Mai-octobre 2004

Revue de presse établie à partir de la presse turque.

Principales sources :

  • Zaman : Z.
  • Cumhuriyet : C
  • Özgür Bakış : Ö-B
  • Yeni Gündem : Y.G.
  • Sabah : S
  • Sabah-İstanbul : S-İ
  • İstanbul-Hürriyet : İ-H
  • Türkiye : Tü
  • Finansal Forum : FF

Environnement

  • 05 juin 2004 : Début de la célébration de la semaine de l’environnement, bien relayée par les mairies d’arrondissements et les écoles. De la cigarette à la pollution maritime ou fluviale (le cas du Kurbağalıdere, cloaque à ciel ouvert se jetant dans la mer de Marmara), en passant par la protection des espaces verts, les sujets d’inquiétude sont encore très nombreux. Radikal, 05/06/2004 p. 4
  • 28 juin 2004 : Le ministre des Transports Binali Yıldırım annonce qu’en 2003 plus de 47 000 navires ont emprunté le Bosphore. Sur ce total, seulement 46% étaient accompagnés d’un capitaine-guide patenté pour ladite traversée. Le 22 juillet 2004, un navire russe en provenance d’Ukraine s’est échoué à hauteur de Bebek. Ne souhaitant pas de secours, le capitaine du bateau n’a pu reprendre sa route qu’après de longues heures d’effort. Ajoutons que fin septembre 2004, les services de guidage et de remorquage ont été transférés de l’Administration d’exploitation des mers (TDİ) à la Direction générale de la sécurité des côtes et du sauvetage en mer (KEGK). Enfin, la mise en place depuis le début de l’année 2004 du système VTS de surveillance radar des détroits a indéniablement permis d’améliorer la sécurité du passage, malgré l’augmentation du trafic. Birgün, 29/06/2004 p. 7 ; Radikal, 01/08/2004 p. 3
  • 08 juillet 2004 : Le directeur des eaux et canalisations d’Istanbul (İSKİ) déclare que les eaux de 78 points littoraux d’Istanbul sont propices à la baignade. Il s’ensuit une polémique entre İSKİ, la direction départementale de la Santé et certains scientifiques et responsables associatifs qui ne partagent pas cet avis trop optimiste selon eux. Les diagnostics de la qualité des eaux diffèrent considérablement d’une institution à l’autre. Le citoyen de base ne sait à quel saint se vouer. Zaman, 09/07/2004 p.20 ; Cumhuriyet 08/07/2004 p. 20 ; Öteki İstanbul, 1-15/08/2004 p. 3 ; Vatan 34, 26/06/2004 p. 7
  • 16 juillet 2004 : Des vétérinaires s’inquiètent de la quantité d’insecticide vaporisée dans les rues d’Istanbul chaque été (estimée à 50 tonnes), qui selon eux nuit plus aux hommes qu’aux moustiques. Zaman, 17/07/2004 p. 20
  • 11-12 août 2004 : À la suite d’épisodes pluvieux exceptionnels, inondations catastrophiques à Istanbul. Des centaines de maisons et lieux de travail ont subi des dégâts très conséquents. Et pire, à Bahçelievler, trois enfants d’une famille habitant au sous-sol d’une maison sont morts noyés. C’est le quartier d’Alibeyköy, dans l’arrondissement d’Eyüp, qui semble avoir été plus touché, le long de la rivière Alibey. D’après les spécialistes, les inondations sont dues à l’absence de systèmes efficaces d’évacuation des eaux de pluies, à l’imperméabilisation excessive des bassins versants, et au mauvais entretien des rivières (effets de barrage liés à la pollution de celles-ci). L’urbanisation sauvage des vallées a également contribué à aggraver le bilan. À la suite de ces événements, la mairie métropolitaine (İBB) a lancé une campagne d’expropriation de 350 constructions (170 à Alibeyköy-Eyüp ; 40 à Güngören et à Gaziosmanpaşa GOP ; 35 à Maltepe ; et 30 à Esenler et à Bahçelievler), dans le but ultime de les détruire. Les montants d’indemnisation proposés ont été jugés très insuffisants par les intéressés. La responsabilité des mairies d’arrondissement (İlçe belediyeleri) qui ont octroyé des permis de construire dans des lieux aussi exposés est aussi en cause. Depuis cette date, d’autres inondations ont eu lieu en septembre et en octobre, rappelant l’urgence d’une gestion intégrée du réseau hydrographique de la métropole et certaines modalités incontrôlées de constructions. Parallèlement à l’İBB, et tout particulièrement son Centre de coordination des catastrophes (AKOM), la préfecture et le Ministère des Travaux publics (Bayındırlık ve İskân Bakanlığı) participent à cette mobilisation. Cumhuriyet, 12/08/2004 p. 7-8 ; Zaman, 01/08/2004 p. 21 ; 18/08/2004 p. 5 ; 19/08/2004 p. 5 ; 21/08/2004 p. 4 ; 24/08/2004 p. 25 ; 25/08/2004 p. 14 ; Birgün, 01/09/2004 p. 3, Vatan, 12/09/2004 p. 4
  • 05 octobre 2004 : Le ministre de l’Environnement et de la Forêt, Osman Pepe, annonce que dans les mois qui viennent une loi pour la protection du Bosphore et des mers va être adoptée. L’objectif est de réduire les menaces sur l’environnement que font peser certains acteurs de la circulation maritime. Vatan 34, 06/10/2004 p. 7
  • 13 octobre 2004 : Un membre de la famille Sabancı rachète le yalı d’Erol Aksoy à İstinye, vendu par la TMSF, l’instance chargée de recouvrir les créances de l’État. C’est au total le quatorzième yalı qui tombe dans l’escarcelle de la célèbre famille, qui en possède 5 à Vaniköy, 6 à Berlerbeyi, 1 à Anadolu Hisarı et désormais 2 à İstinye. Vatan, 13/10/2004 p. 12

Transports

  • 09 mai 2004 : Le Premier ministre inaugure le chantier du premier tunnel ferré passant sous le Bosphore. Ce vieux projet, dont la première formulation remonte à 1902, devrait permettre d’ici 2009 de connecter le réseau ferré européen au réseau ferré asiatique. Parallèlement à la réalisation de ce tunnel, c’est tout le système des trains de banlieue qui va être restructuré le long de la ligne Gebze-Halkali. Cette ligne longue de 63 km comptera 3 stations souterraines : Üsküdar, Sirkeci et Yenikapı (sur un total de 44). Il est prévu une capacité de 75 000 voyageurs par heure pour cette ligne. Si la construction de la station a bien commencé à Üsküdar, les tracés exacts dans la péninsule historique font encore l’objet de discussions en octobre 2004. Le coût total de l’opération, qui bénéficie conjointement d’un financement de la Banque internationale de coopération du Japon et de la Banque européenne d’investissement, est de 2,5 milliards USD. Grâce à cette voie ferrée, Gebze sera désormais à moins de 105 minutes de Halkalı ; et Söğütlüçeşme (Kadıköy) à moins de 12 minutes de Yenikapı. Signalons que ce projet n’est en rien exclusif du projet de troisième pont routier, dont le Ministère des Transports a recommencé à parler sérieusement depuis le mois d’août. Dünya, 10/05/2004 p. 11 ; Zaman, 10/05/2004 p. 4 ; Vatan, 03/05/2004 p. 32 ; 12/09/2004 p. 20 ; Vatan 34, 23/09/2004 ; Cumhuriyet, 02/06/2004 p 17
  • 03 juin 2004 : Les dirigeants du TCDD (l’équivalent turc de la SNCF) annonce que le bâtiment de Haydarpaşa (construit au tout début du XXème siècle par les Allemands), va être transformé en un complexe hôtelier touristique et commercial de luxe. Un montage associant le public à des entreprises privées est imaginé pour conduire l’opération. Plus globalement, c’est tout le secteur entre la gare et le quai de Kadıköy qui devrait être profondément remanié par des programmes immobiliers de standing. Referans, 03/06/2004 p. 3
  • 26 juin 2004 : Vatan 34 attire l’attention sur le retard accumulé dans la construction de la ligne de tramway Vezneciler-Sultançiftliği. En effet, lancée en 2000 celle-ci devait être terminée en 2003… D’une longueur de 12 km, elle devrait transporter 16 000 personnes par heure dans un secteur très densément peuplé. Les entreprises impliquées dans le chantier ont fait remarquer que leurs paiements avaient été interrompus avant les élections de mars 2004. Vatan 34, 26/06/2004 p. 10
  • 27-29 juin 2004 : Sommet de l’OTAN. 184 rues et avenues sont fermées à la circulation. Des mesures exceptionnelles sont prises, paralysant la circulation pendant trois jours, dans un large périmètre allant de l’aéroport de Yeşilköy à l’hôtel Çırağan (Beşiktaş). À cette occasion, des centaines de mendiants sont éloignés d’Istanbul ; des tonnes d’asphalte sont déversées ; et des millions d’arbres et d’arbustes sont plantés. Ce que certains Stambouliotes et une grande partie de la presse ont appelé un maquillage. À l’issue du sommet, le Premier ministre a remercié les Stambouliotes pour leur patience.
  • 01er juillet 2004 : Lancement du ferry-boat « Recep Tayyip Erdoğan » qui va assurer la nouvelle ligne İDO (İstanbul Deniz Otobüsü) entre Pendik et Yalova. En présence du ministre des Transports, ancien responsable des transport de la ville d’Istanbul sous Erdoğan (1994-1997). La liaison se fera désormais en 38 minutes, au rythme de deux par heure. Zaman, 02/07/2004 p. 21
  • 03 juillet 2004 : Recep Tayyip Erdoğan promet l’ouverture prochaine d’une ligne maritime (de type İDO İstanbul Deniz Otobüsü) entre Şile et le cœur d’Istanbul. Zaman, 04/07/2004 p. 21
  • 06 juillet 2004 : Sixièmes festivités d’Arnavutköy, organisées depuis 1998, contre le projet de troisième pont autoroutier au-dessus du Bosphore. La mobilisation a été cette année stimulée par les propos tenus du ministre des Transports, très favorables à la relance de ce projet. Outre de nombreux groupes de musique, on note la participation de la présidente de Çağdaş Yaşamı destekleme derneğı (Association pour la promotion de la vie moderne). Cumhuriyet, 07/06/2004 p. 3 ; Radikal, 07/07/2004 p. 5
  • 13 juillet 2004 : Selon un rapport publié par l’Union des Compagnies aériennes européennes, l’aéroport international Atatürk d’Istanbul est celui où les durées d’attente sont en moyenne les plus importantes, devant Athènes, Larnaka, et Paris Orly. Vatan, 14/07/204 p. 7
  • 15 juillet 2004 : Signature d’un protocole entre le ministre de la Défense et des Transports, à propos du sort du nouvel aéroport d’Istanbul ouvert en 2001 à Pendik (Sabiha Gökçen). Selon ce protocole, les vols charters, certains types de cargo, les nouvelles lignes intérieures et les lignes du Hadj seront orientés vers cet aéroport dramatiquement sous-utilisé. Le ministre de la Défense a profité de cette occasion pour rappeler que cet aéroport n’avait pas été construit avec l’argent de l’OTAN (comme il est parfois dit), mais avec « l’argent de la nation ». En outre, il a précisé qu’une connexion de type système ferré léger serait aménagé entre l’aéroport et la ligne Gebze-Harem. L’objectif est surtout d’accroître la part de cet aéroport dans le trafic intérieur. Le coût total du projet est estimé à 700 millions USD. Il est urgent qu’un retour sur investissement se fasse, selon nombre d’observateurs ! On note déjà en 2004 une augmentation sensible du trafic marchandise par rapport aux années précédentes. Radikal, 16/07/2004 p. 12 ; Zaman, 06/07/2004 p. 9 ; 16/07/2004, p. 11
  • 16 juillet 2004 : Des chauffeurs de la ligne Arnavutköy-Edirnekapı (il s’agit de l’Arnavutköy de la périphérie de Gaziosmanpaşa et non pas de celui de Beşiktaş) protestent auprès de la direction du département des Transports de la municipalité d’Istanbul, contre l’existence d’une concurrence sauvage sur leur ligne. En effet, chaque ligne de minibus est négociée avec un strict numerus clausus pour les exploitants. Cumhuriyet, 17/07/2004 p. 8
  • 24 juillet 2004 : Kadir Topbaş a dévoilé son intention de lancer un projet de construction de téléphérique traversant le Bosphore. « Mon plus grand rêve », a-t-il déclaré, est la construction d’une ligne téléphérique ; une initiative faisant partie de la politique de la mairie de faire d’Istanbul une ville touristique, dans la même lignée que l’aménagement d’Eminönü ou la piétonisation de Talimhane. Le président de l’Union des professionnels du secteur de tourisme TUROB (Turistik Otelciler İşletmeciler ve Yatırımcılar Birliği) Timur BAYINDIR a donné des chiffre très optimistes pour le tourisme à Istanbul. Avec 2 575 000 touristes, la région de Marmara aurait dépassé Antalya, qui a compté 2 355 000 touristes durant le premier semestre 2004. Zaman, 25/07/2004
  • 28 juillet 2004 : Le maire d’Istanbul Kadir Topbaş a annoncé la construction d’un métro aérien entre Harem et Tuzla, sur la rive anatolienne le long du périphérique E-5. Il s’agit d’une idée lancée par Recep Tayyip Erdoğan, à l’époque où il était encore maire d’Istanbul. La mairie prépare la construction de la ligne Harem-Kadıköy-Kartal-Tuzla, sur une longueur de 22 km, qui aura une capacité de 35 000 voyageurs par heure. Zaman, 29/07/2004
  • 30 juillet 2004 : Nouvelle augmentation du péage pour le franchissement des ponts du Bosphore, sens Europe-Asie. Pour un véhicule normal, les tarifs passent de 2 500 000 à 3 000 000 TL. Une association de consommateur appelle à protester contre cette nouvelle augmentation en payant à coup de pièces de 50 000 TL, pour embarrasser les procédures. Rappelons que par le passé des procès intentés par des particuliers avaient abouti et momentanément empêché des augmentations de tarifs. En moins d’un an et demi, les prix ont doublé, faisant des ponts un des postes échappant à la réduction de l’inflation constatée par ailleurs. Cumhuriyet, 31/07/2004 p. 12
  • 04 août 2004 : Le nouveau responsable de Istanbul Ulaşım AŞ (Société anonyme d’utilité publique émanant de la mairie du Grand Istanbul et chargée de la conception du système de transport www.ulasim-ibb.gov.tr), Adnan Çelik, annonce que la société vient de produire elle-même son quatrième tramway depuis 2000. Le premier produit a en effet été mis en service en Turquie sur la ligne Eminönu-Zeytinburnu. Ce sera du matériel local qui sera utilisé sur les prochaines lignes de tramway, qui vont s’ouvrir entre Vezneciler et Sultançiftliği et Esenler-Bağcılar. Zaman, 05/08/2004 p. 21
  • 09 septembre 2004 : 10 millions USD ont été dépensés pour prolonger de 2600 mètres la ligne de métro léger Zeytinburnu-Eminönü. La ligne sera prolongée de 6 arrêts supplémentaires, allant d’Eminönü à Kabataş, en traversant la Corne d’Or sur le pont de Galata. Jadis, il était possible de traverser en tramway le pont de Galata. Mais en 1961, la ligne avait été supprimée. Vatan, 09/09/2004
  • 30 septembre 2004 : À l’occasion du lancement du chantier du Marmaray à Üsküdar, des vestiges ottomans et byzantins tardifs ont été découverts. Ces vestiges font actuellement l’objet de fouilles.
  • 12 octobre 2004 : Le sort de la gare d’autobus de Harem est encore indécis, malgré les déclarations du maire d’Istanbul (il avait promis que celle-ci déménagerait dès la fin 2004). S’il est question depuis des années de la transférer dans un endroit plus accessible, les parties prenantes ne parviennent pas à s’entendre sur le site à retenir. L’association des compagnies de bus d’Anatolie et de Thrace (UATOD) avait pourtant trouvé un site à la sortie Kartal-Pendik du nouveau périphérique routier TEM (Trans-European Motorway). Mais elle a dû y renoncer en raison d’un coût trop élevé. Pour la construction de la nouvelle autogare, 60 à 70 millions USD seront requis. Vatan 34, 13/10/2004
  • 14 octobre 2004 : Achèvement du percement du funiculaire Taksim-Kabataş, qui devrait être mis en service en juillet 2005. Ce funiculaire fera la liaison en trois minutes de la place Taksim à l’échelle de Kabataş, avec une capacité de 7500 personnes par heure. Par là, le métro se trouvera connecté à la circulation maritime. Cette réalisation s’inscrit dans l’effort poursuivi depuis quelques années de mieux intégrer tous les modes de transport. Cumhuriyet, 15/10/2004 p. 7

Urbanisme et construction

  • 24 avril 2004 : Un groupe de 14 personnes dont un dénommé Mithat Yılmaz, a été arrêté et accusé d’avoir menacé des fonctionnaires du belediye de Sişli. Le réseau mafieux contrôlait un quartier de gecekondu, notamment en faisant pression sur les fonctionnaires du belediye chargés de prendre des mesures contre les constructions illégales. Ils ont été menacés avec des armes à feu. Le département des crimes organisés a suivi pendant deux mois les activités criminelles du réseau. Ces mêmes personnes sont également accusées d’avoir menacé des entrepreneurs répondant à des appels d’offre du belediye dans le secteur de la construction. Zaman, 25/04/2004
  • 27 avril 2004 : Les travaux d’aménagement de la place de Sarıyer qui durent depuis un an et demi continuent à rendre la vie impossible aux habitants et aux commerçants qui se plaignent d’une chute sensible de leur chiffre d’affaires. Zaman, 28/04/2004 p. 21
  • 1er mai 2004 : Une décision de la cour de cassation remet en cause la légalité de la construction du gratte-ciel de l’hôtel Ritz Carlton par Süzer Holding. Tout a commencé lorsqu’en 1983, Süzer Holding est parvenu à obtenir l’autorisation de bâtir à Dolmabahçe, auprès de l’Organisation étatique de la planification, DPT (Devlet Planlama Teşkilatı). La même année, la Commission pour la protection des richesses naturelles et culturelles (Istanbul Kültür ve Tabiat Varlıkları Koruma Kurulu) a appuyé la décision du DPT, en y joignant une condition : le nouveau bâtiment ne peut dépasser les 24 mètres du bâtiment historique de Taşkışla voisin. Seulement, Süzer holding avait prévu de construire un bâtiment haut de 134 mètres avec 80% de surfaces commerciales exploitables, au lieu de 24 mètres avec 20% de surfaces commerciales exploitables. Le Conseil des ministres de l’époque avait alors proclamé le terrain « site touristique », une action qui rendait légale la construction d’un hôtel de 134 mètres. Bedrettin Dalan, maire d’Istanbul de 1984 à 1989, avait appuyé cette décision. Mais il perdit son mandat en faveur de Nurettin Sözen (CHP), dont le ton est tout autre. Il prend l’initiative de sceller le chantier, arguant que celui-ci altère le quartier historique. Il parvient également à réduire le permis de bâtir à 24,5 mètres. Dès lors, le gouvernement ANAP de Turgut Özal opère les amendements nécessaires pour que le Ministère des Travaux publics devienne compétent en matière de construction. Par ailleurs, les limites des belediye sont remaniées. Nurretin Sözen, hostile à la construction, perd toutes ses compétences dans l’affaire. Le terrain passe de l’arrondissement de Beyoğlu à l’arrondissement de Sişli, dont le parti au pouvoir est l’ANAP, le même parti que celui de Turgut Özal. Mais selon une décision de Abdülhamit datant de 1908, « aucune construction ne peut être faite sur ce terrain ». En 1984, Mustafa Süzer avait fait une demande auprès du directorat régional des titres de propriété pour que soit annulée la décision d’Abdülhamit. En 1997, la directrice des affaires juridiques des municipalités de Beyoğlu, Me Gönül Tüfekçi, entame une procédure pour invalider la décision du directorat régional de 1984. Le tribunal de Sişli a estimé que l’annulation de la décision d’Abdülhamit par le directorat régional n’est pas fondée. L’interdiction de construire reste donc en vigueur. Mustafa Süzer a fait appel à la cour de cassation, mais celle-ci a jugé l’appel irrecevable. Aujourd’hui, le groupe Süzer poursuit ses activités commerciales dans le gratte-ciel de 134 mètres, malgré toute l’opposition. L’affaire, 20 ans après, n’est donc pas close. Hürriyet, 12/05/2004 ; Posta, 26/09/2004
  • 03 mai 2004 : Ateş Ünal Erzen, le président du belediye de Bakırköy a promis la démolition de toutes les constructions illégales de son arrondissement, constatées avant et après les élections municipales du 28 mars 2004. Habituellement, les propriétaires désireux de construire sans permis de bâtir le font juste avant les élections locales, espérant qu’une « amnistie architecturale » survienne pendant les élections. Erzen a entrepris la démolition d’une annexe du centre commercial Galleria, et de 4 constructions illégales à Florya. D’autres chantiers ont été arrêtés et la livraison de béton interdite par le belediye, pour empêcher l’achèvement des constructions en cours. Cumhuriyet, 04/05/2004
  • 09 mai 2004 : Le deuxième tribunal exécutif d’Istanbul a ordonné au parti de gauche nationaliste İP (İşçi Partisi, le Parti du Travailleur) de vider le bâtiment sis à Istiklal Caddesi, à Taksim. L’IP a entrepris illégalement la construction d’un étage supplémentaire au Sideredis, un bâtiment appartenant au Vakıf du lycée grec de Fener. Le parti IP a tenté de résoudre le problème en achetant 1% des parts de la propriété à 15 milliards de TL (8000 €), en rendant la plainte irrecevable. Le tribunal n’a pas tenu compte de cette transaction et a poursuivi son action jusqu’à l’expulsion. L’étage illégal était occupé par une chaîne de radio (Ulusal kanal) et les bureaux d’un périodique (Aydınlık dergisi), qui appartiennent au même groupe politique que l’IP. Zaman, 10/05/2004
  • 20 mai 2004 : Le belediye de Küçükçekmece a pris la décision de démolir 53 magasins construits illégalement et exploités par des hurdacı (ferrailleurs-récupérateurs). Ces derniers se sont opposés aux forces de l’ordre, arguant qu’ils n’ont pas eu la possibilité de vider les magasins. Une quinzaine de chariots en bois ont été brûlés par les ferrailleurs, qui ont blessé dans la foulée un des pompiers dépêchés sur place. Suite à ces événements, seuls 8 magasins sur 53 ont pu être démolis. Hürriyet, 21/05/2004
  • 03-06 juin 2004 : Troisième festival international d’Art du Tünel (Beyoğlu). De la place du Tunnel jusqu’à Narmanlı Han, en passant par le Babylon, de très nombreux concerts et autres spectacles se sont déroulés. Radikal, 03/06/2004 p. 2
  • 05 juin 2004 : Le nouveau maire de Gaziosmanpaşa Erhan Eroğlu, annonce son intention de faire construire dans son arrondissement une haute tour « Paşakule », qui serait l’équivalent de l’Atakule d’Ankara, tour à but touristique qui surmonte les beaux quartiers. Zaman, 06/06/2004 p. 20
  • 11 juin 2004 : Signature d’un protocole entre la mairie de Küçükçekmece, la mairie du Grand Istanbul, et le TOKİ (Toplu Konut İdaresi – Administration du logement collectif) pour la transformation d’un quartier de gecekondu en quartier résidentiel ‘’moderne’’. Au terme de ce protocole, 1596 gecekondu situés à proximité du stade olympique devraient être détruits et remplacés dans une première étape par des immeubles collectifs comprenant 2800 logements. Ancien directeur de l’urbanisme à la Grande mairie d’Istanbul, le nouveau maire AKP de Küçükçekmece Aziz Yeniay, manifeste encore une fois par cette initiative sa volonté de faire de Küçükçekmece un modèle en matière de « transformation urbaine ». Zaman, 12/06/2004 p. 20
  • 12 juin 2004 : La presse publie une série d’articles faisant le point sur la consommation illégale d’eau et d’électricité à Istanbul. Sur 589 000 foyers contrôlés par BEDAŞ (Société privée de distribution d’électricité sur la rive européenne) depuis le début de l’année 2004, près de 50 000 consommaient illégalement leur électricité. Pour la seule rive européenne, les pertes dues à cette consommation sauvage sont estimées à 22 000 milliards TL (soit près de 12 millions €). Il en va de même pour la consommation d’eau : İSKİ estime que 37% des consommateurs effectifs ne sont pas facturés, ce qui représente une perte de 150 000 milliards TL (81 millions €). Une collaboration est envisagée avec une société israélienne, Tahal Consulting Engineers, pour mieux repérer les pirates. Zaman, 12/06/2004 p. 09 ; 13/06/2004 p. 23 ; Milliyet, 18/07/2004 p. 23
  • 15 juin 2004 : Le quartier de Talimhane a été réinauguré le 15 juin 2004, suite aux travaux entrepris afin de rendre les rues piétonnes avant le sommet de l’OTAN. L’objectif est de faire de ce quartier hôtelier jouxtant la place de Taksim, un centre culturel et touristique comparable à l’İstiklal Caddesi. À terme, Talimhane sera intégré dans la place Taksim. Se pose alors la question des places de parking. Kadir Topbaş a annoncé la construction d’un parking souterrain en face du Centre culturel Atatürk, à l’endroit même où se trouve aujourd’hui les bus de l’IETT. Les dolmuş qui s’alignent au coin des rues seront également déplacés afin de rendre le quartier complètement piéton. Par ailleurs, des ateliers d’art de rue ont été ouverts en octobre (momentanément), initiant les festivités artistiques du Talimhane qui devraient se renouveler chaque année. Radikal, 16/05/2004 ; 22/06/2004 p. 3 ; Birgün 16/10/2004 p. 15
  • 28 juin 2004 : Lancement d’appel d’offre de TOKİ pour la réalisation de la 3ème et 4ème étape du complexe de logement collectif de Halkalı, à Küçükçekmece. Les logements collectifs à construire durant la troisième étape se feront sur un étendu de 30 715 m², tandis que pour la quatrième étape l’étendu sera de 80 000 m². Ce projet s’inscrit dans la politique de relance de la construction souhaitée par le gouvernement. Rappelons à cet égard que le président de TOKİ est l’ancien président de KİPTAŞ, société de construction semi-publique liée à la mairie du Grand Istanbul. Zaman, 29/06/2004 p. 9
  • 1er juillet 2004 : En présence du Consul général de France, du ministre de la Justice, du maire du Grand Istanbul, et de l’écrivain Yaşar Kemal, ouverture officielle de la « Rue française ». Il s’agit d’une initiative privée de restauration d’un îlot dégradé situé en dessous du lycée Galatasaray et de développement d’un projet commercial comprenant quelques logements, des restaurants, et des cafés aux connotations très parisiennes (au total 43 commerces et galeries d’art). L’opération conduite par la société Afitaş, dirigée par Mehmet Taşdiken, aura coûté 35 trillions TL. On note une collaboration avec l’université privée Kültür üniversitesi. Cette rue a été construite au début du XXème siècle par un Français, Marius Michael, par ailleurs concepteur à la même période des quais de Karaköy et d’Eminönü. Jusque dans les années 1960, elle était habitée par des Rums de l’île de Sakız (Chios). Par la suite, elle s’est dégradée et a accueilli des migrants originaires de l’est anatolien. Cette opération a débuté par une vaste controverse sur son nom même. On a même assisté à des manifestations de groupuscules nationalistes, s’élevant contre « une nouvelle colonisation française ». En effet, la « Rue française » est centrée autour d’une ruelle dénommée rue d’Algérie (Cezayir sokak). Rebaptiser cette ruelle apparaissait des plus maladroits. Un compromis a été finalement trouvé. Quoi qu’il en soit, après quelques mois, l’opération se révèle être un succès commercial, à en juger par la fréquentation. Et on parle déjà même de projet de « Rue italienne », de « Rue suisse »…, sur le même modèle. www.fransizsokagi.com
  • 1er juillet 2004 : Depuis le 1er juillet 2004, les places d’Eminönü sont interdites aux vendeurs de rues par la municipalité d’arrondissement. Cette décision est contestée par les intéressés qui manifestent tout au long du mois de juillet. Une association des vendeurs de rue mène la lutte. Le nouveau maire d’Eminönü Nevzat Er, qui reconnaît s’être livré à cette activité pendant ses études, reste pourtant intraitable. Les vendeurs se sont repliés dans les rues adjacentes. Le dossier n’est pas clos. Birgün, 25/07/2004. p. 03 ; Ötekistanbul, 16-30/09/2004, p 07
  • 1er juillet 2004 : Le maire de Zeytinburnu, un des arrondissements les plus exposés aux risques sismiques, soumet son projet de transformation urbaine au Fonds « Catastrophe » de la Banque mondiale. Zaman, 02/07/2004 p. 21
  • 1er juillet 2004 : Des habitants du quartier Ertuğrulgazi à Pendik (périphérie anatolienne) s’opposent en érigeant des barricades à la destruction de 14 habitations (construites sur des terrains du domaine public ou hazine) par les équipes spécialisées, qui doivent reculer. Prétendant que le maire réélu leurs avait promis un droit de propriété, ils s’estiment trompés, rappelant qu’ils avaient construit avec leurs propres moyens une école, une mosquée, et un centre de soins. Fin octobre, à l’issue d’une nouvelle tentative de destruction, face à la résistance à nouveau opposée par les habitants, le maire de Pendik Erol Kaya a accepté de rencontrer une délégation et promis que, hormis 14 gecekondu, plus aucune destruction n’aura lieu dans le quartier. Les titres de propriété seront même distribués aux intéressés dans des conditions avantageuses, c’est-à-dire 500 millions TL / an pendant 5 ans. Cumhuriyet, 02/07/2004 p. 3 ; 28/10/2004 pp. 01-08 ; 29/10/2004 p. 07 ; Zaman, 02/07/2004 p. 21 ; Birgün, 29/10/2004 p. 04 ; Evrensel, 28/10/2004 p. 03
  • 7 juillet 2004 : La nouvelle mouture du Code pénal turc (TCK) est beaucoup plus sévère à l’encontre des constructions illégales. Une peine allant jusqu’à 5 ans de prison est même envisagée pour celui qui construit, mais aussi pour le maire qui apporte les services publics de base (l’eau et l’électricité essentiellement) dans les quartiers spontanés. Dans cette perspective, la direction des logements et des gecekondu de la mairie d’Istanbul annonce qu’elle va rapidement procéder à la destruction de plus de 85 000 gecekondu d’abord à Gaziosmanpaşa, mais aussi à Pendik et Kağıthane. Zaman, 08/07/2004 p. 20
  • 8 juillet 2004 : Le maire de la municipalité de Bayrampaşa a annoncé que la fameuse prison du même nom quittera l’arrondissement dans 18 mois. Construite en 1968, l’histoire de cette prison a été marquée par toute une série d’événements : scandales, évasions, grèves de la faim, affrontements. Le destin du bâtiment, que les habitants souhaitaient depuis 2001 transformer en université, sera finalement précisé mi-octobre 2004. Très probablement, ce sont des logements qui en fait seront aménagés. Zaman, 09/06/2004 p. 21  ; 14/10/2004 p. 21
  • 10 juillet 2004 : Pour la troisième fois, le projet de route littorale de Moda (Kadıköy) est arrêté, cette fois sur l’initiative du nouveau maire du Grand istanbul. Auparavant, le projet, lancé en janvier 2003, avait été bloqué par le Conseil de protection des biens culturels et naturels, puis en octobre 2003 par le 1er Tribunal administratif d’Istanbul. Il semble que la mobilisation des habitants de Moda ait largement contribué à ce nouveau revirement de la Grande mairie. La décision prise par le maire a été accueillie très favorablement par l’opinion publique qui y a vu un signe d’une attention portée à la volonté populaire. Radikal, 16/07/2004 p. 4 ; Birgün, 19/06/2004 p. 16
  • 14 juillet 2004 : Avec le soutien de la Chambre de Commerce d’Istanbul, Eminönu accueille dorénavant les artistes peintres qui y exposeront leurs œuvres. Cette place était connue par la présence de marchands ambulants et des vendeurs à la sauvette, jusqu’au jour où le belediye prit la décision d’interdire les étalages de toutes sortes (textiles, fruits, poissons grillés, cordonniers, accessoires de téléphones, etc.), arguant qu’« ils polluaient le paysage ». Depuis le 14 juillet, étudiants en art plastique ou peintres confirmés créent en plein air pour le plaisir des yeux des passants, qui s’attendent à ce que la présence des chevalets à Eminönu rende la place aussi attractive qu’Ortaköy. Vatan 34, 21/09/2004
  • Depuis l’arrivée de ces peintres artistes, le quartier d’Eminönü a subi une réaffectation qui a attisé l’avidité de ce qu’on appelle communément la mafia du parking à Istanbul. Les coins de rue ayant été débarrassés des marchands à la sauvette et des commerçants ambulants, les conducteurs garant leur véhicule sont maintenant « tenus » de payer le değnekçi, un individu chargé de récolter les quelques billets qui donnent le droit de garer sa voiture dans la rue. Les conducteurs se plaignent de cette pratique illégale, imposée de fait par des individus qui s’approprient une rue ou un quartier, et cela au vu et au su de la police et du belediye. Vatan 34, 22/09/2004
  • 17 juillet 2004 : Premier bilan des achats de propriétés des étrangers en Turquie un an après la nouvelle loi facilitant ces acquisitions. À l’échelle de toute la Turquie, 41 683 biens immobiliers ont été acquis par des étrangers, dont 15 659 terrains agricoles ou autres. Selon un classement par département, c’est à Istanbul que le plus grand nombre de biens immobiliers (9 522) a été acquis par des citoyens non turcs, au premier rang desquels se trouvent les Grecs. Certains milieux nationalistes s’inquiètent de ces chiffres. Cumhuriyet, 18/07/2004 p. 19
  • 20 juillet 2004 : La nouvelle municipalité de Bakırköy commence à détruire à Florya les bâtiments ou étages construits avant les élections municipales du mois de mars. Radikal, 21/07/2004, p. 20
  • 20 juillet 2004 : Le projet de réhabilitation de Fener-Balat devrait être officiellement relancé début septembre, annonce le nouveau maire de la municipalité de Fatih. Dans une première étape, 20 bâtiments seront restaurés. Trois conditions ont été posées pour pouvoir bénéficier de ce programme de restauration :
    • 1) Interdiction est faite au propriétaire de vendre son bâtiment une fois restauré.
    • 2) Possession du titre de propriété du bâtiment à restaurer.
    • 3) Ancienneté de la possession de plus 7 ans (avant 1997).
  • Il est prévu au total de restaurer 200 bâtiments. Le volet restauration du projet devrait être achevé pour octobre 2006, toujours selon le maire. Pour attirer les touristes, il est aussi prévu de refaire la façade d’une quinzaine de boutiques, et même de restaurer complètement 6 boutiques. Zaman, 21/07/2004, p. 21.
  • 28 juillet 2004 : Ouverture du chantier du parc d’Ortaköy à l’initiative du İBB. D’une surface de 230 000 m², ce parc de loisir devrait être achevé au milieu de l’année 2005. Radikal, 28/07/2004 p. 2
  • 30 juillet 2004 : Le Directeur général de l’İSKİ (organisme d’utilité publique gérant la distribution d’eau à Istanbul) Ali Çodur, maintient que la destruction des bâtiments illégaux dans les bassins d’eau alimentant la ville d’Istanbul continue. Le 1er août 2004, 49 bâtiments ont été l’objet d’une destruction systématique par le belediye, après avoir été repérés par des photos satellites, prises tous les 3 mois à Ömerli, Elmalı, Terkos, Alibeyköy, Sazlıdere et Büyükçekmece. De la préservation de ces bassins d’eau dépend l’avenir d’Istanbul, ajoute le directeur. Il demande aussi à tous les acheteurs de terrains de s’adresser à son administration avant d’acquérir une propriété, afin d’éviter de mauvaises surprises par la suite. Les bassins d’eau alimentant la ville d’Istanbul s’étendent sur 2477 km² et constituent près de 60% de la surface de la ville. La construction du deuxième pont du Bosphore (Fatih Sultan Mehmet inauguré en 1988) aurait accéléré la construction des 646 maisons illégales qui se trouvent au bord du lac de Büyükçekmece, et aux alentours des barrages d’Alibeyköy, d’Ömerli et de Sazlıdere. Cet état des lieux est le fruit d’un rapport de la gendarmerie qui montre que seulement 17% des constructions illégales sont détruits. Le reste ferait l’objet de soutiens bureaucratique et politique. Le rapport de la gendarmerie a été envoyé au Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan. Zaman, 31/07/2004 ; 01/08/2004 ; Nokta, 18/10/2004 pp. 12-13
  • 5 août 2004 : Annonce de la mise en vente d’un terrain public de 2 hectares sur la célèbre avenue de Bağdat pour un montant de départ de 268 trillions TL (soit 144 720 000 €). Cette vente s’inscrit dans le mouvement accéléré par les gouvernements AKP de transfert vers le secteur privé d’une partie du patrimoine foncier public, en vue de se procurer d’utiles ressources. Vatan 34, 06/08/2004 p. 14
  • 10 août 2004 : Dans le cadre du réaménagement du quartier de Seyit Nizam à Zeytinburnu, le belediye a donné la priorité au désengorgement du trafic routier. Parmi les mesures prises pour faciliter l’accès, figure l’élargissement de certains axes pour les rendre à double sens et à double bande. Malgré la place qu’occupe Zeytinburnu dans le secteur du cuir et du textile, l’accès reste très difficile. « Zeytinburnu est au centre d’Istanbul, mais elle reste loin des Stambouliotes », dit le président du belediye Murat Aydin. Le prix à payer est à hauteur de 400 expropriations dans le quartier. Toutes les constructions se trouvant sur les rues G9 et G10 ont été démolies pour laisser la place au nouveau réseau routier. Zaman, 11/08/2004
  • 19 août 2004 : Quand ils sont arrivés à Nişantaşı, il y a plus de 50 ans, les habitants des petites maisons d’un étage dans la rue Yolaltı ne se doutaient pas qu’ils allaient se retrouver au cœur d’un quartier très riche où au fil du temps, devaient s’implanter les milieux de hautes affaires et des magasins de luxe. 200 mètres séparent deux styles de vie très différents. Les habitants de Yolaltı sokağı attendent toujours le plan urbain du belediye de Sişli, pour éventuellement avoir leur titre de propriété. La municipalité de Sişli a déjà promis une régularisation de la situation. Vatan 34, 20/08/2004
  • 31 août 2004 : Saray est sur le point d’inaugurer son nouveau restaurant de 4 étages à Fatih. Le maire d’Istanbul, Kadir Topbaş, associé principal de la chaîne de restaurants Saray, a fait enlever la passerelle se trouvant devant le nouveau restaurant. Par ailleurs, le kiosque du vendeur de tabac se trouvant initialement devant le restaurant Saray, a également été déplacé à plusieurs reprises sur ordre du belediye, avec pour motif une interdiction de vendre sur la rue principale. Finalement, après plusieurs déplacements, le vendeur de cigarettes peut continuer à vendre sur la rue principale, mais pas à proximité du nouveau restaurant Saray. Birgün, 01/09/2004
  • Par ailleurs, on se rappellera que les équipes chargées d’entreprendre la démolition de constructions illégales à Florya ont été surprises lorsqu’il s’est avéré que le chantier à démolir se trouvait sur une parcelle appartenant à la famille Topbaş au printemps dernier. Cette parcelle se trouve juste à l’arrière de la villa de Kadir Topbaş, à Hanımeli sokak à Florya. Le maire avait alors déclaré ne pas être propriétaire de la parcelle, et qu’il s’agissait d’une erreur administrative dans la numérotation des parcelles. Le belediye de Bakırköy a confirmé la confusion dans la numérotation. Zaman, 21/04/2004
  • 13 octobre 2004 : Destruction de 62 bâtiments dans le haut du quartier de Baltalimanı, dans l’arrondissement de Sarıyer. L’objectif est d’améliorer la liaison entre l’autoroute (TEM) et la route littorale le long du Bosphore. Sur les 62 familles délogées, 49 ont accepté d’être relogées dans les logements sociaux de Güzeltepe (Kağıthane), moyennant le paiement cash du quart de la valeur du logement ; 7 ont décliné la proposition ; et 6 ne se sont pas manifestées. D’autres opérations d’améliorations des sorties et accès du TEM sont d’ores et déjà annoncées. Zaman, 14/10/2004 p. 12
  • 16 octobre 2004 : Dans le cadre d’une collaboration entre l’Université de la Culture (Kültür üniversitesi), le belediye de Kadıköy et Çekül (association pour la sauvegarde et la promotion des richesses naturelles et culturelles : www.cekulvakfi.org.tr), le centre commercial historique de Kadıköy devrait faire l’objet d’un plan global de restauration. Il s’agit de remédier à la pollution visuelle que constituent les enseignes, climatisations et autres installations indésirables, tout en assurant la valorisation du patrimoine historique. Cumhuriyet, 17/10/2004 p. 6
  • 18 octobre 2004 : Marche de protestation des habitants de trois quartiers de Sarıyer, Reşitpaşa, Baltalimanı et Fatih Sultan Mehmet, dont 6000 maisons sont menacées de destruction imminente par un projet de technopole en gestation depuis 2002, porté par l’Université Technique d’Istanbul. Cinq mille personnes ont participé à une marche sur la mairie de Sarıyer. Le 25 octobre, des pétitions ont été remises à la mairie du Grand Istanbul. Les habitants, installés depuis plus de 30 ans pour la plupart (originaires de Sivas, Tokat et de l’est de la mer Noire) et disposant des services de base, occupent des terrains « publics » appartenant en grande partie à l’Université Technique et au Ministère de la Défense. Aux dernières élections locales encore (mars 2004), le maire actuel leur avait promis des titres de propriété… En tout 30 000 personnes seraient concernées par ce projet « modernisateur ». Les habitants ne désespèrent pas tous pour autant ; ils sont forts d’une longue tradition de lutte ; certains ont déjà reconstruit à cinq reprises leur maison. Rappelons que ces quartiers qui comptent 11 mosquées, une cemevi (lieu de réunion et de culte des Alevis), 7 écoles et de nombreux lieux de travail, forment ce que l’on appelle Küçükarmutlu, zone réputée pour sa combativité jusqu’aux opérations policières de novembre 2001 contre les maisons où se déroulaient des grèves de la faim. Evrensel, 21/10/2004, par Internet (www.evrensel.net/04/10/21/gundem.html) et sources personnelles (entretien).
  • 24 octobre 2004 : Dorénavant la construction de bâtiments illégaux sur les bords du Bosphore sera surveillée à partir à partir de bateaux équipés pour ce type de contrôle. Un premier recensement des constructions illégales a été effectué sur 80 km de côtes entre Eminönü et Silivri : 200 logements illégaux, ainsi qu’une centaine de terrasse à thé (çay bahçesi) ont été repérés. Des procédures juridiques ont été entamées pour les destructions. Les rivages de Kumburgaz ont également été photographiés dans le but de localiser les villas ne faisant pas l’objet d’un permis de bâtir. Il a été précisé que les contrôles seront effectués sur l’ensemble de la ville d’Istanbul et que les chantiers illégaux ne seront pas tolérés. Zaman, 25/10/2004 p. 21

Politique

  • 1er juillet 2004 : Adoption de la nouvelle loi sur les municipalités, à laquelle le président de la république oppose son droit de veto. En vertu de celle-ci, IBB serait dorénavant composé de 74 belediye et l’Assemblée municipale comprendrait 300 sièges, pour 218 jusqu’à alors. À l’instar du Président de la République à l’Assemblée nationale, le maire disposera d’un droit de veto. Par ailleurs, la nouvelle loi accroît les compétences en matière d’éducation (seulement école maternelle), d’action sociale (centre d’accueil pour femmes), de santé et d’impôts. Cette nouvelle loi prévoit en outre aussi de faire coïncider les limites administratives de l’İBB avec celles du département d’Istanbul. Elle prescrit la suppression de toutes les municipalités n’ayant pas 2000 habitants, ce qui les rétrograderait au rang de villages. Le 27 octobre, la loi est à nouveau soumise au parlement sous une forme à peine modifiée par rapport à celle refusée quelques mois auparavant par le Président de la République. Seul le 4ème article a été retiré (amnistie des maires et des administrateurs municipaux). http://www.basbakanlik.gov.tr Zaman, 10/07/2004. p. 6 ; Radikal, 28/07/2004. p.3 ; Evrensel, 28/10/2004 p. 07
  • 23 juillet 2004 : La nouvelle loi sur la municipalité des Grandes villes, au nombre de 16 dorénavant, a été ratifiée par le Président de la République. Selon la loi 5216, İzmit est maintenant devenue la Grande ville de Kocaeli (Kocaeli Büyükşehir Belediyesi). Cette loi fait partie des réformes entreprises par le gouvernement de l’AKP, qui renforcent les compétences des autorités locales, comme le précise le maire de la Grande ville de Bursa, Hikmet Şahin : « Jusqu’à aujourd’hui, la plupart des services municipaux étaient organisés à partir d’Ankara, ce qui limitait leur efficacité. Dorénavant, à l’image des pays plus développés, le rôle des autorités locales va augmenter dans le domaine des services municipaux ». Avec cette loi, les limites géographiques de la Grande ville de Bursa vont être repoussées ; et des ressources supplémentaires seront à la disposition des municipalités concernées. Zaman, 24/07/2004
  • 8 septembre 2004 : Le président de la municipalité de Şişli, Mustafa Sarıgül, est poursuivi pour avoir permis la construction de bâtiments sans permis de bâtir. Le ministre de l’Intérieur Abdülkadir Aksu a donné son aval pour la procédure judiciaire, entamée par des inspecteurs qui soupçonnent Sarıgül d’avoir touché des pots-de-vin, en échange de permissions de bâtir sans fondement légal pour la construction de 46 bâtiments. Le dossier est chez le Procureur. Le parti CHP, avec lequel les relations se sont détériorées depuis les dernières élections municipales, a formé une commission chargée d’émettre un rapport sur l’affaire parallèlement à l’enquête du Procureur. Sarıgül a répliqué de manière ferme, en ajoutant qu’il s’agissait d’une « enquête de routine ». Kentim, 09-16/09/2004, p. 1
  • 15 septembre 2004 : Le président du belediye de Kartal, Arif Dağlar, a opté pour une restructuration de son administration. Il a commencé par supprimer certains postes considérés comme inutiles. Par la suite, il a décidé de supprimer la totalité des 20 postes d’assistant de directeur de département, pour des raisons d’efficacité et d’économie. Dorénavant, les chefs seront rattachés directement aux directeurs de département. L’absence d’assistants de directeur de département est une première dans l’histoire de l’administration publique en Turquie. Zaman, 22/09/2004
  • Une analyse sociopolitique de l’AKP par Murat Belge a fait scandale, dans le cadre d’un entretien avec Neşe Düzel, du quotidien Radikal. Murat Belge est un intellectuel réputé en Turquie, notamment pour ses analyses du tissu social. Il s’intéresse aujourd’hui à l’électorat de l’AKP et dresse un portrait du parti, dont le profil se résume au clivage ville-village. Le thème abordé est la citoyenneté urbaine, le villageois, l’absence d’un parti propre à la ville, et la confrontation entre la ville et le village. « Ces derniers temps, sous l’apparence de l’islamisme et de conservatisme, nous sommes en présence (dans l’actualité politique de Turquie) d’une culture du villageois. Être villageois est visible dans la manière de marcher dans la rue, et dans tous les comportements possibles et imaginables des gens. Grâce à notre passé ottoman, nous avons également une culture urbaine, centrée sur Istanbul. Aujourd’hui, c’est la culture du villageois qui nous gouverne. Mais à long terme, c’est la culture urbaine qui l’emportera. Parce que la ville envahit le village grâce à la télévision, avant même que le villageois n’atteigne le milieu urbain. Il y a un mélange entre la ville et le village qui va plus loin que le mélange est-ouest ou gauche-droite. Il n’y a donc pas de culture villageoise pure d’un côté, et culture urbaine pure de l’autre. La prédominance communautariste du villageois est conservatrice et opposée au changement. Tandis que les citoyens urbains sont tournés vers le changement. La plupart des partis politiques ont été communautaristes. Et aujourd’hui encore, il n’y a toujours pas un parti politique des citoyens urbains. C’est une conséquence du système parlementaire pluripartite. La majorité démographique se trouve dans les zones rurales, ce qui empêche un parti de la ville d’émerger. Le gouvernement actuel a démontré que lorsqu’il s’agissait de thèmes sociaux comme l’adultère, il y a des barrières qu’il lui est plus difficile de supprimer. Au fur et à mesure que l’intégration européenne gagne du terrain, les anti-européens en Turquie seront de moins en moins crédibles. L’AKP est dans la ville, mais mentalement ce parti n’est pas de la ville. C’est un parti de faubourg. Auparavant, l’islamisme était perçu comme un courant venant de petites villes. Aujourd’hui, l’idéologie de l’Islam politique est issue de la ville même. Sa place est la ville, mais le parti n’a pas été en mesure de s’urbaniser. L’AKP est socialement basé sur un électorat pauvre, et idéologiquement un parti très islamique. Et de toute façon, l’idéologie hégémonique en Turquie est l’Islam, sauf dans les classes les plus éduquées, pour lesquelles c’est le kémalisme qui prévaut ». Extrait des propos de Murat Belge recueillis par Neşe Düzel. Radikal, no d’article : 128 565 http://www.radikal.com.tr/haber.php?haberno=128565
  • Les affrontements interethniques dans les Balkans, le conflit israélo-palestinien, ou encore la guerre en Irak ont remis en lumière certaines archives en Turquie. Le Directorat général des cadastres détient à ce jour 2322 cahiers qui reprennent les titres de propriété depuis 1460 de l’Albanie, Bulgarie, Bosnie-Herzégovine, Palestine, Croatie, Irak, Israël, Chypre, Kosovo, Libye, Liban, Macédoine, Roumanie, Serbie-Monténegro, Syrie, Jordanie et Grèce. Pendant cinq siècles, la situation cadastrale de ces pays a été remise à jour tous les 25 ou 30 ans. La Bosnie-Herzégovine, sous autorité ottomane de 1463 à 1878 a fait une demande auprès du Ministère des affaires étrangères de la Turquie pour avoir une copie des documents archivés. 899 917 documents ont été envoyés aux autorités bosniaques sous forme de microfilms. La Macédoine a également reçu une copie des archives. La Palestine quant à elle, attend que la préparation des microfilms s’achève. Aksiyon, 27/09/2004

Vie économique

  • 1er mai 2004 : 100 millions de cartes magnétiques ont été produites par E-KART dans la zone industrielle de Gebze (périphérie asiatique d’Istanbul). Un site de 5000 m² hautement sécurisé, seul détenteur des deux certificats SAS et MasterCard CQM dans le monde, E-Kart est né de la joint-venture de la firme allemande Giesecke&Devrient et d’Eczacıbaşı Holding, et est aujourd’hui l’un des plus grands producteurs mondiaux de cartes. Pratiquement toutes les cartes bancaires et les puces des opérateurs de téléphonie mobile (sauf Telsim) sont fournies par E-Kart, présent également en Moldavie, Kazakhstan, Israël, Azerbaïdjan, et Géorgie. Le PDG d’E-Kart, Enver Irdem, ajoute que les marchés visés s’étendent de l’Italie à la Chine. Vatan, 03/05/2004
  • 5 juillet 2004 : Le président du département du développement des ressources de la mairie d’Istanbul, Mihmail Mangan, déclare que finalement aucune des 18 sociétés d’économie mixte de la municipalité ne sera privatisée. Cette déclaration met provisoirement un terme à des rumeurs qui se faisaient de plus en plus fréquentes. Avant les élections, la gestion des köşk des grands parcs par la municipalité, avait été déléguée au secteur privé, entraînant une augmentation nette des prix pratiqués et une chute de la fréquentation. Zaman, 06/07/2004 p. 21
  • 6 juillet 2004 : Les négociations collectives entre la mairie d’Istanbul, l’İBB, les directorats généraux de l’İSKİ et İGDAŞ et les syndicats des travailleurs de ces administrations (TES-İŞ et MIKSEN) ont été concluantes. Un accord sur une augmentation de salaire de 16% est survenu entre les parties. Ainsi, du 1er mars 2004 au 28 février 2006, les salaires minimums seront respectivement pour İSKİ et İGDAŞ de l’ordre de 1270 millions TL (705€) et 1415 millions TL (786€). Zaman, 07/07/2004
  • 8 juillet 2004 : Lancement médiatique du projet « Istanbul Ville-musée », qui vise à accroître le nombre de touristes étrangers se rendant chaque année à Istanbul. L’ambition déclarée par le nouveau maire du Grand Istanbul Kadir Topbaş, est d’accueillir annuellement dans les prochaines années 20 millions de touristes. Pour ce, l’Atelier du Tourisme d’Istanbul a été constitué, qui réunit mairies métropolitaine et d’arrondissement, préfecture et professionnels du secteur touristique. De janvier à mai 2004, Istanbul a accueilli 180 000 touristes allemands, 148 000 russes, 64 000 français, 55 000 anglais, 51 000 néerlandais, 46 000 américains (USA), 34 000 italiens, 31 000 israéliens, 21 000 espagnols et 17 000 belges. Zaman, 08/07/2004. p. 21.
  • 27 juillet 2004 : Publication d’un rapport de la Chambre de commerce d’Istanbul İTO (İstanbul ticaret odası) sur les vendeurs de rues (isportacı). D’après ce rapport, 500 000 personnes, dont 97 % d’hommes, se livreraient à cette activité commerciale, avec un chiffre d’affaire annuel estimé à 4 000 milliards TL (soit 2 160 000 €). Toujours selon ce rapport, un nombre croissant d’étrangers participerait à ce commerce : Géorgiens, Azéris, Bulgares, Russes, et des ressortissants des pays d’Afrique Noire. Les citoyens de Turquie quant à eux seraient en majorité issus des départements de Malatya, Adana, Adıyaman, Ağrı et Dıyarbakır. Radikal, 28/07/2004. p. 12.
  • 22 septembre 2004 : Depuis le drame de Beslan (début septembre 2004), où des terroristes avaient pris en otage des enfants dans une école en Ossétie du nord, la Russie et l’Ukraine par la suite, ont interdit le commerce à la valise à partir de la Turquie. Le président du Cercle des hommes d’affaires de Lâleli, Ayhan Karahan, estime à plus de 1,5 milliards USD le déficit jusqu’à la fin de l’année, si Ankara continue à rester indifférent à cet embargo. Cette crise, selon Karahan, atteint indirectement d’autres secteurs, comme les fabricants, les ateliers, et les tours opérateurs, liés au commerce de la valise. C’est encore en grande partie de Lâleli, à Istanbul, que part tout le commerce à la valise, exempté de taxe pour les valeurs inférieures à 2000 USD. Vatan 34, 23/09/2004.
  • 25 septembre 2004 : Plus de 100 000 fonctionnaires ont été récemment mutés par le gouvernement actuel, dont la majorité à Istanbul. Connue pour être chère, la ville d’Istanbul n’est pas une place de choix pour les instituteurs d’école dont les salaires varient entre 636 et 739 millions de TL. Les villes de l’est et du sud-est ont moins d’activités sociales par rapport à Istanbul, mais le loyer, les charges du logement, la consommation et les transports y coûteraient presque deux fois moins cher. Profil : H. Ç. est professeur de géographie au lycée. Son salaire s’élève à 660 millions TL (336€) ; son épouse travaille au Ministère des Finances pour un salaire de 600 millions TL (333€). Selon ses calculs, les coûts mensuels pour sa famille de 3 personnes s’élèvent quant à eux à 1545 millions TL (858 €). Une différence de 285 millions qu’il faut combler tous les mois, selon cet instituteur, grâce à des heures supplémentaires dans d’autres domaines que l’enseignement. Vatan, 26/09/2004.
  • 26 septembre 2004 : Istanbul se trouve en 18ème position dans le classement mondial des villes les plus chères. Les villes considérées comme étant plus chères par les chercheurs de Mercer sont notamment Londres, Paris, Tokyo, New York et Milan, des villes dont les habitants ont un revenu annuel 8 fois supérieur aux Stambouliotes. Une autre étude de Mercer classe 218 villes du monde selon la « qualité de la vie » déclinée en 39 critères. Istanbul est à la 105ème place, à cause essentiellement du risque de séisme et des attentats terroristes. Dans le secteur de l’alimentation en particulier, l’écart entre certains pays européens comme l’Allemagne et la Turquie est plus alarmant. La Chambre de l’industrie d’Istanbul ISO (Istanbul Sanayi Odası) a révélé des chiffres rendant compte du pouvoir d’achat du consommateur turc pour des produits de base comme le lait et la viande. « La Turquie ne s’alimente pas suffisamment, mais s’endette. On peut presque dire que ce sont les Turcs qui consomment le lait et la viande les plus chers dans le monde ». Ces prix élevés par rapport aux revenus des habitants sont expliqués par la technologie dans le secteur agricole, laitier et de l’élevage. « Nous n’avons pas de politique agricole ; c’est la politique du village qui prévaut ». Dans le cadre des programmes européens, l’agriculture et l’élevage font partie des secteurs dans lesquels la Turquie va éprouver le plus de difficultés ». Nokta, 26/09/2004.
  • 30 septembre 2004 : Du 30 septembre au 03 octobre, CNR Expo Center a accueilli les professionnels du secteur de la construction et de l’équipement dans le cadre de BEST’04, (Bina Elektrik ve Elektronik Sistem Teknolojileri) la foire organisée par Bileşim Fuarcılık AS sur les technologies des systèmes électriques et électroniques dans la construction. Architectes, entrepreneurs, ingénieurs, gérants de centre commercial, d’hôpital, de centre touristique, de site industriel, de stade, d’université, de site militaire, et surtout les particuliers sont venus voir les dernières inventions rendant un bâtiment plus sûr et plus confortable. Plus de 100 exposants présenteront leurs produits à 30 000 visiteurs pour cette troisième exposition cette année. Milliyet, 17/09/2004
  • 1er octobre 2004 : Selon les autorités policières, il y aurait environ 2000 lieux de jeu clandestins dans le seul département Istanbul (tout particulièrement Beyoğlu, Şişli, Sarıyer, et Beykoz). Jusqu’en 1996, la plupart des lieux de jeu étaient contrôlés par deux célèbres mafieux, Ömer Lütfi Topal et Sudi Özkan. L’assassinat du premier en 1996 eu pour effet de bouleverser le fonctionnement de ce secteur d’activité, que l’interdiction édictée en 1997 a achevé de déstructurer. Depuis cette date, l’économie du jeu d’argent s’est reconstituée. Elle ne se fait plus dans les hôtels de luxe, mais dans des villas qui n’attirent pas l’attention. Cumhuriyet, 16/10/2004 p. 3

Rubrique immobilier

  • Selon une étude de la Chambre des agents immobiliers d’Istanbul, l’augmentation du loyer en 2004 par rapport à 2003 varie entre 7% et 116%. C’est à Bahçelievler et à Altunizade (hauts d’Üsküdar) que l’on a constaté les plus grosses variations ; tandis que Fulya et Florya restent les quartiers où les loyers ont le moins augmenté en une année. Le Président de la Chambre, Sabri Ateş, explique cette augmentation par le changement de la législation sur les loyers. Une loi de 2000 votée par le gouvernement de l’époque avait fixé un plafond de 25% la première année et de 10% la deuxième. Seulement, cette loi a cessé d’être en vigueur en février 2002, ce qui a incité les propriétaires à reconsidérer les loyers de manière à compenser la différence dans le revenu locatif des deux dernières années, explique Ateş. Depuis, le nombre de litiges entre propriétaires et locataires a augmenté de manière remarquable. La fin de la crise économique et de l’incertitude politique contribue aussi indirectement à l’augmentation des loyers. En effet, les transactions immobilières ayant augmenté depuis la fin de la crise, la demande en logement s’est accrue tandis que l’offre est restée faible. « Il y a entre 20 et 25 candidats pour un appartement à louer. Le propriétaire loue à celui qui offre le plus », précise le Président de la Chambre. Il attire aussi l’attention sur la nécessité de créer une commission interdisciplinaire composée au sein de laquelle seraient représentés belediye, ingénieurs de la construction, architectes et agents immobiliers, chargée d’évaluer la valeur au m² des différentes municipalités de la ville. Actuellement, ce sont les belediye qui seuls se chargent de fixer la valeur estimée du m² une fois tous les quatre ans. Cela aurait pour effet de prévenir la fraude fiscale dans le secteur immobilier, dans la mesure où les propriétaires sous-évaluent facilement leur bien en vue de diminuer le plus possible leur précompte immobilier. Milliyet, 23/04/2004 ; Vatan 34, 26/09/2004.
  • Cengiz Aksoylar, qui suit de près l’évolution du secteur immobilier, apporte une nuance à ces augmentations. Selon lui l’augmentation moyenne annuelle des loyers à Istanbul varierait entre 35 et 40%, allant jusqu’à 44% dans des quartiers comme Beyoğlu, Etiler et Kadıköy. Tandis que l’indexation des prix des loyers selon le taux d’inflation des prix des produits de consommation s’élève à 17,80%. Mais peu de propriétaires tiennent compte de cette augmentation « raisonnable » du loyer. Le secteur de l’immobilier est soumis aux lois du capitalisme sauvage. La demande accrue de logement à Istanbul encourage les propriétaires à négocier chaque année le prix du loyer, même lorsqu’il s’agit d’un même locataire voulant reconduire un bail arrivé à terme. Les raisons sont multiples et parfois varient selon le quartier. À titre d’exemple, la proximité à certains sites universitaires est déterminante dans l’augmentation du prix du loyer. Le propriétaire tient compte du fait que plusieurs étudiants louent ensemble un appartement. Par ailleurs, de luxueuses villas à Nişantaşı, Etiler et Ulus sont louées en tant que bureaux à des prix très élevés. Izmir reste la ville où l’inflation des prix des loyers est la plus importante en Turquie. L’augmentation annuelle dépasse les 50% ! Tandis qu’à Ankara elle varie entre 10 et 12%. 5 villes (Istanbul, Ankara, Izmir, Adana et Bursa) rassemblent à elle seules 47% des foyers en Turquie, estimés à 10 millions. Enfin, il faut savoir qu’Istanbul est la ville où le nombre de locataires est le plus élevé : 35,6% des ménages. Ce pourcentage s’élève à 33,6% à Ankara et à 31,1% à Izmir. Vatan, 28/09/2004, 12/09/2004 ; Vatan 34, 22/09/2004, 23/09/2004
  • 1er octobre 2004 : Fin de la première session de formation des agents immobiliers par la Chambre de Commerce d’Istanbul. En effet, la profession est caractérisée par la présence d’une multitude d’acteurs non formés et non déclarés. L’objectif de cette session est de mettre cette profession aux standards européens. İstanbul Ticaret Odası Yayını, 01/10/2004 Sayı 2327 p. 1
  • Du 1er au 3 octobre sont organisées les journées de l’immobilier par l’agence immobilière internationale Remax au parc de Selamiçeşme à Kadıköy. Propriétaires, acheteurs ou vendeurs, et futurs agents immobiliers sont invités à prendre part à ce festival de l’immobilier, dont l’objectif est de promouvoir toutes les potentialités du secteur en Turquie. Vatan, 27/09/2004
  • Le directeur de l’agence immobilière « Çınar Emlak », Galip ÇINAR, décrit le paysage du quartier de Levent dans les décennies qui suivent. « À cause de la rente immobilière que cela va engendrer dans l’avenir, la construction des plaza tours (des grattes ciel destinés au logement et/ou aux milieux d’affaire) va déborder sur la boulevard de Büyükdere à Levent, avant de continuer sur le boulevard Barbaros, qui descend vers Beşiktaş ». L’agent immobilier prétend même que les appartements et centres d’affaires des quartiers de Şişli et de Beşiktaş seront remplacés par des plaza tours. Selon des experts immobiliers, 21 plazas de catégorie A ont dépassé en valeur cumulée le seuil des 5 milliards USD. La première place est détenue par Metrocity, dont la valeur est estimée à 841 millions USD.

PLAZA Nombre de m² Prix au m² Valeur totale (x1 000 USD)
Acarlar 52 804 800 42 243
Akmerkez 95 000 5 000 475 000
Balkaner Plaza 22 222 3 000 66 666
BJK Plaza 17 340 3 000 52 020
Capitol 23 900 3 500 83 650
Carousel 35 000 3 500 122 500
Dünya Ticaret Merkezi 109 000 1 000 109 000
Galeria 49 656 1 000 297 934
İş Kuleleri 224 357 3 000 673 071
Kar Plaza 21 420 1 500 32 130
Maya Center 31 230 2 000 93 690
Metro City 210 200 4 000 840 800
Nurol Maslak Plaza 39 900 2 000 89 800
Park Plaza 29 100 1 750 51 800
Polat Tower 40 000 3 000 120 000
Profilo Alışveriş Merkezi 110 000 6 000 660 000
Sabancı Center 77 000 2 500 192 500
Süzer Plaza 112 223 4 000 448 892
Tekfen Tower 81 000 3 000 243 000
Tekstilkent 96 708 1 000 95 708
Yapı Kredi plaza 45 590 3 000 137 700

Nokta, n° 1110, 11/10/2004. pp. 28-29.

  • 12 octobre 2004 : Annonce du grand projet commercial, d’immobilier de bureaux et résidentiel « Kanyon » par le président du conseil d’administration du holding Eczacibaşı, Bülent Eczacibaşı. Situé sur l’ancienne usine du groupe pharmaceutique (à Levent-Beşiktaş), ce projet dont l’achèvement est attendu pour la mi-2006, comprendra : 179 logements, 170 locaux commerciaux et environs 25 000 m² de bureaux ; sans compter 9 salles de cinéma d’une capacité totale de 1600 personnes, 2300 places de parking, etc. Le prix de vente des logements va de 200 000 USD à 1 500 000 USD. En octobre 2004, la moitié des logements à construire a été vendue, un mois et demi après la mise en vente. Le centre commercial sera relié directement au métro, à l’instar de son concurrent très proche Metrocity. La rivalité s’annonce vive… Vatan, 13/10/2004.

Populations, Religion, Santé

  • 30 avril 2004 : Le Patriarcat grec de Fener, à Istanbul, a pris la décision de ne pas reconnaître les évêques récemment nommés par l’Episcopat d’Athènes, sous la souveraineté duquel il se trouve. Les évêques dont il est question sont ceux de Thessalonique, de Kozani et d’Elesterupolis. L’archimandrite Bartholomeos, représentant du Patriarcat grec de Fener, dans la déclaration à la presse dénonce les violations des accords de 1928 réglementant les relations entre le Patriarcat de Fener et l’Eglise de Grèce, violations qui selon lui nuisent gravement à l’Église orthodoxe. L’Église orthodoxe russe, pour sa part, prend position contre le Patriarcat grec de Fener, en apportant son soutien à l’Église de Grèce. Zaman, 01/05/2004 ; Milliyet, 13/05/2004
  • 15 mai 2004 : La Fondation Ehl-i Beyt (de la branche Alevi de l’Islam) a organisé la 7ème Assemblée universelle Ehl-i Beyt à Istanbul. En conclusion, l’Assemblée a constaté des progrès en ce qui concerne l’enseignement du culte alévi dans les manuels scolaires ; lancé un appel pour les victimes d’Irak et de Palestine ; pour une acception juste de la laïcité en Turquie ; et pour une réforme du Diyanet İşleri Başkanlığı, qui est l’autorité compétente pour les affaires religieuses. La Fondation reconnaît pleinement cette autorité et n’aspire pas à créer un diyanet à part. Zaman, 16/05/2004
  • 8 juin 2004 : Un habitant de Küçükçekmece qui piratait son électricité depuis des années tue la personne qui l’avait dénoncé aux autorités, et deux autres personnes dans un accès de folie, tout cela pour une amende de 1950 millions TL (1040€). Zaman, 09/06/2004 p. 5
  • 31 juillet 2004 : Inauguration de la külliye Aliya İzzetbegoviç (complexe religieux comprenant une mosquée et diverses dépendances), au cœur de l’opération immobilière KİPTAŞ (Société de construction semi-publique dépendante de la mairie d’Istanbul), à Pendik, Aydos Evleri. Le fils d’İzzetbegovic, et le président des Affaires religieuses, participe à l’inauguration. On sait que dans ce secteur de la périphérie asiatique, de nombreux Balkaniques ont été installés depuis la fin des années 1980. Zaman, 01/08/2004 p. 20
  • 2 août 2004 : Publication des données des équipes de suivie des mendiants, rattachées à la direction de la sécurité de la Grande mairie d’Istanbul. En 2003, ces équipes ont « ramassé » 3 403 mendiants ; tandis que pour les seuls 7 premiers mois de 2004, déjà 3000 mendiants ont été interpellés. Ces données révèlent la prédominance des femmes et l’utilisation encore fréquente des enfants parmi les mendiants. La nouvelle mouture du TCK prévoit d’ailleurs de sanctionner plus sévèrement les adultes qui exploitent ainsi les enfants. Zaman, 03/08/2004 p. 20
  • 24 août 2004 : Les personnes à mobilité réduite se réjouissent des changements constatés en ce qui concerne l’accessibilité des transports en commun aux personnes à mobilité réduite. Les voitures du tramway d’Eminönü sont désormais accessibles. Ces changements sont les conséquences des exigences exprimées par ces personnes, ainsi que la sensibilité en la matière des autorités locales et au sein de la population. En témoignent Adil Eruçar et Enver Özdemir, dont l’environnement était réduit au quartier et au centre commercial Olivium à proximité. Zaman, 25/08/2004 p. 2
  • La population d’Istanbul atteindra 17,5 millions en 2030. Le rapport des Nations-Unies (Habitat 2004-2005) sur les mégapoles du monde présage une augmentation hebdomadaire de 1 million dans l’ensemble des grandes mégapoles mondiales. Ces chiffres rendant compte de la migration des zones rurales vers les zones urbaines comprennent aussi les déplacements transfrontaliers. À ce rythme, le pourcentage de la population urbaine dans le monde atteindra 60% en 2030. En plus de l’émigration anatolienne qui est urbaine en majorité depuis 1990, Istanbul accueille aussi de plus en plus de migrants en provenance de l’étranger. Vatan 34, 22/09/2004
  • 11 octobre 2004 : Réouverture en grande pompe de la synagogue de Neve Şalom à Galata, en présence du maire et du préfet d’Istanbul, et du ministre de la culture et du tourisme. La synagogue avait été la cible d’un attentat meurtrier, qui avait coûté la vie à 11 personnes, le 15 novembre 2003. Sabah, 12/10/2004 p. 14

Risques urbains

  • 21 mai 2004 : Le Ministère de la Culture et du Tourisme a accepté de louer pour 30 ans les tours de Yedikule à une entreprise privée. Celle-ci s’est empressée d’apporter des « améliorations » et de créer une piste d’atterrissage pour hélicoptère. Malgré la « condition de ne pas altérer en substance le site », les réaménagements ont été effectués à l’aide de bulldozers, les dalles originales ont été remplacées par du gravier et une soixantaine d’acacias ont été enlevés dans le but d’agrandir le passage ! Le locataire des lieux et commanditaire des travaux est le Swees Turkish International (STI). Archéologues et historiens sont en colère. « L’enlèvement des dalles a mis de nombreux objets archéologiques à découvert. Aksel Tibet, membre de la Chambre des Archéologues, attire l’attention sur l’illégalité de l’entreprise. « Ce site fait partie du Plan de protection de la Muraille (de Théodose) ; et le Plan ne prévoit pas les transformations effectuées aux tours de Yedikule ». Radikal, 22/05/2004
  • 24 mai 2004 : Incendie dans un gecekondu de Kadıköy à la suite d’une explosion d’une bonbonne de gaz. Bilan : 7 maisons endommagées. Zaman, 25/05/2004 p. 21
  • 13 juillet 2004 : En 7 mois, près de 10 tonnes de stupéfiants et plus de 4 millions de captagones et d’ecstasy ont été saisies en Turquie. 11 639 personnes impliquées sont poursuivies. Ce sont surtout les drogues synthétiques de plus en plus en circulation qui inquiètent les autorités, sachant que dans le courant d’un semestre, 4 089 503 unités de captagones, et 270 692 unités d’ecstasy ont été retirées de la circulation. Zaman, 13//07/2004 p. 21 ; 24/07/2004
  • 19 juillet 2004 : Publication d’un rapport alarmiste par la Chambre de commerce d’Ankara sur l’augmentation de l’insécurité depuis 1995. C’est dans le département d’Istanbul que le nombre de délits est le plus important. La situation se serait dégradée plus particulièrement depuis l’année 2000. Cumhuriyet, 20/07/2004 p. 8
  • 20 juillet 2004 : À la suite d’une série d’abus, les autorités policières attirent l’attention sur les exactions d’une multitude de faux policiers présentant toutes les apparences des vrais, opérant dans divers quartiers d’Istanbul. La plus grande attention est requise, selon les conseils de la police, contre les vols perpétrés par ces faussaires. Vatan 34, 21/07/2004 p. 5
  • 22 juillet 2004 : La direction générale des statistiques du Ministère de la Justice dénote une augmentation très marquée des procès intentés depuis 1989 dans la région de Marmara, avec un nombre record en 2001. En 1989, le nombre total de procès en Turquie s’élevait à 866 734 ; en 2003, il a augmenté à 1 628 127. Tandis qu’un écart élevé est enregistré entre les différentes régions. Le nombre de procès annuel par centaine de milliers d’habitants dans la région de Marmara est de 2 957, tandis qu’il est de 978 dans les régions orientales de l’Anatolie, et qu’il est de 51 dans le sud-est anatolien. Zaman, 23/07/2004
  • 31 juillet 2004 : 247 kilos d’héroïne, dissimulés dans un hors-bord lui-même chargé dans un camion, sont saisis dans le port privé d’Ambarlı à Avcılar. Rappelons que début juin 2004 dans ce même port, des fusées à contrôle radio et autres armes de guerre destinées à l’Égypte avaient été découvertes. Vatan, 01/08/2004 p. 14
  • 9 août 2004 : Annonce d’une restructuration du service des pompiers d’Istanbul, une institution vieille de près de trois siècles. Cette restructuration passe à la fois par l’achat de nouveaux matériels lourds (hélicoptères, bateaux), par le renforcement du personnel spécialisé (équipe de plongeurs, et équipes spécialisées dans les incendies chimiques) et par une refonte institutionnelle avec le rattachement à l’AKOM (Centre de coordination des catastrophes naturels). Les 1393 rues dans lesquelles ne peuvent pas s’engager les véhicules de pompier continuent à poser problème. Le numéro spécial mis en place pour signaler les incendies est structurellement saturé, avec des milliers d’appels sans fondement chaque jour. Les statistiques concernant les incendies qui se déclarent en été sont les suivantes : 44 à 60% sont dus à la cigarette ; de 7 à 13% sont dus aux courts-circuits électriques ; et de 1 à 3 % au LPG, gaz liquide. Radikal, 10/08/2004 p. 4
  • 18 août 2004 : Les dépôts des bonbonnes de gaz sont toujours source d’inquiétude, ainsi celui révélé par Vatan au cœur de l’arrondissement populeux d’Esenler. Vatan 34, 19/08/2004 p. 2
  • 15 septembre 2004 : Le mausolée de Benlizade Ahmet Reşit Efendi, avec son sebil (une fontaine publique fondée par des personnes charitables où on tient des tasses remplies d’eau à la disposition des passants) et son darülkurra (demeure appartenant au mausolée), gérés depuis plus de deux ans en tant que fondation (vakıf) par la famille Benlizade, est mis en vente aux enchères par la Ziraat Bankası à des particuliers. Prix de départ : 10 millions USD pour une superficie de 22 514 m². C’est en 1974 que l’État a exproprié le Mausolée, jusque-là géré par la descendance d’Ahmet Reşit Efendi, avant que le Ziraat Bankası ne l’acquière en 1980. La vente peut toutefois être empêchée par une expropriation du site, comprenant le mausolée et un orphelinat, par la « Direction générale des fondations », selon les mêmes modalités qu’en 1974 (cfr. les articles 2863 et 7044). Aujourd’hui, le mausolée attend son acquéreur dans un état de délabrement. Affaire à suivre. Zaman, 22/09/2004
  • 21 septembre 2004 : Des chercheurs du Département d’Architecture de l’Université de la Sapienza en Italie ont mesuré la déclivité de la Mosquée Sainte-Sophie. Les séismes ont provoqué une inclinaison de 2% du lieu saint, selon les experts italiens Carlo Bianchini et Priscilla Paolini. Le relevé du bâtiment constitue la deuxième phase du travail. Tant que la déclivité provoquée par les séismes ne dépasse pas le seuil des 5%, il n’y a pas lieu de s’inquiéter, précise Dr. Günhan Danışman, de l’Université Boğaziçi. Par ailleurs, l’Union des Universités méditerranéennes s’apprête à lancer une campagne de sensibilisation, notamment en rendant possible le don symbolique d’1 Euro, pour la sauvegarde de Sainte-Sophie. Zaman, 22/09/2004
  • Le rapport alarmant de l’ICOMOS (le Conseil de l’UNESCO des monuments et sites) sur le patrimoine historique d’Istanbul a porté ses fruits : 43 projets de restauration ont été votées par l’Assemblée départementale (il meclisi), pour un montant de plus de 42 millions d’Euro. « Ça fait 19 ans que le plan de protection de la Péninsule historique n’est pas voté. C’est ce qui a été déterminant dans le rapport de l’ICOMOS », précise la Prof. Zeynep Ahunbay, la Présidente de l’ICOMOS en Turquie. Depuis 1985, Istanbul fait partie de la liste du Patrimoine culturel de l’Humanité ; mais en échange, un plan de protection des monuments et sites historiques devait être élaboré. Chose faite aujourd’hui. Istanbul risque toujours d’être inscrit à la liste des Patrimoines culturels en péril, aux côtés de pays comme le Viêt-Nam ou le Cambodge, dans la mesure où le plan est voté, mais toujours pas en vigueur. Les griefs de l’UNESCO ont trait à l’absence de plan de protection, l’absence de mesures préventives contre les constructions illégales et l’absence de répertoires des monuments historiques. À la suite des réunions des 6 et 8 octobre 2004, la directrice des projets spéciaux de l’UNESCO, Minja YANG, a fait une déclaration rassurante pour les autorités turques, insistant néanmoins sur l’urgence d’une action de sauvegarde dans les quartiers de Süleymaniye et de Zeyrek. Radikal, 17/07/2004 ; 09/10/2004 p. 4

Éducation, Culture et Médias

  • Dans le cadre du premier festival international de théâtre en espace (mekan tiyatro), plusieurs spectacles se déroulent sur le pont historique de Galata (incendié en 1992 et transféré par la suite en amont de la Corne d’Or entre Sütlüce et Balat), transformé en scène depuis quelques mois. Après avoir servi au lancement de nouveaux modèles par des firmes automobiles, ce pont se voit confirmé dans ses nouvelles fonctions événementielles.
  • 30 mai 2004 : Près de 1400 journalistes de 88 pays ont pris part à la réception de bienvenue au Congrès de l’Association Mondiale des Journalistes (WAN) au Musée d’Archéologie d’Istanbul, en présence du président du WAN Mr Seok Hyun Hong et de la présidente du conseil d’administration des journaux appartenant au groupe Doğan, Mme Hanzade Doğan. Étaient également présents le préfet d’Istanbul Muammer Güler, le maire Kadir Topbaş et le ministre de la Culture et du Tourisme Erkan Mumcu. Radikal, 31/05/2004
  • 1er juin 2004 : Un rapport de la cour des comptes soumis à l’Assemblée nationale dénonce le fonctionnement de la Direction générale des Vakıf, responsable selon ce rapport de la dégradation de nombreux héritages historiques. La négligence de cette direction est aussi critiquée en ce qui concerne la sécurisation de ces héritages. Fin juillet : deux lois ont été adoptées pour mieux impliquer le secteur privé dans la préservation du patrimoine historique. Outre les réductions d’impôts proposées aux sociétés qui financeraient la restauration de monuments, des formules originales ont été mises en place afin d’inciter les entreprises à trouver des solutions pour la protection des mosquées notamment, faisant fréquemment l’objet de pillages. (Cfr. Loi n° 5 225, pour l’incitation aux investissements et aux initiatives culturels ; et loi n° 5 226 sur les changements en ce qui concerne la protection des richesses culturelles et naturelles). www.basbakanlik.gov.tr Cumhuriyet, 02/06/2004 p. 3 ; Zaman, 23/07/2004 p. 3
  • 19 juin 2004 : La communauté tzigane d’Edirne a pris position par rapport aux émissions télévisées en langues minoritaires de Turquie que la chaîne publique TRT diffuse depuis peu. Le président du cercle pour la recherche et la promotion de la culture tzigane Fikret Ocak, estime que TRT devrait également diffuser des émissions dans la langue tzigane, arguant qu’on ne donne pas aux jeunes la chance d’apprendre la langue communautaire. Radikal, 20/06/2004
  • 2 juillet 2004 : Présentation du livre « Geçmişten Günümüze Beyoğlu » (Beyoğlu, d’hier à aujourd’hui) au musée Rahmi Koç, avec la collaboration de la municipalité du Grand Istanbul et de Koç Holding. L’ouvrage reprend en détail notamment les hammams, les mausolées, les passages, les bibliothèques, la littérature, et les constructions dans le quartier de Beyoğlu. 52 auteurs ont touché à des domaines aussi divers que l’art, l’urbanisation, la vie sociale, l’architecture et la culture de Beyoğlu. Le deuxième volume comprend une chronologie historique du quartier de 1800 à 2000. Une version anglaise est également projetée. Radikal, 08/07/2004
  • 6 juillet 2004 : Inauguration d’un prestigieux centre d’exposition et d’événement culturel, d’une capacité de 920 personnes à l’université privée Sabanci dans la périphérie asiatique d’Istanbul Tuzla). Radikal, 07/07/2004 p. 21
  • 8 juillet 2004 : Au cours des débats sur la réforme du Code pénal et sur la Loi sur la protection des biens culturels, la question du pillage et de l’absence de dispositif de surveillance des mosquées d’Istanbul est abordée à l’Assemblée nationale. Une mobilisation sérieuse pour la préservation de ce patrimoine est exigée. Depuis cette date, les exactions continuent. Début octobre encore, une fameuse mosquée d’Üsküdar a été pillée. Une fois encore, les moyens dont dispose la Commission de protection des richesses naturelles et culturelles pour remplir sa mission sont en question. Zaman, 09/07/2004 p. 3
  • 8 juillet 2004 : L’église orthodoxe d’Ayayani, à Balat (Fatih), fait l’objet d’un vol d’icônes pour la troisième fois en un an. Sur les 20 icônes historiques qui existaient, il n’en reste plus que quatre. Zaman, 09/07/2004 p. 21
  • 30 juillet 2004 : Ouverture du campus central de l’université privée Bahçeşehir, à Beşiktaş, à proximité de l’échelle du même nom et de l’ex-DGM (Devlet Güvenlik Mahkemesi – Tribunal de la Sécurité d’État). Rappelons que cette université a été fondée dans la ville nouvelle de Bahçeşehir, à 35 km de là. Cette inauguration confirme un mouvement de retour au centre des grands équipements des universités privées. Cumhuriyet, 31/07/2004 p. 9
  • 27 août 2004 : La caserne de Beykoz est restaurée et accueillera dans son cadre historique au bord du Bosphore des festivals et autres événements culturels à l’avenir, précise le président du belediye de Beykoz Muharrem Ergül. Birgün, 28/08/2004 p. 17
  • 1er-5 septembre 2004 : Premier festival du poisson à Samatya (Fatih), organisé à l’initiative des poissonniers de Samatya, et de l’Organisation des combattants de la nature (Doğa Savaşcıları Örgütü). Zaman, 26/05/2004 p. 21
  • 10 septembre 2004 : À l’occasion du 60ème anniversaire de la banque Yapı Kredi, la première banque privée de Turquie, le kiosque de chasse du dernier calife Abdülmecid Efendi, déposé en 1924, est exceptionnellement ouvert au public pendant un mois. Edifié sur les hauteurs boisés d’Üsküdar (Bağlarbaşı) dans les années 1890 par l’architecte Vallaury, pour un khédive d’Égypte, ce superbe kiosque a servi à la fois de lieu de retraite et d’atelier au dernier calife entre 1910 et 1924. Après être passé dans plusieurs mains, il a finalement été racheté par Kazım Taşkent, le fondateur de Yapı Kredi. Le kiosque et son domaine servent de lieu d’agrément au personnel de la banque. Zaman, 11/09/2004 p. 15
  • 22 septembre 2004 : Le recteur de l’université d’Istanbul, Kemal Alemdaroğlu, a été démis de ses fonctions de recteur par le président de la République Necdet Sezer, sur demande du YÖK, le Conseil des études supérieures, pour irrégularités. Par réaction à la décision de Sezer, le sénat et le conseil d’administration de l’université d’Istanbul ont pris de manière unanime la décision de démissionner. Tankut Centel assumera la fonction de recteur intérimaire pendant un semestre, jusqu’à la prochaine élection rectorale. Centel a précisé qu’il n’y aura pas de changement et que la continuité sera assurée dans le respect des principes kémalistes au sein du rectorat. Radikal, 23/09/2004 ; Hürriyet, 23/09/2004
  • 26 septembre 2004 : L’université privée de Fatih (liée à la mouvance Fethullacı) s’était vu refuser la subvention de l’État en 2002 sans motif valable, après avoir rempli toutes les conditions imposées aux universités de vakıf. Le Conseil des études supérieures (Yüksek öğretim kurulu YÖK) avait alors décidé d’intenter un procès contre l’État. Le tribunal a donné raison au YÖK. L’université de Fatih touchera une subvention s’élevant cette année à 12 000 milliards de TL (6 400 000 €). Aksiyon, 27/09/2004
  • 27 septembre 2004 : L’université Kadir Has a entamé sa première année d’enseignement de droit au campus de Cibali. Pour sa première année, selon le Recteur Yücel Yılmaz, l’université a déjà atteint 100% de sa capacité. Fondée il y a huit ans avec 32 enseignants, l’université de la Culture quant à elle, a inauguré son nouveau bâtiment pour l’année académique 2004-2005 (à Bakırköy). Zaman, 28/09/2004
  • 28 septembre 2004 : La mairie d’Istanbul reçoit un prix Habitat (de l’ONU !) pour son parc d’attraction Miniatürk situé à Sütlüce, en amont de la Corne d’Or. Ouvert il y a un peu plus d’un an, ce parc qui met en scène les différents hauts lieux et monuments de la Turquie en réduction, a indéniablement rencontré un grand succès auprès du grand public. No comment. Zaman, 14/10/2004 p. 21
  • 30 septembre 2004 : Les décors d’une superproduction hollywoodienne consacrée à Gılgamış, sont en train d’être édifiés à Akpınar, au nord-ouest d’Istanbul, au bord de la Mer noire, dans d’anciens carrières à ciel ouvert. Tempo, 30/09/2004 pp. 74-75
  • 25 octobre 2004 : Les organisateurs de la Foire du livre à TÜYAP (à Beylikdüzü, ouvert du 23 au 31 octobre 2004) se félicitent de l’intérêt d’un public averti à Art-İst, une exposition d’art organisée en même temps que la Foire du livre. Malgré le petit nombre de visiteurs, les organisateurs sont satisfaits du fait que le public qui visite les 118 galeries d’art soit un public averti. Zaman, 26/10/2004 p. 15

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.