en Allemagne. Par ailleurs, l’enquête évalue à environ 2100 Euros le revenu mensuel brut moyen des foyers « européens » d’origine turque. Une partie non-négligeable du revenu (700 Euros, soit 1/3) serait mise de côté. 08/12/2003, R.
  • Les 11 432 opérations menées par les équipes de la Sécurité entre 1999 et 2003 ont permis de « mettre la main » sur 728 534 immigrés clandestins. Parmi les 4167 passeurs arrêtés, 3617 sont Turcs, 182 Irakiens et 108 Iraniens. Les immigrés clandestins arrêtés et reconduits à la frontière étaient quant à eux originaires de 162 pays différents. On trouve notamment, aux premiers rangs, 71 518 Irakiens, 40 806 Moldaves, 27 033 Afghans, 23 164 Pakistanais, 19 556 Iraniens, 17 726 Roumains, 14 115 Russes, et 11 337 Géorgiens. Enfin, 22 737 Turcs ont tenté de sortir du pays par des voies illégales. Il est intéressant de noter que les Turcs clandestins arrêtés alors qu’ils tentaient de quitter la Turquie ne représentent qu’à peine 3% du total des clandestins arrêtés alors qu’ils entraient ou sortaient illégalement de Turquie. 05/01/2004, R.

Enfants

  • La Direction des affaires sociales de la Préfecture d’Istanbul poursuit sa lutte contre le travail des enfants. Cette institution serait parvenue à réduire, entre 1998 et 2003, le nombre des enfants travaillant dans les rues d’Istanbul de 7000 à 600. Enfin, elle a intenté des procès à l’encontre des 600 familles persistant à faire travailler leurs enfants. 75 de ces 600 procès ont débouché sur des peines allant jusqu’à la prison. Le directeur de cette institution a déclaré que, grâce aux efforts conduits depuis 5 ans, l’attitude des parents consistant à dire « je me comporterai comme je l’entends avec mes enfants » avait été sérieusement mise à mal. 17/12/2003, R

Femmes

  • Le décret sur l’ouverture et la gestion des bars servant de l’alcool a été modifié. Désormais, les femmes y travaillant n’auront plus à demander une autorisation spéciale, et les qualifications jusqu’ici en vigueur « barmen-barmaid » et « konsomatris » (entraîneuses) sont supprimées des textes administratifs. En outre, ces femmes n’auront plus à présenter à leur employeur de certificat attestant qu’elles ne sont pas porteuses de maladies sexuellement transmissibles. Enfin, l’âge légal pour l’ouverture de tels lieux a été abaissé de 21 à 18 ans. 22/12/2003, R
  • 09/01/04 : Un groupe d’une cinquantaine de femmes, sympathisantes de la Plateforme des femmes d’Istanbul, ont à nouveau manifesté à Kadıköy pour que la justice turque poursuive plus activement les auteurs d’agressions et de harcèlement. 10/01/2004, R.
  • Le Centre pour l’application du droit des femmes, fondé en 1999 au sein du barreau d’Istanbul par 25 femmes avocats, apporte son soutien actif, sous la forme de conseils juridiques gratuits, aux femmes victimes de la « domination masculine » sous toutes ses formes (mariages forcés, répudiations, violences, viols, etc.). Le Centre, qui compte aujourd’hui 322 avocats bénévoles (dont 30 hommes), a vu ses activités s’intensifier au fil des ans : 68 procès ont été engagés en 1999, 486 en 2000, 519 en 2001, et 769 en 2002. Les femmes qui s’adressent à ce centre sont, en grande majorité, analphabètes. 03/02/2004, R.
  • L’association de femmes « Balai volant » (Uçan Süpürge), en collaboration avec l’ambassade britannique, a préparé un « Guide des mouvements de femmes en Turquie ». L’enquête ayant servi à la préparation du guide, dirigée par Yıldız Ecevit (ODTÜ), a été menée 53 départements auprès de 313 mouvements de femmes. Il y aurait 70 mouvements de femmes à Istanbul, 33 à Izmir, 32 à Ankara, 16 à Adana, 11 à Gaziantep, 10 à Kocaeli et Diyarbakır. Disponible sur CD ou papier, le guide peut être commandé sur le site de l’association, www.ucansupurge.org . 23/12/2003, R.

Religion

  • Les locaux de la « Direction des Affaires Religieuses de l’Islam alévi », qui serait un pendant officieux de la Direction des « Diyanet Işleri », ont été inaugurés au sein de la fameuse Cemevi de Yenibosna, siège de la Cem Vakfı, dirigée par Izzetin Doğan. Lors du discours d’inauguration, ce dernier crédite la « population alévie » de 25 millions de personnes, et souhaite qu’un jour, cette institution alévie prenne pleinement sa place dans les Diyanet İşleri (Direction des Affaires Religieuses officielle). 28/12/2003, R
  • Un groupe de 600 Caferi (appellation turque désignant les chiites reconnaissant 12 imams, tout comme le chiisme iranien) a manifesté à Bakırköy contre les propos de Ramazzan Ayvallı, universitaire ayant assimilé le chiisme à une « déviation » de l’Islam. Ajoutons que, cette année, l’anniversaire du martyre d’Ali de n’a pas donné lieu à des scènes de flagellations sur le site traditionnel d’Halkali (arrondissement de Küçükçekmece). Celles-ci ont été remplacées par des dons de sang au Croissant rouge turc. 29/12/2003, R.
  • L’adoption en France de la loi interdisant les signes ostentatoires d’appartenance religieuse dans les écoles continue d’avoir un écho important dans les médias turcs. Lors d’un entretien donné au quotidien Radikal, Tülin Bümin, professeur de philosophie politique à l’Université Galatasaray, a pris position en distinguant clairement la signification du port du foulard en France de celle qu’il revêt en Turquie. Pour elle, le foulard peut être en Turquie un signe d’ultra-modernité féminine, tandis qu’en France, il serait plutôt lié à des valeurs traditionalistes. Elle identifie trois types de femmes turques : les « traditionnelles » portent le « basörtü » (cf Electroui précédent), les « modernes » rien, et les « ultramodernes » le « türban » (foulard). 29/12/2003, R.
  • À compter du 1er janvier 2004, la mention de la religion n’est plus obligatoire sur les papiers d’identité. En outre, il n’est plus nécessaire de fournir de justificatifs pour modifier la religion y figurant. Cette dernière mesure concerne en particulier les Églises néo-protestantes, dont le prosélytisme alimente bien des débats. 06/01/2004, R.
  • La question de la réouverture du Grand séminaire orthodoxe, qui formait les popes de l’Église orthodoxe grecque sous la souveraineté du Patriarcat d’Istanbul, est à nouveau posée. Ce Grand séminaire, situé sur l’île de Heybeli (l’une des Îles-des-Princes), a été fermé en 1971 dans le contexte des relations tendues entre la Turquie et la Grèce. La décision engage à la fois le Ministère des Affaires étrangères, le Ministère de l’Éducation nationale et le Conseil national de sécurité (MGK). 09/01/2004, R.

Santé

  • À l’occasion du 6ème congrès sur le SIDA, le Ministre de la Santé a déclaré qu’il y avait 1600 cas déclarés en Turquie mais que l’on avait en réalité aucune idée du nombre réel d’individus séropositifs. 03/12/2003, R.
  • Selon une enquête menée par l’association des dentistes turcs, 12,5% des Turcs n’ont jamais été chez le dentiste de leur vie. À Istanbul, il y a 1 dentiste pour 2079 habitants, le taux le plus bas estimé étant de 1 dentiste pour 100 000 habitants dans le département de Şanlıurfa. 27/01/2004, R.
  • Une enquête sur la consommation de tabac a été menée par une équipe de médecins et de chercheurs sous la forme d’entretiens auprès de 707 personnes des 24 arrondissements d’Istanbul. 76,9% des personnes interrogées déclarent avoir fumé au moins une fois dans leur vie, et 64,2% d’entre eux ont fumé plus de 10 cigarettes par jour durant le mois précédent l’entretien (contre 30% ou moins dans les pays de l’Union européenne). La cohorte où le nombre de fumeurs est le plus élevé est celle des 26-35 ans, en particulier les hommes, qui commenceraient pour beaucoup à fumer régulièrement lorsqu’ils entrent dans la vie active. L’âge de la première cigarette est, en moyenne, 16,9 ans. Le pourcentage de fumeurs augmente avec le capital scolaire : 64,8% des diplômés de l’université fument contre 57,7% des non-diplômés. 21/02/2004, R.
  • À l’issue d’une tournée d’inspection de la Direction départementale de la santé d’Istanbul dans 882 fours à pain, 355 d’entre eux ont été fermés parce que jugés non-conformes aux normes techniques et d’hygiène. 24/02/2004, R.

Risques urbains

Police

  • 07/12 : Un jeune policier recruté quelques mois auparavant, a pris en otage durant plusieurs heures 3 des ses collègues dans une station service de Çengelköy (arrondissement d’Üsküdar). Il a déclaré avoir craqué nerveusement et ne plus pouvoir supporter le milieu policier. 07/12/2003, R.
  • Selon les données de la Direction générale de la sécurité, 370 policiers se sont suicidés entre 1989 et 2003. Des taux records ont été atteints entre 1996 et 2001 (40 par an en moyenne) avant de diminuer ces trois dernières années (26 en 2002 et 19 en 2003). Selon l’enquête, les raisons des suicides sont avant tout liées à des questions « morales » (manevi). Une ligne téléphonique spéciale a été mise en place par le Ministère de la santé afin que les policiers dépressifs puissent bénéficier de l’aide d’un psychologue. 07/12/2003, R.
  • 06/02/04 : Le corps du Directeur-adjoint de la sécurité de Ağrı, qui était venu passer des vacances à Istanbul, a été retrouvé dans sa voiture au fond du lac de Büyükçekmece. 07/02/2004, R.

Sécurité

  • La Direction de la sécurité d’Istanbul se dote d’un nouveau système de surveillance ultramoderne. Ce projet, pour lequel le Ministère de l’Intérieur et la Chambre de commerce d’Istanbul ont chacun versé 4 millions $, est destiné à lutter contre le terrorisme. Des caméras de surveillance fonctionnant 24 heures sur 24 ont été installées dans tous les centres commerciaux, sur les périphériques et les routes principales, dans les stations du métro et du train, et dans les terminaux des ferry. Par ailleurs, 3000 véhicules de polices ont été dotés du système GPS, leur permettant d’être informés immédiatement du moindre incident dans la zone où ils se trouvent. Enfin, tous les citoyens qui le souhaitent pourront doter leur maison, leur lieu de travail ou même leur voiture d’une caméra de surveillance reliée au système, pour la somme de 500 $. 13/12/2003, R.
  • Toujours dans le cadre des mesures antiterroristes, les festivités du nouvel an, prévues sur la place de Taksim, ont été annulées en dernière minute. 29/12/03, R.

Incendies et effondrements

  • 21/12/03 07/01/04 et 14/01 : Trois incendies, à Kadıköy, à Şişli et à Hasköy (Fatih), ont causé la mort de 5 personnes. Il s’agissait d’une vieille femme habitant seule dans le quartier de Feneryolu (Kadıköy), d’un père et de sa petite fille résidant dans le quartier d’Ayazağa (Şişli) et deux hommes (Hasköy). Dans les trois cas, la cause de l’incendie semble être liée à des moyens de chauffage électriques (soba, couverture chauffante). 22/12/2003, R, 08/01/2004, R et 16/01/04, R.
  • Un incendie s’est déclaré dans les logements des employés des Chemins de fer (TCDD) à Eminönü, causant la mort de 4 personnes. L’origine de l’incendie n’a pu être déterminée. 25/01/2004, R.
  • En 2003, 83 incendies ont réduit en cendres des bâtisses en bois dans les quartiers de la péninsule historique (arrondissements de Fatih et Eminönü), et 3 dans les arrondissements de Beyoğlu, Şişli et Zeytinburnu. 53 de ces incendies ont été classés par les pompiers comme « incendies liés à des mégots de cigarettes ou à l’inattention des citoyens », et le reste comme « incendies liés au courant électrique et aux soba (poêles) ». Selon les responsables de la Commission de protection des biens historiques, ces incendies sont d’origine criminelle. D’une part, ils observent dans les statistiques une augmentation anormale du nombre d’incendies en 2003 : 15 bâtisses historiques ont brûlé en 2000, 33 en 2001, et 15 en 2002, la plupart, cette année-là, dans les arrondissements de Kadıköy et Üsküdar. Par ailleurs, certains bâtiments ont brûlé à plusieurs reprises la même année : un bâtiment du quartier de Hadar (Fatih) a brûlé au total 12 fois durant l’année 2003. Perihan Balcı, directrice de la Commission, explique que ces bâtisses ne peuvent pas être détruites ou même restaurées, selon un décret du 5 novembre 1999. Les propriétaires de ces immeubles se trouvent pour certains dans des conditions économiques difficiles et sont contraints d’abandonner les lieux. La « mafia des parkings » s’organiserait alors pour brûler ces maisons, sachant que la loi n’interdit pas l’utilisation des terrains en tant que parking une fois que les bâtiments ont été réduits en cendres. 08/01/2004, R.
  • Les 2 individus accusés d’avoir mis le feu au Yalı historique Naime Sultan d’Ortaköy, qui abritait une école primaire (cf. Electroui n14), ont été disculpés. 12/02/04, Z, p.18.
  • 31/01/04 : Un immeuble en bois de 4 étages, situé sur l’avenue Dolapdere, dans le quartier de Çukur (arrondissement de Beyoğlu) s’est effondré, causant la mort de 6 personnes. Un mois auparavant, l’immeuble voisin s’était effondré. 4 autres immeubles situés dans la même rue risquent de s’effondrer. Ces immeubles auraient dû être évacués depuis plusieurs mois, mais, d’après le Maire de Beyoğlu Kadir Topbaş (élu Maire d’Istanbul en mars 2004), « ces personnes continuent tout de même de vivre dans ces immeubles car ils n’ont pas les moyens de déménager ». A.M. Gürtüna, alors Maire d’Istanbul, avait déclaré que ces immeubles auraient dû être détruits depuis longtemps mais que la Commission de protection des biens historiques, évoquée précédemment, s’y était opposée. 6 autres immeubles se sont effondrés depuis 2001, dans les arrondissements de Fatih, Eminönü et Beyoğlu, causant la mort de 7 personnes. Le dernier effondrement datait de décembre 2003, il s’agit d’un immeuble abandonné de deux étages du quartier d’Istiklal (Beyoğlu). 23/12/2003, 01/02/2004, 02/02/2004, R.
  • Début février, une partie importante d’un ancien işhanı (immeuble d’activités) abandonné d’Eminönü, en cours de restauration s’est effondrée. 3 ouvriers du chantier ont été gravement blessés. 09/02/2004, R.

Tremblements de terre

  • Suite à une étude du Centre de recherches Marmara (MAM) débutée en 2000, au lendemain des tremblements de terre d’août et novembre 1999, les constructions dépassant 4 étages ont été définitivement interdites dans l’arrondissement à risque d’Avcılar, qui avait été le plus touché des arrondissements d’Istanbul. Entre 1999 et aujourd’hui, des dizaines d’immeubles de 10 à 12 étages y ont été néanmoins érigés. 28/12/2003, R.
  • Au terme de la grande campagne d’analyse du sous-sol d’Istanbul, conduite en vue d’estimer précisément et de cartographier le risque sismique, le maire d’Istanbul A.M. Gürtuna a prononcé un discours alarmiste. S’appuyant sur le Masterplan sismique (İstanbul Deprem Master Plan, publié fin 2003, cf. www.ibb.gov.tr), il estime à 1 milliard de $ le coût des mesures urgentes à prendre pour limiter les dégâts en cas de tremblement de terre. Il préconise notamment la relocalisation d’un certain nombre de quartiers trop exposés, situés dans les arrondissements de Zeytinburnu, Eyüp, Bayrampaşa, Bağcılar, Avcılar). Il envisage même une destruction préventive et une reconstruction des 54 quartiers les plus exposés en cas de catastrophe, soit 50 000 bâtiments du million que compte Istanbul. 4/11/03, R., p.4.
  • Parmi les secteurs les plus exposés, signalons à Büyükçekmece une zone sujette aux glissements de terrains, dans la mairie de Kiraç. Les spécialistes estiment que des immeubles entiers et le cimetière de la zone seraient engloutis en cas de tremblement de terre. 21/02/04, M., p.17.
  • L’arrondissement de Bakırköy (250 000 hab.), particulièrement exposé aux risques sismiques en raison de la nature de son sous-sol, se distingue une nouvelle fois comme un « arrondissement modèle » en matière de prévention. En effet, la mairie, en collaboration avec l’Université Technique d’Istanbul, vient d’achever l’examen des 10 000 bâtiments que compte l’arrondissement, ce qu’aucun autre arrondissement n’a réussi à faire jusque-là (sauf Zeytinburnu, autre arrondissement pilote). On peut supposer que les classes moyennes-supérieures des quartiers de Florya, Yeşilyurt, Ataköy, ou Yeşilköy, sensibles à ces questions, ont contribué à ce que ces recherches soient menées à terme rapidement. 35% des bâtiments ont été déclarés à risque. Une classification a été opérée entre bâtiments à haut risque et bâtiments à très haut risque, 443 immeubles ayant été catalogués dans cette dernière catégorie. Sur les 198 bâtiments publics, 92 sont soit à haut risque soit à très haut risque. Néanmoins, seuls 20% de l’ensemble des bâtiments de l’arrondissement ont été déclarés très résistants. 27/02/2004, R.. À Ataköy, la fragilité du sous-sol est compensée par la relative qualité des constructions. D’ailleurs, lors d’un discours électoral prononcé dans la ville de Siirt (sud-est anatolien), le Premier ministre R.T. Erdoğan avait cité Ataköy comme un exemple d’environnement urbain intelligemment planifié. 08/01/2004, R
  • 19/04/04 : Nouvelle secousse sismique d’une magnitude de 4,5 ressentie à Istanbul, dans la Mer de Marmara, au large de Tekirdağ (rive ouest). Les scientifiques sont partagés entre une interprétation banalisante et une interprétation alarmiste du phénomène. 20/04/04, C., p.7.

Drogues

  • La police a saisi 3 tonnes de rakı frelaté dans l’arrondissement de Gebze (grande banlieue sud de la rive asiatique) en provenance de Bodrum. 25/12/03 R.
  • De multiples opérations d’envergure ont permis à la brigade des stupéfiants de se distinguer. Le 29/12/2003, 4000 pilules de LSD ont été saisies à l’aéroport d’Istanbul. Le 18/01/04, 100 kilos d’héroïne ont été saisies dans le port d’Avcılar et 36 kilos dans le quartier d’Erenköy (Kadıköy). Le 27/01/04, 1 tonne d’héroïne a été saisie dans l’arrondissement de Büyükçekmece. Enfin, le 31/01/04, 103 kilos d’héroïne ont été saisis à Trieste dans un bateau en provenance d’Istanbul qui s’acheminait vers l’Allemagne. 30/12/2003, 19/01/2004, 28/01/2004, 01/02/04, R.
  • Un jeune homme de 19 ans résidant dans une cité de l’arrondissement de Kartal est décédé après une fête durant laquelle il avait ingurgité de grandes quantités d’alcool et pris 6 pilules d’ecstasy. 06/02/2004, R.
  • Le corps de Burçin Bircan, une jeune mannequin de 20 ans qui avait remporté de nombreux concours de beauté, a été retrouvé sur le bord de la route à Zeytinburnu. Selon la police, la jeune fille serait morte d’une overdose. 09/01/2004, R.

Accidents

  • 24/12/03 : Nouvelle noyade due aux tranchées laissées béantes sans signalisation par l’administration des eaux et canalisations d’Istanbul (ISKI). Cette fois, il s’agit de deux jeunes enfants du quartier d’Ertuğrulgazi, dans l’arrondissement de Pendik. 26/12/2003, R.
  • 17/01/04 : Un camion est tombé d’un viaduc de l’autoroute TEM à Gebze faisant trois morts. Il semble que le chauffeur du camion se soit endormi. 18/01/2004, R.
  • 26/01/04 : Un wagon de train parqué dans la gare de Haydarpaşa (Kadıköy) est tombé à la mer. 27/01/2004, R.
  • 24/02/04 : Un camion citerne de 40 tonnes transportant du mazout, dont les freins ont lâché sur un pont dans l’arrondissement de Kartal, a écrasé 23 véhicules dont 3 minibus et deux bus avant de s’arrêter. Le lourd bilan de l’accident s’élève à 9 morts et 26 blessés. 25/02/2004, R.
  • 40 ouvriers d’une usine textile du quartier de Namık Kemal, dans l’arrondissement d’Ümraniye, ont été hospitalisés suite à des problèmes respiratoires. Les premières pistes tendaient à privilégier l’hypothèse d’un empoisonnement à la bombonne de gaz. La direction de l’entreprise de distribution de gaz d’Istanbul (IGDAŞ), de son côté, s’est disculpée en précisant que cette entreprise textile n’utilisait pas le gaz de ville, dont elle assure la distribution. 18/02/2004, R.

Kurban Bayramı (fête du sacrifice)

  • Selon le « Centre de contrôle des visas pour le transports des animaux », 10 000 bêtes par jour en moyenne ont été acheminées vers Istanbul en préparation du Kurban Bayramı entre le 15 et le 20 janvier. Cela représente entre 900 et 2000 camions par jour. 20/01/2004, R.
  • Une bagarre entre des vendeurs de moutons destinés au sacrifice rituel (kurbanlık) sur un marché de Kartal s’est soldée par un mort et 6 blessés. 02/02/2004, R.
  • Pour éviter que les rues se transforment en « lacs de sang » comme chaque année, la mairie de Bakırköy a proposé les services gratuits de 100 bouchers professionnels. 02/02/2004, R.
  • Malgré les incitations et précautions des pouvoirs locaux, 2000 bouchers amateurs se sont blessés au cours du sacrifice, dont 244 à Istanbul. 02/02/04, R.

Éducation, Culture et Médias

Éducation

  • À l’issue d’une enquête sur « les droits de l’Homme dans les ouvrages scolaires », menée par l’Académie des sciences de Turquie (TÜBA), la Fondation pour l’Histoire et la Commission européenne, il ressort que « les 4000 ouvrages scolaires étudiés mettent en avant de manière systématique l’identité turque-sunnite et la supériorité de l’homme sur la femme ». Le directeur du projet pour l’éducation et les droits de l’homme de la Commission européenne Vincent Rey a annoncé que le Ministère de l’Éducation turc était du même avis et que, dès lors, la Commission européenne verserait 5 millions d’Euros pour poursuivre le travail commencé. 10/12/2003, R.
  • À l’occasion d’un colloque organisée par la Commission nationale des institutions bénévoles pour la santé des femmes (KASAKOM) les 8 et 9 décembre 2003, la question de la scolarisation des filles et des jeunes femmes est à nouveau posée. Selon les dernières statistiques publiées par le DIE, le taux de scolarisation des filles à l’âge du primaire n’est que de 88%, 36% pour le secondaire et seulement 10% pour le supérieur. Les pensionnats, pourtant créés pour accueillir des filles issues de milieux défavorisé, restent vides. 18/12/2003, R. Rappelons que, selon les données du rapport 2004 de l’UNICEF, 6 des 7 millions d’adultes analphabètes que compte encore la Turquie sont des femmes. 17/12/2003, R.
  • Dans le cadre du débat sur la réforme de l’administration publique et des admistrations locales, la question du transfert de compétences de l’État aux municipalités en matière d’éducation est âprement discutée. De hauts dignitaires de l’armée expriment ouvertement leurs réserves face à une telle perspective qui menacerait, selon eux, l’unité spirituelle de la nation. Leur crainte principale est de voir la multiplication des cours coraniques. 25/01/2004, R.
  • Le décret de réforme de l’enseignement secondaire, présenté comme une mise en conformité aux standards européens, entrera en vigueur à la rentrée prochaine. Le projet consiste en une simplification drastique de la structure de l’enseignement. Les élèves seront orientés dès leur entrée au collège (12 ans). La durée de l’enseignement obligatoire sera portée à 12 ans, dont 4 ans de lycée au lieu de 3. Il n’y aura plus que 5 types de lycées en lieu et place des 73 actuels. Les lycées anatoliens et les lycées scientifiques (Fen lisesi) seront maintenus, ainsi que les tout nouveaux lycées de sciences sociales (Sosyal liseler). Les deux autres types, lycées généraux et lycées professionnels, regrouperont toutes les autres formes existantes. les lycées Imam Hatip, qui relèvent de la catégorie « lycées professionnels », feront l’objet d’une décision spécifique annoncée par le gouvernement. Pour le reste des lycées professionnels, le système européen Cedefop, qui prévoit 8 spécialisations différentes, sera appliqué. La réforme met l’accent sur l’enseignement technique et le recours aux nouvelles technologies de la communication (augmentation des postes d’ordinateur avec accès à Internet). Par ailleurs, les programmes d’enseignement seront entièrement refondus, les emplois du temps seront allégés, des cours optionnels seront mis en place permettant aux élèves de se spécialiser dans la voie de leur choix durant les deux dernières années de lycée. Une aide spéciale émanant de l’Union européenne (55 millions d’Euros) et de la Banque mondiale (300 millions de $) sera affectée à la conduite de la réforme. 27/01/2004, R.
  • La Fondation TEGV (Fondation turque des volontaires pour l’éducation), qui compte 10 000 bénévoles et bénéficie d’un réseau qui s’étend désormais sur tout le pays, est l’institution la plus en vue sur le terrain de l’aide à la scolarisation et de la lutte contre l’analphabétisme. 18/12/2003, R. Signalons conjointement le rôle joué par l’Association de soutien à la vie moderne (Çağdaş Yaşamı Destekleme Derneği,ÇYDD), qui a fêté fin janvier 2004 ses 15 ans d’existence. Cette association, dont les objectifs sont assez proches de ceux du TEGV, attribue chaque année plus de 20 000 bourses d’étude, et prévoit cette année de financer 1000 classes de maternelle et 1000 bourses d’études supplémentaires destinées spécifiquement aux filles. 29/01/2004, R.
  • La campagne « 100% de soutien à l’éducation » engagée par le Ministère de l’éducation en 2003 a permis de réunir les fonds nécessaires à la construction de 196 écoles, dont 13 sont déjà terminées. 12/02/2004, R.
  • La Municipalité du Grand Istanbul, en collaboration avec l’entreprise de cours privés Uğur Dershanesi, a ouvert des cours gratuits de préparation au concours d’entrée à l’université (ÖSS) à destination des handicapés physiques et des malvoyants. 15/02/04, R.
  • Dans le cadre de la réforme des cours coraniques, qui devrait faire l’objet d’un décret, un débat sur le principe de l’unité de l’enseignement est engagé. La Tevhid-i Tedrisat Kanunu (loi sur l’unité de l’enseignement du 3 mars 1924) serait menacée, selon certains observateurs. 17/12/2003, R. À la fin février 2004, la Direction des Affaires religieuses dénombrait officiellement 3859 cours coraniques en activité dans tout le pays. La loi régissant ces écoles interdit tout financement venant de l’étranger ; or des députés de l’opposition s’inquiètent de la création récente de cours dans la région du sud-est anatolien. Rappelons que les cours coraniques comprennent 12 heures de lecture du Coran, 6 heures d’interprétation, 3 heures de prière, 2 heures de morale religieuse et générale et 1 heure d’affermissement de la foi. 22/02/2004, R.

Enseignement supérieur et Recherche

  • Fin 2003, 3 mois après la rentrée universitaire, 500 étudiants de l’Université d’Istanbul ont fait l’objet de poursuites disciplinaires pour activités politiques et 45 d’entre eux se sont vu interdire l’entrée de l’université. Le seul acte de danser collectivement (Halay, danse folklorique anatolienne) dans l’enceinte de l’université, a entraîné des poursuites. 28/12/2003, R. Les étudiants de l’Université d’Istanbul manifestent également, principalement contre l’autoritarisme de leur recteur, à l’extérieur de l’université. Des dizaines d’étudiants ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de lire une déclaration à la presse. 05/01/2004, 06/01/2004, 14/01/2004, R.
  • L’ancien recteur de l’Université Galatasaray, le Professeur Teziç, constitutionnaliste renommé, a été élu à la tête du Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK). Ce dernier affiche une volonté de procéder à une modernisation de l’enseignement supérieur dans un esprit européen et soucieux des standards internationaux. 09/01/04, R.
  • Suite à la nomination du nouveau président de l’Institut turc de recherche scientifique et technique (TÜBITAK, équivalent du CNRS), les directeurs adjoints et certains responsables d’unité ont démissionné collectivement. 20/01/2004, R.
  • Création de l’Union des Universités privées (Vakıf Üniversiteleri Birliği) qui regroupe 12 de la vingtaine d’universités privées ouvertes à ce jour. Son objectif est de défendre les intérêts de ces universités dans les débats actuels relatifs à la réforme du YÖK. 25/01/2004, R.
  • La participation, depuis l’année dernière, de la Turquie au programme d’échanges Erasmus, a commencé à porter ses fruits. Cette année, 107 étudiants turcs des 15 universités pilotes sont partis étudier en France, en Allemagne et au Portugal, et 14 étudiants français et allemands sont venus passer un semestre dans les Universités de Galatasaray et Marmara. 02/02/2004, R.
  • L’Université de commerce d’Istanbul (Istanbul Ticaret Üniversitesi), créée par la Fondation pour l’éducation de la Chambre de commerce d’Istanbul, a ouvert ses portes à Eminönü en 2001. Cette université, qui comptait 73 étudiants en 2001, en compte cette année 1725, et prévoit d’en accueillir 5000 d’ici quelques années. Un nouveau campus a ouvert cette année à Üsküdar, sur la rive asiatique. Elle a la particularité de « garantir un travail à la sortie », selon les dires du recteur, cela grâce à l’appui de la Chambre de commerce d’Istanbul. 06/02/2004, R.

Culture, Médias, Patrimoine

  • Au cours d’une opération menée par la brigade financière dans un yalı de l’arrondissement de Beykoz, plus de 350 objets anciens ont été découverts. La propriétaire des lieux, héritière d’une vieille famille stambouliote, Didem Çapa, a été arrêtée. 18/12/2003, R.
  • Fin 2003, 18 ouvrages, qui devaient, en vertu de la suppression de l’article 8 de la Loi pour la lutte contre le terrorisme, n’avaient toujours pas été autorisés. Il s’agit pour l’essentiel de livres ayant trait à la « question kurde » En voici la liste intégrale en turc (avec traduction en français pour certains titres) : Bilim Yöntemi, Koca Çınar (Kürt Bilgesi Musa Anter), Kürtlerin Mecburi İskânı, Ortadoğu’da Devlet Terörü (« Terreur éatique dans le Moyen-Orient »), Kürt Aydını Üzerine Düşünceler, Türk Tarih Tezi, Güneş Dil Teorisi ve Kürt Sorunu (« La question kurde et la théorie de la langue du soleil »), Zihnimizdeki Karakolların Yıkılması Yargılama Süreçleri ve Özgürleşme (« La destruction des commissariats qui sont dans nos têtes, les jugements et l’émancipation »), Bilim-Resmi İdeoloji, Devlet-Demokrasi ve Kürt Sorunu, Devletlerarası Sömürge Kürdistan, UNESCO’ya Mektup (« Lettre à l’UNESCO »), Başkaldırının Koşulları, Doğu Anadolu’nun Düzeni Sosyo-Ekonomik ve Etnik Temeller (1-2), Tunceli Kanunu (Dersim Jenosidi), Kürdistan Üzerine Emperyalist Bölüşüm Mücadelesi, Kürt Toplumu Üzerine, Cumhuriyet Halk Fırkası’nın Tüzüğü ve Kürt Sorunu, Bilimsel Yöntem, Üniversite Özerkliği-Demokratik Toplum açısından Beşikçi Davalari. 25/12/03, R.
  • Malgré les réserves réitérées du Président de la République, le gouvernement a imposé à la direction de TRT (chaînes du Service public) la nomination de Şenol Demiröz, ancien directeur des affaires sociales et culturelles de la Munipalité du Grand Istanbul durant le mandat de Recep Tayyip Erdoğan. Certains milieux laïcs se rappellent avec inquiétude les déclarations « islamistes » de Demiröz du temps de ses fonctions à la Mairie du Grand Istanbul. 09/01/2004, R.
  • Décès du chanteur Cem Karaca, dont les chansons engagées l’avaient poussé à s’exiler en Allemagne après le Coup d’État de 1980. De retour en Turquie, à la demande du président Turgut Özal, ce chanteur de mère arménienne poursuivit sa carrière de chanteur compositeur et conserva jusqu’à sa mort une grande popularité. Il incarne ce que l’on dénomme l’Anadolu Pop. Le Ministre de la Culture, ainsi que de nombreuses personnalités politiques de tous les bords ont assisté à la mise en terre. 09/02/2004, R.
  • Le CSA a annoncé le retrait de la licence d’émission de la chaîne Medya TV, proche du PKK/PRD, qui émettait depuis 1999 dans 77 pays, et proposait des programmes en langues turque, kurde, syriaque et arabe. 13/02/2004, R.
  • Pour la première fois de son histoire, le Conseil supérieur de la Radio et de la Télévision (RTÜK) a décidé la suspension définitive d’un présentateur d’une émission sur une chaîne nationale. Il s’agit de Can Ataklı, figure emblématique de la chaîne Star, dont l’État vient de prendre le contrôle à la suite des difficultés rencontrées par le groupe Uzan. Il est accusé d’avoir tenu des propos orduriers à l’encontre du Premier ministre. 24/12/2003. L’État a pris le contrôle de l’ensemble des entreprises du groupe Uzan, parmi lesquelles les chaînes de télévision Star, Star 2, Interstar… D’importantes opérations de police ont été menées afin de mettre la main sur les différents sièges de la Rumeli Holding et dinstaller les nouveaux dirigeants. À Star, Can Ataklı a été remplacé en février par Adem Gürses. 15/02/2004, R.
  • Le « Conseil pour la protection de biens culturels et naturels » envisage la suppression des barques-restaurants de poisson pourtant chères aux touristes, sur les quais d’Eminönü. 12/02/04, Z., p.2.
  • À l’heure où les musées d’Istanbul font l’objet de virulentes critiques de la part des acteurs de la vie culturelle, qui déplorent leur état désastreux et leur faible fréquentation, on parle de plus en plus de deux nouveaux projets qui pourraient améliorer l’offre. Il s’agit d’une part du musée de Beyoğlu (financé par la famille Koç), dont la construction spectaculaire a débuté fin 2003 à Tepebaşı, et d’autre part du Musée d’Istanbul, cher à La Fondation pour l’histoire (Tarih Vakfı), dont l’achèvement est envisagé pour 2010. 8/03/04, p.7, 17/02/04, R., p.21.
  • Le prix Dan David de l’Université de Tel Aviv, qui récompense les villes qui ont su « faire vivre leur histoire en prenant en compte leur passé, leur présent et leur avenir » a été décerné cette année à Rome, Jérusalem et Istanbul. C’est le Projet de Musée d’Istanbul de la Fondation pour l’histoire qui a été récompensé. Le prix d’un million de $ attribué au projet sera utilisé pour financer les scènes de vie miniatures reproduisant la vie à Istanbul à différentes époques. 19/02/2004, R.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.